Navigation – Plan du site
Inédits

Un jeu d’épreuves de Fils de Gueux,roman d’Émile Moselly

Patricia Szafranski
p. 141-148

Texte intégral

  • 1 Bibliothèque-médiathèque Nancy, site Stanislas, 43 rue Stanislas, 54 042 Nancy cedex, 03 83 37 38 8 (...)

1Le jeu d’épreuves du roman Fils de gueux que conserve la bibliothèque-médiathèque de Nancy1 constitue un objet graphique tout à fait extraordinaire et sans doute unique en son genre.

2À première vue, ces épreuves ressemblent un peu aux documents de genèse surchargés de corrections qu’ont laissés les grands écrivains du xixe siècle qu’admirait tant Moselly, mais on s’aperçoit qu’elles relèvent de mécanismes tout à fait différents, puisqu’une grande partie des marques qui les recouvrent littéralement par endroits n’entraînent pas, en définitive, de modifications du texte.

3La prolifération inouïe des marques graphiques qui constellent la surface de ces épreuves correspond parfaitement à la représentation que Moselly donne de lui-même en écrivain en janvier 1904 :

4Quel dur métier que celui d’hommes de lettres.

  • 2 Carnet de notes de l’auteur, cahier noir, 90 p., 168  219 mm, de mai 1904 à octobre 1909, p. 28. C (...)

À vivre ainsi, on sent très bien qu’on devient peu à peu un être irrégulier, anormal, trop compliqué pour être sain. Des parties de notre être s’atrophiant, tandis que d’autres se développent démesurément aux dépens de l’équilibre de l’ensemble, on surprend en soi une croissance monstrueuse2.

5Émile Moselly, prix Goncourt 1907 pour Terres lorraines, de son vrai nom Émile Chénin, est né en 1870 et décédé en 1918. Il fut inhumé à Chaudeney-sur-Moselle en Lorraine. Le pseudonyme a été adopté par l’écrivain en 1902 pour la parution de sa première nouvelle « L’aube fraternelle » aux Cahiers de la Quinzaine dirigés par Charles Péguy. La vie de l’auteur s’inscrit entre deux conflits, la guerre de 1870 et la Grande Guerre et dans un espace, la Lorraine, terrain de l’antagonisme franco-allemand qui a marqué ses écrits.

6Fils de gueux, publié chez Paul Ollendorff en 1912, est paru dans cinq numéros de La Revue de Paris (éd. Calmann Lévy) :

7– n° 1, 15 décembre 1910, cahiers 1-7
– n° 2, 1er janvier 1911, cahiers 8-12
– n° 3, 15 janvier 1911, cahiers 13-18
– n° 4, 1er février 1911, cahiers 19-25
– n° 5, 15 février 1911, cahiers 26-30

Description matérielle et statut des épreuves

  • 3 Les références à la revue sont indiquées par cahier, suivi d’un numéro de page de 1 à 8 suivant le (...)

8Les épreuves de Fils de gueux (cote Fonds Moselly : 1.3.13) sont composées de trente cahiers formés de feuillets de 560  760 mm. pliés en deux : ce sont des placards. Un cahier est formé de huit feuillets de 280  190 mm. imprimés au recto. Certains cahiers comportent des feuillets coupés à la pliure, sans doute par usure. D’autres présentent des feuillets découpés, probablement aux ciseaux. Chaque feuillet est saturé de révisions autographes à l’encre noire. Elles sont loin d’être de simples corrections d’orthographe ou syntaxe et l’on peut se demander si elles n’appartiennent pas à la phase rédactionnelle. Toutefois, nombre d’entre elles n’entraînent pas une nouvelle rédaction. On peut supposer que ces placards étaient destinés par l’auteur à son propre usage et qu’il a disposé d’un autre jeu pour transmettre ses corrections à l’imprimeur.

Présentation du roman

9Fils de Gueux est le récit de la vie de Basile Crasmagne dans son cadre familial. Fils d’une honnête femme, Malvina Crasmagne et d’un gueux, Charles-Émile Crasmagne, Basile devient à son tour père d’une petite bâtarde, Barbe, née des amours illégitimes de Louisa, une domestique rebaptisée Victorine par ses maîtres, avec son jeune patron. L’histoire de cette famille s’enracine dans la Lorraine rurale d’après 1870. L’auteur dédicace son roman à Maurice Barrès, qui a soutenu sa candidature pour le prix Goncourt.

