Navigation – Plan du site
Enjeux

Défense et illustration de la page

Louis Hay
p. 33-53

Résumés

La première partie de l’étude procède d’une génétique historique. Elle examine la problématique de la page dans la longue durée et l’inscrit dans l’évolution d’une culture de l’écrit. À la lumière de ce passé, une seconde partie propose une vision intégrée des fonctions dont la séquence crée la possibilité d’une genèse : objet matériel manipulable – support à l’interface de la pensée et de la trace –, unité qui scande les étapes de l’écriture – espace où mots et graphismes interfèrent dans la production d’un sens. La conclusion se tourne vers une autre dimension de l’histoire : celle de l’avenir.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Anne Zali (dir.), L’Aventure des écritures. La Page, Paris, BnF, 1998, p. 13.
  • 2 Jean Vezin, « La fabrication du manuscrit », dans H.-J. Martin et R. Chartier (dir.), Histoire de l (...)
  • 3 « Dessins et gravures dans le manuscrit de la Vie de Henry Brulard », dans Écritures du romantisme  (...)
  • 4 Pierre-Marc de Biasi : « [...] on est encore très loin de posséder l’appareil notionnel permettant (...)
  • 5 Cette vision n’est d’ailleurs aucunement inédite ; il convient de rappeler l’importante monographie (...)

1Aujourd’hui, la page témoigne d’abord d’un écart entre deux disciplines d’un même champ. Pour les historiens de la civilisation écrite, son apparition constitue un événement capital, au même titre que l’invention de l’écriture ou de l’imprimerie. Ainsi, pour Anne Zali cette innovation « […] allait bouleverser pour quelques siècles les pratiques intellectuelles de l’Occident1 » et Jean Vezin parle d’une « […] véritable révolution que l’on peut comparer par l’importance de ses conséquences à l’invention de l’imprimerie2 ». Il serait aisé de multiplier les citations : sur ce point, la communauté scientifique est unanime. Cette vision n’était guère familière à la critique génétique. À ses débuts, la page y figurait comme un objet trop familier pour mériter l’attention des chercheurs : « […] surface neutre, surface de support dont on peut se demander si elle peut et doit être décrite de façon signifiante », bref chose nulle aux yeux de Louis Marin3 – ou du moins, pour Pierre-Marc de Biasi, comme un objet qui échappait encore à la génétique4. Depuis, des milliers de pages devaient passer entre les mains des généticiens et servir leurs travaux. La recherche s’est essentiellement portée sur les tracés que la page véhicule : tracés d’écriture et aussi, par la suite, les graphismes qui l’escortent. Enfin, des études novatrices ont exploré les espaces de la page, alors qu’une jeune discipline, la codicologie des manuscrits modernes, analysait les indices que procure le papier. Il ne reste plus qu’à reconnaître dans cette fidèle compagne du généticien non seulement le support de telle ou telle étude, mais la problématique d’un objet scientifique à part entière offert à la recherche5. Son rôle d’agent actif de la genèse apparaît alors au travers de son devenir qui révèle la constitution successive de ses fonctions : objet matériel manipulable – interface entre la pensée et la trace – unité qui scande les étapes de l’écriture – espace où mots et figures interfèrent dans la production d’un sens. Ainsi s’opère la rencontre de la génétique avec l’histoire qui lui ouvre la profondeur de son champ. Elle dévoile la genèse d’un objet génétique devenu outil essentiel de l’écrivain en notre temps. En même temps, si l’histoire éclaire ce présent, elle permet aussi de mieux comprendre l’avenir. Elle situe la révolution informatique à sa place dans la longue aventure de l’écrit.

Genèse

L’invention du codex

  • 6 « Homerus in pugillaribus membraneis. Ilias et Priami regnis inimicus Ulixes multiplici pariter con (...)
  • 7 Institution oratoire, X, 3-3-32.
  • 8 Épître à Timothée, 4-13.

2Il est vrai que, pour la génétique, la démarche historique a un prix. Elle nous entraîne dans les profondeurs de la longue durée et nous contraint à en subir les lenteurs. En effet, le premier témoignage sur l’invention du codex nous reporte jusqu’aux débuts de notre ère. Nous le devons à Martial, qui s’émerveille de cette nouvelle forme de l’écrit : « Homère sur des feuillets de parchemin / Ilias et Ulysse, ennemis du royaume de Pergame / Cachés dans ces pages multiples6. » Lignes souvent citées, car elles permettent à la fois de préciser une date (les Épigrammes datent de l’an 85) et de décrire une fonction. Ce que Martial admire, c’est la faculté du codex à nous mettre toute l’œuvre d’Homère en main. Et désormais, ses propres écrits peuvent accompagner le lecteur, fût-ce au cours d’un long voyage (Martial, Épigrammes, I, 2). Comme il advient souvent, les témoins d’un événement n’en ont pas saisi toute la portée. Dans l’invention du codex, l’Antiquité a vu non pas une révolution des façons d’écrire et de penser, mais une commodité technique : un matériau neuf, le parchemin, et un procédé inédit, le pliage en cahiers : il permet d’écrire sur les deux faces du feuillet et d’alléger ainsi le support. Et pour prendre des notes, les pugillaribus membrane, petits codex en parchemin, fournissent un support plus compact et léger que les tablettes. D’autres témoignages, comme ceux de Quintilien7 ou de saint Paul8 confirment l’intérêt des contemporains pour cette nouvelle technique.

3Pourtant, ce n’est pas dans le monde romain que va s’imposer le codex. Nous ne comprenons pas véritablement les raisons de ce demi-échec : l’histoire de la page relève d’interactions entre facteurs sociaux, intellectuels et matériels encore mal explorés. Toujours est-il que le destin du codex s’est joué non dans de nouvelles pratiques, mais dans un changement des cultures induit par l’expansion de la jeune religion chrétienne. De ce tournant, ne nous parle plus l’histoire littéraire, mais l’archéologie. Elle dispose de témoins muets, mais irrécusables : les premiers codex, qui furent conservés au Proche-Orient (voir fig. 1). Ils permettent de saisir le lien entre la nouvelle technique et la nouvelle foi. La liturgie chrétienne a trouvé dans le codex un support qui l’affranchit des lourds rouleaux de quatre à dix mètres de long, comme ceux de la Thora, pour leur substituer la première bibliothèque portable : les Évangiles, qui peuvent être colligés et transportés en un seul volume. De surcroît, la forme du codex permet la lecture liturgique à livre ouvert. À la page, cette fonction nouvelle apporte la pratique de la juxtaposition des feuillets – et la possibilité de les tourner sans toucher le texte. Sous le nom de marge, cette disposition toute simple va connaître par la suite une certaine fortune. On a donc pu dire que le codex a survolé la mer et parcouru l’Occident, porté sur les ailes de la nouvelle croyance. Mais les statistiques que nous fournit l’archéologie montrent qu’il lui faudra encore plusieurs siècles pour devenir le support principal de l’écrit. C’est seulement au Haut Moyen Âge que son emploi devient la règle des textes ecclésiastiques. Là encore, on ne peut que conjecturer les raisons de cette lente transformation : pesanteur des habitudes de travail chez les copistes ? Régression de l’écrit, refoulé au fond des monastères pendant les siècles obscurs ?

