Navigation – Plan du site
Études

Mon cerveau est localisé dans mon encrier

La pratique graphique de Charles S. Peirce
Benjamin Meyer-Krahmer
Traduction de Bernard Lortholary
p. 103-114

Résumés

L’article porte sur la relation entre écriture et dessin dans les pratiques graphiques de C. S. Peirce. Les manuscrits de Peirce comportent environ cent mille pages qui présentent une spectaculaire variété de textes et figurations graphiques. Le caractère transdisciplinaire de sa réflexion se reflète dans l’emploi de graphismes qui vont de graphes de démonstrations logiques à des études topologiques, à des feuillets de calculs, à des représentations figurales. Les études peircéennes demeurent focalisées sur l’analyse des textes (traités au sens étroit d’une inscription de la langue), alors que les pratiques graphiques du philosophe sont rarement considérées comme un médium de sa pensée. De ce fait, ses manuscrits n’ont guère été pris en compte en tant qu’objets de recherche. Or, la relation entre écrit et image ouvre la voie à l’étude des fonctions épistémiques des pratiques graphiques et à celle des représentations visuelles qui jouent un rôle essentiel dans la démarche théorique de Peirce.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les manuscrits sont évoqués comme objet d’étude dans Michael Leja, « Peirce, Visuality, and Art », (...)
  • 2 Manfred Geier, « Schriftlichkeit und Philosophie », dans Armin Burkhardt (dir.), Handbücher zur Spr (...)
  • 3 Le passage complet est : « I do not think I ever reflect in words : I employ visual diagrams, first (...)
  • 4 À propos des citations : les indications ms xxx et l xxx renvoient au classement des manuscrits dû (...)

1Charles Sanders Peirce (1839-1914) a laissé un corpus de quelque cent mille pages manuscrites qui comportent, outre du texte manuscrit, une grande diversité de productions graphiques, allant de graphes logiques à des courbes de calcul et à des dessins d’objets, en passant par des études topologiques. Jusqu’ici, cette pratique graphique de Peirce n’a guère retenu l’intérêt et, dans le cadre des recherches sur Peirce, l’on n’a pas accordé de signification spécifique à ses manuscrits. Aucune des éditions disponibles de Peirce ne donne de fac-similés en nombre notable, et ses manuscrits n’ont jamais fait l’objet d’une étude globale1. Ces faits semblent être le symptôme de la conviction prédominante selon laquelle la pensée (philosophique) se développe fondamentalement à travers la langue et que donc, par sa nature même, elle se transmet par écrit, sous forme de texte. En dépit de toutes les critiques auxquelles donne lieu cette vue étroite des choses, on voit se perpétuer une métaphorique spirituelle : « C’est une relation très intime que celle entre l’écrit et la philosophie. […] L’activité philosophique est intimement liée à son moyen d’expression, qui est l’écrit. Tout texte philosophique apparaît comme une épiphanie de la philosophie elle-même2. » Peirce affirme au contraire : « I do not think I ever reflect in words : I employ visual diagrams […] » (ms 619, 1909)3 ou encore « I draw incessantly » (l 387, 1896)4. Alors que la seconde citation peut se rapporter de façon générale à l’acte de penser la plume à la main, la première se réfère à la méthode du « diagrammatic reasoning », que Peirce pratique très consciemment pendant des décennies, en dessinant et écrivant. Ces témoignages et bien d’autres, sur l’importance centrale du dessin, correspondent à l’impression qu’on a immédiatement en regardant ses manuscrits. On y découvre la place des éléments non verbaux. Face à l’hétérogénéité des tracés, j’utilise le concept de « pratique graphique » qui englobe, outre des chiffres et des lettres, toutes les formes de notation : gribouillis, hachures, dessins, etc. Ces formes de pensée visuelle seront analysées, conformément au modèle de l’« Extended Mind », comme des composantes constitutives de divers processus de pensée qui remplissent des fonctions épistémiques.

Les manuscrits – « The Peircean text »

  • 5 Sur la qualité des éditions antérieures au Peirce Edition Project, voir Nathan Houser, « The Fortun (...)
  • 6 Voir ibid. Sur l’histoire des « Peirce Papers », voir en outre Victor Lenzen, « Reminiscences of a (...)
  • 7 On trouvera en ligne l’équivalent de la version imprimée : www.iupui.edu/~peirce/robin/robin.htm (d (...)
  • 8 Collected Papers Of Charles Sanders Peirce, Cambridge, Harvard University Press, 1931-1958, 8 vol.  (...)
  • 9 Peirce Edition Project (éd.), Writings of Charles S. Peirce. A Chronological Edition (vol. I-VI et (...)
  • 10 Voir M. Keeler et C. Kloesel, op. cit., p. 271.

