Navigation – Plan du site
Chroniques II
Comptes rendus d'ouvrages

Paul Verlaine, Chair & Hombres, Manuscrits, édition établie par Pierre-Marc de Biasi, en collaboration avec Seth Whidden et Déborah Boltz, Paris, Textuel, coll. « L’Or du temps », 2009, 212 p.Paul Verlaine, Chair & Hombres, Manuscrits

Olivier Bivort
p. 248-250
Référence(s) :

Paul Verlaine, Chair & Hombres, Manuscrits, édition établie par Pierre-Marc de Biasi, en collaboration avec Seth Whidden et Déborah Boltz, Paris, Textuel, coll. « L’Or du temps », 2009, 212 p.

Texte intégral

1Destinés à un public d’amateurs aisés, les livres de « L’or du temps », publiés « en tirage limité, marie[nt] à la fois les codes du design contemporain et ceux de la bibliophilie classique : des livrets de format différent, comprenant introduction, fac-similés, transcriptions et commentaires, sont enchâssés dans un écrin de toile noire, marqué à l’encre métallique, mystérieux et élégant » (présentation de l’éditeur). Pour inaugurer leur nouvelle collection, les éditeurs ont porté leur choix sur deux recueils de Verlaine, réunis et présentés sous le label de l’érotisme et de la dissidence : Hombres, publié sous le manteau par Albert Messein vers 1903 et Chair, imprimé à mille exemplaires pour la « Bibliothèque artistique et littéraire » juste après la mort du poète (en 1896), parallèlement à l’hommage que lui rendit La Plume le 1er février 1896. Si Chair a depuis toujours figuré dans les Œuvres complètes de Verlaine, Hombres a longtemps souffert d’un ostracisme éditorial dû à la fois à la censure et la pruderie des éditeurs. Il suffit de rappeler que ce recueil n’a rejoint les Œuvres poétiques « complètes » dans la Bibliothèque de la Pléiade qu’en 1989. C’est que le contenu licencieux ou provocateur de ces recueils n’est pas comparable : alors que le premier constitue à tous égards le fondement scandaleux de la littérature homosexuelle moderne, le second poursuit une veine petite-bourgeoise ouverte par Verlaine dans les années 1890 et, contrairement à ce qu’affirment ici les éditeurs, il n’y a pas de « proximité d’inspiration » entre eux. Verlaine avait d’ailleurs prévu, dans le registre pornographique, de faire de Hombres le pendant de Femmes, publié clandestinement à Bruxelles en 1890. La réunion de Hombres et Femmes aurait peut-être justifié davantage cette entreprise éditoriale qui se fait parfois sans véritable motif le paladin du dernier Verlaine, élevant au pinacle tels vers de Chair aussi peu inspirés que les appâts des égéries qui les ont peut-être suscités. Or la réévaluation du « dernier » Verlaine ne se fait pas toujours sans parti pris ni approximations : si Chair fait suite à Élégies et à Odes en son honneur, recueils publiés par Verlaine en 1893, Hombres appartient au domaine très privé de la littérature clandestine ; il est contemporain de Parallèlement, le premier recueil du poète où apparaît une défense explicite de l’homosexualité, alors que Chair est un avatar tardif de la dernière manière de l’auteur. Aussi, comment suivre le commentateur qui associe « dans le même temps ou presque » les poèmes chrétiens de Sagesse à la rédaction des pièces « les plus avilissantes » et s’inquiète de cette troublante promiscuité (p. ix) ? La composition de Sagesse remonte à 1874 ; celle de Hombres date des années 1889-1890 et celle de Chair s’échelonne entre 1893 et 1895 ! D’autre part, faut-il réellement voir dans Chair un sommet de la poésie érotique, un livre « honteux » et « maudit » traduisant une « expérience existentielle d’une rare violence » (p. viii et x) dont la « richesse et la complexité » s’affirment « plus intensément et plus profondément que jamais dans l’œuvre du poète » (p. xxviii) ? Yves-Gérard Le Dantec, en 1954, parlait plus raisonnablement de « livret amoureux »… Distinction faite, il reste que la publication du manuscrit de Hombres constitue une étape importante dans la reconnaissance d’un des textes majeurs de la littérature « libre » du xixsiècle.

