Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus d'ouvrages

Thomas Vercruysse, La Cartographie poétique. Tracés, diagrammes, formes (Valéry, Mallarmé, Artaud, Michaux, Segalen, Bataille), Genève, Droz, 2014, 421 p.

Paul Ryan
p. 195-196
Référence(s) :

Thomas Vercruysse, La Cartographie poétique. Tracés, diagrammes, formes (Valéry, Mallarmé, Artaud, Michaux, Segalen, Bataille), Genève, Droz, 2014, 421 p.

Texte intégral

1Ce livre de Thomas Vercruysse, fruit de la recherche, notamment doctorale, ne constitue pas un essai philosophique sur la poésie en tant que telle, mais s’attache plus précisément à montrer quelques-unes de ses principales implications philosophiques. Sous le titre « Cartographie poétique », cet ouvrage, qui dessine une conception de la création, commune à Valéry, Mallarmé, Artaud, Michaux, Segalen et Bataille, dresse une cartographie de l’esprit analytique en acte pour en cerner ainsi ses ressources à travers des tracés, diagrammes et formes. Cette figure de la « charta » graphique, c’est-à-dire « papier/écrit » au sens étymologique du terme, ouvre la voie à une conception totalisante de la création poétique qui, pour Valéry, embrasse le physique, le mental et le réel, autrement dit le fameux « CEM », ou Corps-Esprit-Monde, sur lequel le Système analytique valéryen des Cahiers fut basé. Il importe de signaler au prime abord que, si l’auteur prétend dès l’introduction que ce livre ne se propose pas d’être une monographie sur Valéry – et ce n’est certes pas le cas –, il n’en reste pas moins qu’il va bien au-delà d’« une réflexion sur la création nourrie de l’expérience de l’écrivain ». En tout état de cause, cette démarche, qui consiste à rapporter systématiquement les notions relevant de la cartographie à Valéry, dont les conceptions qui parcourent le livre entier servent de pierre de touche conceptuelle, constitue effectivement un des atouts du livre. Les noms de Bataille, Artaud et Michaux peuvent a priori surprendre quelque peu dans ce contexte, mais leur questionnement sur la poétique rejoint sur divers points celui de Valéry. Ainsi, dans la communauté d’écrivains qu’englobe cette étude, le nom de Valéry est-il ici placé au premier rang et c’est à partir du modèle, de la démarche et de la conception poétique de l’écrivain qu’on embrasse ici les poétiques des autres auteurs déjà mentionnés et qui lui sont contemporains. Malgré quelques affinités, ce sont en effet des auteurs qui se trouvent être fondamentalement très éloignés les uns des autres, mais cet ouvrage parvient avec pertinence à leur trouver des points communs. D’ailleurs, comme le précise l’introduction, il ne s’agit pas d’une étude comparée, mais d’une mise en évidence, d’une part, des champs de confluence entre les écrivains, et de l’autre, des caractéristiques susceptibles de relever de la cartographie ou d’une topographie mentale analytique.

2Le corps de cet ouvrage se déploie en trois parties : la première, intitulée « Cartographie analytique », la deuxième placée sous le signe de la « fragmentation », et la dernière centrée sur les diverses expressions du poïein, c’est-à-dire une poésie des actions humaines, nommée la « cartographie poétique ». Dans la première partie, qui en raison de sa nature abstraite est d’un accès plus difficile, l’auteur éclaire finement l’apport de diverses idées philosophiques (la « Consistency » de Poe par exemple) et de modèles scientifiques ou mathématiques sur les conceptions poétiques des auteurs sélectionnés, tout en s’appuyant sur des concepts empruntés à divers critiques. Hormis des systèmes déjà reconnus, Thomas Vercruysse propose quelques nouveaux paradigmes d’une combinatoire pour mieux saisir le projet de Valéry, en évoquant par exemple les machines d’Alan Turing. Ce qui ressort, c’est la quête d’une science universelle qui permettrait de modéliser les opérations de l’esprit et, dans le cas de Valéry, de déboucher sur une topologie mentale. Prenant initialement appui sur la méthode de Descartes, qui est fondée, comme chez Valéry, lecteur du philosophe, sur le Moi, on passe dans cette première partie par Raymond Lulle, dont le rationalisme mystique à l’appui de constructions géométriques tentait dans son traité l’Ars magna, paru au début du xive siècle, de concilier la raison et la révélation. Les chapitres suivants entendent cerner au plus près les paramètres philosophico-mathématiques qui influent sur la cartographie et constituent une enquête conséquente sur les conceptions de non seulement Newton, Laplace (déterminisme), Kant, René Thom (morphogenèse), Hegel et Hölderlin, mais aussi de Deleuze, Derrida, Benveniste et Guattari, entre autres philosophes modernes, dont les idées traversent le texte en filigrane. Ces notions sont évaluées à la lumière de celles de Valéry, telles que le « Gladiator », qui désigne la possession de soi ou la volonté de possession et s’inscrit ainsi naturellement dans l’ambition de la mathesis universalis.

