Navigation – Plan du site
Chroniques I

Le généticien en mosaïste

La reconstitution du manuscrit d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs
Pyra Wise
p. 141-150

Texte intégral

  • 1 F. Goujon, « Le manuscrit dispersé d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs : le “Cahier violet” », (...)
  • 2 Comme l’a bien remarqué Pascal Fouché, Correspondance M. Proust – G. Gallimard, Paris, Gallimard, 1 (...)
  • 3 Corr., t. XVII, p. 443-444.
  • 4 Ibid., p. 440.
  • 5 Lettre inédite de Proust conservée à l’Université de l’Illinois à Urbana-Champaign, voir « L’éditio (...)
  • 6 Corr., t. XVIII, p. 295.

1L’histoire de l’édition de luxe de 1920 d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs et de ses planches a déjà été relatée1. Nous avons choisi le terme « planches » (plutôt que celui de « placards » qui porte à confusion) pour désigner les feuilles de grand format insérées dans chaque exemplaire de cette édition, sur lesquelles une dactylographe de Gallimard colla en 1918 des fragments découpés des manuscrits et des épreuves d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs. Elle a morcelé à la fois le manuscrit, les épreuves corrigées de Grasset (pour l’édition non parue de 1914), et celles de Gallimard (pour l’édition de 1919), en vue de la première impression de ce volume. Contrairement à ce que Proust voulait faire croire à ses amis, ce n’est pas Gallimard qui lui imposa cette édition pour bibliophiles2. Plusieurs raisons l’incitèrent à demander à Gallimard une telle édition, mais une des plus importantes est justement son émerveillement devant la beauté inattendue de ces « gracieux chefs-d’œuvre de Mlle Rallet3 », ces feuillets d’épreuves « très joliment mis en page par la N.R.F.4 », et ces « feuillets manuscrits si remarquablement reconstitués5 » par la dactylographe. Ces fragments de manuscrits et d’épreuves, collés « avec un goût infini6 », forment une véritable marqueterie et constituent ainsi un matériau très hétérogène et difficile à classer, chaque planche étant unique. La découverte, depuis dix ans, de nombreuses planches supplémentaires enrichit notre compréhension de ces avant-textes mosaïques des Jeunes filles.

  • 7 Voir sa reproduction dans « Le fonds Jean Grenier à la Bibliothèque nationale de France », Genesis, (...)
  • 8 La question du support se pose cependant. Ces pages avaient-elles été collées sur des cahiers de mi (...)
  • 9 Voir P. Wise, « Les paperoles : du papier à lettres dans les cahiers de Proust », dans Proust aux b (...)
  • 10 Vente Christie’s Paris, 30 octobre 2012, lot no 172 (voir le tableau V ci-dessous).

2On peut définir trois types principaux, avec de grandes variations de format et de fragments, en fonction du titre et/ou du numéro porté par l’imprimeur au crayon bleu dans le coin supérieur gauche (sauf en cas de découpage). La plupart des planches sont composées de fragments sur quatre colonnes, mais certaines ont été coupées dans le sens de la hauteur, n’en formant plus que deux. Il existe aussi une planche de six colonnes (BnF, fonds Jean Grenier7) qui a été coupée dans le sens de la longueur, au niveau du pli habituel de ces grandes feuilles qui se replient en trois dans chaque exemplaire, d’abord horizontalement puis deux fois dans l’autre sens. Cette coupure est certainement accidentelle car le texte est alors tronqué à chaque paragraphe et donc sans continuité. En revanche, pour les découpes en hauteur, il est difficile de savoir si elles ont été décidées à l’époque par l’auteur ou l’imprimeur, ou ultérieurement par des collectionneurs. Les fragments manuscrits recollés sur ces planches proviennent souvent de pages de cahiers de la Recherche conservés à la BnF8. Il y a aussi de nombreux fragments de papier à lettres, comme pour les paperoles collées dans les cahiers9, tel que le papier filigrané « papier des deux mondes » qui figure dans la planche « Cahier violet no 9 » et dans une planche manuscrite sans numéro10.