Fig. 1

Fig. 1

Fig. 1 : Codex composite, avec des fragments des Épîtres de saint Paul (Jérusalem, partiellement du vie siècle), parchemin (BnF, Manuscrits, Arabe 6725, 6 v°-7 r°)
BnF

La création de la page

  • 9 La généralisation du format rectangulaire est une étape importante de l’adaptation du support à la (...)
  • 10 L’antécédent latin pagina désignait entre autres l’alignement des ceps de la vigne ; du cadastre du (...)

4D’abord, pendant cette période et jusqu’à la fin du Moyen Âge, la page va coexister avec le rouleau, le volumen, qui tire son prestige de son ancienneté. Un manuscrit médiéval tardif montre encore saint Matthieu rédigeant l’Évangile sur une page, alors qu’un ange inscrit les préceptes divins sur un rouleau (fig. 2). Ensuite, l’introduction de la page implique une transformation majeure des habitudes mentales. Elle marque le passage de la récitation à la lecture, d’une pensée de la continuité à une logique séquentielle. Le processus d’écriture est scandé par l’alternance des feuillets. Et la dynamique intellectuelle de cette transformation va gagner l’écriture. La lecture silencieuse remplace la scansion de l’oral par celle de l’écrit. Du coup, elle fait éclater la ligne continue des inscriptions et révèle une figure jusque-là invisible de la langue : le mot. À son tour, la page va donner à cette écriture un cadre, au double sens du terme : un rectangle qui la délimite et un espace où, pour la première fois, mots et graphismes non verbaux (les décorations ornementales) se composent en une seule image9. Ainsi naît une nouvelle perception de l’espace et du temps de l’écriture. Mais la page médiévale n’est ni feuille, ni blanche. Elle est uniquement un bloc de lignes régulées et justifiées, telles qu’on peut les entrevoir sur la page de la figure 2. Le terme de page – pagina – qui vient alors consacrer la nouvelle pratique de l’écrit, désigne d’ailleurs le bloc d’écriture et non la feuille du support10.

Fig. 2

Fig. 2

Fig. 2 : L’évangéliste Matthieu, Livre d’Heures à l’usage de Rome, xve siècle
(Médiathèque François-Mitterrand, Poitiers, Ms. 51 5332, photographie Olivier Neuillé)

  • 11 Littérature profane, en français (La Chanson de Roland) ou en latin (Carmina burana).

5Pour faire éclater, ou du moins élargir, ce cadre il faudra une nouvelle transformation des pratiques culturelles. Elle se produit à la fin de l’époque monastique, lorsque l’écriture sort des couvents pour gagner les universités. Les textes religieux ne sont plus l’objet de lectures publiques mais de commentaires qui viennent encadrer le texte. Le format des feuillets s’agrandit pour faire place à la glose des professeurs mais aussi, à l’occasion, aux notes des étudiants. Et par ailleurs, une écriture profane apparaît à côté de l’écriture religieuse, grâce aux premières transcriptions de la tradition orale11. Ce qu’aujourd’hui nous appelons « Littérature » et ce que nous appelons « Page » sont les deux filles d’une même époque. Dans ce contexte, l’autographie commence à gagner du terrain et la page lui révèle un pouvoir décisif, demeuré jusque-là à l’arrière-plan, mais par lequel tout va devenir possible : la faculté de lire et d’écrire à la fois. La possibilité du brouillon apparaît ainsi en amont de la modernité grâce à une combinatoire de facteurs. En fin de compte, ils seront parachevés par une révolution technique qui va changer les conditions matérielles de l’autographie. C’est l’apparition du papier en Italie et les premiers brouillons connus qui datent du xive siècle offrent le spectacle d’une véritable libération de l’écriture. Affranchie des contraintes du parchemin, elle accède à un espace de liberté intellectuelle. La plume remplace le couteau du palimpseste et redécouvre l’antique technique de la rature. La page devient feuille et permet désormais les opérations de manipulation matérielle et de permutation textuelle dont on connaît le rôle dans la genèse des textes modernes. Les écrivains se sont saisis de ces nouvelles ressources avec une extraordinaire rapidité. Dans les manuscrits de Pétrarque apparaît une pratique d’écriture débridée qui évoque déjà celle de certaines pages contemporaines (fig. 3). La porte est ainsi ouverte à la forme la plus complexe de l’écriture : le brouillon de genèse. Les évolutions techniques de l’époque moderne ont laissé leurs traces sur ce dispositif, sans en détruire l’efficace simplicité.

Fig. 3

Fig. 3

Fig. 3 : Francesco Petrarca, ébauches pour le Canzoniere, Vat. lat. 3196, fo 2 ro
© 2013, Biblioteca Apostolica Vaticana

La fabrique du manuscrit

  • 12 Émile Joseph Labarre, Encyclopedia of Paper and Paper-Making, Amsterdam, Swets & Zeitlinger, 2, 195 (...)
  • 13 Indications très sommaires ; la complexité des formats et des unités de mesure sous l’Ancien Régime (...)
  • 14 Voir Claire Bustarret, « Usages des supports d’écriture au xviiie siècle : une esquisse codicologiq (...)
  • 15 Voir D. F. McKenzie, Bibliography and sociology of Texts, London, British Library, 1986. Pour Victo (...)
  • 16 Les relations entre écriture et support ont été plus particulièrement étudiées par Nicole Celeyrett (...)

