Skip to navigation – Site map
Chroniques II
Comptes rendus d'ouvrages

Catherine Rovera-Amandolese, Genèses d’une folie créole : Jean Rhys et Jane Eyre, Paris, Éditions Hermann, 2015, 159 p.

Claudine Raynaud
p. 228-230
Bibliographical reference

Catherine Rovera-Amandolese, Genèses d’une folie créole : Jean Rhys et Jane Eyre, Paris, Éditions Hermann, 2015, 159 p.

Full text

  • 1 The Madwoman in the Attic : The Woman Writer and the Nineteenth-Century Literary Imagination est le (...)

1L’ouvrage de Catherine Rovera examine les rapports complexes qui relient le roman de Charlotte Brontë, Jane Eyre (1847) – chef-d’œuvre de la littérature victorienne et texte fétiche des critiques féministes – à sa réécriture un siècle plus tard par la romancière créole originaire de la Dominique, Jean Rhys : Wide Sargasso Sea (1966). Dans ce roman, Rhys a voulu, sous le nom d’Antoinette, donner chair à Bertha Mason, un personnage qui, chez Brontë, apparaît sous un jour entièrement négatif et périt à la suite de l’incendie qu’elle déclenche dans le grenier où elle est séquestrée. C’est la mort de cette « folle dans le grenier1 » qui permet à l’héroïne d’épouser Rochester, le maître du manoir, en le libérant d’une épouse plus qu’encombrante.

2Wide Sargasso Sea se donne donc comme l’avant-Jane Eyre, fonctionnant en quelque sorte comme son hypotexte (au sens où l’entend Gérard Genette). Catherine Rovera analyse « ce rapport de filiation inversée », car Wide Sargasso Sea se présente, et c’est là toute l’ironie du rapport généalogique qu’elle explore, comme « le texte matriciel de celui qui l’a engendré ». Construisant sa démarche sur une interrogation des manuscrits de Wide Sargasso Sea, lettres et documents issus des archives de l’université de Tulsa et de la British Library, Rovera remonte à la source de l’écriture de la folie. En étudiant avec minutie les traces (repentirs, tâtonnements, réécritures), elle rend compte de la lente gestation du texte de Rhys. Cet aspect de son travail illustre ce qu’apporte une lecture génétique au sens strict. Il se double d’une interrogation qui relève de l’histoire littéraire : Wide Sargasso Sea fonctionne-t-il pour Jane Eyre comme un modèle ou un contre-modèle ?

3L’ouvrage comprend deux parties distinctes d’égale longueur : la première, « Tristes tropiques, ou la scène primitive », est une analyse de Wide Sargasso Sea replacé dans le contexte caribéen ; la seconde plonge dans les liens qui unissent les deux textes pour retracer « une généalogie de la folie ». L’appendice détaille les archives manuscrites des deux fonds visités et donne les références des documents utilisés pour cette étude : la « Jean Rhys Archive, Collection 1976-011 » de la McFarlin Library à l’université de Tulsa, Oklahoma, et les « Jean Rhys Papers » conservés à la British Library. Rovera signale ici que la division en onze sections de l’avant-texte (effectuée par la British Library) suit la chronologie du roman, et non celle de la composition de l’œuvre, ajoutant pour le généticien une difficulté supplémentaire.

4Après une introduction qui interroge le statut du texte (caribéen, créole, postcolonial, postmoderne ou moderniste ?), une première sous-partie reconstitue l’avant-texte (lacunaire) de Wide Sargasso Sea. On y trouve une généalogie qui remonte aux années trente, de nombreux titres intermédiaires, des recyclages par rapport à un autre roman de Rhys, et une description précise des documents (nombreuses mises au net, parfois tardives) auxquels il est nécessaire d’adjoindre la correspondance. Si Wide Sargasso Sea est un roman programmatique, une étude de sa genèse dévoile « une dialectique entre résurgence (de matériau antérieur) et jaillissement (émancipation par rapport au modèle) » (p. 32).

5Le chapitre suivant rend compte du désir qu’a Rhys de faire la lumière sur la réalité historique des Antilles et de se concentrer sur une période historique précise, entre 1834 et 1845. Des marques de cette préoccupation se lisent dans les lectures que Rovera repère dans la correspondance : ces textes permettent à Rhys d’effectuer une relecture critique de la vision impérialiste. La métaphore du creuset, prélevée dans le roman, illustre le travail de l’écrivaine : fondre des matériaux disparates dans un tout. Le paysage caribéen porte la trace par en dessous de ces traumas de l’histoire : il faut « “fouiller” la mémoire » (Glissant). Suit une analyse du rapport dialogique et agonistique des voix : voix noires, voix blanches, voix créoles, voix locales, voix étrangères à divers titres, voix de la sorcellerie africaine et voix de la légitimité coloniale, voix féminines et masculines, toutes viennent s’inscrire comme les fantômes d’une oralité qui hante l’écriture de Rhys.

