Navigation – Plan du site
Études

La préparation d’un ouvrage inachevé : « La glottologie » de Lucien Tesnière

Valentina Chepiga
p. 87-99

Résumés

Nous nous proposons de mettre au jour une recherche que Lucien Tesnière (1893-1954), linguiste polyvalent, ouvre dans un autre domaine que celui pour lequel il est connu (essentiellement représenté par ses Éléments de syntaxe structurale). Il s’agit de l’élaboration d’un concept, celui de « glottologie », qui s’inscrit, au vu de l’ensemble des manuscrits que nous allons observer, dans un grand projet inachevé. Ce concept de « glottologie » s’appuie sur des notions couplées, celles d’« ἔργον » (ergon) et d’« ἐνέργεια » (energeia), et celles de « langage réel » et de « langage virtuel ». Cette recherche présente l’intérêt d’illustrer l’inspiration hétérodoxe de la linguistique de cette époque, et sa plasticité dans les apports conceptuels.

Haut de page

Texte intégral

Comparer une langue à un serpentin.

  • 1  BnF, NAF 28026, carton 32.

Tesnière, note manuscrite isolée1

  • 2  J.-J. Briu, 2000, p. 133-150.
  • 3  Voir l’exposé de B. Schwischay fait à l’Institut de perfectionnement en langues vivantes de l’Univ (...)
  • 4  Le terme de « valence » désigne un trait syntaxique caractérisant principalement le verbe. On nomm (...)
  • 5 H. Happ, 1979, p. 186-214.

1L’œuvre de Lucien Tesnière (1893-1954) se partage essentiellement selon deux axes, un axe purement théorique portant sur la syntaxe et un axe plus descriptif portant sur les langues slaves et sur l’allemand. Sa théorie syntaxique est exposée dans les Éléments de syntaxe structurale (1959, édition posthume) où il formalise les structures syntaxiques de la phrase en s’appuyant sur des données relevant de nombreuses langues. C’est en France, dans les années soixante, que cette théorie a été d’abord reprise et approfondie par Jean Fourquet, qui a édité par ailleurs les Éléments de Tesnière. Fourquet et Tesnière partagent la même critique vis-à-vis de la grammaire héritée des Latins avec leurs classes de mots2. À partir des années soixante-dix, la théorie syntaxique de Tesnière trouve ses adeptes en Allemagne et en Russie, les deux pays et les deux langues que Tesnière a faites siennes. Elle a fortement influencé la grammaire allemande et nombreux sont les manuels qui se disent grammaire « de valences » (Valenzgrammatik)3. En Russie, sa théorie a fortement influencé la grammaire, dite aussi « de valences4 », du linguiste russe Y. S. Martemianov et la théorie « sens-texte » d’I. A. Mel’čuk. Par ailleurs, H. Happ tente d’appliquer la théorie tesnérienne au latin5.

2Dans sa Petite Grammaire russe (1934) qui reste jusqu’à aujourd’hui, du point de vue grammatical, un des meilleurs manuels pratiques de la langue russe, Tesnière emploie pour la première fois certaines approches qui sont devenues par la suite d’une portée générale, notamment, les paradigmes accentuels qui ont trouvé leur finalisation théorique dans les travaux du linguiste russe A. A. Zalizniak.

3Tesnière, linguiste polyvalent, s’est ainsi engagé dans trois domaines, liés, mais cependant distincts : l’enseignement (professeur à Strasbourg de 1924 à 1936, puis à Montpellier de 1937 à 1954), la recherche de terrain et la recherche théorique. C’est cette dernière activité qui nous intéressera, essentiellement, ici.

  • 6 H. Huot, 1995, p. 357.
  • 7 Fonds Tesnière de la BnF, NAF 28026, cartons 31 et 32.
  • 8 Voir M. Espagne, 2006, p. 186.
  • 9 Trad. P. Michon, 2000, p. 95 (W. von Humboldt [1836], Über die Verschiedenheit des menschlichen Spr (...)

4En 1992, à l’issue du colloque international « Lucien Tesnière aujourd’hui », a été émis le souhait de faire publier les inédits du linguiste. Comme le remarque très justement H. Huot, la partie non publiée de l’œuvre de Tesnière est aussi importante que la partie publiée6. La présente étude se voudrait une contribution à cet objectif. En effet, nous nous proposons de mettre au jour une recherche que Tesnière ouvre dans un autre domaine que celui pour lequel il est connu (essentiellement représenté par ses Éléments de syntaxe structurale). Il s’agit de l’élaboration d’un concept, celui de « glottologie », qui s’inscrit, au vu de l’ensemble des manuscrits que nous allons observer7, dans un grand projet inachevé. Ce concept de « glottologie » s’appuie sur des notions couplées, celles d’« ἔργον » (ergon) et d’« ἐνέργεια » (energeia), et celles de « langage réel » et de « langage virtuel ». Tesnière voulait retravailler ces notions héritées de Humboldt qui définissent la langue comme une activité (« energeia »), laquelle se distingue d’une conception de la langue comme modèle figé ; la langue est dès lors l’organe d’une pensée spécifique – les mots des langues nationales étant les véritables composantes du sens8. À la forme vivante, « energeia », Humboldt opposait une langue « ergon », « faite » des formes figées qui ne commencent à exister que lorsqu’elles sont articulées. Ainsi, « le langage, compris dans son essence véritable, est quelque chose de continûment et à chaque instant transitoire. En elle-même sa conservation par l’écriture n’est jamais qu’un stockage incomplet, momifié, qui a malgré tout besoin encore qu’on cherche à en rendre sensible l’exécution vivante. En lui-même, il n’est pas une œuvre (« ergon »), mais une activité (« energeia »)9 ».

  • 10  Par G. Ascoli (1829-1907), qui a été le premier enseignant italien de cette discipline, et a rempl (...)
  • 11  Par exemple par R. de la Grasserie (1839-1914), dans Étude scientifique sur l’argot et le parler p (...)
  • 12  Notamment par le linguiste russe I. A. Baudouin de Courtenay (1845-1929), dans « Glottologičeskije (...)
  • 13 A. Sayce, philologue britannique, définissait la « glottologie » ainsi : « La Glottologie sera la s (...)