6À partir de la Renaissance italienne, la page manuscrite a évolué parallèlement à la page imprimée qui en est issue et à laquelle, à son tour, elle emprunte certains procédés : la pagination sur les deux faces de la feuille, la structuration en chapitres et en paragraphes, la tradition de la marge gauche. Ce dernier emprunt n’est d’ailleurs guère fonctionnel ; pour le livre c’est une nécessité de la reliure, mais, pour l’écrit la main cache le texte si elle en suit le bord gauche. Un effet, aussi, de l’enseignement scolaire ? Mais c’est surtout dans sa matérialité même que la page a connu ses plus grandes aventures. Les écrivains ont eu de bonne heure la disposition d’une palette de formats : « The point of departure was apparently the size as used, folded one or twice, which was to pleasure the eye, and one double or quadruple of these was made on the mould as the dimension of these were increased12. » Les formats in-folio (le classique « volet one » de Laborde) dépassaient 30  20 cm ; nous les rencontrons dans les manuscrits de Pétrarque, de Poliziano, de l’Arioste et du Tasse. En France, nous les retrouvons encore au xviiie siècle chez Condillac et Condorcet13. À partir de ce moment s’amorce une évolution vers les formats plus maniables du in-quarto, dont la taille varie entre 25 et 19 cm. Ce format deviendra le plus répandu à partir du xixe siècle14. Mais la diversité aura encore de beaux jours devant elle ; c’est seulement dans la seconde moitié du xxe siècle que la série des « A » devient standard international. Surtout, au xixe siècle industriel, la page va entrer en dialogue avec de nouveaux supports : cahiers, qui évitent à l’écrivain de travailler l’aiguille à la main, carnets qui le dispensent d’emporter des cartes à jouer en promenade à l’instar de Jean-Jacques Rousseau, fiches qui viennent remplacer les antiques tablettes. Cette multiplicité a frappé certains chercheurs et écrivains qui se sont interrogés sur l’influence de ces changements sur l’écriture, comme nous nous interrogeons aujourd’hui sur celle de l’ordinateur15. Cependant, les documents ne plaident pas en faveur de cette hypothèse. Le même type de support est présent à des époques et chez des écrivains différents, tels, par exemple, les registres in-folio, qui portent au xviiie siècle les deux autographes géants de Saint-Simon et de Casanova, mais aussi, plus près de nous, ceux de Zola, Valéry, Rimbaud, Claude Simon. Inversement, le cas est fréquent d’un même écrivain employant les supports les plus divers. On sait que chez Valéry des feuilles volantes pliées in-folio ont précédé les grands registres dont nous venons de parler pour céder la place à des cahiers d’écolier qui marquent la transition vers l’écriture des Cahiers. Mais il y a aussi bien des notes prises sur des blocs alors que les brouillons d’œuvres (Jeune Parque, Charmes, Faust) sont le plus souvent écrits sur feuilles volantes. Encore n’ai-je pas mentionné les supports de fortune : papier d’emballage, rames à en-tête du ministère de la Guerre, lettres, enveloppes16. Si dans les pratiques d’un écrivain il est possible d’étudier les rapports entre textes et supports, il ne faut jamais oublier la pulsion de l’écriture pour qui tout support est bon. Il lui suffit de se trouver sous la main au bon moment. Cette souveraine liberté de l’écrivain dans son rapport à ses matériaux contredit la thèse d’une détermination de l’écriture par son support. Aux chercheurs, la nature des feuillets livre une information : des indices, mais non pas une relation de cause à effet.

Génétique

La page objet

  • 17 Une autre particularité mérite d’être notée au passage : c’est la présence d’une pagination recto v (...)
  • 18 Pol Ernst, Les « Pensées » de Pascal. Géologie et stratigraphie, Oxford, Voltaire Foundation Univer (...)
  • 19 Louis Hay, « Le cas Heine », dans La Littérature des écrivains, Paris, Corti, 2002, p. 315-329.
  • 20 Voir Bernard Brun, « Les cent cahiers de Marcel Proust. Comment a-t-il rédigé son roman ? », www.it (...)

7L’archéologie du codex nous apprend qu’il n’en allait pas autrement dès les premiers temps du christianisme. Le manuscrit de la figure 1 montre que les procédés qui, par la suite, ont si bien servi à des auteurs comme Proust étaient employés dès cette époque : feuillet intercalé au milieu d’un cahier, demi-pages découpées et transportées d’une feuille sur une autre. Aux premiers siècles, le travail est même exécuté avec plus de soin, puisque le scribe prend garde à monter les feuillets sur onglets et à les protéger17. Ces pratiques sont passées au Moyen Âge, où l’emploi de volumes composites est fréquent. Pages ou cahiers font alors l’objet de déplacements, d’interpolations, de recompositions, voire de réutilisations – le parchemin est cher. Ces opérations mettent bien en lumière les ressources de la page feuillet, mais n’interviennent pas encore comme instruments d’un véritable processus génétique. Il faut attendre l’époque moderne pour rencontrer un tel emploi. En France, l’un des premiers exemples – et des plus illustres – est celui des Pensées de Pascal. L’aventure des Pensées marque un tournant dans l’histoire lointaine de la génétique. Pour la première fois en France, les ressources de la philologie vont être appliquées aux caractéristiques matérielles d’un manuscrit. On sait que Pascal écrivait sur des pages de format in-folio qu’il découpait ensuite suivant leur sujet pour les regrouper en petits rouleaux. C’est ainsi qu’ils furent retrouvés après sa mort en 1662, recopiés dans sa famille et finalement publiés en 1670-1678. Depuis, ces pages n’ont cessé de hanter les éditeurs. De siècle en siècle, une dizaine de (ré)éditions se sont succédé – et opposées. Leur destin est entré dans la préhistoire de la génétique (et dans l’histoire tout court) quand, en 1842, Victor Cousin a consacré aux Pensées un « Rapport à l’Académie Française » qui en a occupé cinq séances. C’est un des premiers éloges de l’autographe : seul il permet de saisir la pensée vivante de l’auteur et de la rattacher aux débats de l’actualité. De nos jours encore, les Pensées ont donné lieu à l’une des premières grandes enquêtes de codicologie génétique. En étudiant les caractéristiques matérielles des papiers, Pol Ernst est parvenu à reconstituer et publier les pages telles qu’elles furent écrites avant d’être découpées18. La figure 4 montre un feuillet qui est bien une page, mais non une pagina, une plage d’écriture. Il regroupe quelques-uns parmi les centaines de fragments trouvés dans les papiers de Pascal et collationnés bien après la publication des manuscrits. Ce sont des éclats de pensée, tantôt trois mots, tantôt trois phrases, jetés à l’improviste sur la feuille où le jeu des ciseaux les transforme en fragments d’une mosaïque future. On sait que de tels traitements de la page ne sont pas le propre de Pascal : nous les retrouvons au fil des siècles. Les Gedanken und Einfälle de Heine, bribes notées au long de plusieurs décennies, ont joué un rôle capital dans la recherche génétique19. Au xxe siècle, les cahiers de la Recherche ont permis d’observer les séquences de découpages et recompositions par lesquelles, grâce à sa stupéfiante mémoire, Proust a pu jongler simultanément avec les différentes parties du roman. L’empreinte matérielle de l’écrivain sur le support constitue ici un indice majeur de son parcours génétique20.