6La seconde partie de l’ouvrage est une étude comparative de l’écriture de la folie dans les deux textes et de leur intertextualité. L’esthétique de Jane Eyre est théâtrale et picturale (tradition des tableaux vivants), comme le souligne l’épisode des charades. Relevant les emprunts au gothique et aux contes de fées, Rovera se livre à une analyse textuelle très fine de la théâtralité (genres connexes de la pantomime et du « dumb show ») et de l’excès, qui font du personnage de Bertha une bête de foire et de la description de sa mort un épisode mélodramatique. Rovera décline alors tous les éléments qui relèvent des spectacles de l’époque : peep-show, freak-show de fête foraine, lanterne magique dans une démonstration convaincante de la fabrication de cette monstration. La folie dans Jane Eyre est l’incarnation du vice. Rovera cite ici une lettre de Charlotte Brontë qui reconnaît ses propres outrances, et fait écho par anticipation à certaines lettres de Rhys portant un regard critique sur le personnage de Bertha. Celle-ci est la création, ou plutôt, la créature de Rochester et lorsque Rhys prélève des portions du texte de Brontë, cette reprise est distanciée. Dans les lectures postcoloniales du roman, Bertha, loin d’être le double de Jane, est la mauvaise conscience des Blancs, l’héritière d’une civilisation sur le déclin. Tandis que chez Brontë, la folie est morale, elle devient chez Rhys un mal social qui procède de l’échec du pacte colonial. Pour résumer, Wide Sargasso Sea n’est pas tant une réécriture qu’une « relecture critique et rectificatrice » de Jane Eyre (p. 103).

7La dernière partie de l’ouvrage décrit le travail de rectification de Rhys comme une volonté d’explication, un souci de la vraisemblance, un désir d’articuler la folie de Bertha. Le recours à Freud est nécessaire (et justifié par Rhys elle-même). Le roman est une remontée du souvenir, une anamnèse, et le discours d’Antoinette s’apparente alors à celui d’une analysante. L’analyse des jeux d’épreuves de la première section du roman (Part I) met en lumière ce renversement narratif par rapport à Jane Eyre. On peut relever un autre renversement, dans la dernière section du roman cette fois (Part III) : si Jane fait des rêves prémonitoires, Antoinette démente devient prophétesse et voyante. Mais c’est pour le personnage masculin que l’écart par rapport au moule originel est le plus spectaculaire, et les brouillons de la seconde section du roman (Part II) viennent confirmer la validité de certaines intuitions.

8Dans Wide Sargasso Sea, le retour à la culture orale caribéenne se double d’un recours à la poésie : c’est un poème qui permet à Rhys de mettre un terme à un blocage lors de la rédaction de « Part II ». Le mélange de prose et de poésie caractéristique de cette partie permet à Rochester, devenu mi-Heathcliff mi-Othello, d’acquérir une part de romantisme et fait accéder le texte à ce que Rovera qualifie de « transe poétique ». Alors que le paysage lui-même libère sa magie, s’instaure un rapport de gémellité avec Antoinette. Rochester devient dans la formule de Rovera, son allié dans la folie. Un brouillon de « Part II » permet de vérifier cette intuition : il contient des vers explicites sur le partage de la folie des deux protagonistes. Quant au titre retenu par l’auteur, il est le fruit d’un lapsus : en citant une chanson, Rhys écrit « wide » au lieu de « gold ». Rovera signale ici l’influence de chansons d’Emily Lockhart (Ballad of the Dark Heart) et analyse en profondeur le poème Obeah Night ainsi que les notes de régie de « Part II » pour permettre au lecteur de suivre pas à pas cette métamorphose.

  • 2 Voir Pierre Bayard, Il existe d’autres mondes, Paris, Éditions de Minuit, 2014.
  • 3 Voir Daniel Ferrer, « Le matériel et le virtuel. Du paradigme indiciaire à la logique des mondes po (...)

9Rovera clôt son étude sur la théorie des mondes possibles (intermédiaires)2 que la lecture des avant-textes permet car la génétique textuelle oscille entre la matérialité du support et les possibles, l’infinité des univers virtuels que recèlent les brouillons3. Le processus créatif de Rhys relève du fatum et de l’imprévu ; il se situe entre ce qui est déjà écrit et ce qu’il reste à écrire. Rapprochant Jane Eyre et une notation de Jean Rhys qui font référence à la fragilité d’un enfant, à la grossesse et la parturition, Rovera conclut sur une opposition : si Jane Eyre est la force motrice de Wide Sargasso Sea, l’avant-texte est la matrice. Il nous donne à voir un espace-temps virtuel et un passage à l’acte.

10La conclusion insiste sur le texte-palimpseste qu’est Wide Sargasso Sea et sur le tour de force qui consiste à faire dévier le roman du côté de la folie du personnage masculin et des codes victoriens. La démonstration séduit par sa finesse et son intelligence. L’approche génétique fait ici la preuve de son efficace et de sa nécessité.

Top of page

Notes

1 The Madwoman in the Attic : The Woman Writer and the Nineteenth-Century Literary Imagination est le titre du célèbre ouvrage de Sandra Gilbert et Susan Gubar qui inaugura la critique littéraire féministe aux Etats-Unis en 1979.

2 Voir Pierre Bayard, Il existe d’autres mondes, Paris, Éditions de Minuit, 2014.

3 Voir Daniel Ferrer, « Le matériel et le virtuel. Du paradigme indiciaire à la logique des mondes possibles », dans M. Contat et D. Ferrer (dir.), Pourquoi la critique génétique ? Méthodes, théories, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Top of page

References

Bibliographical reference

Claudine Raynaud, « Catherine Rovera-Amandolese, Genèses d’une folie créole : Jean Rhys et Jane Eyre, Paris, Éditions Hermann, 2015, 159 p. », Genesis, 43 | 2016, 228-230.

Electronic reference

Claudine Raynaud, « Catherine Rovera-Amandolese, Genèses d’une folie créole : Jean Rhys et Jane Eyre, Paris, Éditions Hermann, 2015, 159 p. », Genesis [Online], 43 | 2016, Online since 27 February 2017, connection on 29 June 2017. URL : http://genesis.revues.org/1426

Top of page

About the author

Claudine Raynaud

Université Paul-Valéry, Montpellier

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org