5Pour ce qui est du terme « glottologie », il a été amplement utilisé, vers la fin du xixsiècle et au début du xxsiècle, notamment en Italie10, mais aussi en France11 ou en Russie12. Cependant, il ne sera jamais adopté par l’ensemble de la communauté des linguistes13. Philologiquement, le terme de « glottologie » ne fait que renvoyer à celui de « linguistique ». Tesnière va au-delà du point de vue philologique et estime qu’il faut trouver de nouvelles bases fondatrices à la linguistique en la nommant autrement. C’est à cette tentative de refondation par renomination qu’on assiste en ouvrant le dossier qui va nous intéresser ici.

  • 14 H. Huot, 1995, p. 360-362.

6En effet, nous trouvons dans le fonds Tesnière un ensemble de manuscrits ayant trait à la notion de « glottologie » en vue de la préparation d’un ouvrage. Ce projet n’a pas abouti (les documents en témoignent). Si nous suivons H. Huot14, Tesnière a dû se consacrer à d’autres recherches durant la période où il préparait cet ouvrage, c’est-à-dire la période des années 1935.

7Nous essaierons, par l’observation de ces manuscrits, de cerner sa conception de la « glottologie », de la préciser par rapport aux notions qui lui sont liées et de montrer dans quel cadre le linguiste voulait inscrire ce travail théorique.

Un fonds récent peu exploité

Un fonds d’archives important

8Les trois activités du linguiste (enseignement, recherche de terrain et recherche théorique) sont représentées dans le fonds Tesnière de la BnF, à des degrés divers, par un nombre important de documents et manuscrits.

  • 15  Nous la remercions pour son accueil et l’autorisation qu’elle nous a accordée de montrer quelques (...)
  • 16 M.-H. Tesnière, 1996, p. 7.

9Les papiers ont été déposés par les héritiers de Tesnière en 1987, au département des Manuscrits. L’ensemble a été classé par sa petite-fille M.-H. Tesnière15, en soixante et un cartons et huit dossiers. Elle a créé trois rubriques intitulées « Manuscrits des œuvres inédites », « Manuscrits des œuvres éditées de façon posthume » et « Documents éclairant la genèse des œuvres, y compris la correspondance16 ».

  • 17  BnF, NAF 28026, cartons 39-48.
  • 18 BnF, NAF 28026, cartons 20-22.
  • 19  BnF, NAF 28026, cartons 31-38.

10L’intérêt du fonds Tesnière du point de vue génétique est certain : on y trouve plusieurs ébauches de travaux, dont certains ont été édités et d’autres non. On y trouve, notamment, les documents manuscrits préparatoires aux Éléments de syntaxe structurale17 publiés après sa mort, en 1959, mais aussi les inédits de sa Petite Grammaire allemande18 et ceux de sa Grammaire française pour étrangers19. Le dossier qui nous intéresse appartient à la première rubrique du classement, « Manuscrits des œuvres inédites ».

Les documents relatifs à « la glottologie »

11Ce sont les cartons 31 et 32 du fonds Tesnière qui contiennent les documents manuscrits qui nous occupent. Le dossier génétique que nous essayons de constituer est fragmentaire, mais il est suffisamment consistant pour que nous puissions regarder de près le travail de Tesnière sur le processus de formulation théorique.

12Le fonds n’est pas complètement folioté, d’où certaines difficultés pour explorer le corpus et pour transmettre nos observations. Voici l’ordre génétique que nous avons pu reconstituer :

131. Un ensemble de notes et plans sur des supports de formats différents. Ces notes et ces plans se retrouvent distribués indifféremment de façon éparse dans les cartons, ou bien à l’intérieur de livrets que nous allons décrire plus loin.

14Pour ce qui est des notes, on en distingue deux types :

15– des fiches de lecture présentant un ensemble cohérent : elles s’inscrivent toutes de même type sur un support (papier blanc de dimensions 12 × 16 cm) et se réfèrent à des ouvrages précis. Elles s’apparentent à un recueil de données ;

16– des notes tout-venant sur des supports très variés, qui témoignent d’un travail théorique et méthodologique autour de la notion de « glottologie ».

  • 20 Ainsi, dans un livret intitulé « Histoire de la Science du langage », se trouve une note sur le cla (...)

172. Des livrets. Tesnière a pour habitude de fabriquer des livrets : il insère dans des pages de type A4 pliées en deux des feuilles volantes qui ont trait à une problématique inscrite sur la couverture du livret20. Chaque livret contient lui-même plusieurs livrets constitués de la même manière. Cette construction joue le rôle de maquette de l’ouvrage : le livret principal représente la couverture, les livrets intérieurs représentent les chapitres. La constitution de livrets peut apparaître comme une deuxième étape, du point de vue génétique, puisqu’elle organise et hiérarchise le projet d’ouvrage. La plupart des notes s’y trouvent insérées. Ainsi, les fiches de lecture qui apparaissent comme une étape première, restent parfois éparses et parfois se trouvent placées à l’intérieur d’un livret-chapitre, lui-même situé à l’intérieur du livret-livre. Nous ne nous intéresserons ici qu’au livret-chapitre intitulé « V. Glottologie ».

  • 21 NAF 28026, carton 32, chemise 1.

183. Une version rédigée du premier chapitre de l’ouvrage projeté. Il s’agit de la seule rédaction présente ; elle se trouve inscrite dans un cahier paginé par le fabricant. Le cahier porte un titre sur la couverture : « La Glottologie21 ».

Un travail préparatoire méthodique

Fiches de lecture

19On trouve dans le carton 32 des fiches de lecture sur Essai de sémantique. Science des significations (1897) de M. Bréal, sur Le Cours de linguistique générale (1916) de F. de Saussure et sur Les Langues dans l’Europe nouvelle (1928) d’A. Meillet.

