Navigation – Plan du site
Études

Gomorrhe 1913-1915

Survivance de l’affaire Dreyfus dans le Cahier 54
Yuji Murakami
p. 79-89

Résumés

On sait que Proust était passionnément dreyfusard et qu’il a largement incorporé, entre 1897 et 1899, l’Affaire en cours dans son roman inachevé Jean Santeuil. L’écrivain n’avait pourtant pas trouvé un point de vue cohérent pour affronter le sujet de l’antisémitisme. Il n’en est pas de même dans la Recherche, où la voix des antirévisionnistes est représentée à travers divers personnages fictifs. Or, à côté d’une telle écriture explicite et polyphonique, Proust semble avoir inventé une autre manière d’aborder le discours antisémite et sa propre identité juive. Métaphorique et allégorique, cette autre écriture de l’affaire Dreyfus, qui commence à émerger vers 1899, culmine avec la description de Gomorrhe dans le cycle d’Albertine. À travers une relecture du Cahier 54, édité en 2008, on propose de mettre en évidence cet aspect méconnu de l’écriture historiographique proustienne, à savoir la transposition critique du discours antidreyfusard et antisémite vers le début de la Grande Guerre.

Haut de page

Texte intégral

1On sait que Proust était passionnément dreyfusard et qu’il a largement incorporé, entre 1897 et 1899, l’Affaire en cours dans son roman inachevé Jean Santeuil. Le jeune écrivain n’avait pourtant pas trouvé un point de vue cohérent pour affronter le sujet de l’antisémitisme. Il n’en est pas de même dans À la recherche du temps perdu, où la voix des antirévisionnistes est représentée à travers divers personnages fictifs. Or, à côté d’une telle écriture explicite et polyphonique, bien connue des chercheurs, Proust semble avoir inventé une autre manière d’aborder le discours antisémite et sa propre identité juive. Métaphorique et allégorique, cette autre écriture de l’affaire Dreyfus, qui commence à émerger vers 1899, culmine avec la description de Gomorrhe dans le cycle d’Albertine. À travers une relecture du Cahier 54, édité en 2008 par Francine Goujon, Nathalie Mauriac Dyer et Chizu Nakano, nous nous proposons de mettre en évidence cet aspect obscur de l’écriture historiographique proustienne, à savoir la transposition critique du discours antidreyfusard et antisémite vers les premières années de la Première Guerre mondiale.

L’affaire Dreyfus dans le Cahier 54

2L’« enquête » du narrateur sur les « trahisons » d’Albertine, présente ou disparue, est contrainte à une oscillation incessante entre « l’idée de la culpabilité » et « l’idée de l’innocence ». Bien que Proust n’établisse jamais dans le texte de la Recherche un parallèle explicite entre Gomorrhe et l’affaire Dreyfus, la mémoire de celle-ci paraît fortement présente dans une série de comparaisons judiciaires et policières, tels les « aveux » d’Albertine, les interrogatoires des témoins, les « révélations » d’un agent secret du narrateur. L’unique référence explicite à l’Affaire dans le Cahier 54 nous permet d’avancer l’hypothèse d’une transposition quasi méthodique de l’antidreyfusisme dans la description de Gomorrhe :

  • 1 Cahiers 1 à 75 de la Bibliothèque nationale de France. Cahier 54, Bibliothèque nationale de France, (...)

Après que tant de preuves si fortes, si précises, si nouvelles (la doucheuse, la blanchisseuse) m’avaient laissé incrédule, c’est à ces petits soupçons anciens et qui m’avaient paru alors si peu probants que je n’en étais pas resté inquiété, que je revenais, comme les adversaires de Dreyfus après tant de preuves, revenaient au vieux Bordereau […]. Et ces preuves anciennes d’une culpabilité possible d’Albertine me faisaient d’autant plus de mal qu’il y avait longtemps que je n’avais pensée à elles, et qu’elles avaient repris une sorte de nouveauté, comme les modes anciennes qui’on reprend1 (fig. 1).

  • 2 Voir RTP, IV, AD, p. 123-125.

3La comparaison de l’affaire Dreyfus est absente de l’édition d’Albertine disparue. La résurrection du souvenir des Buttes-Chaumont déclenchée chez le narrateur par les rapports d’Aimé sur la doucheuse et la blanchisseuse y est généralisée, avec des métaphores anodines, dans une réflexion sur la mémoire et sur l’habitude2. Le brouillon cité a l’avantage de nous montrer matériellement l’analogie, invisible dans l’édition, entre le narrateur et les antidreyfusards, entre Albertine et le capitaine Dreyfus, entre Gomorrhe et l’Affaire.

Fig. 1

Fig. 1

Cahier 54, fo 98 ro (BnF, NAF 16694)

BnF

  • 3 Charles Maurras, « Politiciens ou généraux ? Réponse à M. Clemenceau », L’Action française, 25 juil (...)