2Un coup d’œil sur les projets éditoriaux fait ressortir le défi que constitue le matériau laissé par le philosophe5. Après la mort de Charles Sanders Peirce en avril 1914, c’est le département de philosophie de la Harvard University qui le recueillit, dans l’hiver 1914-1915, des mains de la veuve, Juliette Peirce. Au terme d’une histoire qui dura quarante-cinq ans et comporta plus d’une « période sombre », le corpus intégral des « Charles Sanders Peirce papers » – ainsi désignés dans le catalogue de la bibliothèque – se trouve depuis 1960 à la Houghton Library de Harvard6. Après quelques faux départs, les quelque cent mille pages furent, dans les années soixante, classées par Richard Robin en mille six cent quarante-quatre manuscrits et quatre cent quatre-vingt-quatre classeurs de correspondances7. Sur ce classement reposent également les microfilms réalisés au milieu des années soixante, dans lesquels un index des mots-clés, établi simultanément par Robin, permet de naviguer au moins en gros. Le classement de ce corpus par manuscrits et particulièrement l’établissement d’un ordre chronologique se heurtent entre autres à deux problèmes qui rendent difficile toute édition comme toute étude du matériau : moins de la moitié des papiers sont datés et beaucoup de pages ne sauraient être rattachées avec certitude à un manuscrit. Classées par Robin comme « Unidentified Fragments » (par exemple ms 278) ou « Miscellanous Fragments » (par exemple mss 1571-1574), elles sont à elles seules déjà plusieurs milliers. Une première tentative d’édition par Charles Hartshorne et Paul Weiss aboutit en 1931-1935 aux six premiers volumes des Collected Papers, auxquels vinrent s’ajouter deux autres à la fin des années cinquante, édités par Arthur Burk8. Depuis la fondation du Peirce Edition Project en 1976 à Indianapolis, paraît l’édition chronologique The Writings of Charles Sanders Peirce9. Jusqu’ici n’ont paru que sept des trente volumes prévus et, une fois le projet mené à bien, même cette édition, de loin la plus volumineuse, ne donnera accès qu’à un tiers des écrits de Peirce. Vu l’ampleur du matériau et la marche des éditions en cours, la perspective de Keeler/Kloesel paraît réaliste, selon qui un lecteur de Peirce doit toujours endosser aussi le rôle d’éditeur, car plus encore que face à d’autres auteurs, entièrement édités, il échoit à ce lecteur la tâche de sélectionner les textes et de les mettre en relation entre eux10.

La pratique graphique – Le rapport dessin/écriture

3Peirce recourt à une multitude de façons d’utiliser la plume sur le papier : il se meut dans un continuum entre graphismes et images, réalisme et abstraction, écriture et dessin. C’est avec le même instrument qu’il inscrit sur le papier ces diverses formes d’expression graphique et fait alterner sans transition les divers modes, produisant ainsi des signes qui se distinguent du point de vue sémiotique, opératoire et esthétique mais qui tous, produits d’un seul jet, peuvent être les éléments d’un seul et unique processus.

Fig. 1

Fig. 1

Fig. 1 : Charles S. Peirce, page issue du Logic Notebook (ms 339) (Houghton Library, Harvard University, Cambridge, MA)

4Cela se voit bien, par exemple, sur le manuscrit 339, jusqu’ici inédit, appelé « Logic Notebook » (voir fig. 1). Dans ce carnet de notes, comme dans d’autres manuscrits, les dessins – en l’occurrence des graphes logiques – précèdent le commentaire, écrit après coup et tout autour des graphes. Ce sont de brèves observations qui apparaissent en quelque sorte comme des réactions aux graphes. Le haut degré d’abstraction de ces notations ne permet pas de décider s’il s’agit de commenter des découvertes faites sur des graphes, ou bien si les graphes sont des illustrations d’un « déjà su ». Mais comme nous savons que Peirce a longtemps porté ce carnet sur lui pour noter des idées sur la logique au moment où elles devenaient pour lui formulables ou dessinables, on peut supposer qu’on a ici affaire à une constellation plus complexe. Ce que l’on discerne dans les interactions entre dessin et écriture, c’est une relation complexe entre imagination, expression, réflexion, commentaire et modification qui aboutissent à ces séries infinies de dessins, typiques des manuscrits de Peirce.

  • 11 « Interview mit Moritz Epple. Zur Notation topologischer Objekte », dans Karin Krauthausen et Omar (...)
  • 12 Ibid., p. 119.
  • 13 Ibid., p. 120.

5C’est à Moritz Epple, historien de la théorie des nœuds (dont Peirce s’est également beaucoup occupé), qu’on doit l’idée que de tels dessins constituent un procédé de contrôle de l’imagination11. Comme lors de la genèse de la topologie des nœuds, étudiée par Epple, il s’agit chez Peirce, dans l’usage des graphes, de résoudre un problème de description et de notation qui se pose lorsque naît une nouvelle discipline : en « tâtonnant », en « cherchant empiriquement », Peirce se met en quête d’un système de notation adapté à un phénomène (la logique relationnelle) qu’il n’a pas étudié jusque-là, mais qu’il pense pouvoir développer à l’aide des méthodes disponibles12. L’empirie consiste ici dans l’approche d’un phénomène comme objet de connaissance, comme « épistémê » : « il concrétise matériellement ce qu’on ne sait pas encore13 ». Le nouvel « épistémê » impose (aussi) la nécessité de développer une représentation opératoire des caractéristiques qu’on entend étudier, faute de quoi l’on ne pourrait travailler que sur la chose (Ding) elle-même, et l’on pourrait difficilement formuler et représenter des assertions de valeur générale. S’agissant de la pratique graphique que présente le Logic Notebook, il importe non seulement que puisse être noté l’objet lui-même, mais également ce qui sera dit de lui, ce à quoi les moyens linguistiques et graphiques jusque-là disponibles ne suffisent souvent pas.