3Le premier type est celui de la planche « Cahier violet », composée de fragments manuscrits des Jeunes filles II. La composition de ces planches met bout à bout – « linéarise », si l’on veut – le texte des cahiers : les fragments découpés des lignes principales sont suivis de ceux qui ont été découpés des marges, la planche présentant ainsi une alternance de formats larges et étroits. Cependant, les planches « Cahier violet » 6 et 34 font exception car elles contiennent aussi des fragments d’épreuves. Le deuxième type, que je nomme « mixte », est composé d’un mélange de fragments manuscrits et d’épreuves corrigées des Jeunes filles I et II. Le troisième type, les « planches-épreuves », est composé de fragments d’épreuves corrigées, et ressemble plus à un véritable placard d’imprimerie. Il s’agit de fragments d’épreuves Grasset ou Gallimard, avec souvent des corrections manuscrites de Proust. Parfois, intercalés entre ces fragments, sont collés des fragments manuscrits, ce qui fait alors ressembler ces planches aux planches « mixtes ». Dans ces deux derniers types l’ordre des numéros suit celui du texte publié, sauf bien sûr quand Proust a interverti l’ordre de certains passages. Mais il existe des doublons, ce qui indique qu’il y a eu plusieurs séries pour l’établissement du texte. Ainsi la planche mixte 21 précède la 17, car elle reprend le même texte mais les fragments qui étaient manuscrits dans la 21 sont devenus des fragments d’épreuves dans la 17, qui à son tour contient des corrections et des ajouts manuscrits. J’ai classé enfin, dans les tableaux suivants, d’autres planches qui n’entrent pas dans ces trois catégories, mais qui font partie du manuscrit des Jeunes filles et qui ont aussi été insérées dans cette édition, telles que les planches entièrement manuscrites mais ne portant aucun numéro et qui sont composées de fragments de largeur identique sur deux colonnes.

  • 11 Soit sur des fragments manuscrits (« Cahier violet No 12 » et « 3èmes épreuves No 6 »), soit sur de (...)
  • 12 Cette édition de luxe n’était pas reliée à l’origine. Voir une reproduction de l’emboîtage original (...)

4La fragmentation des Jeunes filles est parfois compliquée par un deuxième niveau de morcellement. On sait que même sur épreuves Proust déplaçait des passages de son roman. Fait-il de même avec les fragments de texte collés sur ces planches ? Ainsi le premier paragraphe de la planche « Cahier violet no 23 » a été découpé, ce qui a entraîné le découpage de tout le coin gauche, avec le titre et le numéro de cette planche, qui a ensuite été recollé sur le coin droit de la planche « Cahier violet No 19 », d’où un fragment a été retiré pour pouvoir coller celui-ci. La feuille ressemble alors à un patchwork artisanal plutôt qu’à une précieuse marqueterie. À l’inverse, on trouve des planches avec des fragments manuscrits collés par-dessus d’autres fragments11, ce qui semble indiquer une intervention de Proust lui-même durant le montage. Quand ce n’est pas l’auteur lui-même qui décide de ces découpages, ce sont les collectionneurs. Dans l’exemplaire d’une collection privée, j’ai constaté que, lors de sa reliure12, chaque fragment d’une planche avait été découpé et recollé sur des pages supplémentaires rajoutées en fin de volume, détruisant ainsi l’effet mosaïque du manuscrit.

  • 13 R. Étiemble, Cinq États des « Jeunes filles en fleurs » avec les placards et les manuscrits, Alexan (...)
  • 14 F. Goujon, « Le manuscrit dispersé… », art. cité, p. 14-16.
  • 15 P. Clarac, « Note sur le texte », RTP, I, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1 (...)
  • 16 P.-L. Rey, « Note sur le texte », RTP, I, p. 1305-1308.
  • 17 N. Mauriac Dyer, « Les contours d’une édition diplomatique et génétique : Marcel Proust, Cahiers 1 (...)

5René Étiemble est le premier à avoir présenté une étude de ces avant-textes, avec fac-similés et transcription, pour défendre le style de l’écrivain13, rejoignant d’ailleurs par là une des motivations de Proust de divulguer son manuscrit14. Mais cette fragmentation et cette dispersion furent ensuite considérées surtout comme un obstacle pour l’établissement du texte par les premiers éditeurs de la « Bibliothèque de la Pléiade15 ». Lorsque Pierre-Louis Rey reprit cette tâche il rencontra ce même morcellement problématique16. Aujourd’hui, l’intérêt d’étudier ces fragments est de tenter une recomposition du puzzle pour retracer la genèse du manuscrit des Jeunes filles. Comme de nombreux fragments manuscrits recollés sur ces planches proviennent des cahiers de brouillon conservés à la BnF, on peut envisager de reconstituer des pages tronquées grâce aux planches retrouvées. Ce type de restitution s’avère utile pour le projet d’édition des Cahiers 1 à 75 de la BnF17. Ainsi, il m’a été possible de compléter le folio 39 recto du Cahier 34 en y replaçant virtuellement un fragment de la planche « Cahier violet no 3 ». Il est probablement impossible de retrouver tous les morceaux de ce manuscrit dispersé et de déterminer le nombre de planches existantes, étant donné que chaque exemplaire pouvait contenir jusqu’à trois planches. Cela l’est d’autant plus que, contrairement à ce qui est toujours indiqué, il n’existe pas cinquante exemplaires, mais au moins cinquante et un, puisque, outre les exemplaires I et L, j’ai retrouvé l’exemplaire no 0.