4Pour interpréter précisément cette référence aux antidreyfusards, il faut d’abord constater la situation de l’antidreyfusisme au temps de la constitution du Cahier 54. Le passage cité fut écrit entre le 30 mai et la mi-octobre 1914. La période coïncide avec le moment d’une grande transformation de la mémoire de l’Affaire chez les antidreyfusards. Depuis sa fondation en mars 1908, le quotidien L’Action française dénonçait sans cesse l’arrêt « frauduleux » de la Cour de cassation qui avait innocenté le capitaine Dreyfus en 1906. Pour en rester à l’année 1914, l’assassinat de Gaston Calmette, suivi du grand procès d’Henriette Caillaux tenu devant la Cour d’assises de la Seine en juillet, donnait aux rédacteurs de ce journal antisémite l’occasion de revenir sur l’affaire Dreyfus considérée comme un complot juif. Dans le numéro du 25 juillet 1914, Maurras écrivait : « Aujourd’hui […] le Tout Dreyfus défile au Palais de Justice, comme pour démontrer que l’Affaire Dreyfus est la clef de toute notre histoire, parlementaire et militaire, judiciaire et politique, morale même3. »

  • 4 Id., « La Vérité », L’Action française, 4 août 1914.
  • 5 Id., « La politique », L’Action française, 6 février 1915.
  • 6 Id., « La politique », L’Action française, 3 novembre 1915.

5La déclaration de guerre en août change cette situation. La constitution de l’Union sacrée réalisant une sorte d’amnistie, l’affaire Dreyfus est frappée de tabou, comme le montre l’affirmation de Maurras dans L’Action française du 4 août 1914 : « C’est une erreur matérielle pure qui a fait insérer hier notre rubrique habituelle du calendrier de l’Affaire Dreyfus. Le souvenir n’en est pas plus possible devant l’ennemi, à la veille des luttes où chacun peut se racheter4. » À partir de cette date, l’Affaire disparaît de L’Action française, abstraction faite de quelques exemples négligeables. Cette « convention tacite5 » relative à l’ancienne guerre civile s’observe de façon symptomatique dans un article que Maurras publia un an plus tard : « Nos profonds soucis présents nous défendent de revenir sur cette histoire et même de la désigner par son nom6. »

  • 7 Cahier 25, fo 44 vo (printemps ou été 1909) : JF, II, « Esquisse XLV », p. 929.
  • 8 Cahier 54, fo 95 ro.
  • 9 Datation proposée par Laurence Teyssandier, « La genèse de Charlus dans les cahiers de Marcel Prous (...)

6Pour revenir au Cahier 54, le fait que l’affaire Dreyfus y est un hapax ne signifie pas le caractère fortuit de l’analogie entre le narrateur devenu enquêteur de la vie d’Albertine et les antidreyfusards, à savoir ceux qui soutiennent la culpabilité de l’officier juif. Une comparaison analogue est déjà présente dans le Cahier 25 de 1909 où Proust écrit à propos des soupçons de Swann portés sur sa maîtresse : « Et comme une hypothèse vraie en physique ou dans l’affaire Dreyfus c’était toujours cela qui était vérifié7. » Pour nous limiter à la partie du Cahier 54 rédigée en 1914, l’ombre de l’Affaire est sensible aux folios 94-95 ros où le narrateur est tenté d’attribuer la discrétion d’une amie intime d’Albertine au « sentiment qu’irréfléchi et irrésistible analogue au patriotisme qui lui faisait penser qu’on <doit> mentir dans ces cas là8 ». L’expression fait immédiatement songer à l’auteur du « faux Henry » transformé par Maurras en un martyr patriote peu après le drame du Mont-Valérien. Une addition aux épreuves Grasset du Côté de Guermantes I, postérieure au début de 19159, atteste que Proust mettait effectivement en parallèle la péripétie d’Agostinelli et l’affaire Dreyfus, en particulier les aveux et le suicide du colonel Henry :

  • 10 NAF 16760, Le Côté de Guermantes I, épreuves Grasset corrigées, placard 24, paperole ; nous soulign (...)

Même plus tard, et pour en rester à l’affaire Dreyfus, quand <se produisit> les aveux et le suicide d’Henry un fait aussi éclatant que l’aveu et d’Henry, suivi de son suicide, non seulement ce fait fut aussitôt interprété de façon opposée par des ministres dreyfusards, et par Cavaignac et Cuignet qui avaient eux-mêmes fait la découverte du faux et conduit l’interrogatoire, mais parmi les ministres dreyfusards eux-mêmes, et de même nuance, jugeant non seulement sur les mêmes pièces, mais dans le même esprit, le rôle d’Henry fut expliqué de façon entièrement opposée, les uns voyant en lui un complice d’Esterhazy, les autres assignant au contraire ce rôle à Du Paty de Clam, se ralliant ainsi à une thèse de leur adversaire Cuignet et étant en complète opposition avec leur partisan Reinach. D’ailleurs pourquoi les événements historiques seraient-ils en dehors de la vie, puisque des hommes y sont mêlés ; et dans la vie privée <nous simples particuliers> <dans la vie privée> ne gardons-nous pas une incertitude profonde sur les véritables mobiles des gens que nous avons approché [sic] le plus près ; pouvons-nous affirmer dix ans après que dans notre séparation <rupture> avec notre maîtresse c’est elle en conclusion <qui d’elle ou de nous> qui a eu les torts, que si nous avions agi autre[ment] cette rupture était préméditée par elle quoi que nous fissions etc. Or pourquoi la vérité <sur la> politique, la vérité historique serait-elle plus concrète ; c’est-à-dire serait-elle en dehors de la vie, puisque les événements politiques et historiques sur les événements politiques, historiques, serait-elle autre, plus concrète, indiscutable, c’est-à-dire en dehors de la vie, pourquoi le serait-elle puisque à ces événements sont mêlés des hommes c’est-à-dire des créatures qui difficiles à connaître et qui ne se connaissent pas eux-mêmes10.

