Navigation – Plan du site
Chroniques I

Un plaidoyer pour l’édition génétique : les Cahiers de Proust

Dirk Van Hulle
p. 151-154

Texte intégral

1Longtemps, ils doivent s’être couchés bien tard, ou levés bien tôt, les chercheurs de l’équipe qui ont établi les premiers volumes de l’édition magistrale des cahiers de Marcel Proust. Ce que cette équipe de chercheurs sous la direction de Nathalie Mauriac a déjà accompli jusqu’à présent est vraiment remarquable, non seulement dans une perspective proustienne et génétique, mais aussi dans le contexte de ce qui dans la critique anglophone s’appelle textual scholarship ou scholarly editing.

  • 1 Peter Shillingsburg, Scholarly Editing in the Computer Age, Ann Arbor, University of Michigan Press (...)

2Dans son livre Scholarly Editing in the Computer Age, Peter Shillingsburg distingue cinq « orientations » dans l’édition critique1. Dans cette catégorisation, il n’y a pas de place pour l’édition génétique, probablement parce que ce type d’édition n’établit pas un texte ne varietur (« edited text »). Cependant, il n’y a aucun doute que l’édition génétique est un type d’édition qui mérite sa propre place, peut-être une place hors catégorie. L’édition des cahiers de Proust en est la meilleure preuve.

  • 2 Jerome McGann, The Textual Condition, Princeton, NJ, Princeton University Press, 1991, p. 57.

3Tandis que, dans la catégorisation de Shillingsburg, l’orientation bibliographique sert à établir une édition critique, le « code bibliographique » (comme l’appelle McGann2) est appliqué ici à des manuscrits modernes et employé pour essayer de dater le Cahier 26. Initialement, ce qui deviendrait À la recherche du temps perdu était conçu comme un essai sur Sainte-Beuve. L’essai se serait transformé ensuite en un roman, annoncé par Proust en août 1909. Les « Cahiers Sainte-Beuve » (Cahiers 3, 2, 1, 5, 4, 31, 36, 7, 6, 51) sont des cahiers de petit format ; le Cahier 26 fait partie d’une série de seulement sept cahiers du fonds Proust de grand format à la couverture de moleskine noire et dont le papier vergé porte le filigrane « Sévigné ». Comme Françoise Leriche et Hidehiko Yuzawa le notent dans leur introduction fascinante et éclairante, en renvoyant à la description matérielle par Claire Bustarret et Nathalie Mauriac (dans le volume fac-similé), ces grands cahiers semblent, à première vue, avoir été achetés pour remplir « une auguste fonction » (Cahier 26, vol. II, p. xxii) : celle de la copie puis de la mise au net. Certaines des unités textuelles du Cahier 26 sont en effet destinées à la mise au net du roman de 1909, mais le cahier contient également des unités de caractère assez différent. En ce qui concerne la datation, le terminus a quo est le moment où Proust décide de mettre au net la « leçon des côtés » (fos 1 ro-8 ro). Ces premières pages montrent qu’à l’origine, le Cahier 26 n’était pas conçu comme cahier de brouillon, mais comme cahier de mise au net. Le terminus ad quem est probablement octobre-novembre 1909. Mais, comme l’introduction l’indique très clairement, les termes a quo et ad quem pourraient créer l’impression que Proust procédait avec ordre d’un début à une fin. Cette impression est trompeuse, car l’habitude de l’écrivain était plutôt de travailler d’abord le début et la fin, et de s’occuper du milieu ensuite. La méthode proustienne est caractérisée comme rédaction « en zigzag » (Cahier 26, vol. II, p. xxx).