Fig. 4

Fig. 4

Fig. 4 : Blaise Pascal, Pensées (BnF, Manuscrits français 9202, fo 79)
BnF

La page support

8On voit bien que, pour la recherche génétique, la matérialité de la page présente deux faces, solidaires mais distinctes. Elle est d’abord objet physique, feuille de papier qui porte la trace des manipulations subies. C’est le royaume des ciseaux et de la colle, sans lesquels la cathédrale de la Recherche n’aurait pu être bâtie. Mais elle est en même temps le support qui permet la matérialisation du tracé, interface de l’esprit et de la matière : c’est le royaume de la plume. Lorsque celle-ci se pose sur la page, l’esprit est sorti de lui-même pour commander à la main – et tout est joué : tel mot est venu au monde et nul autre. Seul il est devenu matière, inscrit dans la durée, fixé face à l’esprit dont il s’est détaché. On se souvient de la frustration de Virginia Woolf quand le support vient à lui manquer :

  • 21 The diary of Virignia Woolf, 18 avril 1918.

And thus, at the very time that I’m brewing thoughts & descriptions meant for this page I have the heartbreaking sensation that the page isn’t there ; they’re spilt upon the floor. Indeed, its difficult to mop them up again21.

9Par ces pouvoirs, la page est elle-même devenue sujet de littérature, invoquée tantôt comme espace de liberté qui s’ouvre au-devant de la plume, tantôt comme frontière entre l’esprit et le monde, franchie au prix d’une résolution héroïque. Cette dualité revit dans les lignes de Paul Valéry :

  • 22 Paul Valéry, Préface pour l’inauguration du musée du Papier à Ambert, Bulletin d’études valéryennes(...)

Sur le miroir magique de la feuille, l’âme
voit devant elle le lieu des miracles que l’on ferait
naître avec des signes et des lignes.
Cette présence d’absence surexcite et paralyse à la fois
l’acte sans retour de la plume.
[…] Mais enfin la main se décide ; et comme le joueur
risque une carte sur le tapis ou un pion sur
l’échiquier, on porte à la pureté donnée et à l’intégrité
du possible, le coup – le Mot, le trait – qui va rompre
le charme22.

  • 23 Voir Jacques Neefs, « Stendhal sans fins », Le Manuscrit inachevé, Paris, Éditions du CNRS, 1986, p (...)
  • 24 Lorsque viendra l’édition génétique, c’est encore la page, cadre et unité de sens, qui servira à st (...)
  • 25 Paul Valéry, lettre au directeur de Marges, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèqu (...)

10Mais la page n’est jamais la même. Il y a une page blanche de Stendhal, dont le grand format est presque entièrement demeuré blanc. Surface vierge, en attente peut-être d’une écriture à venir, mais que la plume n’a jamais fait venir au monde. Les seules notes sont refoulées à l’extrême bord de la feuille : une quinzaine de lignes superposées, chacune de trois mots au plus. Elles esquissent la silhouette d’un personnage (un allemand rétif à l’ironie française) qui ne hantera d’ailleurs jamais les pages de Lucien Leuwen23 (fig. 5). En face, une page noire de Breton, qui déborde de haut en bas le grand registre sur lequel figure le Second Manifeste du surréalisme (fig. 6). Et on connaît de ces pages entièrement recouvertes par le flot d’encre ou de graphite (Jean-Paul Goux, Robert Walser), à peine plus lisibles que la page noire dont le Voyage sentimental de Sterne nous refuse la lecture. Mais blanche ou noire, la page est toujours pleine. Christoph Meckel parle d’une feuille qui porte un mot unique (« Nacht ») : elle abrite le poème à venir. Toujours pleine, la page est aussi toujours unique. L’écriture, une fois engagée, ne la quitte pas volontiers pour une autre et la genèse est scandée par la séquence des supports. Chacun connaît les fins de pages où l’écriture désespérément se resserre pour demeurer dans le même espace. Des tentatives parfois simples – bandes de papier collées au feuillet, comme chez André Breton (fig. 6), parfois poussées jusqu’à l’extrême – béquets superposés les uns aux autres chez Paulhan, paperoles déroulées de divers côtés chez Proust, attestent de cet attachement obstiné de l’écriture à l’unité visuelle. Au cours de leur longue histoire, la main et la page se sont adaptées l’une à l’autre au point de former un seul et double outil d’écriture familier au scripteur. Mais avant tout, la page possède ce pouvoir décisif de mettre sous un seul regard le système de tracés qui figurent dans un même espace. Leur coprésence les constitue en un graphe complexe, dont le sens réside dans la relation entre toutes ses parties24. L’instrument devient acteur de l’écriture, sa structuration intervient dans la constitution du sens. De Mallarmé, Paul Valéry dira un jour : « Toute son invention se fonde sur la considération de la page, unité matérielle25. »

Fig. 5

Fig. 5

Fig. 5 : Stendhal, manuscrit de Lucien Leuwen (dernière partie) (Bibliothèque municipale de Grenoble, R 301 (1) Rés., fo 376)
Bibliothèque municipale de Grenoble

Fig. 6

Fig. 6

Fig. 6 : André Breton, manuscrit du Second Manifeste du surréalisme (coll. particulière, Musée des lettres et manuscrits, Paris)

Espaces

11Unique, cette relation est en même temps variée, presque à l’infini, par la diversité des plumes et par deux procédés que l’écriture a déjà connus à certaines époques et qui ont marqué le brouillon lorsqu’il est devenu l’outil majeur de la création littéraire. Le premier est le dispositif de l’écriture sur la page, qui donne à voir des séquences temporelles et des structures spatiales de la genèse. L’autre est l’apparition de graphismes non verbaux, qui portent le sens au-delà des mots. La plasticité de ces deux faces de la genèse engendre une multiplicité de réalisations individuelles qui ouvrent un vaste champ de recherche à la théorie génétique.