20Vingt-six feuilles volantes (chemise 1) sont consacrées à l’ouvrage de Bréal. Écrites seulement au recto, au crayon à papier, elles comportent des appréciations de Tesnière telles que « bien », ou encore « exact ». Ainsi à propos de la page 7 d’Essai de sémantique. Science des significations de Bréal, que nous citons ici :

  • 22 M. Bréal, 1897, p. 8.

Le but, en matière de langage, c’est d’être compris. L’enfant, pendant des mois, exerce sa langue à proférer des voyelles, à articuler des consonnes : combien d’avortements, avant de prononcer clairement une syllabe ! Les innovations grammaticales sont de la même sorte, avec cette différence que tout un peuple y collabore. Que de constructions maladroites, incorrectes, obscures, avant de trouver celle qui sera l’expression non pas adéquate (il n’en est point), mais du moins suffisante de la pensée ! En ce long travail, il n’y a rien qui ne vienne de la volonté22.

21Tesnière écrit : « Il n’y a pas d’expérience absolument adéquate à la pensée (Bréal, p. 7) Exact ».

22Un autre exemple montre directement l’utilité des fiches de lecture. L’une d’entre elles se trouve dans le livret V et porte une citation de Saussure suivie du résumé des premières pages du premier chapitre du Cours (« Coup d’œil sur l’histoire de la linguistique ») :

  • 23 F. de Saussure, 1979, p. 13-16.

La science qui s’est constituée autour de faits de langues a passé par 3 phases successives avant de reconnaître quel est son véritable et unique objet – 1° Grammaire 2° Philologie 3° Grammaire comparée. Enfin, Linguistique. De Saussure, p. 1323.

23Grâce à cette fiche, on voit que Tesnière s’inspire directement de Saussure pour établir le premier plan de son futur ouvrage (voir ci-dessous).

  • 24 Cette citation de Meillet que reprend Tesnière se trouve déjà dans l’avant-propos pour son ouvrage (...)
  • 25 L. Tesnière, « Statistique des langues en Europe », dans A. Meillet, Les Langues dans l’Europe nouv (...)

24Dans le carton 32 se trouve une note sur laquelle Tesnière exprime son désaccord avec Meillet au sujet de la définition univoque que celui-ci propose pour les langues : « Les langues sont ce que les font les sociétés qui les emploient. La volonté de ceux qui les parlent y intervient et contribue à leur développement (Meillet. L’Europe nouvelle)24 ». Tesnière (qui a d’ailleurs composé l’« appendice » de l’ouvrage de Meillet25), note aussitôt :

Critique. Vrai en partie pour la langue réelle, jamais pour la langue virtuelle. Ceci nous montre jusqu’à quel point il ne considère dans la langue que la langue réelle.

25Ceci est la première évocation par Tesnière de la distinction qu’il fait entre la « langue virtuelle » et la « langue réelle », et c’est sur cette citation que Tesnière s’appuiera pour avancer dans la définition des deux notions.

Plusieurs plans

26Dans les cartons 31 et 32 on ne trouve pas moins de six plans de l’ouvrage projeté.

27Un plan, très général, bien qu’il se trouve dans le livret-chapitre V, s’appuie sur la fiche de lecture de Saussure mentionnée plus haut. Voici le plan :

S’inspirant de la division de Saussure on peut distinguer les phases suivantes :
Antiquité
XVIIe s. I Grammaire
(Grammairien)
XVIIIe s. II Philologie
(Philologue)
XIXe s. III Grammaire comparée
(Comparatiste)
XXe s. V Glottologie
(Glottologue)

28Et voici le passage de Saussure qui a inspiré Tesnière :

  • 26 F. de Saussure, 1979, p. 13-16.

La science qui s’est constituée autour des faits de langue a passé par trois phases successives avant de reconnaître quel est son véritable et unique objet. On a commencé par faire ce qu’on appelait de la « grammaire » […] fondée sur la logique et dépourvue de toute vue scientifique et désintéressée sur la langue elle-même ; elle vise uniquement à donner des règles pour distinguer les formes correctes des formes incorrectes ; c’est une discipline normative, fort éloignée de la pure observation et dont le point de vue est forcément étroit. Ensuite parut la philologie. […] La langue n’est pas l’unique objet de la philologie, qui veut avant tout fixer, interpréter, commenter les textes ; cette première étude l’amène à s’occuper aussi de l’histoire littéraire, des mœurs, des institutions, etc. ; partout elle use de sa méthode propre, qui est la critique. Si elle aborde les questions linguistiques, c’est surtout pour comparer des textes de différentes époques, déterminer la langue particulière à chaque auteur, déchiffrer et expliquer des inscriptions rédigées dans une langue archaïque ou obscure. Sans doute ces recherches ont préparé la linguistique historique […]. La troisième période commença lorsqu’on découvrit qu’on pouvait comparer les langues entre elles. Ce fut l’origine de la philologie comparative ou « grammaire comparée ». […] Éclairer une langue par une autre, expliquer les formes de l’une par les formes de l’autre, voilà ce qui n’avait pas encore été fait. […] La linguistique proprement dite, qui fit à la comparaison la place qui lui revient exactement, naquit de l’étude des langues romanes et des langues germaniques. […]26.

29Tesnière se base sur les trois grandes étapes décrites par Saussure pour en faire un plan d’ouvrage dont la partie V serait la « glottologie ». Tesnière remplace-t-il l’étape IV de Saussure, « la linguistique proprement dite », par la « glottologie », auquel cas il se tromperait dans les chiffres ? Ou bien ajoute-t-il une étape V, oubliant de noter l’étape IV ?

30Les cinq autres plans sont plus détaillés et, tous, abordent les notions de « langue virtuelle » et de « langue réelle ». D’abord vient un minuscule plan sur une feuille volante où est noté à l’encre noire :

  • 27  NAF 28026, carton 32, f° 53.

Langage 2 parties 1° virtuel 2° réel27.