  • 18 Corr., t. XVII, p. 444 et t. XVIII, p. 295.
  • 19 Voir l’introduction de P.-L. Rey et la lettre inédite citée, RTP, I, p. 1296, n. 1.
  • 20 Corr., t. XVIII, p. 295. Voir aussi t. XVII, p. 440.
  • 21 Ibid., t. XXI, p. 373.
  • 22 Ibid., p. 474.
  • 23 Ibid., t. XVII, p. 440, et voir t. XVIII, p. 295.
  • 24 Lettre inédite de Proust à Gallimard, voir « L’édition de luxe… », art. cité, p. 82.
  • 25 « Un cabinet de dessins et d’œuvres sur papier », Galerie Jean Brolly, Paris (8 novembre-31 décembr (...)

6Cette édition « truffée » a été voulue et conçue par Proust lui-même dans les moindres détails : son portrait par Jacques-Émile Blanche18, le filet rouge semblable à celui de l’édition Allen des œuvres de Ruskin19, et le format même, nécessairement plus grand que celui de l’édition courante, « pour ne pas abîmer le manuscrit20 » qu’il souhaite insérer dans chaque exemplaire. Tout cela va à l’encontre de son aversion pour la bibliophilie et de sa réticence à dévoiler ses manuscrits au public. On se souvient en effet qu’en 1922, il renonça à vendre ses manuscrits au collectionneur Jacques Doucet quand il apprit que celui-ci avait prévu de léguer sa collection à l’État, puisqu’il craignait une « indiscrétion posthume21 » et, confiait-il : « cela m’embête que les étudiants puissent réfléchir sur mes variantes et se tromper22 ». Pourtant c’est justement la métamorphose de ses manuscrits en « palimpsestes23 », par les « soins merveilleux de chartiste » de la dactylographe24, qui lui avait inspiré l’idée de cette édition de luxe. Les reproductions présentées ici de trois types de planches permettent d’en apprécier la variété, la complexité et in fine l’esthétique moderne. Ces étranges manuscrits ont d’ailleurs été considérés à plein titre comme des œuvres d’art lors d’expositions25.

  • 26 Pour un premier état des lieux, voir les tableaux dans mon article cité, « L’édition de luxe… », p. (...)

7La poursuite, depuis dix ans, de mon enquête me permet de présenter aujourd’hui avec les tableaux suivants un nouvel état des lieux de ce manuscrit dispersé26. J’ai pu voir les originaux d’un grand nombre de ces planches, et comprendre ainsi non seulement la singularité de chacune mais aussi leur importance pour une reconstitution génétique du manuscrit d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs, qui pourrait être facilitée, pour certains passages, par une édition en fac-similé ou en ligne.

Les planches

I) Le « Cahier violet »

  • 27 Marcel Proust, Pages inachevées. La Quintette Lepic. L’Orgue du casino de Balbec, Paillart, Abbevil (...)
  • 28 Hôtel Drouot, Paris, 26-27 mai 1986, lot no 561.
  • 29 Frederick R. Koch Collection, Beinecke Rare Book and Manuscript Library, Yale University.
  • 30 Bibliothèque littéraire Jacques Doucet (B-V-28).
  • 31 Laurin, 10 avril 1987, lot no 161.
  • 32 Ursus Books, New York, lot no 119319.
  • 33 Carlton Lake Collection, Harry Ransom Center, The University of Texas at Austin.
  • 34 Voir la figure 1.
  • 35 Exemplaire de Robert de Billy.
  • 36 Hôtel Drouot, 6 novembre 1972, lot no 119.
  • 37 Catalogue Pierre Berès, no 87, 1995, lot no 173.
  • 38 Voir les reproduction des planches de cette collection dans Cher ami…Votre Marcel Proust. Marcel Pr (...)
  • 39 Catalogue P. Berès, no 87, 1995, lot no 173.
  • 40 Cette vente présente le coin gauche de cette planche, collé sur une autre planche, mais provenant d (...)
  • 41 Le coin gauche est coupé, mais on peut reconstituer cette planche avec le fragment de la vente Berè (...)
  • 42 Exemplaire de Sidney et Violet Schiff.
  • 43 Bibliothèque nationale de France (Réserve des Imprimés, cote Réserve g-Y2-50).