  • 14 Dans le « Logic Notebook » (ms 339), Peirce décrit, à propos d’une tache d’encre, la nécessité d’un (...)

6L’alternance entre différentes pratiques graphiques est décisive pour notre perspective du « Extended Mind », pour laquelle la collaboration entre l’œil, l’esprit et la main constitue un « coupled system » dont le pouvoir se manifeste dans la pratique graphique de Peirce. Elle fait communiquer langue, écriture et image ; la pensée dispose ainsi à la fois d’une dimension linguistique et iconique, ce qui permet une expression plus directe. À la différence du travail à la machine à écrire ou à l’ordinateur, l’écriture à la plume peut passer immédiatement au dessin (ou l’inverse) sans avoir besoin de changer de logiciel ou d’appareil. La ligne tracée sur le papier n’a qu’un mouvement à faire pour quitter le domaine de la langue. En outre, points, virgules et tirets font également image, sans parler des taches d’encre et des gribouillis pour essayer une nouvelle plume : autant de phénomènes qui ne se produisent pas sur un clavier14. Ce que la pratique graphique a de particulier chez Peirce, c’est la relation directe entre théorie et dessin, c’est l’hétérogénéité des créations graphiques et c’est l’importance du non verbal. Nous ne sommes pas en mesure d’établir une véritable typologie de ces opérations, du moins pour le moment, en raison de la masse du matériau et de son hétérogénéité. En revanche, il est possible d’y distinguer certaines fonctions fondamentales, en recourant aux concepts peirciens. À ce titre, une caractéristique fondamentale – la corrélation entre pratique graphique, expérimentation et sérialité – sera étudiée plus loin.

  • 15 Dans le contexte d’une tentative pour améliorer la notation logique de Venn, Peirce constate : « [T(...)

7En élevant le « exhibiting reasoning » au rang de critère pour juger les notations15, Peirce signale quelle est une des fonctions, sinon la fonction épistémique centrale de la pratique graphique : visualiser, représenter le processus de « reasoning » dans toutes ses phases, depuis la représentation du problème et la formulation d’une hypothèse, en passant par l’expérimentation et l’argumentation pour aboutir à la preuve. La pratique graphique se voit donc assigner des tâches aussi bien opératoires que de représentation. Mais quand il explique de quelle manière la pensée dépend de la pratique graphique, Peirce pose le problème encore en amont de la complexité des processus épistémiques :

A psychologist cuts a lobe of my brain and then, when I cannot express myself, he says “You see, your faculty of language was localized in that lobe.” No doubt it was ; and so, if he had filched my inkstand, I should not have been able to continue my discussion until I had got another. Yea, the very thoughts would not come to me. So my faculty of discussion is equally located in my inkstand (cp 7366).

  • 16 Voir aussi Peter Skagestad, « Peirce’s Inkstand as an External Embodiment of Mind », Transactions o (...)

8Selon Peirce, la possibilité graphique n’est donc pas d’une importance fondamentale seulement pour des calculs complexes. Bien au contraire, encre et papier sont nécessaires pour que naissent certaines idées et pour qu’elles puissent se développer en s’enchaînant16. Ainsi, Peirce formule déjà avant la lettre l’hypothèse à partir de laquelle a été conçu le modèle cognitif de l’« Extended Mind ». Il se réfère au « Active Externalism » de Clark et Chalmers, lesquels expliquent :

  • 17 Andy Clark et David J. Chalmers, « The Extended Mind », Analysis, n° 58, 1998, p. 11.

In these cases, the human organism is linked with an external entity in a two-way interaction, creating a coupled system that can be seen as a cognitive system in its own right. All the components in the system play an active causal role, and they jointly govern behavior in the same sort of way that cognition usually does. If we remove the external component the system’s behavioral competence will drop, just as it would if we removed part of its brain. Our thesis is that this sort of coupled process counts equally well as a cognitive process, whether or not it is wholly in the head17.

  • 18 Voir « What Pragmatism is » (p 1078) : « The [...] ACT by which he modifies those objects ».
  • 19 Peirce : « An Essay toward Improving Our Reasoning in Security and in Liberty » (ms 682, 1913), dan (...)

9En décrivant l’interaction du regard, de l’esprit et de la main d’une part, et celle de la production/réception/manipulation d’inscriptions de l’autre, les cognitivistes pointent des aspects essentiels pour Peirce, tant pour sa pratique graphique que pour sa réflexion gnoséologiques. L’extériorisation des opérations mentales, le rôle des éléments externes et l’activité épistémique sont considérés comme des manipulations (« modifying »)18. Quand il parle de l’extension de l’esprit au monde, Peirce insiste sur le graphisme (écriture et dessin) qui permet de représenter des relations spatiales : « Reasoning is dependent on Graphical Signs. By “graphical” I mean capable of being written or drawn, so as to be spatially arranged […]. I do not believe one can go very deeply into any important and considerably large subject of discussion without using space as a field in which to arrange mental processes and images of objects19. »

10Dans ses manuscrits, Peirce emploie rarement des instruments, tels la règle ou le compas, ce qui surprend étant donné l’abondance des études de géométrie dont on pourrait penser qu’elles exigeraient de l’exactitude dans l’exécution. Mais de ce point de vue aussi, l’inscription à main levée joue pour Peirce un rôle épistémique :

  • 20 Peirce : « Of Reasoning in General », dans Peirce Edition Project, op. cit., 1998, p. 11-26, ici p. (...)