31Ensuite, vient le plan où Tesnière reprend la « glottologie » et les notions de « langue virtuelle » et « langue réelle » :

Fig. 1

Fig. 1

Fig. 1 : Feuillet rempli au recto et au verso, rédigé à l’encre noire, 40 × 32 cm (BnF, fonds Tesnière, NAF 28026, carton 32)

Bibliothèque nationale de France

Transcription de la figure 1

Transcription de la figure 1
  • 28 La langue écrite est pour Tesnière dérivée de la langue orale.

32[note 29 incluse dans le tableau :28]

  • 29 Pour le concept de « noologie », nous pouvons nous référer au travail de Tesnière sur la Grammaire (...)

33Il faut remarquer qu’ici, la distinction entre le « virtuel » et le « réel » ne concerne que la « langue parlée » et inclut la « phonologie » et la « noologie29 ». La place de la « morphologie » reste floue : concerne-t-elle le « virtuel » et le « réel » ou bien seulement le « réel » ? Cette place sera définie sur le plan suivant qui est intitulé « Plan général ».

34Tesnière y replace ses deux notions clés :

Fig. 2

Fig. 2

Fig. 2 : Feuillet épars, encre noire, 6,5 × 21,5 cm (BnF, Fonds Tesnière, NAF 28026, carton 32)

Bibliothèque nationale de France

Transcription de la figure 2

Transcription de la figure 2

35Tesnière déplace, ici, le « réel » et le met en première position par rapport au « virtuel » : il traiterait donc d’abord de la « langue réelle » qui poserait moins de difficultés, comme nous avons pu le voir sur la fiche de lecture de Meillet. Il faut remarquer aussi que la distinction parlée/écrite appliquée à « langue » n’intervient plus.

  • 30  NAF 28026, carton 32, dossier 10.

36Deux autres plans du futur ouvrage rédigés sur des feuillets épars se trouvent dans le carton 3230. La place des langues « virtuelle » et « réelle » semble être fixée. Tesnière y développe le « langage réel » même s’il annonce, en le citant d’abord, le virtuel.

37À travers ces plans, Tesnière passe d’une conception purement historique à une conception culturaliste et très générale, comme le montre par exemple le chapitre IV du plan ci-dessus : « Développement historique des races. Origine des races ».

38Le plan suivant confirme à nouveau l’antériorité de traitement du « langage réel », mais aussi la généralité dans laquelle ce traitement semble se perdre : le langage et les langues permettent d’aboutir à des « conclusions anthropologiques » :

Introduction
I Analyse du langage. Langage réel et virtuel. Phonétique. Noétique, Morphétique.
Cadre des recherches.
Subdivisions
II Recherches langue par langue dans chaque subdivision du plan. Amas des documents. Examen.
III Groupement centripète. Cartographie. Conclusions linguistiques.
Les groupements centres de diffusion.
Développement historique du langage.
IV Conclusions anthropologiques. Histoire, Légende et Préhistoire. Ethnologie.
Concept de race.
Origine du langage.

39On peut noter que dans ces différents plans les termes de « langue » ou « langage » ne sont pas stabilisés.

Des notes de réflexion théorique

40Ces plans ne peuvent être interprétés réellement que si l’on observe parallèlement les notes de réflexion théorique. Examinons les notes préparatoires où sont définies les notions de « langage réel » et de « langage virtuel », d’« ἔργον » et d’« ἐνέργεια », et enfin de « glottologie », qui constituent le cœur de la réflexion de Tesnière.

Les notions de « langue réelle » et de « langue virtuelle »

41Six notes de réflexions théoriques ont trait aux notions de « langue réelle » et de « langue virtuelle ».

42Nous proposons un ordre qui nous permet de voir comment la distinction entre ces deux notions progresse dans la pensée de Tesnière. Il commence d’abord par établir la distinction entre la « mémoire » et le « raisonnement » :

  • 31 NAF 28026, carton 32, chemise 10, liasse de papiers n° 2, f° 11, encre noire.

Langue virtuelle – centrifuge, moins langue, mémoire
Langue réelle – centripète, plus langue, raisonnement31

43Les notes suivantes détaillent cette distinction :

  • 32 NAF 28026, carton 32, chemise 1.

Nous appellerons langue virtuelle l’ensemble des éléments linguistiques qui sont en nous et qui précèdent [ill.] notre individu. […] Nous appellerons langue réelle la réalisation en mots des facultés ci-dessus mentionnées32.

  • 33 La ligne AB séparerait le « bruit » et le « sens », ce qui renvoie à la barre qui sépare le signifi (...)
  • 34 NAF 28026, carton 32, chemise 10, liasse de papiers n° 1, f° 73, encre noire.

Ainsi, la langue réelle est une faculté propre à chaque individu.
Un langage n’est réel qu’en tant que la ligne AB est franchie. Un jeune français naît,
il apprend à parler, il franchit la ligne A et B. Il y a association entre le bruit et le sens33.
– Le langage réel, c’est celui où la correspondance est établie entre le bruit et la signification.
Je dis que cette correspondance est fortuite et qu’elle dépend ainsi du hasard, du moins de l’héritage reçu ? Elle n’est pas réglée par la langue virtuelle.
Faisant donc abstraction d
Supposons que toute une génération de Français cesse de parler. La correspondance sera entièrement anéantie. L Si elle est rétablie d’une façon abs qui n’a rien avoir avec la correspondance disparue, un vieux « rescapé » et un jeune ne se comprennent plus. Et néanmoins la langue est la même. Ni le vieux, ni le jeune n’éprouvent de la difficulté à s’assimiler la langue de l’autre. Virtuellement, c’est aussi la sienne. A [ill.] de la parenté réelle des langues, il faudrait établir une parenté virtuelle. Les tableaux généalogiques ainsi obtenus peuvent être entièrement différents dans les 2 cas.
Ainsi C’est ainsi que le français descend réellement du latin, virtuellement du gaulois34.

  • 35 Ibid.