Provenance

Titre de planche

Format (cm)

Exemplaire

RTP

Publication27

[feuillet 33]

II, 135 sq.

Vente28

Cahier violet N° 1

II, 145-149

Coll. privée

Cahier violet N° 3

II, 153 sq.

Beinecke29

Cahier violet N° 6

50 × 65

0

II, 164-171

Doucet30

Cahier violet N° 9

50 × 65

X

II, 178-182

Vente31

Cahier violet N° 10

II, 182-186

Vente32

Cahier violet N° 11

45 × 64

XXVIII

II, 186-188

HRC33

Cahier violet N° 1234

50 × 75

XLVIII35

II, 187-192

Vente36

Cahier violet N° 13

45 × 63

XXXI

Coll. privée

Cahier violet N° 15

XXXVIII

II, 202-206

Coll. privée

Cahier violet N° 16

XXII

II, 206-210

Vente37

Cahier violet N° 19

XXVIII

II, 228-232

Coll. Speck38

Cahier violet N° 21

50 × 64

XLIV

II, 238-243

HRC

Cahier violet N° 22

50 × 75

XLVIII

II, 243-248

Vente39

Cahier violet N° 23 [fragment]40

XXVIII

II, 256

Beinecke41

[Cahier violet N° 23]

50 × 65

0

II, 252-254, 249

Beinecke

Cahier violet No 24

33,5 × 48

XXVII42

II, 250-258

Beinecke

Cahier violet N° 25

58 × 73

XXVII

II, 259-269

Coll. privée

Cahier violet N° 26

45 × 65

I

II, 269-274

Coll. privée

Cahier violet N° 28

37 × 63

II, 248-249,

278-280

HRC

Cahier violet N° 30

50 × 75

XL

II, 285-291

BnF43

Cahier violet N° 31

48 × 64

XIX

II, 291-296

Beinecke

Cahier violet N° 34

28 × 50

XXVII

II, 302-304

Fig. 1

Fig. 1

À l’ombre des jeunes filles en fleurs, « Cahier violet N° 12 » (50 ✕ 75 cm) (Harry Ransom Center, The University of Texas at Austin)

II) Les « planches mixtes »

  • 44 Piasa, 14 juin 1999, no 51.
  • 45 Rare Book and Collections Library, University of Illinois, Urbana.
  • 46 Piasa, 14 juin 1999, no 52.
  • 47 Catalogue Ronald Davis, 1967, no 179.
  • 48 Musée des Lettres et Manuscrits, Paris.
  • 49 Ronald Davis, 1967, lot no 179.
  • 50 Laurin, 10 avril 1987, lot no 161.
  • 51 Exemplaire de Walter Berry.
  • 52 Sotheby’s Paris, 27 juin 2007, lot no 85.
  • 53 Exemplaire de Céleste Albaret.
  • 54 Hôtel Drouot, 20 juin 1996, lots nos 444 et 445 (pour la planche et l’exemplaire).
  • 55 BnF, Réserve des Imprimés, cote Réserve g-Y2-50.
  • 56 Hôtel Drouot, 22 juin 1990, lot no 106.
  • 57 Voir la figure 2.
  • 58 Cinq siècles sur Papier. Autographes et manuscrits de la collection Pedro Corrêa do Lago, Paris, Éd (...)
  • 59 Librairie Les Autographes, Thierry Bodin, Noël 2006, lot no 69.
  • 60 Librairie Georges Andrieux, 30-31 mai 1928, lot no 279.
  • 61 Catalogue Georges Heilbrun, no 30, lot no 308.
  • 62 Hôtel Drouot, 4 mai 1994, no 125. Exemplaire de la princesse Soutzo.
  • 63 Binoche-Renaud-Giquello, 17 octobre 2007, lot no 181.
  • 64 Christie’s Paris, 30 octobre 2012, lot no 171. Deux dernières colonnes d’une planche.
  • 65 Hôtel Drouot, 4 mai 1994, lot no 125.
  • 66 Catalogue Berès, no 56, 1956, lot no 470.
  • 67 Ibid., lot no 469.
  • 68 Christie’s New York, 3 décembre 2010, lot no 529.
  • 69 Fonds Jean Grenier, BnF, NAF 28294.