4Une section remarquable de l’introduction est celle qui concerne l’esthétique de l’impression et ses mises en fiction. Au folio 7 ro, dans la première unité textuelle de la « leçon des côtés », Proust développe l’idée des états du moi, successifs mais sans communication entre eux. Dans la transcription diplomatique par Hidehiko Yuzawa (et sur le fac-similé correspondant) il est frappant de constater combien d’« états » de révision il lui fallut pour décrire cette particularité du moi. L’« état » précédent ou la version précédente (dans le Cahier 4, fo 44 ro) est représentée en transcription linéarisée dans une note :

Et c’est ainsi sur le côté de Garmantes que j’ai appris à distinguer en moi ces états distincts, presque opposés, qui se succèdent dans ma vie, dans chaque journée <même> où la tristesse revient à une certaine heure avec la régularité de la fièvre, et pendant lesquels ce qui fut désiré <redouté,> accompli, dans les états différents paraît presque incompréhensible (Cahier 26, vol. II, p. 136, n. 1). La version du Cahier 26 (fo 7 ro) n’est pas une simple mise au net. Elle ne montre pas moins de ratures, au contraire (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Cahier 26, extrait de la transcription diplomatique du folio 7 ro

5Une autre unité textuelle (fos 15 ro-21 ro) met l’accent sur l’impression et l’expérience de la mémoire involontaire comme une résurrection inattendue d’impressions passées, évoquée ici (fo 19 ro) par la ressemblance du bruit d’une fourchette avec celui des marteaux que le narrateur a entendu frapper sur les rails lors d’un voyage en chemin de fer. L’esthétique de l’impression passe ainsi à la découverte de la mémoire involontaire dans une description particulièrement directe de cette expérience qui entre-temps est devenue la marque proustienne : « C’est que ma mémoire n’avait pas su le inconsciente du présent et, ignorante au fond de moi des circonstances où je me trouvais, l’ayant trouvé exactement semblable au bruit d/que faisaient les marteaux des employés du train frappe/ant sur les rails, dans la halte que nous avions faite, envoyait à flots les souvenirs voisins <amis> de celui là le rejoindre <raviver> et se réjouir avec lui » (fo 19 ro).

6Proust ne cessait pas d’ajouter des unités textuelles, initialement dans la marge, puis – s’il n’y avait plus de place – sur la page opposée ou même plus loin. Étant donné que le manuscrit servait, non pas encore comme « texte » mais comme ce que Daniel Ferrer a appelé le « protocole pour faire un texte », il était nécessaire de prévoir pour ces unités ajoutées divers signes de renvoi afin d’indiquer les relations textuelles. Normalement, un écrivain utilise des lettres ou des petites croix à cette fin, mais sur les folios 37 vo et 38 ro les signes de renvoi de Proust sont si particuliers (représentant par exemple un poisson ou un visage de profil), que l’édition les visualise en utilisant de mini fac-similés. Ce n’est qu’un détail qui montre le soin extrême avec lequel cette équipe de chercheurs déchiffre et transcrit les manuscrits de Proust.

7L’édition du Cahier 26 est la troisième publication de la série des Cahiers 1 à 75 de la Bibliothèque nationale de France. Les premières éditions sont les Cahiers 54 et 71. Ces numéros d’archive ne reflètent pas nécessairement une logique génétique. Bien que leurs numéros ne se succèdent pas, les Cahiers 54 et 71 forment un « couple » dans le dossier génétique d’À la recherche du temps perdu.

8Le Cahier 71, que Proust appelait « le cahier Dux » (Cahier 71, vol. II, p. xxi), traite de la seconde partie de l’histoire d’Albertine. Le cahier consiste en deux parties, séparées par plusieurs pages blanches. La première partie (fos 2-33 ros) se base en partie sur une version précédente dans le Cahier 64 et ne montre que relativement peu de passages raturés. La seconde partie (fos 58-105 ros ; 38 ro) contient également quelques éléments du Cahier 64, mais elle est plutôt un brouillon (avec beaucoup de corrections, de ratures et d’ajouts). Les premières pages versos contiennent le scénario, écrit probablement après l’achèvement de la première unité textuelle (Cahier 71, vol. II, p. xxiv). La datation (1913-1914) s’appuie sur la comparaison avec d’autres manuscrits et sur la correspondance, notamment une lettre à Mme Straus (5 janvier 1914, écrite après la fuite d’Alfred Agostinelli), dans laquelle Proust note qu’il trouve de la consolation dans la musique et qu’il a acheté un pianola – ce qui suggère un lien avec les scènes du héros au pianola après la disparition d’Albertine (fos 103 et 104 vos). Le Cahier 54 peut être considéré comme le « frère » du Cahier 71 (Cahier 54, vol. II, p. xxvi). Proust l’appelait le cahier « Vénusté ». Ces deux cahiers forment une unité narrative autour des deux « catastrophes » que sont la disparition et la mort d’Albertine.