10Dans la note liminaire du coin supérieur droit de la première page des épreuves de Fils de gueux (voir fig. 1), l’auteur inscrit (pour quel lecteur ?) son propre code :

Les flèches pareilles, d’une page à l’autre, indiquent les mots répétés. – les petits signes cabalistiques, sous les mots, indiquent les assonances et les allitérations.

11Les brouillons portent la trace de la relecture des phrases par leur auteur, à la manière de Flaubert, dont Moselly fait l’éloge dans ses cahiers. Cependant du jeu d’épreuves à l’édition en volume, l’auteur ne modifie que rarement l’équilibre sonore de ses phrases.

Fig. 1

Fig. 1

Fig. 1 : Note liminaire : à l’épreuve du gueuloir ; fac-similé et transcription (1er Cahier, p. 1, Bibliothèque municipale de Nancy)

Transcription de la figure 1

Version publiée

Revue de Paris. E. Moselly, 1
Fils de gueux
– Hue, Papillon ! hue, mon homme !
L’âne s’arc-boutait sur ses jambes, refusant d’avancer. Son corps décharné tremblait, pendant qu’il flairait avec effroi l’eau qui roulait, l’eau tumultueuse, en travers du chemin.
La femme saisit un échalas : une volée de coups s’abattit sur l’échine de la bête qui ne bougea pas, mais se contenta d’agiter ses oreilles trempées de pluie, des loques lamentables qui pendaient.
– Hue Papillon ! hue, ma cocotte !
La bête s’enlisait, la femme se lamentait.
Elle revenait de Toul, avec son fils, le petit Basile, un gamin de dix ans. Ils avaient chargé sur leur carriole les effets de treillis, les bourgerons gras, le linge d’une caserne que la mère lessivait, pour gagner sa vie. Et voilà qu’ils étaient arrêtés par le Rupt, un ruisseau que les pluies d’automne avaient gonflé. La nappe bourbeuse franchissait la route, rongeait les talus, entraînait dans son cours de grosses pierres.
Le soir tombait, un soir pluvieux d’octobre. Le site, autour des misérables, avait une sauvage âpreté. Sous les fines hachures de la pluie, la plaine moissonnée fuyait, vêtue d’éteules grisâtres. Les labours bruns se détrempaient. Au

Fig. 2

Fig. 2

Fig. 2 : La cartographie mosellyenne (30e cahier, p. 3, Bibliothèque municipale de Nancy, détail)

12Focalisons notre attention sur quelques-unes des bifurcations et proliférations du roman.

13La bulle rouge au milieu de page 3 du trentième cahier (fig. 2) alerte le lecteur sur la naissance illégitime de l’héroïne du roman, la petite Barbe :

Alors, décidément, [illis.] soit que le baron ait eu l’expresse intention de le dire dans son testament, soit qu’il ne l’ait pas dit (ce qui serait plus vraisemblable), [illis.] la petite a compris qu’elle était la fille du baron et non de Crasmagne ? … Il me semble que, même s’il l’avait dit, elle n’aurait pas dû le comprendre !… Et, l’ayant compris, elle n’aime plus Crasmagne, qui l’a élevée, choyée ; elle, riche, [illis.] <se sent> séparée de ce pauvre ? Cela aussi m’étonne !

14La notation reste réactionnelle, et non rédactionnelle : elle n’a pas été suivie d’effet dans le texte publié.

15Dans une note de bas de page entourée au crayon rouge, l’auteur exprime ses doutes (fig. 3) :

??? Alors, la petite regarde sa mère, en se disant : « Elle a couché avec un autre homme, et voilà d’où je suis née … » Est-ce vraisemblable, n’est-ce pas odieux cette « curiosité » [illis.] obscène, mi-obscène, mi-sacrilège ?... […] cet homme qu’elle adore depuis quinze ans, pour le laisser vivre, apparemment, avec cette fille qui n’est pas sa fille ?... Et lui, [illis.] pour retenir sa femme, [illis.] qu’il aime depuis […] à cette fille [illis.] <enrichie>, dont il va partager l’aisance ?… Je ne puis vous cacher que tout cela me déconcerte terriblement.