– La langue virtuelle est toujours en avance sur la langue réelle.
– La langue virtuelle est celle qui tend à se transformer (mutations) la langue réelle celle qui tend à rester ce qu’elle est ( ? ! ? !)
La langue virtuelle tend vers l’hétérogénéité (la mutations) ; la langue réelle tend vers l’homogénéité (analogie).
– C’est par l’opposition et la lutte constante entre la langue virtuelle et la langue réelle qui constitue la vie des langues (ενεργεια et non εργον)35.

  • 36 NAF 28026, carton 32, chemise 10, liasse de papiers n° 1, f° 74, encre noire.

– Si la langue virtuelle est très proche de la langue réelle, celle-ci ne subit que des transformations insignifiantes. Si au contraire ces 2 langues sont très éloignées l’une de l’autre, les transformations sont nombreuses et rapides. La langue réelle tend à rester ce qu’elle est (analogie) ? tandis que la langue virtuelle tend à se transformer.
C’est donc par les langues virtuelles qu’entrent les éléments de transformation qui ne peuvent être [ill.] que des changements dans la structure phonétique ou psychologique d’un groupe d’individus36.

  • 37 NAF 28026, carton 32, chemise 10, liasse de papiers n° 1, f° 77, crayon à papier.

Il existe encore aujourd’hui des langues plus harmoniques que les autres. Elles sont réellement plus faciles à apprendre que d’autres.
Définition. Une langue <est> harmonique est une langue <dans la mesure où sa> dont la virtu réalité se déduit de sa virtualité37.

  • 38 Ainsi, cela nous mène à une première conclusion : la « glottologie » de Tesnière rejoindrait la glo (...)

44Nous pouvons déduire de ces notes que la « langue réelle » représente pour Tesnière la faculté propre à chaque individu, la « langue virtuelle » étant notre mémoire historique. Les plans de Tesnière montrent que la « langue virtuelle » serait étudiée sous deux angles d’approche : « phonologique » et « noologique », ce dernier consistant en l’étude de la pensée limitée à son aspect linguistique38.

Les notions d’« ἔîργον » (ergon) et d’« ἐîνέργεια » (energeia)

45Quand Tesnière dit que « C’est par l’opposition et la lutte constante entre la langue virtuelle et la langue réelle qui constitue la vie des langues (ενεργεια et non εργον) », il est bien du côté de la langue parlée, ce qui a été déjà défini dans ses plans de l’ouvrage projeté. La langue est donc pour lui une activité (ἐνέργεια). Deux notes qui ont trait aux notions d’ἔργον et d’ἐνέργεια viennent à l’appui de cette remarque :

Fig. 3

Fig. 3

Fig. 3 : Feuillet blanc, crayon à papier, 12,5 × 20 cm (BnF, Fonds Tesnière, NAF 28026, carton 32)

Bibliothèque nationale de France

K
– Qu’il existe dans le langage donc/deux
tendances l’une virtuelle à la mutation
l’autre réelle à l’analogie
transformation ≠ conservation et
que la lutte incessante de ces 2 éléments
explique comment le langage est
ενεργεια et non εργον.

Fig. 4

Fig. 4

Fig. 4 : Feuillet volant brun, encre noire, 12,5 × 17 cm (BnF, Fonds Tesnière, NAF 28026, carton 32)

Bibliothèque nationale de France

εργον et ενεργεια
C’est la vie du langage.
Cf Le Dantec. Athéisme p 195
La vie est le résultat d’une
lutte de deux facteurs.

[ill.] ? Donc, les mots vivent
réellement et non seulement
dans notre terminologie.

46Voici deux autres notes très développées. Numérotées par Tesnière lui-même (1 et 2), elles se suivent et sont intitulées « Qu’est-ce que le langage ». Elles proposent, avec quelques ratures et insertions, une réflexion sur le langage où sont précisées les notions d’ergon et d’energeia :

Fig. 5

Fig. 5

Fig. 5 et 5 bis : Feuillets blancs, crayon à papier, 12,5 × 20 cm (BnF, Fonds Tesnière, NAF 28026, carton 32)

Bibliothèque nationale de France

Transcription de la figure 5

Transcription de la figure 5

Fig. 5 bis

Fig. 5 bis

Bibliothèque nationale de France

Transcription de la figure 5 bis

Transcription de la figure 5 bis

47Si Tesnière dans ses notes précédentes rejoignait complètement l’idée de Humboldt, à savoir que la langue est ἐνέργεια, ici, il n’oppose plus les formes vivante et figée de la langue ; les deux constituent la langue.

La notion de « glottologie »

  • 39 Cette réflexion trouve également son appui sur une note (carton 32, encre noire) où est inscrit un (...)

48En nous basant sur les notes qui ont trait aux notions de « langue réelle » et « langue virtuelle », nous pouvons conclure que la « glottologie » de Tesnière consisterait principalement en l’étude comparée de différentes langues39.

49Une des premières tentatives de théorisation de la notion de « glottologie » le prouve :

Fig. 6

Fig. 6

Bibliothèque nationale de France

Glottologie
Un peuple qui petit à petit
devient un autre par mutation.
ex. i e. devient russea.

50Dans le livret du chapitre V, « Glottologie et glottologues, xxe siècle », nous trouvons une note qui présente une définition de la « glottologie » :

La glottologie, synthèse de la science du langage sous ses diverses formes précédentes, est à l’instar de la philologie une science pratique, elle doit contenir la science de l’enseignement des langues, méthode directe, etc.

51Dans un livret intitulé « Glottologie science propre », nous trouvons une autre note plus détaillée :

Fig. 7

Fig. 7

Fig. 7 : Livret intérieur du livret-chapitre V, « Glottologie et glottologues, xxe siècle » (BnF, Fonds Tesnière, NAF 28026, carton 32)

Bibliothèque nationale de France

  • 40 Ch. Gignoux travaillait avec A. Sechehaye, Ch. Bally et A. Riedlinger à Genève.

– Que la glottologie est une
science à part existant pour
elle-même et non pour une science
auxiliaire de l’histoire. Critique
des cours de Gignoux40.
– Classification des sciences

52Si Tesnière explique ce qu’est la « glottologie », il ne la définira réellement que dans la version rédigée.