The figures of geometry are, if accurately drawn, such close likenesses of their objects that they are almost instances of them ; but every student of geometry knows that it is not all necessary, nor even useful, to draw them so nicely, since if roughly drawn they still sufficiently resemble their objects in the peculiars to which attention has to be drawn20.

  • 21 Mark Halawa et moi-même avons décrit le lien entre l’évolution du pragmatisme de Peirce et sa prati (...)

11Cette phrase, tirée de « Of Reasoning in General », est exemplaire, parce qu’il est rare que Peirce se réfère directement à sa propre pratique graphique, alors que beaucoup de ses textes en sont des témoins. Par sa matérialité, la pratique graphique contribue au développement de la théorie de la connaissance. Une réflexion épistémologique sur la pratique graphique pourrait donc se constituer à partir de ces écrits (ce qui à ce jour n’a pas été fait), mais cette réflexion ne s’y trouve pas formulée sous une forme systématique. Une telle reconstitution serait fructueuse, car elle pourrait s’appuyer d’une part sur l’analyse de la qualité graphique des manuscrits, d’autre part sur une lecture orientée des textes consacrés au pragmatisme et à la théorie de la connaissance21.

  • 22 Cette version est le manuscrit 293 du catalogue Robin et a été publiée pour la première fois en 197 (...)
  • 23 Ibid., p. 12 sq. (soulignés dans l’original).
  • 24 Dans le contexte d’une tentative pour améliorer la notation logique de Venn, Peirce constate : « [T(...)

12Il apparaît ainsi que dans la pratique graphique de Peirce, les relations entre dessin et écriture constituent un objet central pour la recherche. Dans l’esprit de son pragmatisme, développé sur fond de pratique graphique, les réflexions de Peirce sur les rapports entre langue/mots et diagramme/dessins paraissent expliciter ce qu’on peut observer dans les manuscrits. Résumons donc brièvement en quoi consiste, pour Peirce, la particularité du « diagrammatic reasoning ». Il s’agit de travailler de façon sérielle et expérimentale avec des diagrammes qui, étant des concrétisations iconiques de caractère provisoire, fonctionnent comme instruments de la pensée. Les diagrammes présentent un caractère hautement opératoire, car ces instruments extrêmement modifiables peuvent être facilement adaptés à tel ou tel état de la connaissance. Les propos les plus explicites sur le « diagrammatic reasoning » se trouvent dans une version de « Prolegomena to an Apology for Pragmatism » (PAP), un texte auquel Peirce travaille sans doute en 190622. Un aspect que Peirce ne cesse là de souligner, c’est combien il est important que le « reasoning process » soit concret et qu’on puisse le suivre en le réitérant ; et tout au long du texte il met toujours cette importance en rapport avec l’usage des diagrammes : « It is a truly extraordinary feature of Diagrams that they show, literally show, – not only that a necessary consequence does follow, but that it would follow under all circumstances whatsoever. It is not, however the statical Diagram that does this, but the comparison of the Diagram before and after a Transformation of a universally permissible kind23. » À cette vertu opératoire s’ajoute une propriété du « diagrammatic reasoning » qui tient au double caractère du diagramme dessiné : à la fois instrument du « reasoning process » et notation iconique de sa trace. Alors que ce qui s’est passé dans un tube à essai, par exemple, n’est pas ensuite directement reconstituable, le « diagrammatic reasoning » se distingue par une figuration concrète du processus en même temps qu’il s’accomplit. Peirce dit que le processus dynamique de la déduction ou des processus de connaissance se trouve littéralement exposé, dans le domaine des diagrammes. Dans ce cas, les intuitions ne se produisent pas seulement dans le cadre d’immatériels processus de pensée, elles sont de surcroît acquises par les sens et mises sous vos yeux. Cette spécificité de l’expérimentation diagrammatique présente pour Peirce un autre avantage, qu’il définit, s’agissant d’une bonne notation, comme l’exigence du « exhibiting reasoning24 ».

  • 25 Charles S. Peirce : Six Lectures of Hints toward a Theory of the Universe (1890), dans id., Writing (...)
  • 26 Charles S. Peirce, « Sketch of a New Philosophy » (1890), dans id., Writings of Charles S. Peirce. (...)
  • 27 Ibid., p. 24.