7De la même manière que dans le Cahier 54, Proust enchaîne implicitement le drame du colonel Henry (la découverte du crime, l’interrogatoire, les aveux, le suicide dans la prison, la divergence d’interprétations sur cette affaire) à celui d’Albertine-Agostinelli. Dans l’esprit du romancier, les interrogatoires d’Andrée par le narrateur sur la culpabilité ou l’innocence d’Albertine sont parallèles à l’entretien de Bloch avec le diplomate sur la culpabilité ou l’innocence du capitaine Dreyfus.

La métaphore de l’espionne

8Face à Albertine, le narrateur joue en effet systématiquement le rôle de l’état-major et des antisémites dénonçant la trahison juive. La métaphore de l’espionne, récurrente aux versos du Cahier 54, semble confirmer l’hypothèse d’une transposition de l’antidreyfusisme dans l’enquête du narrateur sur Gomorrhe. Voyons d’abord un passage inscrit entre décembre 1913 et 1915 au folio 19 vo :

  • 11 Cahier 54, fo 19 vo ; nous soulignons. Cf. la version du Cahier 56, fos 17-18 ros (1915), déjà proc (...)

[…] c’est peut’être le/a souvenir reviviscence de la douleur que m’avait causée la lettre d’Aimé : « Oui elle était comme ça » qui me fa à cause de la particularité étrange, mystérieuse, de toute douleur nouvelle, me faisait croire que les femmes « comme ça » formaient une race à part, à laquelle en ne me disant qu’elle y appartenait, Albertine avait vécu chez moi aussi mensongèrement que si elle avait été espionne allemande. Bien plus, car le mensonge tenait bien plus aux racines de l’être et à ce qui pouvait le plus me faire souffrir11 (fig. 2).

Fig. 2

Fig. 2

Cahier 54, fo 19 vo (BnF, NAF 16694)

BnF

  • 12 NAF 16615, fo 331 ro (1898) : JS, p. 641. Une comparaison semblable apparaît dans RTP, I, JF, p. 55 (...)

9Il convient tout d’abord de remarquer que dans l’œuvre de Proust, le thème de l’espionnage apparaît pour la première fois en 1898, en pleine affaire Dreyfus. Dans un fragment de Jean Santeuil consacré au colonel Picquart qui dépose au procès Zola, on lit : « Un poète accusé d’espionnage parce qu’il avait regardé pendant deux heures une caserne changer de couleur au soleil couchant ne peu excite les haussements d’épaules des juges quand il explique les raisons de son action12. » Un autre texte rédigé probablement vers la même période comporte déjà une analogie entre l’espionnage militaire et l’espionnage amoureux :

  • 13 NAF 16636, fo 53 ro (postérieur à mars 1898) : EA, p. 417.

L’espion s’arrêté devant une Caserne pour relever des plans <est debout immobile pour relever des plans>, un homme <débauché> à l’endroit d’où les plusieurs <une> femme va sortir, un pour guetter une femme, mais, l des hommes influ bien posés s’arrêtent pour voir les progrès d’une nouvelle construction ou d’une démolition importante. Mais le poète reste arrêté devant toute chose qui ne mérite pas l’attention de l’homme bien posé de sorte qu’on se demande si c’est un amoureux ou un espion, et depuis longtemps qu’il <semble> regarde<r> cet arbre ce qu’il regarde en effet réalité13 (fig. 3).

Fig. 3

Fig. 3

« Proust 45 », fo 53 ro (BnF, NAF 16636)

BnF

  • 14 Voir JS, p. 844-848.
  • 15 Voir ibid., p. 619.
  • 16 Voir Joseph Reinach, Histoire de l’affaire Dreyfus [1901-1911], Paris, R. Laffont, coll. « Bouquins (...)
  • 17 Voir RTP, III, SG I, « Esquisse I », p. 932 : Cahier 6, fo 40 ro : « […] et les uns comme les autre (...)
  • 18 Voir ibid., t. II, JF, « Esquisse XLIII », p. 922 : Cahier 7, fo 31 ro.
  • 19 Voir Cahier 35, f21 vo, transcrit par Laurence Teyssandier, thèse citée, t. II, p. 109. Cf. la ve (...)

10La comparaison d’un débauché suivant des femmes fait penser au portrait de Daltozzi dressé dans un fragment de Jean Santeuil14. On notera que ce nom est employé pour désigner le capitaine Dreyfus dans un autre fragment du même roman, rédigé en 189915, et que le rapport du commandant Du Paty de Clam en 1894 décrivait « la vie double » et désordonnée de l’inculpé en débusquant de nombreuses maîtresses dont l’une était une Autrichienne susceptible d’être espionne16. Quant à la métaphore du regard d’un espion au travail, elle réapparaît près de dix ans plus tard au sein de « La Race des Tantes » composée dans le Cahier 6 (1909)17, ainsi que dans une description du marquis de Guercy du Cahier 7 (1909)18, avant d’être développée, avec l’image des fous, dans une esquisse du Cahier 35 (1911-1912) consacrée à Charlus devant le casino19.