3Située entre la cartographie analytique et la cartographie poétique, la deuxième partie du livre, dont le vocabulaire des titres de chapitres (césure, défiguration, déformation, dissolution) en dit long sur la perspective de la fragmentation qui la caractérise. Après une mise en perspective du cogito, on suit une tentative de définition du moi, dessein principal du Système valéryen, et dont la condition essentielle est la « self-variance ». Ce qui est particulièrement stimulant pour les généticiens dans cette partie du livre, ce sont les réflexions, relatives à Valéry et Artaud, sur le figural (graphein) et sur le diagramme qui trouve sa source, d’après Deleuze, dans l’art pictural (Cézanne, Bacon, Kandinsky). C’est à ces concepts relevant de la figuration que le deuxième chapitre est justement consacré. Rappelant l’apport de Vinci chez Valéry, ce chapitre insiste sur l’idéographie, le signe graphique, tout en privilégiant Degas Danse Dessin de Valéry, pour qui le dessin représente une voie royale pour l’appréhension de l’objet.

4Très riches sur le plan de l’analyse esthétique, les quatre chapitres de la troisième partie du livre s’axent essentiellement sur les avatars du poïein, terme qui désigne l’acte de faire ou le pouvoir créateur, et que les lecteurs avertis de Valéry reconnaîtront d’emblée. Cette section se propose de poser les jalons de la théorie en acte entre les poétiques de Valéry, Artaud, Mallarmé, Michaux et Segalen et d’en dégager des points communs, mais aussi des divergences. Ce modèle ou incarnation motrice de l’acte créateur – sujet d’analyse d’ailleurs commun à Mallarmé et Valéry, qui l’utilisent comme métaphore de la poésie, mais aussi de la morphogenèse elle-même – s’impose logiquement en tant qu’analogie de prédilection. L’importance de l’esthétique de cet acte est telle que l’auteur lui dédie spécifiquement deux chapitres, un pour chacun de ces deux poètes. Ainsi dresse-t-il un parallèle avec la conception de la danse chez Erwin Straus, en se focalisant surtout sur ses espaces sensibles (optique et acoustique), afin de retrouver des points de convergence et, ce faisant, d’aboutir à une compréhension du grand paradigme de l’esthétique valéryenne que fut la danse. Cette section constitue en effet une des meilleures études d’ensemble de cette dimension clé de l’écrivain dont nous disposions.

5Ce qui rend cette partie de l’ouvrage particulièrement intéressante sur le plan génétique, c’est que les réflexions sur la cartographie puisent dans diverses sources fondamentales de la création et embrassent la naissance de la forme ou de la figure, l’idéographie, l’informe dans Documents de Bataille, ou dans le tracé du hiéroglyphe chez Mallarmé. Ainsi se conclut l’analyse dont il faut saluer la richesse et la force synthétique. Le livre s’achève sur une abondante bibliographie, clairement structurée, qui permettra aux lecteurs d’accéder facilement aux références, autorisant donc des prolongements, tant pour les œuvres des auteurs que pour des études critiques ou philosophiques. Cet ouvrage, très stimulant, s’impose comme une contribution capitale aux études valéryennes sur le processus de création et ses rapports avec d’autres grandes figures littéraires, et sera sans nul doute une référence pour des chercheurs et lecteurs de la philosophie de l’esthétique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Ryan, « Thomas Vercruysse, La Cartographie poétique. Tracés, diagrammes, formes (Valéry, Mallarmé, Artaud, Michaux, Segalen, Bataille), Genève, Droz, 2014, 421 p. », Genesis, 40 | 2015, 195-196.

Référence électronique

Paul Ryan, « Thomas Vercruysse, La Cartographie poétique. Tracés, diagrammes, formes (Valéry, Mallarmé, Artaud, Michaux, Segalen, Bataille), Genève, Droz, 2014, 421 p. », Genesis [En ligne], 40 | 2015, mis en ligne le 11 décembre 2015, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://genesis.revues.org/1202

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org