2On assiste depuis quelques années à la présence massive de manuscrits d’écrivains sur le marché de la littérature. Expositions, catalogues, beaux livres, revues – et même un musée ! – donnent l’illusion au public de se mesurer avec l’acte créateur, quand ils ne répondent pas à son besoin de sacraliser tout texte écrit « de la main de l’auteur ». Cet intérêt croissant du public pour les arrière-cuisines de la littérature et les petits papiers des grands hommes ne doit pas pour autant offusquer les intérêts des chercheurs, qu’ils soient généticiens ou philologues. En ce sens, des reproductions fidèles et soignées ne peuvent que contribuer à la connaissance des mécanismes textuels et à la qualité des éditions critiques. Ainsi, il ne fait aucun doute que les fac-similés qui nous sont offerts ici pour la première fois rendront de précieux services à la critique verlainienne d’autant que, reproduits à l’identique et en couleurs, ils sont d’une très grande lisibilité. Bien que Hombres ait fait l’objet d’éditions soignées depuis la fin des années 1940 (le manuscrit autographe figure au catalogue de la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet depuis sa fondation), parmi lesquelles on retiendra celles d’Étiemble (au Cercle du Livre précieux, 1961), de Jean-Paul Corsetti et Jean-Pierre Giusto (au Terrain vague, 1990) et surtout celle de Steve Murphy (aux Éditions H&O, 2005), aucune d’entre elles ne reporte la totalité des variantes du manuscrit original. Mais c’est l’édition de Chair qui, paradoxalement, a le plus à gagner dans cette opération : les notes et variantes que Jacques Borel consacre à ce recueil dans son édition des Œuvres poétiques complètes se réduisent à deux pages à peine, sans aucune mention du manuscrit principal, alors que celui-ci fait partie des collections de la Bibliothèque municipale de Metz depuis 1968. Encore faudrait-il avoir sous les yeux l’ensemble des états pour mener à bien un travail philologique complet. Or le dossier des Éditions Textuel ne présente pas les caractères d’une édition critique. Il aurait pourtant été utile de connaître dans le détail les états manuscrits des deux recueils, d’autant que, comme l’indiquent justement les éditeurs, les ensembles qu’ils étudient sont des mises au net : d’un point de vue génétique, et bien qu’ils présentent encore des variantes, ils constituent un point d’arrivée dans le processus d’écriture. Il existe cependant des manuscrits de tel poème isolé dans les collections des bibliothèques (BnF, Doucet, Bodmer, Morgan…), tel autre encore étant signalé ou reproduit dans un catalogue de vente. Pourquoi ne pas les avoir inventoriés ? Il est singulier que la copie du manuscrit de Hombres par Vanier présente dans la collection Fischer ne soit pas mentionnée ici, d’autant qu’elle a probablement servi à l’impression de l’édition originale (Christian Galantaris, Verlaine, Rimbaud, Mallarmé, Paris/Genève, Éditions des Cendres, 2000, n° 192). On connaît en grande partie les versions préoriginales des poèmes de Chair parus du vivant de Verlaine. Pourquoi les signaler sans en tirer parti, alors qu’elles ont été visiblement contrôlées ? Les éditeurs ont rétabli le titre exact de la préoriginale de « Assonances galantes I » (« Chose pour l’Amuser », et non « Choses pour l’Amour » comme l’impriment toutes les éditions de la Pléiade) ; vu l’occasion, ne valait-il pas la peine d’établir les variantes et de donner un apparat critique complet ?