  • 20 Maurice Barrès, Scènes et doctrines du nationalisme, Paris, F. Juven, 1902, p. 149.
  • 21 NAF 16762, Le Côté de Guermantes I, épreuves Gallimard corrigées, placard 23, paperole (décembre 19 (...)

11Si l’on tient compte de l’affinité ainsi constatée entre la métaphore de l’espion et les thèmes de l’Affaire et de l’inversion sexuelle chez Proust, il ne sera pas difficile de débusquer dans la comparaison – empreinte trop visiblement de la guerre de 1914 – d’un traître pire qu’une « espionne allemande » qu’on trouve dans le Cahier 54 un souvenir du discours antisémite du temps de la tempête dreyfusienne. En soulignant l’étrangeté radicale des juifs par rapport à la France, Barrès écrivait dans un ouvrage de 1902, bien connu de notre romancier : « Dreyfus n’appartient pas à notre nation et dès lors comment la trahirait-il ? Les juifs sont de la patrie où ils trouvent leur plus grand intérêt. Et par là on peut dire qu’un juif n’est jamais un traître20. » Or, ce raisonnement antijuif fut incorporé un an après l’Armistice dans les épreuves Gallimard du Côté de Guermantes I sous la forme d’une tirade de Charlus : après avoir déclaré que Dreyfus ne pouvait pas être un traître puisqu’il n’appartenait pas à la France, le personnage affirme au narrateur : « Votre Dreyfus pourrait plutôt être condamné pour infraction aux lois de réciprocité règles sur <de> l’hospitalité21. » Votre Dreyfus, et non votre Albertine : on aura noté une ressemblance frappante entre ce passage et la citation du folio 19 vo du Cahier 54.

  • 22 Cahier 54, fo 5 vo.
  • 23 Ibid., fo 95 vo.

12D’ailleurs, cet exemple-ci n’est pas un cas isolé : aux pages versos du même Cahier rédigées entre décembre 1913 et 1915, Albertine morte est comparée, toujours pour mettre en relief son altérité inassimilable, tantôt à une « compatriote d’autres femmes qui sont étrangères [au narrateur] […] égarée cinq*/six mois sous [son] toit comme une espionne qui s’est faite pour un temps cordonnière22 », tantôt à une femme vivant « sous un faux nom, usurpant une nationalité et un état civil qui n’étaient pas le sien23 ».

La loi Delbrück et L’Avant-Guerre

  • 24 Voir Chantal Antier, Marianne Walle, Olivier Lahaie, Les Espionnes dans la Grande Guerre, Rennes, É (...)
  • 25 Voir Jean-Claude Farcy, Les Camps de concentration français de la Première Guerre mondiale (1914-19 (...)

13Étudions maintenant ces métaphores de l’espionne du Cahier 54 dans le contexte du post-antidreyfusisme au temps de la Grande Guerre. Il faut constater que la situation de l’espionnage au moment de la rédaction du Cahier 54 n’était pas identique à celle du temps de l’affaire Dreyfus. L’article 76 du Code pénal français de 1913 explicitait la peine de mort24. Préparés techniquement et localement dès le début de 1913, les camps de concentration furent ouverts au début d’août 1914 ; les suspects d’espionnage faisaient l’objet d’une mesure d’internement en application de la loi du 9 août 1849 sur l’état de siège25. L’atmosphère extrêmement tendue de cette période est rapportée par Aladar Kuncz, professeur hongrois qui fut interné pendant cinq ans dans un camp de concentration breton :

  • 26 Aladar Kuncz, Le Monastère noir, adapté du hongrois par L. Gara et M. Piermont, préface de Jacques (...)

Paris était en proie à la haine de l’étranger, à l’« espionnite » ; c’est le même esprit qui, dès le premier jour, aboutit au meurtre infâme de Jaurès […]. Il n’était pas prudent pour les étrangers de se montrer dans la rue. Non seulement les représentants officiels de la police demandaient couramment à voir les papiers, mais des particuliers, s’improvisant détectives, arrêtaient à tout moment des passants, particulièrement des hommes blonds. Car, blond signifiait Allemand, et Allemand était synonyme d’espion. Toutefois, il faut avouer que cela n’avait rien d’étonnant si les gens avaient peur même de leur ombre, car, dans les premières semaines, l’Allemagne menaçait de très près Paris, et les journaux entretenaient et excitaient même l’agitation. Si bien que, sous l’influence de la presse, le Français moyen, crédule, en était arrivé à se former, du « Boche » puant, à « tête carrée », une sorte d’épouvantail mythique, inspiré par la plus sectaire fantaisie26.

  • 27 Corr., t. XIX, p. 240 : lettre à Lionel Hauser, [le lundi 26 avril 1920]. Sur cet incident, voir ib (...)
  • 28 Sur l’antisémitisme en France pendant la guerre, voir Philippe-E. Landau, Les Juifs de France et la (...)
  • 29 Voir Eugen Weber, L’Action française [1962], traduit par M. Chrestien [1964], Paris, Hachette, coll (...)