12L’espace de la page appartient à tous, mais seul l’auteur en dispose à sa façon. Le seul dispositif traditionnel, celui de la marge, que nous avons rencontré au Moyen Âge tardif sous l’habit de la glose et suivi jusqu’à son destin moderne a été étudié par la critique à travers des usages toujours différents : chez Hugo romancier, « écrivain sans brouillons » (Jean Gaudon) et qui réserve pourtant la moitié de sa page à une écriture seconde : celle qui n’existe pas encore mais qui va venir saturer le texte ; chez Flaubert, pour qui la marge prend des fonctions différentes d’un texte à l’autre : tantôt information qui le nourrit, tantôt anticipation qui le prépare, tantôt esquisse qui lui donne ses contours ; chez Ponge, où elle est le lieu du minime (et donc de l’essentiel) : place d’une goutte sur un brin d’herbe, nuance d’une nuance pour un terme ; chez Valéry, lieu parfois de l’essentiel : mots-stèles (soleil, rivage, vent) qui rayonnent sur le texte. La liberté est plus grande encore lorsqu’il s’agit de disposer de l’espace qui demeure libre hors de la marge. Son organisation est une composante essentielle du processus génétique et un objet privilégié pour la recherche. Faute de pouvoir parcourir ici ce vaste panorama, j’ai choisi de m’en tenir à un seul moment de l’écriture, celui où l’image de la page commence à se former. On est alors frappé par l’existence de deux formes extrêmes : fragmentation et composition, entre lesquelles se déploie un tapis multicolore de structures possibles. Je m’en tiens donc à l’exemple de ces deux logiques opposées, qui peuvent d’ailleurs prendre à leur tour des formes diverses. Ainsi, chez Jules Romains, une double page (fig. 7) est couverte par des dizaines de bulles, dont chacune ne contient que quelques mots. Nul rapport sémantique entre les mots, mais une composition graphique qui tantôt sépare les bulles et tantôt les agglutine en un programme. La même forme graphique – des bulles de mots répandues à travers la page – se trouve chez Walter Benjamin (manuscrit du Passagenwerk) dans une œuvre par ailleurs toute différente. Chez Jean Anouilh (Les Demoiselles de la nuit) des fragments tout aussi brefs sont encadrés par des rectangles et dispersés en désordre sur une page en strates superposées ; même dispersion encore de mots encadrés chez Robert Musil (fig. 8). À l’opposé se présentent des surfaces structurées en tableaux, dont le cadre redouble parfois celui de la page, et qui se trouvent articulées en subdivisions. C’est le cas de Böll (fig. 9) chez qui l’emploi des couleurs transforme les tablatures en véritables tableaux abstraits. Les couleurs sont aussi à l’œuvre dans les pages de La Route des Flandres dont Claude Simon commente la fonction génétique :

  • 26 Claude Simon à propos de La Route des Flandres, Colloque de Cerisy, 1975.

J’ai punaisé l’ensemble sur les murs de mon bureau et alors je me suis demandé s’il ne fallait pas remettre un peu de bleu par ici, un peu de vert par là pour que ça s’équilibre. Ce qu’il y a d’intéressant, c’est que j’ai « fabriqué » certains passages parce qu’il manquait un peu de vert ou un peu de rose à tel endroit. Je n’en avais absolument pas l’idée avant de commencer26.

Fig. 7

Fig. 7

Fig. 7 : Jules Romains, manuscrit des Hommes de bonne volonté (BnF, Fonds Jules Romains, t. I, fos 167 vo-168 r°)
BnF

Fig. 8

Fig. 8

Fig. 8 : Robert Musil, Der Mann ohne Eigenschaften (Österreichische Nationalbibliothek, Handschriften- Autographen-und Nachlasssammlungen, HAN, Ser. nov. 15065, Mappe I/5, S. 134)

Fig. 9

Fig. 9

Fig. 9 : Heinrich Böll, plan des épisodes et des personnages pour Gruppenbild mit Dame (Heinrich-Böll-Archiv, Cologne)

13Souvent cité, ce propos met en lumière ce que l’on pourrait nommer un effet d’inversion : l’action du déjà-là du manuscrit face à l’auteur, qui en fait un actant du processus génétique. Et aussi bien, l’expérimentation de Claude Simon rappelle que dans le modèle de composition le plus abstrait l’écrivain se trouve toujours engagé tout entier. Nul n’en témoigne mieux que Perec, que les calculs les plus savants portent toujours plus loin dans les profondeurs de la page :

  • 27 Georges Perec, Espèces d’espaces, Paris, Galilée, 2000, p. 23.

J’écris : j’habite ma feuille de papier, je l’investis, je la parcours. Je suscite des blancs, des espaces (sauts dans le sens : discontinuités, passages, transitions)27.

14De ce mouvement, le dossier préparatoire de La Vie mode d’emploi offre des exemples saisissants, comme celui de la page que je reproduis ici (fig. 10). La page est remplie à ras bord par un foisonnement graphique qui semble vouloir déborder de la feuille – alors qu’en réalité la page aurait dû demeurer blanche, à l’exception de la liste qui la borde sur sa gauche. On se souvient, en effet, que chaque chapitre de La Vie doit utiliser quarante-deux mots correspondant à une liste modèle. Des dérogations – « Faux », « Manque » – sont prévues pour rompre l’automaticité du système et des chiffres en tête fixent l’emplacement de la page dans le dispositif mathématique (à gauche) et textuel (à droite). Et donc, par ce dispositif, tout est dit – et certains chapitres sont effectivement représentés dans le dossier par des pages blanches (ou peu s’en faut) sur lesquelles seules figurent les listes imposées. Il en va autrement ici. La liste est portée au premier plan par un cumul d’effets graphiques : marqueur rouge, mots encadrés de rouge – et l’on connaît l’attraction que les listes exercent sur Perec. Déjà pourtant apparaissent quelques effets d’expansion : une « pierre semi-précieuse » devient d’abord (à droite) un bijou complet : « Un chaton ovoïde de corindon (opaline) avec trois poinçons », pour générer (à gauche) un petit tableautin : « Il porte au doigt une bague […] ». Mais surtout, « la pompe à imaginaire » fait surgir sur le bord de la liste une colonne de figures géométriques, libres tracés d’une imagination flottante. Et, par un effet remarquable, ce moment de suspens remet en mouvement le langage. Tantôt détails d’un décor ou d’un vêtement, tantôt fragment narratif, la phrase reprend ses droits – traversée par une bicyclette qui roule d’alpha en oméga. Et cette écriture fragmentaire va être à son tour suspendue par une séquence graphique, avec des formes abstraites aux reliefs plus travaillés (sauf une façade). Tout l’espace libre de page sera finalement englouti sous ce flux alterné de mots et de formes.

Fig. 10

Fig. 10

Fig. 10 : Georges Perec, « Cahier des charges » pour La Vie mode d’emploi, f. 78 (ch. 78) (coll. particulière, Bibliothèque de l’Arsenal, numérisation Jean-Luc Joly)

Graphismes

15À première vue, l’expérience de Perec semble confirmer la vision traditionnelle d’un flot d’encre qui coule de la plume pour faire jaillir d’un même élan mots et figures. Cette image répond d’ailleurs à une certaine réalité graphique : verbales ou non, les inscriptions partagent le même espace, le même moment et bien souvent la même plume. Mais elles ne procèdent pas des mêmes opérations mentales. Ici, les recherches cognitives n’ont fait que nous rappeler certaines évidences : la représentation du dessin ne se forme pas dans le réseau du langage, son exécution ne transite pas par le centre de l’écriture, son geste n’est pas le résultat d’un apprentissage. Mots et figurent procèdent de deux ordres d’opérations mentales. Pour comprendre véritablement un processus génétique, il faut savoir comment les uns parlent aux autres.