La version rédigée

  • 41 De couleur violet pâle (16,5 × 20,5 cm), à lignes, avec une marge de 3 cm.

53Venons-en au cahier du carton 32 qui contient la seule rédaction proprement dite. Les numéros de pages (de 1 à 18) sont imprimés sur le cahier par le fabricant41. Sur la couverture, à l’emplacement laissé blanc pour le titre, Tesnière inscrit : « Glottologie. Lucien Tesnière ». Deux passages ont trait à la définition de la « glottologie » (p. 7 et p. 9) :

Fig. 8

Fig. 8

Bibliothèque nationale de France

En d’autre terme la glottologie
est de la façon la plus générale et la plus large
la « science du langage articulé ».

Fig. 9

Fig. 9

Bibliothèque nationale de France

Transcription de la figure 10

Transcription de la figure 10

54Ici, la « glottologie » est définie comme la science du langage articulé, et mise en rapport avec l’anthropologie, partie sur laquelle Tesnière a hésité mais qu’il a cependant laissée dans le dernier plan de son ouvrage projeté et qu’il confirme, ici, comme englobante, un peu comme la sémiologie l’est pour la linguistique chez Saussure.

55En nous basant sur ces documents préparatoires de Tesnière, nous pouvons présumer que la « glottologie » se serait appuyée sur la linguistique de terrain et sur la « psychologie comparée ». Son projet était sans doute de faire valoir la nécessité d’étudier les langues du point de vue comparatif. Néanmoins, à l’issue de ce parcours, on ne peut s’empêcher de constater une certaine confusion chez Tesnière. S’attachant à tout prix à dénommer son projet par le terme « glottologie », il brasse et circule à travers diverses disciplines : une démarche hésitante qui n’aide pas à la clarification d’un projet qui semble être de linguistique générale.

Conclusion : une pensée théorique complexe

56En ouvrant le dossier de l’ouvrage inachevé de la « glottologie », nous avons pu voir comment les principaux concepts de Tesnière, ceux pour lesquels il est connu, se cristallisent à travers ses plans et ses notes de travail, dès les années 1935. Ce dossier présente plus que d’autres l’intérêt d’illustrer l’inspiration de la linguistique de cette époque et sa plasticité dans les apports conceptuels. La dernière dimension présente à cet égard une portée importante, car elle inscrit la théorie d’un langage donné dans un processus d’analyse générale d’une forme de vie donnée, tant au sens anthropologique qu’au sens spécifiquement psychique. Tesnière relie l’intentionnalité de la conscience au langage qui, par l’articulation du virtuel, structure la communication réelle.

57L’ouvrage inachevé de Tesnière repose sur le concept central de langage articulé. Ce concept renvoie à une conception dynamique de l’energeia. La pensée de Tesnière, prise dans sa genèse, révèle une aspiration à synthétiser les sources philosophiques dominantes de la linguistique structurale. On peut y voir une tentative d’unification des recherches fondatrices de Humboldt visant à la saisie globale du phénomène linguistique et des points de vue ethnologique, logique et psychologique, en reliant de manière cohérente les aspects culturels, calculatoires et intentionnels du verbe. Nous pouvons voir que tant que Tesnière reste prisonnier d’une ambition théorique généraliste dans sa recherche de définition de la « glottologie », sa pensée tourne en rond sans vraiment avancer. En revanche, la mise en œuvre concrète de l’energeia dans la notion de connexion qui est dynamique, contrairement au modèle concurrent de l’analyse en constituants immédiats, débouchera sur une théorie novatrice et féconde : Tesnière reprendra ces idées pour travailler à ses Éléments de syntaxe structurale.

Références bibliographiques

58Bréal M., 1897, Essai de sémantique. Science des significations, Paris, Hachette.

59Briu J.-J., 2000, « Les groupes syntaxiques en allemand. Un cours polycopié inédit de Jean Fourquet (1966, Paris, Sorbonne) », dans Histoire, Épistémologie, Langage, vol. XXII, n° 22-2, SHESL, PUV, p. 133-150.

60Bulag, n° 7 (1980), « Hommage à Lucien Tesnière », Faculté des Lettres et des sciences humaines, Besançon.

61Cortès C., Rousseau A. (dir.), 1999, Catégories et connexions. Hommage à Jean Fourquet pour son centième anniversaire le 23 juin 1999, Villeneuve-d’Ascq, Éd. du Septentrion.

62Dilberman H., 2006, « Wilhelm von Humboldt et l’invention de la forme de la langue », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 2006/2, t. 131, p. 163-191.

63Espagne M., 2006, « Quelques errances de la notion de culture. Humboldt – Jakobson – Lévi-Strauss », Revue germanique internationale, « L’Allemagne des linguistes russes », p. 185-195 ; en ligne : <http://rgi.revues.org/​128>.

64Felice E. de, 1954, La Terminologia linguistica di G. I. Ascoli e della sua scuola, Utrecht/Anvers, Spectrum.

65Fenoglio I., 2009, « Les notes de travail d’Émile Benveniste : où la pensée théorique naît via son énonciation », Langage & Société, n° 127, p. 23-49.

66Fourquet J., 1969, Grammaire de l’allemand, classes supérieures, Paris, Hachette.

67Happ H., 1979, « La possibilità di una grammatica della dipendenza del latino », trad. de H. Happ (« Möglichkeiten einer Dependenz-Grammatik des Lateinischen », Gymnasium, n° 83, 1976, p. 35-58), dans Proverbio (éd.).

68Huot H., 1995, « La Grammaire française pour étrangers de Lucien Tesnière », dans F. Madray-Lesigne, et J. Richard-Zappella (dir.), Lucien Tesnière aujourd’hui, Actes du colloque international CNRS URA 1164 – Université de Rouen, 16-18 novembre 1992, Louvain/Paris, Éditions Peeters, p. 357-367.

69Genesis, n° 20, 2003, « Écriture scientifique », Paris.

70Meillet A., 1928, Les Langues dans l’Europe nouvelle, Paris, Payot.