14Comme en témoigne le « triste souvenir27 » d’une dénonciation calomnieuse évoqué dans une lettre d’avril 1920, Proust était lui-même plongé dans cette atmosphère d’espionnite (fig. 4) lors de la rédaction du Cahier 54. Pour revenir au double écho de la guerre de 1914 et du discours antisémite que nous avons décelé dans une série de métaphores de l’espionne, il reflète manifestement le post-antidreyfusisme de L’Action française. Malgré la disparition des références dreyfusiennes après le 4 août 1914, le thème de la trahison juive survivait sous d’autres formes dans ce milieu antisémite28. À la suite de la crise d’Agadir, Léon Daudet avait ouvert, dans le numéro du 17 septembre 1911, une investigation sur les activités des espions allemands et juifs destinées à faciliter l’invasion ennemie (fig. 5). Pendant toute l’année 1912, le journaliste « révélait » à ses lecteurs l’étendue de la mainmise des agents allemands sur les grandes industries de la France. Cette série d’articles fut réunie dans un volume paru au début de mars 1913 sous le titre L’Avant-Guerre. Études et documents sur l’espionnage juif-allemand en France depuis l’affaire Dreyfus (fig. 6). Selon Eugen Weber, onze mille exemplaires furent vendus à la déclaration de guerre, vingt-cinq mille jusqu’à janvier 1915 ; en 1918, l’ouvrage atteignit le cinquantième tirage29.

Fig. 4

Fig. 4

L’Action française, dimanche 12 juillet 1914, p. 1 (BnF, <gallica.bnf.fr>)

BnF

Fig. 5

Fig. 5

L’Action française, dimanche 17 septembre 1911, p. 1 (BnF, <gallica.bnf.fr>)

BnF

Fig. 6

Fig. 6

Couverture de Léon Daudet, L’Avant-Guerre. Études et documents sur l’espionnage juif-allemand en France depuis l’affaire Dreyfus, Nouvelle Librairie nationale, 1913

BnF

  • 30 Voir Léon Daudet, L’Avant-Guerre. Études et documents sur l’espionnage juif-allemand en France depu (...)
  • 31 Ibid., p. 250-251.
  • 32 Le texte de cette loi (2e partie, § 25), mise en vigueur le 1er janvier 1914, est traduit dans Maur (...)

15L’Avant-Guerre est conçu comme une mise à jour de La France juive dans la perspective de la guerre à venir. Adoptant un style pseudo-scientifique, l’auteur dénonce énergiquement le danger de la naturalisation qui n’est à ses yeux qu’une « fiction légale », tout en soulignant le caractère fondateur de l’affaire Dreyfus dans l’histoire de ce qu’il appelle « l’espionnage juif-allemand en France30 ». Daudet répète à satiété la nullité de la naturalisation définie comme une fabrication administrative de faux Français, puisqu’il est évident qu’elle « laisse à l’Allemand ses droits allemands, son cœur allemand, son instinct allemand, et au juif étranger sa juiverie, sa propension ethnique à trahir31 ». Cette accusation paranoïaque des naturalisés est une réaction contre la loi allemande du 22 juillet 1913, dite Delbrück, qui permet aux Allemands d’acquérir la nationalité d’un pays étranger sans perdre leur nationalité allemande32.

16Durant la guerre, Léon Daudet ne se lassera pas de poursuivre sa lutte contre les naturalisés « à la Delbrück », comme le montre son éditorial de L’Action française du 17 janvier 1915 :

  • 33 Léon Daudet, « La question des naturalisations », L’Action française, 17 janvier 1915. Voir aussi s (...)

Tout en nous accablant de ses démonstrations d’amitié, ce naturalisé français cligne de l’œil du côté du gouvernement allemand et murmure : « Ces démonstrations n’ont aucune importance. D’après la loi Delbrück, je continue à me considérer comme Allemand. J’embrasse en public ces stupides Français qui m’accueillent si facilement dans leur cité, mais c’est afin de mieux les étouffer. Je vous rendrai bien plus de services, à vous mes compatriotes allemands, comme naturalisé français, que je ne vous en rendais avant ma naturalisation33. »

  • 34 Voir Jean-Yves Le Naour, L’Affaire Malvy. Le Dreyfus de la Grande Guerre, Paris, Hachette Littératu (...)
  • 35 Voir Jean-Claude Farcy, op. cit., p. 38-40 ; Patrick Weil, Qu’est-ce qu’un Français ? Histoire de l (...)

17La campagne de Léon Daudet aboutit finalement à l’adoption de la loi du 7 avril 1915 sur la dénaturalisation des Allemands et Autrichiens devenus Français34. Parmi cent vingt-trois personnes qui perdirent à cette occasion la nationalité française, un tiers fut interné dans des camps de concentration35.

  • 36 Voir Corr., t. XII, p. 313.
  • 37 Ibid., t. XIII, p. 334 : lettre à Lucien Daudet, [le lundi soir 16 novembre 1914, ou peu après].
  • 38 Cahier 73, fo 50 vo : RTP, III, Pr., « Esquisse XIV », p. 1151.
  • 39 Certains traits moraux d’Aimé (qui déclare d’ailleurs sa conviction sur la culpabilité du capitaine (...)