  • 28 La transcription rend imparfaitement compte de la disposition des fragments ; le texte définitif du (...)

16Dans une genèse, les dessins ne montrent pas, ils disent. La silhouette d’une coque marine dans La Jeune Parque ne montre pas un bateau, mais dit la loi des courbes parallèles ; une horloge ne donne pas l’heure, mais dit le va-et-vient « entre la forme et le fond, entre le son et le sens, entre le poème et l’état de la poésie » (Paul Valéry). La critique se fait déchiffreuse de signes ; elle découvre désormais dans la trace de la plume une double épaisseur, verbale et non verbale. Elle n’analyse pas la qualité esthétique d’une figure et ne cherche pas à en reconnaître le référent. Elle vise uniquement à saisir l’autonomie de la fonction génétique et offre ainsi à la critique un matériau inédit à explorer. Stendhal et Zola dessinent chacun des plans qui figurent des lieux. Tous deux le font à main levée avec une égale maladresse et à coup de légendes explicatives. Il n’empêche : ici, les fonctions génétiques se trouvent parfaitement opposées. Le dessin, dans Henry Brulard, épouse l’évocation du passé et permet à l’esprit d’y revenir. Il laisse la mémoire libre de revisiter les lieux du souvenir : « ma chambre », « mon armoire ». Lorsque le récit quitte les temps de l’enfance, les dessins abandonnent le récit ; on n’en rencontre plus guère à partir de la moitié du second chapitre. Chez Zola, le dessin précède le récit. Il le prépare, met le décor en place, assigne ses lieux à l’action. Chez Stendhal, les dessins demeurent vides, chez Zola ils s’emplissent de mots, mettent en mouvement le langage, lancent le récit. Cette fonction de générateur est active aussi dans certains graphismes chez Proust, Valéry ou Grass. Chez Claude Simon, le dessin devient un acteur du récit. Pour La Bataille de Pharsale, l’esquisse précède et mobilise l’écriture qui va devenir à son tour un reflet verbal du dessin (fig. 11). Mais l’acte de dessiner aura encore d’autres effets. Il va entraîner l’écrivain à figurer le processus même de l’écriture par un autoportait de l’auteur et de la genèse : la main qui tient la plume suspendue au-dessus d’une page, blanche comme une toile de peintre. Ici l’image fait basculer l’écriture telle une porte qui s’ouvre sur un autre espace. Le miroir de l’écrit renvoie à l’écrivain son reflet : dans l’image de sa main vivante, en train de créer un monde de fiction. Cette dualité d’un esprit qui pense et d’un corps qui écrit n’a cessé de hanter Valéry ; on connaît les nombreux dessins qu’il fait de ses mains (mais aussi d’autres parties de son corps) et de son visage. Un autre écrivain a figuré à sa façon le double corps de l’écrivain : c’est Pouchkine qui, dans une page d’Eugène Onéguine, se dessine lui-même, serrant la main au héros de son roman. Et Günter Grass prend au mot la métaphore du miroir : il se place devant une glace pour aller vers une confrontation avec son double reflet : homme et poète (fig. 12). Sur ce qui est sans doute le premier brouillon du poème intitulé Tel que je me vois, il jette en désordre mots et dessins : « Je me vois/à l’envers dans le miroir/paupières tombantes//j’ai défié/pouvoir et argent/mes paupières tombent//mais mon souffle/porte toujours des plumes légères/et tout ce qui flotte dans le vent28. » L’autoportrait, les dessins, les mots, demeurent solidaires, tels qu’ils sont tombés sur la page.

Fig. 11

Fig. 11

Fig. 11 : Claude Simon, manuscrit de La Bataille de Pharsale (coll. particulière)

Fig. 12

Fig. 12

Fig. 12 : Günter Grass, manuscrit de Wie ich mich sehe (© Günter Grass, Steidl Verlag, Göttingen)
© Günter Grass, Steidl Verlag, Göttingen

Disparitions et apparitions

17Nous voici donc devant une caverne à trésors que les siècles n’ont cessé de remplir et où de nouvelles perspectives – étude des supports, des parties non verbales de la genèse – attirent aujourd’hui les chercheurs. Mais demain ? Sommes-nous en train d’aimer ce que jamais nos yeux ne verront deux fois ? Il n’est pas de logique qui permette de répondre à cette question, car l’Histoire de l’écrit a été traversée par une irruption venue d’ailleurs. C’est une machine à calculer qui est venue bouleverser son cours – comme en passant, car l’exercice de l’écriture littéraire n’a jamais constitué son objet. Dans un premier temps, le choc a été rude : la page s’est trouvée réduite à une ligne de défilement sur une machine à écrire. Les choses ont changé quand les premiers PC ont ouvert leurs petites fenêtres sur le monde. Ils étaient vendus comme outils de bureautique et le logiciel sur lequel j’écris ces lignes (Word xp) en porte encore les traces : il place par défaut « Monsieur, Madame » au début de chaque courrier et me déconseille l’emploi du passé simple. Les programmes d’écriture proprement dits datent de quelques années seulement et, sous des noms parfois séducteurs : « Pages », « iBooks Author » (les deux chez Apple), ils ajoutent nombre de ressources : notes, ajouts, dessins, à celles que nous connaissions déjà et qui sont souvent des simulations d’opérations manuelles. Mais point de pages. L’électronique a aboli la plus grande partie de leurs fonctions. Les écrans ne sont plus des objets matériellement manipulables, leur espace n’est plus disponible, mais oblitéré par l’appareil préprogrammé, leur cadre disloqué par la variation des cadrages et des proportions. L’évolution de ce monde virtuel est d’ailleurs si rapide que certaines anticipations – une civilisation réduite à l’image et au son – relèvent de la science-fiction plutôt que de la prédiction scientifique. On peut aussi bien rêver à des innovations qui rendent à la page ses pouvoirs et l’enrichissent de ressources que nous n’imaginons pas encore.

18Peut-être n’est-il pas mauvais de se souvenir alors d’une petite fiction rétrospective : on imagine qu’un ordinateur apparaît sur le pupitre d’un moine du Moyen Âge monastique. L’instrument lui paraît à première vue archaïque, avec un retour au rouleau ; en revanche, il y trouve les alphabets à la mode : Antiqua, Gothic, Roman, etc., des pages faciles à copier (imprimante) et un exercice aisé de la dictée (commande vocale) : le tout, au fond, assez bien adapté au scriptorium. Ce petit jeu n’est pas tout à fait futile. Il nous rappelle la part de ce qui, dans l’Histoire, est changeant et de ce qu’on peut croire durable à condition de faire deux paris : sur la pérennité de la langue et d’un art qu’elle instaure et sur les pouvoirs permanents de l’écriture. Le reste semble imprévisible – et pourtant. Au moment où j’écris ces lignes, on annonce la réalisation d’une tablette de grandes dimensions, sur laquelle il sera possible – c’est apparemment la grande nouveauté – d’écrire à la main comme sur une page. Pour l’heure, il s’agit encore d’un secret commercial, mais lors de la parution de Genesis 37 on devrait trouver ce nouvel objet dans le commerce. L’informatique vient ainsi de retrouver, non pas la page (comme nous l’apprend l’Histoire), mais un support bien plus ancien, le premier même de tous : la tablette, que connaissait déjà l’Égypte pharaonique. Une boucle paraît bouclée, mais il faut aussi prendre en compte le changement : avec les tablettes ptolémaïques, il n’était pas possible de téléphoner.