Provenance

Titre de planche

Format (cm)

Exemplaire

RTP

HRC

No 2

50 × 75

XL

I, 428-442

Vente44

No 3

I, 441-453

Urbana45

No 4

50 × 65

XXIII

I, 453-461

Vente46

No 5

50 × 65

I, 461-470

Vente47

No 6

I, 449 sq.

Musée des Lettres et Manuscrits48

No 7

50 × 64,5

XVII

I, 482-493

Beinecke

No 9

50 × 65

XXVII

I, 506-515

Coll. privée

XXII

I, 516-523

Vente49

No 11

I, 514 sq.

Musée des Lettres et Manuscrits

No 12

51,8 × 33,7

XVII

I, 514-518

Vente50

No 13

II, 182 sq.

Beinecke

No 13

50 × 65

051

I, 548-559

Vente52

No 13

II53

I, 516, 525-534

Beinecke

No 15

50 × 65

I, 543-552

Doucet

No 16

50 × 65

X

I, 553-560

Vente54

No 16

50 × 65

IX

I, 591-609

BnF55

No 17

50 × 63

XIX

I, 609-610, 621-630

II, 3-4

Coll. Speck

No 18

50 × 61

L

I, 567-583

Beinecke

No 18

50 × 65

II, 4-13

Vente56

17 × 48

II, 13-16

HRC

No 1957

50 × 75

XL

II, 12-23

Coll. privée58

II, 231 sq.

Vente59

I, 474-476

Vente60

I, 526-539

Vente61

No 20

I, 592 sq.

Coll. privée

No 21

50 × 65

XXV

I, 605-610, 621-624

II, 3-4

Vente62

No 22

I, 624-630 ; II, 4-7

Coll. Speck

No 23

49,5 × 61,5

L

II, 8-15

Vente63

No 27

II, 53-60

Vente64

47,5 × 33

XII

II, 73-79

Vente65

No 30

II, 81-92

Vente66

II, 106-116

Vente67

II, 116-126

Vente68

No 35

64,5 × 49,5

II, 113-121

BnF69

64,5 × 25

II, 140-142, 107-112

Fig. 2

Fig. 2

À l’ombre des jeunes filles en fleurs, Planche « N° 19 » (50 ✕ 75 cm) (Harry Ransom Center, The University of Texas at Austin)

III) Les « planches-épreuves »

  • 70 Hôtel Drouot, 6 novembre 1972, lot no 119.
  • 71 Laurin, 10 avril 1987, lot no 162.
  • 72 Le coin supérieur gauche est déchiré.
  • 73 Voir la figure 3.
  • 74 Oriot & Dupont, Morlaix, 4 avril 2009, lot no 1.
  • 75 Christie’s Paris, 30 octobre 2012, lot no 172.
  • 76 Houghton Library, Harvard University.
  • 77 The Pierpont Morgan Library, New York (MA 3855).
  • 78 Christie’s Paris, 30 octobre 2012, lot no 173.
  • 79 Sotheby’s Paris, 27 juin 2007, lot no 85.
  • 80 Sotheby’s New York, 26 juin 1998, lot no 508.
  • 81 Drouot Estimations, 10 juin 2011, lot no 66.

Provenance

Titre de planche

Format (cm)

Exemplaire

RTP

Coll. privée

2èmes épreuves N° 22

XXXVIII

II, 37-44

Vente70

2èmes épreuves N° 24

45 × 63

XXXI

Vente71

2èmes épreuves N° 25

II, 68-73 sq.

Beinecke72

[2]èmes épreuves N° 26

47 × 62,8

II, 79-88

Beinecke

2èmes épreuves N° 2873

50 × 65

II, 95-105

Vente74

3èmes épreuves N° 1

63,5 × 49

I, 423 sq.

Beinecke

3èmes épreuves N° 4

30,5 × 44

I, 462-469

Coll. Speck

3èmes épreuves N° 5

48 × 65

XLIV

I, 477-489

Vente75

3èmes épreuves N° 6

49,8 × 64

I, 487-499

Houghton76

3èmes épreuves N° 7

50 × 64

I, 498-513

Morgan77

3èmes épreuves N° 10

49,5 × 64,8

I, 548-562

Vente78

3èmes épreuves N° 11

50 × 64,3

XXVI

I, 552-564

Vente79

3èmes épreuves N° 13

45 × 17

II

I, 574-586

Vente80

3èmes épreuves N° 16

49,5 × 64,8

I, 616-625

Vente81

4èmes épreuves N° 2

65 × 50

I, 601-611

Beinecke

4èmes épreuves N° 3

50 × 65

0

I, 611-623

Fig. 3

Fig. 3

À l’ombre des jeunes filles en fleurs, « 2èmes épreuves No 28 » (50 ✕ 65 cm) (Frederick R. Koch Collection, Beinecke Rare Book and Manuscript Library, Yale University)

IV) Les « planches-placards »

  • 82 Hôtel Drouot, 22 juin 1990, lot no 106.