18Pour revenir à Proust, il faut noter que Léon Daudet lui avait promis, peu après le 14 novembre 1913, de lui envoyer L’Avant-Guerre36. Une lettre adressée un an plus tard à Lucien Daudet comporte les phrases suivantes : « La guerre a hélas vérifié, consacré et immortalisé l’Avant-Guerre. Depuis Balzac, on n’avait jamais vu un homme d’imagination découvrir avec cette force une loi sociale37. » Le fait que l’écrivain lut attentivement cet ouvrage est attesté tant par sa correspondance que par plusieurs passages du Temps retrouvé et de ses manuscrits, en particulier le Cahier 73 de 1915 qui porte une mention des « [révélations] de Léon Daudet sur l’espionnage allemand38 ». Nous sommes donc en droit de reconnaître un écho indéniable de ce pamphlet antisémite dans les métaphores de l’espionne ou de l’usurpatrice d’une nationalité présentes dans le Cahier 54. L’idée même de l’« enquête » sur Albertine, qui n’est pas sans faire penser à l’instruction de l’état-major sur les « mobiles » du « crime » du capitaine Dreyfus en 189439, pourrait ne pas être étrangère à cette prétendue « enquête » de Léon Daudet.

  • 40 PM, p. 85-86. Rien de surprenant à ce que Maurice Barrès, dans « Notre race toujours a su reverdir  (...)

19Pour interpréter cette assimilation singulière de la perspective antisémite dans l’écriture proustienne de Gomorrhe, il faudra confronter minutieusement la genèse du cycle d’Albertine à l’évolution du post-antidreyfusisme dans la France de la Grande Guerre. Cela étant précisé, nous nous contenterons, pour terminer notre relecture du Cahier 54, d’attirer l’attention sur deux textes antérieurs à Du côté de chez Swann, puisque la transposition critique du discours antidreyfusard commence à apparaître dès 1899 dans l’œuvre de Proust. Dans « Ruskin à Notre Dame d’Amiens », article d’avril 1900 dédié à Léon Daudet, l’écrivain se dresse en effet contre le discours nationaliste et antidreyfusard de Barrès, en comparant ironiquement la Joconde de Vinci à une « naturalisée française » et à une « admirable “sans-patrie”40 ».

  • 41 Voir Léon Daudet, « Le Complot juif en Allemagne », La Libre Parole, 24 novembre 1907. Pour le déta (...)

20Quant à Léon Daudet, « “L’affaire Lemoine” par Michelet », double pastiche de Drumont-Michelet publié en février 1908, parodie discrètement un article de lui consacré au procès Harden-Moltke, où l’analogie antisémite traditionnelle entre juifs et invertis est reprise pour transformer le scandale d’homosexualité en un complot juif41. Les thèmes de l’espionnage allemand et de la trahison juive ainsi que le rapprochement thématique entre juifs et homosexuels sont tous présents dans ce court texte qui n’est autre chose qu’une transposition de l’affaire Dreyfus revue par les antisémites français entre 1907 et 1908. Ces deux articles d’avant Swann montrent que l’écrivain avait besoin du discours des ennemis pour forger son esthétique inspirée de sa propre identité juive.

*

21Les empreintes de l’affaire Dreyfus et de l’antisémitisme en voie de transformation que nous avons identifiées dans le Cahier 54 semblent permettre d’élargir le champ d’interprétation possible du texte de l’édition d’Albertine disparue. Si l’on étudie ces allusions politiques à la lumière d’autres manuscrits thématiquement éloignés du cycle d’Albertine, comme les placards du Côté de Guermantes I et les brouillons du Temps retrouvé, on pourrait relire le roman d’Albertine comme une historiographie profonde de l’affaire Dreyfus et de la Grande Guerre, autrement dit comme le double négatif de la matinée chez Mme de Villeparisis et du dernier volet de la Recherche. D’autre part, si l’on ne néglige pas de dépouiller systématiquement la Correspondance et le dossier d’avant Swann, des écrits de jeunesse au Contre Sainte-Beuve, la publication intégrale des Cahiers de brouillon permettra d’éclaircir de façon globale la longue évolution de thèmes constitués et largement développés bien avant la Recherche, comme l’affaire Dreyfus et la métaphore de l’espion.

Haut de page

Notes

1 Cahiers 1 à 75 de la Bibliothèque nationale de France. Cahier 54, Bibliothèque nationale de France, Nouvelles acquisitions françaises 16694, éd. Francine Goujon, Nathalie Mauriac Dyer et Chizu Nakano, Turnhout, Brepols/Bibliothèque nationale de France, 2008, 2 vol. [ = Cahier 54], fo 98 ro ; nous soulignons.

2 Voir RTP, IV, AD, p. 123-125.

3 Charles Maurras, « Politiciens ou généraux ? Réponse à M. Clemenceau », L’Action française, 25 juillet 1914.

4 Id., « La Vérité », L’Action française, 4 août 1914.

5 Id., « La politique », L’Action française, 6 février 1915.

6 Id., « La politique », L’Action française, 3 novembre 1915.

7 Cahier 25, fo 44 vo (printemps ou été 1909) : JF, II, « Esquisse XLV », p. 929.

8 Cahier 54, fo 95 ro.

9 Datation proposée par Laurence Teyssandier, « La genèse de Charlus dans les cahiers de Marcel Proust », thèse de doctorat, Université Paris IV, 2009, 2 vol., t. I, p. 316.