Références bibliographiques

Barsht Konstantin, Dostoïevski. Du dessin à l’écriture romanesque, Paris, Hermann, 2004.

Blanchard Alain (dir.), Les Débuts du codex, Turnhout, Brepols, 1989.

Breton-Gravereau Simone (dir.), L’Aventure des écritures. Matières et formes, Paris, Bibliothèque nationale de France, 1998.

Bustarret Claire, « Les manuscrits littéraires comme objet matériel : l’approche codicologique », dans Martine Sagaert (dir.), Manuscrits littéraires du xxe siècle, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2005, p. 17-35.
« Usages des supports d’écriture au xviiie siècle : une esquisse codicologique », Genesis, n° 34, « Brouillons des Lumières », 2012, p. 37-66.

Chartier Roger, « Du codex à l’écran. Les trajectoires de l’écrit », dans Pour une nouvelle économie du savoir, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Solaris, Dossier du Grisic, n° 1 », 1994, p. 65-77.

Christin Anne-Marie, L’Invention de la figure, Paris, Flammarion, 2011.

Démonet Jean-François, The Anatomy of phonologic and semantic processing in normal subjects, Oxford, Oxford University Press, 1992.

Ferrer Daniel, « The Open Space of the Draft Page : James Joyce and Modern Manuscripts », dans George Bornstein and Theresa Tinkle (dir.), The Iconic Page in Manuscript, Print and Digital Culture, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1998.
« Writing Space », dans Valérie Bénéjam et John Bishop (dir.), Making Space in the Work of James Joyce, New York, Routledge, 2011.

Hay Louis, « Images du manuscrit », dans Letteratura & Arte, n° 6, 2008, p. 71-84.

Hay Louis (dir.), De la lettre au livre. Sémiotique des manuscrits littéraires, Paris, Éditions du CNRS, coll. « Textes et Manuscrits », 1989.

Joret Paul, Remael Aline (dir.), Language and beyond, Amsterdam, Rodopi, 1998.

Lebrave Jean-Louis, « Du visible au lisible : comment représenter la genèse ? », Genesis, n° 27, 2006, p. 11-18.

Lumbroso Olivier, Mitterand Henri, Les Manuscrits et les dessins de Zola, t. III, « L’invention des lieux », Paris, Textuel, 2002.

Martin Henri-Jean, Vezin Jean (dir.), Mise en page et mise en texte du livre manuscrit, Paris, Cercle de la Librairie, 1990.

Müller Lothar, Weiße Magie. Die Epoche des Papiers, München, Carl Hanser Verlag, 2012.

Olive Thierry, Lebrave Jean-Louis et al., « La dimension visuo-spatiale de la production de textes : approches de psychologie cognitive et de critique génétique », Langages, n° 177, 2010, p. 5-27.

Petrucci Armando, « La scrittura del testo », Letteratura Iitaliana, vol. IV, 1985, p. 283-310.

Pickering Robert, Paul Valéry. La page. L’écriture, Clermont-Ferrand, Faculté des Lettres et Sciences humaines, 1992.

Romano Angelo, Il codice degli Abozzi di Francesco Petrarca, Roma, G. Bardi, 1955.

Roux Franck-Emmanuel et al., « The Graphemic/Motor Frontal Area », Annals of neurology, vol. 66, n° 4, 2009, p. 537-545.

Séginger Gisèle, « Chorégraphies scripturales de Flaubert. De l’inspiration à l’aspiration », Genesis, n° 11, 1997, p. 81-105.

Sirat Colette, « Du rouleau au codex » ; « Le parchemin », dans Jean Glénisson (dir.), Le Livre au Moyen Âge, Paris, Presses du CNRS, 1988, p. 14-23.

Stendhal, Vie de Henry Brulard, Édition reproduisant la totalité des croquis de l’auteur, texte établi par Henri Martineau, Garnier, 1953.

Vattasso Marco, I codici Petrarcheschi della Biblioteca Vaticana, Roma, Tipografia Poliglotta Vaticana, 1908.

Voorhoeve Jutta (dir.), Welten schaffen. Zeichnen und Schreiben als Verfahren der Konstruktion, Zurich, Diaphanes, 2011.

Wittmann Barbara (dir.), Spuren erzeugen : Zeichnen und Schreiben als Verfahren der Selbstaufzeichnung, Zurich, Diaphanes, 2009.

Zali Anne (dir.), L’Aventure des écritures. La Page, Paris, Bibliothèque nationale de France, 1999.

Revues

editio, n° 22, 2008.

Genesis, n° 10, « Sémiotique », 1996 ; n° 34, « Brouillons des Lumières », 2012.

Romantic Review, n° 86-3, 1995.

Yale French Studies, n° 89, « Drafts », 1996.

Haut de page

Notes

1 Anne Zali (dir.), L’Aventure des écritures. La Page, Paris, BnF, 1998, p. 13.

2 Jean Vezin, « La fabrication du manuscrit », dans H.-J. Martin et R. Chartier (dir.), Histoire de l’édition française, t. I, Paris, Promodis, 1982, p. 25. Il faut aussi rappeler la grande exposition et le volume consacrés par la BnF à la page en 1999 (voir en fin d’article les références bibliographiques).

3 « Dessins et gravures dans le manuscrit de la Vie de Henry Brulard », dans Écritures du romantisme I, Saint-Denis, PUV, 1988, p. 109.

4 Pierre-Marc de Biasi : « [...] on est encore très loin de posséder l’appareil notionnel permettant de donner forme à un discours sur l’organisation plastique et spatiale du manuscrit », dans « Le manuscrit spectaculaire. Réflexions sur l’esthétique hugolienne de la mise en page autographe », De l’écrit au livre, Saint-Denis, PUV, 1987, p. 201.

5 Cette vision n’est d’ailleurs aucunement inédite ; il convient de rappeler l’importante monographie procurée par Robert Pickering dès 1996 et l’exposition de la BnF évoquée plus haut.

6 « Homerus in pugillaribus membraneis. Ilias et Priami regnis inimicus Ulixes multiplici pariter condita pelle latent », Martial, Épigrammes, XIV, 184.

