Navigation – Plan du site
Chroniques II
Comptes rendus d'ouvrages

Walter Benjamin. Archives, Catalogue d’exposition (Musée d’art et d’histoire du judaïsme, Paris, 12 octobre 2011-5 février 2012), Paris, Klincksieck, 2011, 320 p.

Patricia Lavelle
p. 247-248
Référence(s) :

Walter Benjamin. Archives, Catalogue d’exposition (Musée d’art et d’histoire du judaïsme, Paris, 12 octobre 2011-5 février 2012), Paris, Klincksieck, 2011, 320 p.

Texte intégral

1La survie de l’œuvre de Walter Benjamin, largement posthume, ne serait pas assurée sans les nombreuses précautions prises par l’auteur lui-même qui, avec « l’éthique d’un archiviste » (p. 10), s’est toujours obstiné à ne pas laisser s’effacer les traces de sa pensée. Pour cela, il s’est fait aider par ses amis, en leur envoyant de nombreux manuscrits, copies dactylographiées de ces travaux, cahiers de notes, fiches, coupures de presse – des papiers qui prolongeaient ses nombreuses lettres et que les destinataires ont pris soin de bien conserver et de transmettre. Cet effort de classement et de sauvegarde est à l’origine des archives qui ont été exposées récemment au Musée d’art et d’histoire du judaïsme. Or, le souci de garder les traces de sa propre activité d’écrivain fait écho à l’importance toute particulière que Benjamin conférait aux témoignages du passé. Ainsi, l’exposition de ses archives a été une occasion de réfléchir sur l’importance des traces pour sa pensée et sur le rôle des techniques d’archivage dans son travail d’écriture.

2Pour lui, les matériaux historiques n’étaient pas seulement des pièces permettant une reconstruction objective des événements, mais aussi des expressions évocatrices du passé. En ce sens, ils constituaient des points de départ privilégiés pour sa pensée et pour son travail d’écriture. Les traces y ont une aura. Or, une des notices reproduites dans le catalogue de l’exposition définit l’expérience de l’aura comme la capacité de répondre au regard, de regarder en retour : « Quand un homme, un animal ou une chose inanimée sous notre regard lève le sien, il nous attire d’abord vers le lointain ; son regard rêve et nous entraîne à la suite de son rêve. L’aura est l’apparition d’un lointain aussi proche soit-il » (p. 53). Regardés par Benjamin, les vestiges de l’autrefois lui rendent le regard et nous attirent vers les rêves inaccomplis du passé. Comme la « madeleine » proustienne, ils ne sont pas pour lui de simples outils permettant une reconstruction des événements, mais peuvent devenir des éléments déclencheurs de ce travail dans la mesure où ils éveillent la conscience historique, en attirant l’attention pour ce qui a été oublié. C’est bien ce rôle qu’ont joué les passages parisiens dans les recherches sur le Paris du xixe siècle. De ce travail interrompu par la mort de l’auteur, nous n’avons qu’un ensemble ordonné de traces, c’est-à-dire une sorte d’archive ou de collection dont certains éléments très significatifs ont été exposés au Musée d’art et d’histoire du judaïsme. Le livre des passages semble en effet constituer le canon d’après lequel les commissaires de l’exposition ont cherché à présenter les archives de Benjamin.

3« L’ordre, l’efficacité, la complétude, l’objectivité, tels sont les principes du travail d’archivage. Les archives de Benjamin, en revanche, manifestent les passions de la collecte. S’y accumulent les vestiges constituant les réserves de fond et demandant à être sauvés. Sites où fulgure l’actualité, registres obstinément tenus de l’écrivain, subjectifs, lacunaires, inofficiels » (p. 10).