10 NAF 16760, Le Côté de Guermantes I, épreuves Grasset corrigées, placard 24, paperole ; nous soulignons. Cf. RTP, II, CG I, p. 539 et variante a.

11 Cahier 54, fo 19 vo ; nous soulignons. Cf. la version du Cahier 56, fos 17-18 ros (1915), déjà proche du texte de RTP, IV, AD, p. 107-108.

12 NAF 16615, fo 331 ro (1898) : JS, p. 641. Une comparaison semblable apparaît dans RTP, I, JF, p. 550 et III, SG I, p. 12.

13 NAF 16636, fo 53 ro (postérieur à mars 1898) : EA, p. 417.

14 Voir JS, p. 844-848.

15 Voir ibid., p. 619.

16 Voir Joseph Reinach, Histoire de l’affaire Dreyfus [1901-1911], Paris, R. Laffont, coll. « Bouquins », 2006, 2 vol. , t. I, p. 94, 116, 162-163.

17 Voir RTP, III, SG I, « Esquisse I », p. 932 : Cahier 6, fo 40 ro : « […] et les uns comme les autres <on les voit> avec l’audace et l’œil curieux et l’attitude indifférente des espions rôder autour des casernes. »

18 Voir ibid., t. II, JF, « Esquisse XLIII », p. 922 : Cahier 7, fo 31 ro.

19 Voir Cahier 35, f21 vo, transcrit par Laurence Teyssandier, thèse citée, t. II, p. 109. Cf. la version définitive dans RTP, II, JF, p. 110-113.

20 Maurice Barrès, Scènes et doctrines du nationalisme, Paris, F. Juven, 1902, p. 149.

21 NAF 16762, Le Côté de Guermantes I, épreuves Gallimard corrigées, placard 23, paperole (décembre 1919-avril 1920). CfRTP, II, CG I, p. 584.

22 Cahier 54, fo 5 vo.

23 Ibid., fo 95 vo.

24 Voir Chantal Antier, Marianne Walle, Olivier Lahaie, Les Espionnes dans la Grande Guerre, Rennes, Éditions Ouest-France, 2008, p. 43.

25 Voir Jean-Claude Farcy, Les Camps de concentration français de la Première Guerre mondiale (1914-1920), Paris, Anthropos-Economica, 1995, p. 68-69, 81, 100-101.

26 Aladar Kuncz, Le Monastère noir, adapté du hongrois par L. Gara et M. Piermont, préface de Jacques de Lacretelle, Paris, Gallimard, 1937, p. 18-19.

27 Corr., t. XIX, p. 240 : lettre à Lionel Hauser, [le lundi 26 avril 1920]. Sur cet incident, voir ibid., t. XVIII, p. 326, n. 5.

28 Sur l’antisémitisme en France pendant la guerre, voir Philippe-E. Landau, Les Juifs de France et la Grande Guerre. Un patriotisme républicain, Paris, CNRS Éditions, 2008, p. 67-77.

29 Voir Eugen Weber, L’Action française [1962], traduit par M. Chrestien [1964], Paris, Hachette, coll. « Pluriel », 1985, p. 109.

30 Voir Léon Daudet, L’Avant-Guerre. Études et documents sur l’espionnage juif-allemand en France depuis l’affaire Dreyfus, Paris, Nouvelle Librairie nationale, 1913, p. 5-6.

31 Ibid., p. 250-251.

32 Le texte de cette loi (2e partie, § 25), mise en vigueur le 1er janvier 1914, est traduit dans Maurice Ruby, L’Évolution de la nationalité allemande d’après les textes, 1842 à 1953. Étude des problèmes de nationalité en Allemagne occidentale au cours des vingt dernières années et recueil des 140 principaux textes sur la nationalité allemande promulgués de 1842 à 1953 (en allemand et en français), Baden-Baden, Wervereis GMBH, 1954, p. 501.

33 Léon Daudet, « La question des naturalisations », L’Action française, 17 janvier 1915. Voir aussi ses éditoriaux des 29 octobre, 14 novembre, 24 décembre 1914, 18 janvier, 10 et 22 mai, 16 juillet et 9 août 1915, ainsi que Jacques Bainville, La Guerre démocratique. Journal 1914-1915, Paris, Bartillat, 2000, p. 166 : journal du 15 novembre 1915.

34 Voir Jean-Yves Le Naour, L’Affaire Malvy. Le Dreyfus de la Grande Guerre, Paris, Hachette Littératures, 2007, p. 119-120 ; Gérard Noiriel, Immigration, antisémitisme et racisme en France (xixe-xxe siècle). Discours publics, humiliations privées [2007], Paris, Hachette Littératures, coll. « Pluriel », 2010, p. 300-301.

35 Voir Jean-Claude Farcy, op. cit., p. 38-40 ; Patrick Weil, Qu’est-ce qu’un Français ? Histoire de la nationalité française depuis la Révolution [2002], Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2005, p. 104, n. 45. Sur la loi de dénaturalisation, voir également Giorgio Agamben, Homo Sacer. Le pouvoir souverain et la vie nue [1995], traduit par M. Raiola, Paris, Éditions du Seuil, 1997, p. 143, 188-189, où l’auteur fait remarquer les apparitions quasi simultanées des camps de concentration et des lois sur la dénaturalisation en Europe lors de la Première Guerre mondiale.