7 Institution oratoire, X, 3-3-32.

8 Épître à Timothée, 4-13.

9 La généralisation du format rectangulaire est une étape importante de l’adaptation du support à la physiologie des gestes d’écriture.

10 L’antécédent latin pagina désignait entre autres l’alignement des ceps de la vigne ; du cadastre du vignoble, il passe dès le xie siècle à celui des lignes d’écriture.

11 Littérature profane, en français (La Chanson de Roland) ou en latin (Carmina burana).

12 Émile Joseph Labarre, Encyclopedia of Paper and Paper-Making, Amsterdam, Swets & Zeitlinger, 2, 1952.

13 Indications très sommaires ; la complexité des formats et des unités de mesure sous l’Ancien Régime ne peut être prise en compte ici.

14 Voir Claire Bustarret, « Usages des supports d’écriture au xviiie siècle : une esquisse codicologique », Genesis, n° 34, « Brouillons des Lumières », p. 54.

15 Voir D. F. McKenzie, Bibliography and sociology of Texts, London, British Library, 1986. Pour Victor Hugo, la poésie ne pouvait s’écrire que sur des feuilles volantes ; le recours au cahier était un signe de médiocrité (voir William Shakespeare, t. I, § VIII ; Les Misérables, t. I, livre I, chap. V).

16 Les relations entre écriture et support ont été plus particulièrement étudiées par Nicole Celeyrette-Pietri avec l’équipe Valéry de l’ITEM.

17 Une autre particularité mérite d’être notée au passage : c’est la présence d’une pagination recto verso, alors que son invention est généralement attribuée à une époque bien plus tardive.

18 Pol Ernst, Les « Pensées » de Pascal. Géologie et stratigraphie, Oxford, Voltaire Foundation Universitas, 1996.

19 Louis Hay, « Le cas Heine », dans La Littérature des écrivains, Paris, Corti, 2002, p. 315-329.

20 Voir Bernard Brun, « Les cent cahiers de Marcel Proust. Comment a-t-il rédigé son roman ? », www.item.ens.fr/index.php?id=13947, 2011 ; Nathalie Mauriac Dyer et Kazuyoshi Yosikawa (dir.), Proust aux brouillons, Turnhout, Brepols, 2010.

21 The diary of Virignia Woolf, 18 avril 1918.

22 Paul Valéry, Préface pour l’inauguration du musée du Papier à Ambert, Bulletin d’études valéryennes, n° 42, 1986, p. 63.

23 Voir Jacques Neefs, « Stendhal sans fins », Le Manuscrit inachevé, Paris, Éditions du CNRS, 1986, p. 27.

24 Lorsque viendra l’édition génétique, c’est encore la page, cadre et unité de sens, qui servira à structurer les modèles de représentation.

25 Paul Valéry, lettre au directeur de Marges, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. I, p. 626-627.

26 Claude Simon à propos de La Route des Flandres, Colloque de Cerisy, 1975.

27 Georges Perec, Espèces d’espaces, Paris, Galilée, 2000, p. 23.

28 La transcription rend imparfaitement compte de la disposition des fragments ; le texte définitif du poème Wie ich mich sehe figure dans Günter Grass, Der Butt, Darmstadt, Luchterhand Verlag, p. 116.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Fig. 1 : Codex composite, avec des fragments des Épîtres de saint Paul (Jérusalem, partiellement du vie siècle), parchemin (BnF, Manuscrits, Arabe 6725, 6 v°-7 r°)BnF
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1216/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre Fig. 2
Légende Fig. 2 : L’évangéliste Matthieu, Livre d’Heures à l’usage de Rome, xve siècle(Médiathèque François-Mitterrand, Poitiers, Ms. 51 5332, photographie Olivier Neuillé)
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1216/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 3
Légende Fig. 3 : Francesco Petrarca, ébauches pour le Canzoniere, Vat. lat. 3196, fo 2 ro© 2013, Biblioteca Apostolica Vaticana
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1216/img-3.png
Fichier image/png, 5,0M
Titre Fig. 4
Légende Fig. 4 : Blaise Pascal, Pensées (BnF, Manuscrits français 9202, fo 79)BnF
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1216/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 5
Légende Fig. 5 : Stendhal, manuscrit de Lucien Leuwen (dernière partie) (Bibliothèque municipale de Grenoble, R 301 (1) Rés., fo 376)Bibliothèque municipale de Grenoble
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1216/img-5.png
Fichier image/png, 782k
Titre Fig. 6
Légende Fig. 6 : André Breton, manuscrit du Second Manifeste du surréalisme (coll. particulière, Musée des lettres et manuscrits, Paris)
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1216/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Fig. 7
Légende Fig. 7 : Jules Romains, manuscrit des Hommes de bonne volonté (BnF, Fonds Jules Romains, t. I, fos 167 vo-168 r°)BnF
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1216/img-7.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig. 8
Légende Fig. 8 : Robert Musil, Der Mann ohne Eigenschaften (Österreichische Nationalbibliothek, Handschriften- Autographen-und Nachlasssammlungen, HAN, Ser. nov. 15065, Mappe I/5, S. 134)
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1216/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Fig. 9
Légende Fig. 9 : Heinrich Böll, plan des épisodes et des personnages pour Gruppenbild mit Dame (Heinrich-Böll-Archiv, Cologne)
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1216/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 10
Légende Fig. 10 : Georges Perec, « Cahier des charges » pour La Vie mode d’emploi, f. 78 (ch. 78) (coll. particulière, Bibliothèque de l’Arsenal, numérisation Jean-Luc Joly)
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1216/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Fig. 11
Légende Fig. 11 : Claude Simon, manuscrit de La Bataille de Pharsale (coll. particulière)
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1216/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 12
Légende Fig. 12 : Günter Grass, manuscrit de Wie ich mich sehe (© Günter Grass, Steidl Verlag, Göttingen)© Günter Grass, Steidl Verlag, Göttingen
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1216/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Hay, « Défense et illustration de la page », Genesis, 37 | 2013, 33-53.

Référence électronique

Louis Hay, « Défense et illustration de la page », Genesis [En ligne], 37 | 2013, mis en ligne le 17 mars 2016, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://genesis.revues.org/1216 ; DOI : 10.4000/genesis.1216

Haut de page

Auteur

Louis Hay

Louis Hay, Directeur de recherche émérite au CNRS, a fondé en 1969 l’équipe Heine à partir de laquelle s’est constitué l’ITEM. Il a travaillé au développement d’instruments d’analyse des manuscrits et poursuivi une réflexion sur les problématiques de la théorie génétique. Au CNRS, il a participé à une politique de développement de la recherche française en sciences humaines.
louis.hay[arobase]ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org