13Ce qui distingue le « diagrammatic reasoning », c’est la possibilité, donnée par la figuration concrète des relations, de générer des connaissances nouvelles par l’observation. Cette référence au fondement sensible des processus de connaissance basés sur des diagrammes joue pour la pensée pragmatique de Peirce un rôle qu’il faut se garder de sous-estimer. D’un côté, nous avons déjà souligné que la corrélation entre méthode expérimentale et connaissance constitue un noyau central du pragmatisme peircien. « Fruitful thinking and experimentation are only two branches of one process. They are essentially one. Thinking is experimentation […]. Experimentation is thinking25. » D’un autre côté, Peirce attribue dans ce contexte une grande importance au rôle des sens, tout en accordant au « diagrammatic reasoning » une valeur épistémologique fondamentale : « It is not a historical fact that the best thinking has been done by words, or aural images. It has been performed by means of visual images and muscular imaginations. In reasoning of the best kind, an imaginary experiment is performed. The result is inwardly observed, and is as unexpected as that of a physical experiment. […] Thus, reasoning and experimentation are essentially analogous26. » Et Peirce ajoute : « […] there is really no reasoning that is not of the nature of diagrammatic, or mathematical, reasoning ; and therefore we must admit no conceptions which are not susceptible of being represented in diagrammatic form. Ideas too lofty to be expressed in diagrams are mere rubbish for the purposes of philosophy27. »

  • 28 ms 619, 1909.
  • 29 387, 1896.
  • 30 ms 632, 1909.
  • 31 Charles S. Peirce, On Framing Philosophical Theories (1890), dans id., Writings of Charles S. Peirc (...)

14Comme instrument servant à vérifier expérimentalement des enchaînements de pensées, le « diagrammatic reasoning » se révèle être l’organon paradigmatique de la pensée pragmatiste. De la même façon que le pragmatisme conflue avec la logique de l’abduction, le noyau de la pensée pragmatiste converge avec le « diagrammatic reasoning ». Et de surcroît, la méthode du « diagrammatic reasoning » est également sans cesse en contact, pour Peirce, avec une dimension de sa propre pratique graphique sur laquelle il ne cesse de réfléchir dans ses écrits – même si ce n’est souvent que dans de brèves notations. Peirce exprime, dans différents textes et dans des contextes divers, une prédilection générale pour le visuel et le diagrammatique dans les processus de raisonnement. Nous avons déjà évoqué ce qu’il dit ainsi de lui-même : « I do not think I ever reflect in words : I employ visual diagrams […]28. » Et : « I draw incessantly29. » Et le sentiment d’une certaine distance par rapport à la langue est sans cesse indiqué explicitement. Dans une notice autobiographique, on lit : « […] no linguistic expression is natural to him. He never thinks in words but always in some kind of diagrams. He is always struggling with a foreign language ; for language is foreign to him30. » Ce rapport distancié au langage est justifié par l’indication que, par rapport au diagramme, le langage a l’inconvénient qu’on ne peut pas expérimenter directement « sur » ou avec lui, si bien que la réflexion à l’aide de concepts exprimés par le langage restreint plus fortement le processus expérimental : « Words, though doubtless necessary to develop thought, play but a secondary role in the [reasoning] process ; while the diagram, or icon, capable of being manipulated and experimented upon, is all-important31. »

Pratique graphique sérielle : pragmatisme et « diagrammatic reasoning »

  • 32 Voir l’esquisse de Lorenzo Magnani sur la « manipulative abduction », basée sur son travail sur Pei (...)

15À l’aide de trois exemples différents je voudrais maintenant montrer à quel matériau personnel se réfère Peirce lorsque, comme évoqué ci-dessus, il réfléchit explicitement ou implicitement au fonctionnement de pratiques graphiques. Il s’agit d’une série de dessins exécutés à propos du « Map-coloring Problem » (ms 153, 158, fig. 7), d’une série de « Existential Graphs » (ms 493, fig. 2 et 3) et de « Curve Studies » (ms 261, fig. 4 à 6). Ces sujets se rattachent, par discipline, à la géométrie, à la logique et à la topologie. Une de mes thèses est que, pour Peirce, non seulement la pratique graphique est la clé de la connaissance indépendamment de la discipline où il évolue sur le moment, mais qu’il existe en plus, dans le cadre de la pratique graphique, des axes méthodologiques transdisciplinaires que ses manuscrits permettent de suivre. Nous montrerons cela d’abord sur l’exemple des dessins en série, pour en venir ensuite, partant de là, dans une autre partie de notre étude, à la méthode de l’abduction32.

Fig. 2 et 3 : Charles S. Peirce, « Existential Graphs », ms 493 (Houghton Library, Harvard University, Cambridge, MA, édition microfilmique)

Fig. 4, 5 et 6 : Charles S. Peirce, « Curve Studies », ms 261 (Houghton Library, Harvard University, Cambridge, MA, édition microfilmique)

Fig. 7

Fig. 7

Fig. 7 : Charles S. Peirce, ms 158 (Houghton Library, Harvard University, Cambridge, MA, édition microfilmique)

  • 33 Voir Peirce, The New Elements of Mathematics by Charles S. Peirce, t. III/1, op. cit., p. 449-494.
  • 34 La version du ms 318 imprimée dans The New Elements of Mathematics diffère de ma lecture du manuscr (...)