71Martemianov Y. S., 1973, « Valency-Junction-Emphasis Relations as a Language for Text Description », dans Trends in Soviet Theoretical Linguistics, Dordrecht, Reidel, p. 62-85.

72Mel’čuk I. A., Pertsov N. V., 1987, Surface syntax of English : A formal model within the Meaning-Text framework, Amsterdam/Philadelphia, Benjamins.

73Michon P., 2000, Poétique d’une anti-anthropologie. L’herméneutique de Gadamer, Paris, Vrin.

74Petitot J. (s.d.), « Approche morphodynamique de l’iconicité des stemmas. Des connexions tesnièriennes aux images-schèmes des grammaires cognitives » [en ligne] : <www.crea.polytechnique.fr>.

75Saussure F. de, 1979 [1916], Cours de linguistique générale, Paris, Payot.

76Sayce A. H., 1884, Principes de philologie comparée, C. Delagrave, Paris, [en ligne] : <http://ctlf.ens-lyon.fr>.

77Tesnière L., 1959, Éléments de syntaxe structurale, Paris, Klincksieck.

781953, Esquisse d’une syntaxe structurale, Paris, Klincksieck.

79Tesnière M.-H., 1996, « Le fonds Lucien Tesnière à la Bibliothèque nationale de France », dans Lucien Tesnière – Syntaxe structurale et opérations mentales, Akten des deutsch-französischen Kolloquiums anläßlich der 100. Wiederkehr seines Geburtstages Strasbourg 1993, hrsg. von Gertrud Gréciano und Helmut Schumacher, Tübingen, Niemeyer, 1996, p. 7-13.

Haut de page

Notes

1  BnF, NAF 28026, carton 32.

2  J.-J. Briu, 2000, p. 133-150.

3  Voir l’exposé de B. Schwischay fait à l’Institut de perfectionnement en langues vivantes de l’Université catholique de l’Ouest à Angers en janvier 2001, <http://www.home.uni-osnabrueck.de/bschwisc/archives/stemma.pdf>. Nous pouvons citer, ici, la grammaire de l’allemand de Fourquet lui-même : Grammaire de l’allemand, classes supérieures, Paris, Hachette, 1969.

4  Le terme de « valence » désigne un trait syntaxique caractérisant principalement le verbe. On nomme valence d’un tel terme le nombre d’actants qu’il peut recevoir ou qu’il doit recevoir pour être saturé, c’est-à-dire fournir un syntagme grammaticalement correct. Dans la terminologie de Tesnière, le sujet est dénommé prime actant, le COD second actant et le COI tiers actant. Par exemple, le verbe dormir est monovalent, il a une valence 1. En effet, dans Je dors, le verbe dormir n’est syntaxiquement rattaché qu’au sujet je. Le verbe manger est bivalent (valence 2) : on mange quelque chose. Le verbe donner est trivalent : on donne quelque chose à quelqu’un.

5 H. Happ, 1979, p. 186-214.

6 H. Huot, 1995, p. 357.

7 Fonds Tesnière de la BnF, NAF 28026, cartons 31 et 32.

8 Voir M. Espagne, 2006, p. 186.

9 Trad. P. Michon, 2000, p. 95 (W. von Humboldt [1836], Über die Verschiedenheit des menschlichen Sprachbaues und ihren Einfluß auf die geistige Entwickelung des Menschengeschlechts, Ges. Sch. VII).

10  Par G. Ascoli (1829-1907), qui a été le premier enseignant italien de cette discipline, et a remplacé l’histoire comparée des langues classiques par la « glottologie ».

11  Par exemple par R. de la Grasserie (1839-1914), dans Étude scientifique sur l’argot et le parler populaire, Paris, Darangon, 1907.

12  Notamment par le linguiste russe I. A. Baudouin de Courtenay (1845-1929), dans « Glottologičeskije zametki » [Notes glottologiques], dans Dzieła wybrane, Varsovie, Pańtwowe wydawnictwo naukowe, 1883.

13 A. Sayce, philologue britannique, définissait la « glottologie » ainsi : « La Glottologie sera la science du langage qui compare et classe les mots et les formes ; elle arrive ainsi aux lois empiriques et finalement aux lois premières qui gouvernent le développement du langage et de ses variétés. Par un appel fait à l’histoire, à la psychologie, à l’ethnologie, on vérifiera ces lois. Comme les mots ne sont que la pensée parlée et le langage, le reflet de la société, les résultats de la science et l’application des lois que nous aurons découvertes, consisteront à reconstruire l’histoire passée de l’homme et à déterminer le caractère de ces périodes premières depuis longtemps oubliées que nous révèlent les monuments du langage, en cela semblables aux fossiles. Nous pourrons alors retracer le développement graduel de l’esprit humain, manifesté soit dans la création du langage en général, instrument de communication et expression des rapports qui relient la pensée au monde, soit dans le triomphe de la volonté sur les organes corporels et les limites qu’à leur tour ces organes lui imposent, soit enfin dans l’évolution de l’idée religieuse, en d’autres mots, dans la Mythologie comparée et la science des religions » (A. H. Sayce, 1884, p. 54).

14 H. Huot, 1995, p. 360-362.

15  Nous la remercions pour son accueil et l’autorisation qu’elle nous a accordée de montrer quelques images de manuscrits.

16 M.-H. Tesnière, 1996, p. 7.

17  BnF, NAF 28026, cartons 39-48.

18 BnF, NAF 28026, cartons 20-22.

19  BnF, NAF 28026, cartons 31-38.

20 Ainsi, dans un livret intitulé « Histoire de la Science du langage », se trouve une note sur le classement historique des sciences du langage.

21 NAF 28026, carton 32, chemise 1.

22 M. Bréal, 1897, p. 8.

23 F. de Saussure, 1979, p. 13-16.

24 Cette citation de Meillet que reprend Tesnière se trouve déjà dans l’avant-propos pour son ouvrage Les Langues dans l’Europe nouvelle (Paris, Payot, 1928, p. VII).

25 L. Tesnière, « Statistique des langues en Europe », dans A. Meillet, Les Langues dans l’Europe nouvelle, op. cit., p. 291-496.