36 Voir Corr., t. XII, p. 313.

37 Ibid., t. XIII, p. 334 : lettre à Lucien Daudet, [le lundi soir 16 novembre 1914, ou peu après].

38 Cahier 73, fo 50 vo : RTP, III, Pr., « Esquisse XIV », p. 1151.

39 Certains traits moraux d’Aimé (qui déclare d’ailleurs sa conviction sur la culpabilité du capitaine Dreyfus dans ibid., II, JF, p. 164) font penser à l’agent secret Guénée, à propos de qui Reinach écrit : « [Du Paty] avait cherché fiévreusement une preuve de son hypothèse dans les papiers de Dreyfus ; ses fouilles avaient été infructueuses. On pouvait supposer toutefois que Dreyfus, libertin ou joueur, ne tenait pas la comptabilité de ses vices. Dès lors, une enquête s’imposait. […] C’était le type du bas policier, colporteur de commérages […]. Il avait eu, au début, pour mission spéciale de se renseigner, chez les filles, sur les officiers, étrangers ou français, qu’elles recevaient. Il hantait “les grands bars, les grands hôtels, les villes d’eaux” […] » (Joseph Reinach, op. cit., t. I, p. 84) ; « Henry avait fait demander à Guénée un rapport sur les femmes “qu’avait dû fréquenter Dreyfus” ; Guénée ne fut pas embarrassé. Il apprit, “d’après les déclarations d’autres femmes qu’il ne peut nommer”, les rencontres de Dreyfus, chez la femme “d’un juif anglais”, avec un officier allemand […]. L’accusé “avait eu des relations intimes avec plusieurs femmes du demi-monde” » (ibid., p. 149-150). Selon Pierre Gervais, Romain Huret et Pauline Peretz, « Une relecture du “dossier secret” : homosexualité et antisémitisme dans l’affaire Dreyfus », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 55-1, janvier-mars 2008, p. 134-137, 150-160, les rapports de Guénée de 1894 furent truqués après 1896 pour taxer le capitaine Dreyfus d’homosexualité.

40 PM, p. 85-86. Rien de surprenant à ce que Maurice Barrès, dans « Notre race toujours a su reverdir », L’Écho de Paris, 28 janvier 1915, souligne pour sa part la continuité entre son antidreyfusisme du siècle précédent et la politique de dénaturalisation qu’il soutient en ce début de 1915.

41 Voir Léon Daudet, « Le Complot juif en Allemagne », La Libre Parole, 24 novembre 1907. Pour le détail, voir notre thèse de doctorat, « L’affaire Dreyfus dans l’œuvre de Proust », Université Paris IV, 2012, chap. V. Ajoutons que cette analogie est reprise dans le contexte de la guerre par Léon Daudet, « L’aplomb des Barbares », L’Action française, 12 septembre 1914 et id., « Une armée de sadiques », L’Action française, 10 janvier 1915.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Cahier 54, fo 98 ro (BnF, NAF 16694)
Crédits BnF
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1147/img-1.png
Fichier image/png, 540k
Titre Fig. 2
Légende Cahier 54, fo 19 vo (BnF, NAF 16694)
Crédits BnF
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1147/img-2.png
Fichier image/png, 647k
Titre Fig. 3
Légende « Proust 45 », fo 53 ro (BnF, NAF 16636)
Crédits BnF
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1147/img-3.png
Fichier image/png, 800k
Titre Fig. 4
Légende L’Action française, dimanche 12 juillet 1914, p. 1 (BnF, <gallica.bnf.fr>)
Crédits BnF
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1147/img-4.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 5
Légende L’Action française, dimanche 17 septembre 1911, p. 1 (BnF, <gallica.bnf.fr>)
Crédits BnF
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1147/img-5.png
Fichier image/png, 543k
Titre Fig. 6
Légende Couverture de Léon Daudet, L’Avant-Guerre. Études et documents sur l’espionnage juif-allemand en France depuis l’affaire Dreyfus, Nouvelle Librairie nationale, 1913
Crédits BnF
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1147/img-6.png
Fichier image/png, 220k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yuji Murakami, « Gomorrhe 1913-1915 », Genesis, 36 | 2013, 79-89.

Référence électronique

Yuji Murakami, « Gomorrhe 1913-1915 », Genesis [En ligne], 36 | 2013, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://genesis.revues.org/1147 ; DOI : 10.4000/genesis.1147

Haut de page

Auteur

Yuji Murakami

Yuji Murakami a soutenu une thèse de doctorat sur « L’affaire Dreyfus dans l’œuvre de Proust » à l’Université Paris IV (prix Hertz 2012). Auteur de nombreux articles sur Proust, il collabore à l’édition du Cahier 44 dans la collection des Cahiers 1 à 75 de la Bibliothèque nationale de France. Il est actuellement maître de conférences associé au Collège de France, rattaché à la chaire d’Antoine Compagnon : « Littérature française moderne et contemporaine : histoire, critique, théorie ».
murakami_yuji[arobase]hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org