16Dans les « Existential Graphs », il s’agit d’une série de cent vingt-deux assertions différentes basées sur les deux mots « praises to » et constituées par Peirce par des « cuts » et par la « line of identity ». Dans les manuscrits concernant les « curve studies », on discerne comment Peirce essaie de développer une typologie des courbes basée sur un certain nombre de points de rebroussements (« cusps ») et de nœuds (« nodes »). Enfin, autour du « map-coloring problem », Peirce dessine des centaines de cartes schématiques en se demandant quelle règle appliquer pour que les régions limitrophes soient de couleurs différentes. Ce ne sont que trois exemples de l’emploi fréquent, dans les manuscrits, de la pratique graphique sous forme de séries, comme expérimentation graphique qu’une réflexion textuelle ne saurait remplacer. Mais le procédé des séries remplit différentes fonctions. Dans le cas des « Existential Graphs », à chaque fois un graphe est dessiné à gauche, et en face, à droite, son contenu logique est exprimé en langue. Des séries comme celle-ci sont exécutées par Peirce dans le cadre du développement de différents systèmes de notation logique, mais elles sont aussi un moyen d’étudier les rapports entre logique et « ordinary language ». Dans les manuscrits d’études de courbes, on peut suivre la façon dont se recouvrent dessin systématique et dessin gestuel. On voit alterner des pages où les courbes gagnent nettement en complexité et où cela ressort également des textes qui les accompagnent, et d’autres pages où apparaissent des figures dessinées avec davantage de liberté. Mais ces deux sortes de dessins n’en font pas moins partie de l’étude du domaine de la topologie, et permettent de surcroît de sonder les limites du systématisable. Face au grand nombre d’artefacts graphiques qui se trouvent dans l’ensemble des six manuscrits consacrés au « map-coloring problem », on se rend compte que Peirce s’y efforçait sérieusement d’apporter une contribution personnelle à la solution du problème. C’est également un intéressant exemple de la façon directe ou indirecte dont les connaissances acquises dans la graphie se retrouvent ensuite dans un texte ou plusieurs. Cinq manuscrits (mss 153, 154, 157, 97, 318) dans lesquels Peirce s’était penché sur le sujet furent publiés dans The New Elements of Mathematics sous le titre « The Four-Color Problem33 ». Peirce y formule le problème de différents points de vue (mathématique, géométrie, topologie, pragmatisme) et met en balance le fruit de l’expérience et une preuve obtenue mathématiquement. Mais Peirce, pas plus qu’avant lui Arthur Cayley, Alfred Kempe et d’autres, ne parvient à résoudre le problème ; c’est-à-dire que les expérimentations diagrammatiques, là, n’aboutissent pas à une preuve. Dans un essai sur « Pragmatism » (ms 318), où Peirce ne se réfère pas explicitement à son propre travail, il note : « But while he may very likely manage to formulate his own usually successful way of coloring the regions, it is very unlikely that he will obtain an unfailing rule for doing so34. »

  • 35 Peirce, « What pragmatism is », dans Peirce Edition Project, op. cit., 1998, p. 331-345, ici p. 339

17Dans un autre texte sur le pragmatisme (« What Pragmatism Is », p 1078) se trouvent des développements sur l’extériorité, la sérialité et sur la modification d’objets épistémiquement productive, cette dernière aidant à situer dans la pensée de Peirce la forme sérielle de l’expérimentation graphique comme dans les exemples ci-dessus. Dans une section sur les « essential ingredients of an experiment », Peirce nomme d’abord l’expérimentateur, dont il souligne la nature corporelle en employant l’expression « experimenter of flesh and blood », puis la « verifyable hypothesis » comme point de départ, et enfin « the sincere doubt in the experimenter’s mind », en mettant de nouveau l’accent sur l’intérieur du corps. Ainsi, nous avons donc un corps, dans l’esprit duquel ce sont l’hypothèse et le doute qui constituent les ingrédients essentiels. L’expérimentation débute dès lors par le choix des objets à examiner, par quoi est préparé le franchissement des frontières du corps : « […] we come to the act of choice by which the experimenter singles out certain identifiable objects to be operated upon. » Vient ensuite l’acte de la manipulation extériorisée, auquel est réservé l’emploi des italiques : « The next is the external (or quasi-external) ACT by which he modifies those objects. » Auparavant, Peirce répond à la question d’un « questionneur » fictif : « You evidently think of each experiment as isolated from every other. It has not, for example, occurred to you […] that every connected series of experiments constitutes a single collective experiment35. » Là non plus, on ne trouve aucune référence directe aux expérimentations de Peirce lui-même dans les manuscrits, mais le lien paraît évident entre sa pratique graphique et le développement du pragmatisme comme théorie de la connaissance et comme méthode.

18Quant aux relations entre dessin et écriture dans la pratique graphique de Peirce, on peut donc constater, tant dans ses assertions théoriques que dans les inscriptions elles-mêmes, une nette distinction entre les fonctions. Tandis que la langue (« words ») sert à développer des idées – en particulier d’assez longs enchaînements d’idées –, ce sont les dessins – les diagrammes, dans la terminologie de Peirce – qui importent pour le processus que Peirce désigne comme le véritable noyau de son travail scientifique : reasoning. C’est à ce processus – de l’abduction (formulation d’hypothèse) à la déduction, puis à l’induction – qu’est réservé d’être exécuté sous la forme de pratique graphique.