9Suivant un principe éditorial louable de transparence, chacun des cahiers dans cette édition consiste en un volume de fac-similés et un volume de transcriptions, ce qui permet à l’utilisateur de comparer les deux à chaque instant. La transcription diplomatique essaye de reproduire autant que possible la disposition de la page manuscrite (Cahier 71, vol. II, p. xxxii) de sorte qu’un ajout en biais est aussi présenté en biais dans la transcription (par exemple Cahier 71, fo 89 ro ; vol. II, p. 163). Le protocole de transcription sert comme modèle intéressant pour la transcription des manuscrits modernes en général. Par exemple, la partie d’un mot qui a fait l’objet d’une surcharge est biffée, avant un trait oblique suivi dans un caractère plus petit de la version ultérieure (par exemple : tous/tes). Mais lorsque la surcharge touche un mot inachevé, la version ultérieure n’est pas donnée dans un caractère plus petit (par exemple Odet/Albertine). Les incorrections comme les fautes d’orthographe ou mots omis subsistent dans la transcription ; seuls les accents sont restitués si Proust les a omis.

10L’édition fait une différence entre « papiers collés » et « paperoles » (vol. II, p. xvii). Parfois une partie d’une page a été déchirée (par exemple dans le Cahier 71, fo 71b ro) et retrouvée à un autre endroit. Dans un cas pareil, la page est présentée deux fois : une fois comme on peut la trouver dans le cahier conservé à la Bibliothèque nationale (fo 71 ro, avec une partie déchirée) et une fois avec la partie retrouvée réincorporée (fo 71-71b ro).

11Les notes qui suivent la transcription expliquent que la partie déchirée a été collée dans le Cahier 53, fo 10 ro « d » [droite]. Toutes les pages sont subdivisées en zones et un système similaire est appliqué dans les volumes avec fac-similés, dans la section « Diagramme des unités textuelles ». Chacune de ces unités consiste en (souvent plusieurs) zones numérotées pour faciliter la lecture des manuscrits. Cette technique éditoriale innovatrice permet aussi de faire une différence entre les unités narratives et les notes de régie (« nr ») de Proust, comme « et puis étoffer ceci avec des choses différentes » (Cahier 71, fo 15 ro). Puisque les quatre bandes déchirées des folios 67, 68, 70 et 71 du Cahier 71 faisaient partie d’une unité narrative dans ce cahier (avant d’être incorporées dans le Cahier 53), elles sont numérotées et considérées respectivement comme les zones 10, 11, 13 et 14 dans une longue unité textuelle qui comprend plus de quinze pages dans le Cahier 71.

  • 3 Voir ici même leur contribution à ce sujet.