Provenance

Titre de planche

Format

Exemplaire

RTP

Vente82

No 1/Recherche du temps perdu pl. 29

52 × 67

I, 426-433

Urbana

Recherche du temps perdu pl. 32

XXIII

I, 423-424,

451-457

Coll. Speck

Le Côté des [sic] Guermantes, Placard 31

64 × 50

II, 683-695

V) Les planches manuscrites (sans numéro)

  • 83 Christie’s Paris, 30 octobre 2012, lot no 172.
  • 84 Pierre Bergé, « Pierre Berès, 80 ans de passion. 5e vente », 13 décembre 2006, no 718.

Provenance

Format

Exemplaire

RTP

Vente83

34,5 × 31,5

XII

I, 509-513

Vente84

34,7 × 52

I, 518-525, 531

VI) Les pages de cahiers

  • 85 Catalogue Berès no 56, 1956, lot no 488.
  • 86 Tajan, 20 mai 1992, lot no 82.
  • 87 Ibid., lot no 81.
  • 88 Fondation Bodmer (Cologny, Suisse).

Provenance

Pagination Proust

RTP

Vente85

1

Vente86

106

II, 226-227

Vente87

II, 226 sq.

Bodmer88

II, 264-268

Haut de page

Notes

1 F. Goujon, « Le manuscrit dispersé d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs : le “Cahier violet” », BMP, no 49, 1999, p. 7-16 ; P. Wise, « L’édition de luxe et le manuscrit dispersé d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs », BIP, no 33, 2003, p. 75-98. Voir aussi la note 8 infra.

2 Comme l’a bien remarqué Pascal Fouché, Correspondance M. Proust – G. Gallimard, Paris, Gallimard, 1989, p. 142, n. 1.

3 Corr., t. XVII, p. 443-444.

4 Ibid., p. 440.

5 Lettre inédite de Proust conservée à l’Université de l’Illinois à Urbana-Champaign, voir « L’édition de luxe… », art. cité, p. 81.

6 Corr., t. XVIII, p. 295.

7 Voir sa reproduction dans « Le fonds Jean Grenier à la Bibliothèque nationale de France », Genesis, n° 29, 2008, p. 154.

8 La question du support se pose cependant. Ces pages avaient-elles été collées sur des cahiers de mise au net ? Lorsque Proust envoie le manuscrit de la dernière partie des Jeunes filles à son éditeur, il annonce « 2 cahiers sur Albertine » (Correspondance M. Proust – G. Gallimard, éd. citée, lettre 41, p. 84). Sur ce point voir F. Goujon, « Les épreuves de À l’ombre des jeunes filles en fleurs : deux lettres à redater », BMP, no 48, 1998, p. 42-48.

9 Voir P. Wise, « Les paperoles : du papier à lettres dans les cahiers de Proust », dans Proust aux brouillons, dir. N. Mauriac Dyer et K. Yoshikawa, Turnhout, Brepols, coll. « Le champ proustien », 2011, p. 29-42.

10 Vente Christie’s Paris, 30 octobre 2012, lot no 172 (voir le tableau V ci-dessous).

11 Soit sur des fragments manuscrits (« Cahier violet No 12 » et « 3èmes épreuves No 6 »), soit sur des fragments d’épreuves corrigées (demi-planche mixte de la vente Christie’s du 30 octobre 2012, lot n° 171, voir le tableau II).

12 Cette édition de luxe n’était pas reliée à l’origine. Voir une reproduction de l’emboîtage original sur le site Internet de Sotheby’s : vente de la collection Pierre Leroy, 27 juin 2007, lot n° 85.

13 R. Étiemble, Cinq États des « Jeunes filles en fleurs » avec les placards et les manuscrits, Alexandrie, Éditions du Scarabée, 1947. Les planches présentées sont aujourd’hui à l’université de l’Illinois.