26 F. de Saussure, 1979, p. 13-16.

27  NAF 28026, carton 32, f° 53.

28 La langue écrite est pour Tesnière dérivée de la langue orale.

29 Pour le concept de « noologie », nous pouvons nous référer au travail de Tesnière sur la Grammaire française pour étrangers. Comme le note H. Huot, d’après un des projets d’introduction, la « noologie » est présentée comme étant « l’étude de la pensée limitée à son aspect linguistique » et les « noèmes » comme les notions linguistiques qui informent un système linguistique ; ainsi « la catégorie du futur est un noème » (Huot, 1995, p. 361).

30  NAF 28026, carton 32, dossier 10.

31 NAF 28026, carton 32, chemise 10, liasse de papiers n° 2, f° 11, encre noire.

32 NAF 28026, carton 32, chemise 1.

33 La ligne AB séparerait le « bruit » et le « sens », ce qui renvoie à la barre qui sépare le signifiant du signifié chez Saussure, principe que Tesnière présente autrement.

34 NAF 28026, carton 32, chemise 10, liasse de papiers n° 1, f° 73, encre noire.

35 Ibid.

36 NAF 28026, carton 32, chemise 10, liasse de papiers n° 1, f° 74, encre noire.

37 NAF 28026, carton 32, chemise 10, liasse de papiers n° 1, f° 77, crayon à papier.

38 Ainsi, cela nous mène à une première conclusion : la « glottologie » de Tesnière rejoindrait la glottologie telle qu’elle était enseignée par G. Ascoli.

39 Cette réflexion trouve également son appui sur une note (carton 32, encre noire) où est inscrit un tableau de comparaison des langues selon différents aspects. Ainsi, les notions de « direction », « provenance », « temps », « passage », « durée », « lieu » sont inscrites en plusieurs langues. Par exemple, pour « lieu » : « kie ? ŭbĭ ?  ? dove ? wo ? where ? где ? gdijё ? kur ? hol ? ».

40 Ch. Gignoux travaillait avec A. Sechehaye, Ch. Bally et A. Riedlinger à Genève.

41 De couleur violet pâle (16,5 × 20,5 cm), à lignes, avec une marge de 3 cm.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Fig. 1 : Feuillet rempli au recto et au verso, rédigé à l’encre noire, 40 × 32 cm (BnF, fonds Tesnière, NAF 28026, carton 32)
Crédits Bibliothèque nationale de France
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1049/img-1.png
Fichier image/png, 983k
Titre Transcription de la figure 1
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1049/img-2.png
Fichier image/png, 40k
Titre Fig. 2
Légende Fig. 2 : Feuillet épars, encre noire, 6,5 × 21,5 cm (BnF, Fonds Tesnière, NAF 28026, carton 32)
Crédits Bibliothèque nationale de France
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1049/img-3.png
Fichier image/png, 688k
Titre Transcription de la figure 2
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1049/img-4.png
Fichier image/png, 19k
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1049/img-5.png
Fichier image/png, 17k
Titre Fig. 3
Légende Fig. 3 : Feuillet blanc, crayon à papier, 12,5 × 20 cm (BnF, Fonds Tesnière, NAF 28026, carton 32)
Crédits Bibliothèque nationale de France
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1049/img-6.png
Fichier image/png, 297k
Titre Fig. 4
Légende Fig. 4 : Feuillet volant brun, encre noire, 12,5 × 17 cm (BnF, Fonds Tesnière, NAF 28026, carton 32)
Crédits Bibliothèque nationale de France
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1049/img-7.png
Fichier image/png, 404k
Titre Fig. 5
Crédits Fig. 5 et 5 bis : Feuillets blancs, crayon à papier, 12,5 × 20 cm (BnF, Fonds Tesnière, NAF 28026, carton 32)
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1049/img-8.png
Fichier image/png, 839k
Titre Transcription de la figure 5
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1049/img-9.png
Fichier image/png, 26k
Titre Fig. 5 bis
Crédits Bibliothèque nationale de France
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1049/img-10.png
Fichier image/png, 818k
Titre Transcription de la figure 5 bis
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1049/img-11.png
Fichier image/png, 42k
Titre Fig. 6
Crédits Bibliothèque nationale de France
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1049/img-12.png
Fichier image/png, 155k
Titre Fig. 7
Légende Fig. 7 : Livret intérieur du livret-chapitre V, « Glottologie et glottologues, xxe siècle » (BnF, Fonds Tesnière, NAF 28026, carton 32)
Crédits Bibliothèque nationale de France
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1049/img-13.png
Fichier image/png, 244k
Titre Fig. 8
Crédits Bibliothèque nationale de France
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1049/img-14.png
Fichier image/png, 129k
Titre Fig. 9
Crédits Bibliothèque nationale de France
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1049/img-15.png
Fichier image/png, 847k
Titre Transcription de la figure 10
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1049/img-16.png
Fichier image/png, 24k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentina Chepiga, « La préparation d’un ouvrage inachevé : « La glottologie » de Lucien Tesnière », Genesis, 35 | 2012, 87-99.

Référence électronique

Valentina Chepiga, « La préparation d’un ouvrage inachevé : « La glottologie » de Lucien Tesnière », Genesis [En ligne], 35 | 2012, mis en ligne le 15 novembre 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://genesis.revues.org/1049 ; DOI : 10.4000/genesis.1049

Haut de page

Auteur

Valentina Chepiga

Valentina Chepiga est maître de langue à l’Institut national des langues et civilisations orientales. Elle a publié des travaux sur l’attribution des textes écrits sous un pseudonyme (Analyse stylistique comparée des romans de Romain Gary et d’Émile Ajar, Saarbrücken, LAP Lambert Academic Publishing [en russe]). Rattachée à l’ITEM (CNRS-ENS), elle travaille sur le multilinguisme chez les auteurs franco-russes, ainsi que sur la genèse des théories linguistiques (Benveniste, Tesnière).
valentina.chepiga[arobase]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org