12Les cahiers sont liés de plusieurs façons. Parfois les notes de régie dans le Cahier 54 renvoient au Cahier 71. Par exemple, sur le folio 10 ro du Cahier 54, Proust renvoie à ce qu’il appelle la page « 39 » dans le Cahier 71 (« C’est à dire pour intercaler dans la page 39 du Cahier Dux ») ; comme les notes l’expliquent, la page 39 dans la numérotation de Proust correspond au folio 104 ro du Cahier 71. Une note correspondante dans le Cahier 71 renvoie, inversement, au Cahier 54. Vu ce réseau de renvois entre les cahiers, chaque volume de transcriptions se conclut non seulement avec un index des noms de personnes, de personnages, des lieux et des œuvres, mais aussi avec un index de renvois génétiques, reflétant l’énorme complexité de ce labyrinthe de la création proustienne. On s’imagine que cette édition pourrait bien fonctionner dans un environnement numérique et on espère que les prototypes comme ceux d’Elena Pierazzo et Julie André3, ainsi que les échanges d’idées avec d’autres projets d’édition génétique numérique de manuscrits littéraires du xxe siècle, comme le Beckett Digital Manuscript Project, pourront contribuer au développement éventuel d’une architecture numérique, pour laquelle cette édition contient tout le potentiel. Quand tous les volumes de l’édition seront prêts, les soixante-quinze index réunis seront la base d’une cartographie impressionnante de l’invention écrite de Proust, permettant d’explorer la genèse complexe d’une œuvre cruciale de la littérature moderne. Et au-delà des études proustiennes, cette édition fait partie d’une tendance récente dans la science de l’édition savante. Après une période de différentiation nécessaire entre la critique génétique et la philologie (« Editionswissenschaft » ou « scholarly editing »), on vient d’atteindre un point de respect interdisciplinaire, non seulement de respect pour les différences et les priorités de ces disciplines respectives, mais aussi de respect et d’appréciation pour ce qu’elles peuvent s’apprendre mutuellement. Cette édition ambitieuse des Cahiers 1 à 75 de la Bibliothèque nationale de France occupe une position importante dans ce salutaire rapprochement interdisciplinaire.

Bibliographie

13Marcel Proust, Cahiers 1 à 75 de la Bibliothèque nationale de France, Turnhout, Brepols/Bibliothèque nationale de France :

14Cahier 26
– volume I, Fac-similé, x + 137 p.
– volume II, Transcription diplomatique par Hidehiko Yuzawa, Introduction par Françoise Leriche et Hidehiko Yuzawa, notes par Françoise Leriche, Akio Wada et Hidehiko Yuzawa, Diagramme, analyse et index par Nathalie Mauriac Dyer, Akio Wada et Hidehiko Yuzawa, xxxviii + 193 p., Turnhout, Brepols, 2010.

15Cahier 54
– volume I, Fac-similé, ix + 269 p.
– volume II, Transcription diplomatique, notes et index par Francine Goujon, Nathalie Mauriac Dyer et Chizu Nakano, Introduction, Diagramme et analyse par Nathalie Mauriac Dyer, xxxii + 323 p., Turnhout, Brepols, 2008.

16Cahier 71
– volume I, Fac-similé, x + 213 p.
– volume II, Transcription diplomatique par Shuji Kurokawa et Pierre-Edmond Robert, Introduction, notes et index par Francine Goujon et Nathalie Mauriac Dyer, Diagramme et analyse par Nathalie Mauriac Dyer, xxxiv + 265 p., Turnhout, Brepols, 2009.

Haut de page

Notes

1 Peter Shillingsburg, Scholarly Editing in the Computer Age, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1996, p. 15-27.

2 Jerome McGann, The Textual Condition, Princeton, NJ, Princeton University Press, 1991, p. 57.

3 Voir ici même leur contribution à ce sujet.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Cahier 26, extrait de la transcription diplomatique du folio 7 ro
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1157/img-1.png
Fichier image/png, 24k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dirk Van Hulle, « Un plaidoyer pour l’édition génétique : les Cahiers de Proust », Genesis, 36 | 2013, 151-154.

Référence électronique

Dirk Van Hulle, « Un plaidoyer pour l’édition génétique : les Cahiers de Proust », Genesis [En ligne], 36 | 2013, mis en ligne le 08 juillet 2015, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://genesis.revues.org/1157 ; DOI : 10.4000/genesis.1157

Haut de page

Auteur

Dirk Van Hulle

Dirk Van Hulle est Professeur de littérature anglaise à l’Université d’Anvers, président de la European Society for Textual Scholarship et codirecteur du « Beckett Digital Manuscript Project » (<www.beckettarchive.org>), une édition génétique des manuscrits de Beckett. Il est l’auteur de Textual Awareness (2004), Manuscript Genetics, Joyce’s Know-How, Beckett’s Nohow (2008), The Making of Samuel Beckett’s “Stirrings Still” and “what is the word” (2011), et Samuel Beckett’s Library (avec Mark Nixon, Cambridge University Press, 2013).
dirk.vanhulle[arobase]ua.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org