14 F. Goujon, « Le manuscrit dispersé… », art. cité, p. 14-16.

15 P. Clarac, « Note sur le texte », RTP, I, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1954, p. xxvi.

16 P.-L. Rey, « Note sur le texte », RTP, I, p. 1305-1308.

17 N. Mauriac Dyer, « Les contours d’une édition diplomatique et génétique : Marcel Proust, Cahiers 1 à 75 de la Bibliothèque nationale de France, BnF/Brepols », Marcel Proust 7, Proust sans frontières 2, Caen, Minard, coll. « La Revue des Lettres modernes », 2009, p. 259-266.

18 Corr., t. XVII, p. 444 et t. XVIII, p. 295.

19 Voir l’introduction de P.-L. Rey et la lettre inédite citée, RTP, I, p. 1296, n. 1.

20 Corr., t. XVIII, p. 295. Voir aussi t. XVII, p. 440.

21 Ibid., t. XXI, p. 373.

22 Ibid., p. 474.

23 Ibid., t. XVII, p. 440, et voir t. XVIII, p. 295.

24 Lettre inédite de Proust à Gallimard, voir « L’édition de luxe… », art. cité, p. 82.

25 « Un cabinet de dessins et d’œuvres sur papier », Galerie Jean Brolly, Paris (8 novembre-31 décembre 2003) ; Make it New : The Rise of Modernism, Harry Ransom Center, Université du Texas à Austin (21 octobre 2003-7 mars 2004).

26 Pour un premier état des lieux, voir les tableaux dans mon article cité, « L’édition de luxe… », p. 93-98.

27 Marcel Proust, Pages inachevées. La Quintette Lepic. L’Orgue du casino de Balbec, Paillart, Abbeville, 1927.

28 Hôtel Drouot, Paris, 26-27 mai 1986, lot no 561.

29 Frederick R. Koch Collection, Beinecke Rare Book and Manuscript Library, Yale University.

30 Bibliothèque littéraire Jacques Doucet (B-V-28).

31 Laurin, 10 avril 1987, lot no 161.

32 Ursus Books, New York, lot no 119319.

33 Carlton Lake Collection, Harry Ransom Center, The University of Texas at Austin.

34 Voir la figure 1.

35 Exemplaire de Robert de Billy.

36 Hôtel Drouot, 6 novembre 1972, lot no 119.

37 Catalogue Pierre Berès, no 87, 1995, lot no 173.

38 Voir les reproduction des planches de cette collection dans Cher ami…Votre Marcel Proust. Marcel Proust et sa correspondance. Lettres et autographes de la Bibliotheca proustiana Reiner Speck, Köln, Snoeck, 2009, p. 32-33 et 242-247.

39 Catalogue P. Berès, no 87, 1995, lot no 173.

40 Cette vente présente le coin gauche de cette planche, collé sur une autre planche, mais provenant de celle qui est conservée à la Beinecke.

41 Le coin gauche est coupé, mais on peut reconstituer cette planche avec le fragment de la vente Berès de 1995.

42 Exemplaire de Sidney et Violet Schiff.

43 Bibliothèque nationale de France (Réserve des Imprimés, cote Réserve g-Y2-50).

44 Piasa, 14 juin 1999, no 51.

45 Rare Book and Collections Library, University of Illinois, Urbana.

46 Piasa, 14 juin 1999, no 52.

47 Catalogue Ronald Davis, 1967, no 179.

48 Musée des Lettres et Manuscrits, Paris.

49 Ronald Davis, 1967, lot no 179.

50 Laurin, 10 avril 1987, lot no 161.

51 Exemplaire de Walter Berry.

52 Sotheby’s Paris, 27 juin 2007, lot no 85.

53 Exemplaire de Céleste Albaret.

54 Hôtel Drouot, 20 juin 1996, lots nos 444 et 445 (pour la planche et l’exemplaire).

55 BnF, Réserve des Imprimés, cote Réserve g-Y2-50.

56 Hôtel Drouot, 22 juin 1990, lot no 106.

57 Voir la figure 2.

58 Cinq siècles sur Papier. Autographes et manuscrits de la collection Pedro Corrêa do Lago, Paris, Éditions de la Martinière, 2004, p. 177.