3La troisième partie de ce dossier, la plus fournie, se présente sous la forme d’une édition diplomatique des manuscrits assortie d’un commentaire des textes. On pourrait s’interroger sur la nécessité de donner l’édition diplomatique d’un manuscrit que le lecteur a précisément sous les yeux et qui, de par son statut terminal, pose relativement peu de problèmes de lecture. Quoi qu’il en soit, la transcription typographique de la « totalité des traces écrites » d’un manuscrit, taches d’encre comprises, implique des dispositions qui ne sont pas toujours faciles à observer. Passant sur les très rares inadvertances de ce travail (virgules manquantes dans Hombres, I, v. 9, III, v. 21, VIII, v. 5 ; un point d’interrogation transformé en point d’exclamation dans ibid., IV, v. 4, quelques hésitations orthographiques, notamment dans le traitement des accents), il faut s’arrêter sur la lecture des mots biffés, recouverts parfois de ratures prononcées. Si la lectio facilior prévaut souvent (identité supposée des leçons avant et après « correction », ce qui laisse entendre que Verlaine renonce souvent à améliorer un texte qui semble ne pas le satisfaire), quelques leçons appartiennent au domaine de l’hypothèse. Alors que les éditeurs les plus prudents parlent de « déchiffrement conjectural » ou « difficile » voire de mots « illisibles », certaines leçons proposées ici ne sont pas toujours convaincantes. Un exemple : faut-il lire sans hésitation bassesses sous la biffure du vers 5 de Hombres, XI, alors que les trois syllabes métriques de ce mot supposé produiraient entre autres un vers faux ? Jacques Borel proposait chansons et Steve Murphy, plus mesuré, donnait le mot comme illisible. Ces détails mis à part, il reste que les transcriptions sont soignées et que les rubriques codicologiques qui les accompagnent en bas de page sont impeccables. Le commentaire des textes suscite en revanche quelques réserves. Fondé en grande partie sur les notes de Steve Murphy pour la partie consacrée à Hombres et sur celles de Jacques Borel pour illustrer Chair (voir les notes sur Baudelaire, Rabelais et les vers-libristes), il étonne tant par sa légèreté que par son manque d’originalité. Ainsi, la curieuse mention du nom de Champsaur portée au crayon bleu sur le verso de la page de titre de Hombres ne méritait-elle que quelques lignes sur cet écrivain « aujourd’hui bien oublié » [sic] démarquées ni plus ni moins de l’encyclopédie en ligne Wikipedia ? Fallait-il, pour expliquer le titre Balanide, recourir à l’histoire des crustacés ou à telle pathologie de la verge (par ailleurs nommée balanite) alors que, n’étant en rien une « trouvaille de Verlaine », le mot est bien lexicalisé au xixsiècle et sert à nommer simplement le fruit de certains arbres, dont les chênes (Henri Baillon, Dictionnaire de botanique, Hachette, t. I, 1876) ? Le poème Mille e tre aligne-t-il, comme l’indique encore le commentaire, « 52 octosyllabes (dont quelques vrais alexandrins) », alors qu’il est entièrement composé en vers de douze syllabes ? Rarement rapportées à l’œuvre de Verlaine, les gloses tantôt réalistes tantôt psychologisantes qui nous sont livrées suffisent-elles à éclairer le sens des textes et à les replacer dans leur contexte ? Pour être destiné au grand public, ce commentaire ne saurait malheureusement satisfaire aux exigences de la critique verlainienne.

4Un tel produit éditorial, mis en œuvre par des universitaires, vise à attirer les collectionneurs de beaux livres autant que les passionnés de documents littéraires et, accessoirement, quelques amateurs aguichés par les contenus licencieux qu’on leur a fait miroiter. Mais il a aussi l’ambition de donner des documents de travail précis et fiables, et de concilier intérêt historique et préoccupation scientifique. On n’expliquerait pas autrement la place donnée dans cet ensemble à l’édition diplomatique des textes. Il est à souhaiter que les prochains volumes puissent être aussi, et en tout point, des éditions de référence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Bivort, « Paul Verlaine, Chair & Hombres, Manuscrits, édition établie par Pierre-Marc de Biasi, en collaboration avec Seth Whidden et Déborah Boltz, Paris, Textuel, coll. « L’Or du temps », 2009, 212 p.Paul Verlaine, Chair & Hombres, Manuscrits », Genesis, 35 | 2012, 248-250.

Référence électronique

Olivier Bivort, « Paul Verlaine, Chair & Hombres, Manuscrits, édition établie par Pierre-Marc de Biasi, en collaboration avec Seth Whidden et Déborah Boltz, Paris, Textuel, coll. « L’Or du temps », 2009, 212 p.Paul Verlaine, Chair & Hombres, Manuscrits », Genesis [En ligne], 35 | 2012, mis en ligne le 17 juin 2014, consulté le 22 mai 2017. URL : http://genesis.revues.org/1002

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org