Fig. 3

Fig. 3

Fig. 3 : Note de bas de page (30e cahier, p. 4, 6, Bibliothèque municipale de Nancy, détail)

16Dans une bulle bleue centrale de la même page (fig. 4), on peut lire :

terriblement obscur ! Quel aveu Quel aveu ? Qu’est-ce qu’il avoue, lui ? qu’il a accepté pour sa fille l’héritage du baron ?... Sa femme peut-elle le comprendre rien qu’à ce signe de tête ? Et le lecteur, peut-il comprendre que « cet aveu » signifie cela ?... « Quelle Quelle « honte » ? Sa honte, à lui, [illis.] ou à elle ?... mais sa honte, à elle, n’est-ce pas d’avoir été la maîtresse du baron, et d’avoir apporté clandestinement cet enfant à Crasmagne ? Elle le sait, cela, depuis longtemps ! Sa honte, ici, est-ce le fait que le baron ait laissé de l’argent à leur enfant ? Cela n’aggrave pas sa faute à elle !… « Sa honte », est-ce le fait que sa fille connaît sa faute ? Soit ! mais comment peut-elle le deviner, en fait invraisemblable, monstrueux, à ceci, tout simplement, que son mari brise le lit ? …

Fig. 4

Fig. 4

Fig. 4 : 30e Cahier, p. 4 (Bibliothèque municipale de Nancy, détail)

17Dans une note marginale à gauche, entourée en vert, l’auteur s’interroge (fig. 5) :

??? Est-il vraisemblable qu’il lui fasse voir là, séance tenante, ce testament ?… qu’il ne [illis.] pas [illis.] cela pour « plus tard », pour sa majorité ?… Elle « comprit », quoi ? Qu’elle était la fille du baron ? Le lecteur peut le croire. Est-il vraisemblable [illis.] qu’elle comprenne ?... Elle « bat l’air des mains ? » Est-ce pour [illis.] faire « bravo ! » en recevant cette aubaine ?... Est-ce parce qu’elle défaille d’[illis.] ? est-ce qu’elle a rajeuni [illis.], ou bien qu’elle comprend le secret de sa naissance ?… Bien obscur et bien gênant, tout cela !

18Dans ces pages le lecteur accède de manière brute à l’intériorité du romancier au travail.

19

Fig. 6

Fig. 6

Fig. 6 : Le patriotisme de l’auteur (17e Cahier, p. 8, Bibliothèque municipale de Nancy)

20La note entourée de rouge dans le coin supérieur gauche de la page 8 du 17e Cahier (fig. 6) montre l’autocensure de l’auteur :

Dangereux ! Nous serions accusés d’antimilitariste !

21Fils de gueux étant ancré dans la Lorraine postérieure à la guerre de 1870, au moment d’envoyer son héros au service militaire, le romancier lisse ainsi le contexte historique :

Épreuves

Des histoires lui revenaient à la mémoire, des récits que les garçons du pays, revenus du régiment, racontaient à l’auberge, les coudes sur la table. Il imaginait les nuits de la chambrée, la danse des châlits alors que les anciens cinglaient de l’eau des cruches les fesses des bleus transies, qui n’osaient souffler mot. Un métier d’enfer ! Marches, contre-marches, exercices, manœuvres, on n’avait pas le temps de respirer dans cette vie de misère.

(17e cahier, p. 8, fig. 6)

Version éditée

Des histoires affluaient à la mémoire de Basile, des récits que les garçons du pays, revenus du régiment, racontaient à l’auberge, les coudes sur la table. Il imaginait les nuits de la chambrée, la danse des châlits alors que les anciens cinglaient de l’eau des cruches les reins des bleus transies, qui n’osaient souffler mot. Et quel dur métier ! Marches, contre-marches, exercices, manœuvres, on n’avait pas le temps de respirer dans cette vie.

(Fils de gueux p. 181)

22Entre début 1911, date de parution de Fils de gueux en feuilleton dans La Revue de Paris, et 1912, date d’édition du roman chez Paul Ollendorff, Moselly craint-il d’éveiller les réactions nationalistes de son lectorat populaire ou affirme-t-il son patriotisme ?

23À cette étape de la genèse, nous ne savons comment expliquer l’ampleur des réécritures portées sur le jeu d’épreuves, transformées en une véritable partition, et dont cependant l’auteur ne retiendra que de minimes retouches.