59 Librairie Les Autographes, Thierry Bodin, Noël 2006, lot no 69.

60 Librairie Georges Andrieux, 30-31 mai 1928, lot no 279.

61 Catalogue Georges Heilbrun, no 30, lot no 308.

62 Hôtel Drouot, 4 mai 1994, no 125. Exemplaire de la princesse Soutzo.

63 Binoche-Renaud-Giquello, 17 octobre 2007, lot no 181.

64 Christie’s Paris, 30 octobre 2012, lot no 171. Deux dernières colonnes d’une planche.

65 Hôtel Drouot, 4 mai 1994, lot no 125.

66 Catalogue Berès, no 56, 1956, lot no 470.

67 Ibid., lot no 469.

68 Christie’s New York, 3 décembre 2010, lot no 529.

69 Fonds Jean Grenier, BnF, NAF 28294.

70 Hôtel Drouot, 6 novembre 1972, lot no 119.

71 Laurin, 10 avril 1987, lot no 162.

72 Le coin supérieur gauche est déchiré.

73 Voir la figure 3.

74 Oriot & Dupont, Morlaix, 4 avril 2009, lot no 1.

75 Christie’s Paris, 30 octobre 2012, lot no 172.

76 Houghton Library, Harvard University.

77 The Pierpont Morgan Library, New York (MA 3855).

78 Christie’s Paris, 30 octobre 2012, lot no 173.

79 Sotheby’s Paris, 27 juin 2007, lot no 85.

80 Sotheby’s New York, 26 juin 1998, lot no 508.

81 Drouot Estimations, 10 juin 2011, lot no 66.

82 Hôtel Drouot, 22 juin 1990, lot no 106.

83 Christie’s Paris, 30 octobre 2012, lot no 172.

84 Pierre Bergé, « Pierre Berès, 80 ans de passion. 5e vente », 13 décembre 2006, no 718.

85 Catalogue Berès no 56, 1956, lot no 488.

86 Tajan, 20 mai 1992, lot no 82.

87 Ibid., lot no 81.

88 Fondation Bodmer (Cologny, Suisse).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende À l’ombre des jeunes filles en fleurs, « Cahier violet N° 12 » (50 ✕ 75 cm) (Harry Ransom Center, The University of Texas at Austin)
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1162/img-1.png
Fichier image/png, 6,1M
Titre Fig. 2
Légende À l’ombre des jeunes filles en fleurs, Planche « N° 19 » (50 ✕ 75 cm) (Harry Ransom Center, The University of Texas at Austin)
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1162/img-2.png
Fichier image/png, 6,1M
Titre Fig. 3
Légende À l’ombre des jeunes filles en fleurs, « 2èmes épreuves No 28 » (50 ✕ 65 cm) (Frederick R. Koch Collection, Beinecke Rare Book and Manuscript Library, Yale University)
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1162/img-3.png
Fichier image/png, 5,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pyra Wise, « Le généticien en mosaïste », Genesis, 36 | 2013, 141-150.

Référence électronique

Pyra Wise, « Le généticien en mosaïste », Genesis [En ligne], 36 | 2013, mis en ligne le 08 juillet 2015, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://genesis.revues.org/1162 ; DOI : 10.4000/genesis.1162

Haut de page

Auteur

Pyra Wise

Pyra Wise est analyste de sources à l’équipe « Proust » de l’ITEM (CNRS-ENS). Elle publie régulièrement des lettres inédites dans le Bulletin d’Informations proustiennes et collabore à l’édition des cahiers de Proust (Cahiers 1 à 75 de la BnF). Coéditions critiques : Marcel Proust, Cahier 53, N. Mauriac Dyer, P. Wise, K. Yoshikawa, éd. BnF/Brepols, « Cahiers 1 à 75 de la BnF », 2012 ; Marcel Proust, L’Agenda 1906, édition génétique et critique, N. Mauriac Dyer, G. Fau, F. Leriche et P. Wise éd., OpenEdition Books-Bnf Édition (à paraître). Articles récents : « Proust et la “langue poilue” : le cas du mot “boche” », dans Proust écrivain de la Première Guerre mondiale, sous la direction de P. Chardin et N. Mauriac Dyer, Éditions universitaires de Dijon, coll. « Écritures », 2014, p. 51-66 ; « “Du côté de chez Proust” : un article retrouvé de Maurice Sachs », Bulletin Marcel Proust, n° 63, 2013, p. 43-50 ; « Sydney et Violet Schiff », dans Le Cercle de Marcel Proust, sous la direction de J.-Y. Tadié, Paris, Honoré Champion, coll. « Recherches proustiennes », n° 24, 2013, p. 209-223 ; « Un écrivain courtisé : vingt et une lettres inédites à Marcel Proust », Bulletin d’Informations proustiennes, n° 42, 2012, p. 19-32 ; « Sur une note de régie elliptique de Proust : les Saint-Marceaux et les nymphéas de Monet », Actes du Colloque « Proust écrit un roman », Université de São Paulo, 13-14 octobre 2010, en ligne : <www.item.ens.fr/index.php ?id =577687>.
pyra.wise[arobase]ens.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org