Navigation – Plan du site

42 | 2016
L'écriture du cycle

Textes réunis et présentés par Alain Pagès  (Paris III) et Olivier Lumbroso (Paris III)

Ce numéro de la revue Genesis coordonné par Alain Pagès et Olivier Lumbroso souhaite ouvrir un nouveau chantier en posant la question de l’écriture des cycles romanesques. Au-delà d’une génétique des œuvres individuelles – étudiées à travers leurs ébauches, leurs scénarios ou leurs variantes scripturales –, il propose de changer d’échelle, et d’ouvrir un nouvel espace à la perception des phénomènes de genèse. 

Les exemples rassemblés dans ce numéro dressent un vaste panorama historique. L’enquête qui est conduite part de La Comédie humaine de Balzac et des Rougon-Macquart de Zola pour aller jusqu’aux Thibault de Roger Martin du Gard et aux Hommes de bonne volonté de Jules Romains. Le modèle initial d’un cycle reposant sur des romans autonomes, cède la place, à partir de Proust, au récit continu qui adopte le schéma du roman-fleuve. 

Faut-il opposer cycles et romans-fleuves ? Des problématiques semblables, en fait, réunissent ces diverses expériences de l’écriture au long cours. Le paratexte des préfaces et de la correspondance permet d’appréhender la logique des processus de genèse qui se mettent en place. Il montre de quelle façon se construit, au fil des années, le programme de l’œuvre cyclique. Une figure complexe se dessine, celle d’un romancier qui se trouve pris entre deux sentiments contradictoires : à l’éblouissement qu’apporte la vision de l’œuvre-monde à créer s’oppose la peur de ne jamais arriver au terme d’une tâche immense qui menace de dévorer toute une existence.

  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org