Haut de page

Notes

1 Les manuscrits sont évoqués comme objet d’étude dans Michael Leja, « Peirce, Visuality, and Art », Representations, n° 72, 2000, p. 97-12 ; Mary Keeler et Christian Kloesel, « Communication, Semiotic Continuity, and the Margins of the Peircean Text », dans The Margins of the text, dir. D.C. Greetham, Ann Arbor, The University of Michigan Press, 1997, p. 269-322 ; Susan Howe, Peirce Arrow, New York, New Directions, 1999 ; Alessandro Topa, Die Genese der Peirce’schen Semiotik, Teil 1 : Das Kategorienproblem (1857-1865), Würzburg, Königshausen & Neumann, 2007. Récemment, le volume collectif Das Bildnerische Denken : Charles S. Peirce a abordé le sujet, mais en cherchant plutôt, comme l’indique déjà son titre inspiré de Paul Klee, à étudier la contribution de Peirce à une logique de l’image dans une perspective d’histoire de l’art.

2 Manfred Geier, « Schriftlichkeit und Philosophie », dans Armin Burkhardt (dir.), Handbücher zur Sprach- und Kommunikationswissenschaft, t. X.1 : Schrift und Schriftlichkeit. Ein interdisziplinäres Handbuch internationaler Forschung, Berlin/New York, de Gruyter, 1994, p. 646.

3 Le passage complet est : « I do not think I ever reflect in words : I employ visual diagrams, firstly because this way of thinking is my natural language of self-communion, and secondly because I am convinced that it is the best system for the purpose » (ms 619, 1909).

4 À propos des citations : les indications ms xxx et l xxx renvoient au classement des manuscrits dû à Richard S. Robin, Annotated Catalogue of the Papers of Charles Sanders Peirce, Amherst, University of Massachusetts Press, 1967.

5 Sur la qualité des éditions antérieures au Peirce Edition Project, voir Nathan Houser, « The Fortunes and Misfortunes of the Peirce Papers », dans Michel Balat, Janice Deledalle-Rhodes et Gérard Deledalle (dir.), Signs of Humanity, t. III, Berlin, de Gruyter, 1992, p. 1259-1268.

6 Voir ibid. Sur l’histoire des « Peirce Papers », voir en outre Victor Lenzen, « Reminiscences of a Mission to Milford, Pennsylvania », Transactions of the Charles S. Peirce Society, I, X, 1965, p. 3-11, ainsi que W.F. Kernan, « The Peirce Manuscripts and Josiah Royce. A Memoir Harvard 1915-1916 », Transactions of the Charles S. Peirce Society, I (2), 1965, p. 90-95.

7 On trouvera en ligne l’équivalent de la version imprimée : www.iupui.edu/~peirce/robin/robin.htm (dernière modification : 15 août 2012).

8 Collected Papers Of Charles Sanders Peirce, Cambridge, Harvard University Press, 1931-1958, 8 vol. : vol. I-VI édités par C. Hartshorne et P. Weiss ; vol. VII-VIII par A. Burk).

9 Peirce Edition Project (éd.), Writings of Charles S. Peirce. A Chronological Edition (vol. I-VI et VIII parus, sur 30 vol. prévus), Indianapolis/Bloomington, IN, 1982 sq.

10 Voir M. Keeler et C. Kloesel, op. cit., p. 271.

11 « Interview mit Moritz Epple. Zur Notation topologischer Objekte », dans Karin Krauthausen et Omar W. Nasim (dir.), Notieren, Skizzieren. Schreiben und Zeichnen als Verfahren des Entwurfs, Zurich/Berlin, Diaphanes, 2010, p. 119-138, p. 124.

12 Ibid., p. 119.

13 Ibid., p. 120.

14 Dans le « Logic Notebook » (ms 339), Peirce décrit, à propos d’une tache d’encre, la nécessité d’un troisième degré de vérité entre « verum » et « falsum », qu’il appelle « limit » : « Thus a blot is made on the sheet. Then every point of the sheet is unblackened or is blackened. But there are points on the boundary line, and those points are insusceptible of being unblackened or of being blackened [...] » (ms 339, 23 février 1909).

15 Dans le contexte d’une tentative pour améliorer la notation logique de Venn, Peirce constate : « [T]he [Venn] system affords no means of exhibiting reasoning, the gist of which is of a relational or abstractional kind » (cp 4.356). Plus généralement, la pensée ne saurait consister qu’en signes : « La seule pensée qu’il soit possible de connaître est la pensée en signes. Mais une pensée qui ne peut être connue n’existe pas. Toute pensée ne peut donc être qu’une pensée en signes » (cp 5.251). Ou, dans « Of Reasoning in General » : « Every form of thinking must betray itself in some form of expression or go unnoticed » (Peirce Edition Project, op. cit., 1998, p. 18).

16 Voir aussi Peter Skagestad, « Peirce’s Inkstand as an External Embodiment of Mind », Transactions of the Charles S. Peirce Society, n° 35 (3), p. 551-561.