Références bibliographiques

24Dans les pas de Moselly…, Cercle d’études locales du Toulois, Haroué, Gérard Louis, 2010.
Péguy et Émile Moselly : correspondance échangée, Émile Moselly, préface Alfred Saffrey, Paris, M.-J. Minard, coll. « Cahiers de l’amitié Charles Péguy, 18 », 1966.

25Est en cours de transcription un carnet de l’écrivain intitulé, « Le Fer et le feu-la torche ardente, Journal écrit pendant la guerre », daté du 22 novembre 1914 au 22 mai 1915, comptant cinquante et un feuillets.

Fig. 7

Fig. 7

Fig. 7 : Jeu d’épreuves de l’incipit de Fils de gueux (1er cahier, p. 1 à 8, Bibliothèque-médiathèque de Nancy)

Haut de page

Notes

1 Bibliothèque-médiathèque Nancy, site Stanislas, 43 rue Stanislas, 54 042 Nancy cedex, 03 83 37 38 83 ou <bibliotheque@nancy.fr>. Le fonds Émile Moselly y est conservé depuis le don de Jean-François Chénin, petit-fils de l’écrivain, en 2007. Son inventaire ainsi que sa mise en valeur ont donné lieu à une première exposition sur le site Stanislas l’été 2011. Il est composé de carnets et cahiers, qui se répartissent entre la vie personnelle de l’auteur, sa vie de professeur de lettres classiques et sa vie d’écrivain.

2 Carnet de notes de l’auteur, cahier noir, 90 p., 168  219 mm, de mai 1904 à octobre 1909, p. 28. Cote de la bibliothèque municipale de Nancy : fonds Moselly, 2.1.1.

3 Les références à la revue sont indiquées par cahier, suivi d’un numéro de page de 1 à 8 suivant le pliage explicité ci-après. La transcription est fidèle à l’original. Les caractères gras servent à mettre en valeur les réécritures. Les crochets […] signalent nos interventions. L’abréviation [illis.] marque les passages que nous n’avons pas réussi à déchiffrer.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1239/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 1
Légende Fig. 1 : Note liminaire : à l’épreuve du gueuloir ; fac-similé et transcription (1er Cahier, p. 1, Bibliothèque municipale de Nancy)
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1239/img-2.png
Fichier image/png, 1,1M
Légende Transcription de la figure 1
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1239/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
Titre Fig. 2
Légende Fig. 2 : La cartographie mosellyenne (30e cahier, p. 3, Bibliothèque municipale de Nancy, détail)
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1239/img-4.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 3
Légende Fig. 3 : Note de bas de page (30e cahier, p. 4, 6, Bibliothèque municipale de Nancy, détail)
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1239/img-5.png
Fichier image/png, 183k
Titre Fig. 4
Légende Fig. 4 : 30e Cahier, p. 4 (Bibliothèque municipale de Nancy, détail)
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1239/img-6.png
Fichier image/png, 512k
Titre Fig. 5
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1239/img-7.png
Fichier image/png, 1006k
Titre Fig. 6
Légende Fig. 6 : Le patriotisme de l’auteur (17e Cahier, p. 8, Bibliothèque municipale de Nancy)
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1239/img-8.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 7
Légende Fig. 7 : Jeu d’épreuves de l’incipit de Fils de gueux (1er cahier, p. 1 à 8, Bibliothèque-médiathèque de Nancy)
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1239/img-9.png
Fichier image/png, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Szafranski, « Un jeu d’épreuves de Fils de Gueux,roman d’Émile Moselly », Genesis, 37 | 2013, 141-148.

Référence électronique

Patricia Szafranski, « Un jeu d’épreuves de Fils de Gueux,roman d’Émile Moselly », Genesis [En ligne], 37 | 2013, mis en ligne le 18 mars 2016, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://genesis.revues.org/1239 ; DOI : 10.4000/genesis.1239

Haut de page

Auteur

Patricia Szafranski

Patricia Szafranski est docteur en lettres modernes, spécialiste du journal intime et des brouillons d’écrivains, membre de l’équipe Genèse & Autobiographie de l’ITEM (CNRS-ENS).
p. szafranski[arobase]neticable.org

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org