4Fidèle à l’esprit du collectionneur qui confère à chaque objet une aura, l’exposition a été organisée autour de treize points correspondant à des matériaux de différents types, qui se renvoient entre eux, et permettent d’indiquer comment l’auteur se servait, de manière très personnelle, de techniques propres au travail d’archivage. Le premier, « Arbre du soin », rassemble des traces de son activité comme archiviste de ses propres écrits. Dans une recension dont le manuscrit a été inclus sous ce titre, Benjamin définit les collectionneurs comme ceux qui, obéissant aux caprices du hasard, suivent des traces : « ils sont des physionomonistes qui croient là que rien d’aussi saugrenu, d’aussi imprévisible, d’aussi subreptice ne puisse arriver aux choses sans que cela ne laisse ses traces en elles. Ce sont ces traces qu’ils suivent : l’expression de ce qui s’est produit les dédommage mille fois de la déraison de l’événement » (p. 34). En ce sens, le désordre ordonné des archives correspond à la constitution capricieuse d’une collection où on ne cesse de transformer « un destin de hasard en expression mimique » (p. 34).

5Dans ce contexte, deux ensembles de manuscrits dévoilent les étapes intermédiaires de la production de Benjamin. Ils montrent les stratégies de composition explicitées par des images graphiques (« Constellations ») et permettent de reconstruire les chaînons intermédiaires entre les ensembles de mots-clés et les premières ébauches (« Tendre l’arc »). « Écrivailleries en pièces et fiches » montre que le caractère fragmentaire de l’œuvre, sa dispersion dans de nombreux petits textes, se traduit matériellement dans des techniques de classement par fiches, de découpe et de recollage des manuscrits. « Très tendres quartiers » expose les carnets que l’auteur tenait avec le plus grand soin et qui lui permettaient de prendre des notes facilement, là où il se trouvait, mais aussi de recopier ses travaux avec l’objectif de les rassembler et de les conserver. Les collections de fiches et les petits cahiers s’associent à la micrographie, l’écriture en miniature, très difficile à déchiffrer, qui caractérise bon nombre de manuscrits et semble indiquer matériellement le caractère énigmatique de ses écrits (« Du petit au tout petit »).

6Une partie significative de l’exposition (« Amandes à casser ») est dédiée à la collection d’énigmes et de devinettes qui, jouant sur les sonorités de la langue, sur les déformations et les glissements sémantiques, renvoient à des éléments théoriques présentés artistiquement par l’auteur dans Enfance berlinoise vers 1900. « Opinions et pensées », qui rassemble des mots et tournures provenant de Stefan, le fils de Benjamin, inclut également des jeux langagiers de déformation et des libres associations qui ont sans doute constitué également une source pour l’élaboration littéraire de ses mémoires d’enfance. Plusieurs titres (« Physionomie du monde des choses », « Images de voyage », « Passé mué en espace », « Sibylles ») rassemblent des photographies de lieux, d’œuvres ou de jouets. Ce sont des images parfois annotées qui témoignent de la fascination de l’auteur pour le monde de la matière et de sa capacité physiognomonique de faire apparaître l’aura des choses tout en suivant, chez elles, la trace expressive de ce qui s’est produit. « Collecte de chiffons », titre sous lequel ont été réunies les traces de la collection de matériaux en vue du livre sur les passages parisiens, permet en effet d’accompagner la mise en œuvre de ce « génie du collectionneur » dont parle l’auteur (p. 34).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Lavelle, « Walter Benjamin. Archives, Catalogue d’exposition (Musée d’art et d’histoire du judaïsme, Paris, 12 octobre 2011-5 février 2012), Paris, Klincksieck, 2011, 320 p. », Genesis, 35 | 2012, 247-248.

Référence électronique

Patricia Lavelle, « Walter Benjamin. Archives, Catalogue d’exposition (Musée d’art et d’histoire du judaïsme, Paris, 12 octobre 2011-5 février 2012), Paris, Klincksieck, 2011, 320 p. », Genesis [En ligne], 35 | 2012, mis en ligne le 17 juin 2014, consulté le 22 mai 2017. URL : http://genesis.revues.org/1000

Haut de page

Auteur

Patricia Lavelle

CRIA-EHESS

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org