17 Andy Clark et David J. Chalmers, « The Extended Mind », Analysis, n° 58, 1998, p. 11.

18 Voir « What Pragmatism is » (p 1078) : « The [...] ACT by which he modifies those objects ».

19 Peirce : « An Essay toward Improving Our Reasoning in Security and in Liberty » (ms 682, 1913), dans Peirce Edition Project, op. cit., 1998, p. 463-476, ici 472.

20 Peirce : « Of Reasoning in General », dans Peirce Edition Project, op. cit., 1998, p. 11-26, ici p. 13.

21 Mark Halawa et moi-même avons décrit le lien entre l’évolution du pragmatisme de Peirce et sa pratique graphique dans : Benjamin Meyer-Krahmer et Mark Halawa, « Pragmatismus auf Papier – Über den Zusammenhang von Peirce’ graphischer Praxis und pragmatistischem Denken », dans Franz Engel, Moritz Queisner, Tullio Viola (dir.), Das bildnerische Denken : Charles S. Peirce, Berlin, Actus et Imago, t. V, 2012, p. 271-299.

22 Cette version est le manuscrit 293 du catalogue Robin et a été publiée pour la première fois en 1976 dans The New Elements of Mathematics édités par Carolyn Eisele. Voir The New Elements of Mathematics by Charles S. Peirce, éd. C. Eisele, vol. IV, « Mathematical Philosophy », The Hague, de Gruyter, 1976, p. 313-330.

23 Ibid., p. 12 sq. (soulignés dans l’original).

24 Dans le contexte d’une tentative pour améliorer la notation logique de Venn, Peirce constate : « [T]he [Venn] system affords no means of exhibiting reasoning, the gist of which is of a relational or abstractional kind. It does not extend to the logic of relatives » (cp 4.356).

25 Charles S. Peirce : Six Lectures of Hints toward a Theory of the Universe (1890), dans id., Writings of Charles S. Peirce. A Chronological Edition, op. cit., p. 17-18, ici p. 17.

26 Charles S. Peirce, « Sketch of a New Philosophy » (1890), dans id., Writings of Charles S. Peirce. A Chronological Edition, vol. VIII (1890-1892), éd. Peirce Edition Project, Indianapolis, 2010, p. 19-22, ici p. 19.

27 Ibid., p. 24.

28 ms 619, 1909.

29 387, 1896.

30 ms 632, 1909.

31 Charles S. Peirce, On Framing Philosophical Theories (1890), dans id., Writings of Charles S. Peirce. A Chronological Edition, op. cit., p. 23-24, ici p. 24.

32 Voir l’esquisse de Lorenzo Magnani sur la « manipulative abduction », basée sur son travail sur Peirce et partant de la thèse que « Manipulative abduction happens when we are thinking through doing [...] » ; L. Magnani, « Reasoning through doing. Epistemic mediators in scientific discovery », dans Journal of Applied Logic, n° 2 (4), 2004, p. 442.

33 Voir Peirce, The New Elements of Mathematics by Charles S. Peirce, t. III/1, op. cit., p. 449-494.

34 La version du ms 318 imprimée dans The New Elements of Mathematics diffère de ma lecture du manuscrit.

35 Peirce, « What pragmatism is », dans Peirce Edition Project, op. cit., 1998, p. 331-345, ici p. 339.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Fig. 1 : Charles S. Peirce, page issue du Logic Notebook (ms 339) (Houghton Library, Harvard University, Cambridge, MA)
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1228/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 2 et 3
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1228/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Fig. 2 et 3 : Charles S. Peirce, « Existential Graphs », ms 493 (Houghton Library, Harvard University, Cambridge, MA, édition microfilmique)
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1228/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 4, 5 et 6
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1228/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1228/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Légende Fig. 4, 5 et 6 : Charles S. Peirce, « Curve Studies », ms 261 (Houghton Library, Harvard University, Cambridge, MA, édition microfilmique)
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1228/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 7
Légende Fig. 7 : Charles S. Peirce, ms 158 (Houghton Library, Harvard University, Cambridge, MA, édition microfilmique)
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1228/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin Meyer-Krahmer, « Mon cerveau est localisé dans mon encrier », Genesis, 37 | 2013, 103-114.

Référence électronique

Benjamin Meyer-Krahmer, « Mon cerveau est localisé dans mon encrier », Genesis [En ligne], 37 | 2013, mis en ligne le 18 mars 2016, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://genesis.revues.org/1228 ; DOI : 10.4000/genesis.1228

Haut de page

Auteur

Benjamin Meyer-Krahmer

Benjamin Meyer-Krahmer, Dr. Phil, travaille depuis 2011 comme chercheur à l’Institut d’études théoriques de l’Académie des arts graphiques et du livre (Leipzig). En 2006, il soutient à la Freie Universität de Berlin une thèse en littérature générale et comparée sur l’œuvre de l’imprimeur et artiste Dieter Roth. Depuis 2006, il collabore avec l’artiste Wilhelm de Rooij. Entre 2009 et 2011, il est post-doc au collège « Écriture et Image » de la Freie Universität de Berlin.
bmk[arobase]hgb-leipzig.de

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org