Navigation – Plan du site
Inédit : Roland Barthes, « Phrase - Modernité »

Roland Barthes : une conférence sur la phrase

Éric Marty
p. 241

Texte intégral

  • 1 L’indice de cette date le plus probant est la référence de Barthes (feuillet 4) au « livre récent » (...)

1« Phrase – Modernité » est le texte d’une conférence de Roland Barthes que l’on peut dater, sans trop craindre de se tromper, du printemps 19751. Le thème choisi par Barthes correspond à la problématique de la séquence 1971-1976, ouverte par la publication de Sade, Fourier, Loyola et que clôt celle de Fragments d’un discours amoureux.

  • 2 Datant de 1967, ce texte a été repris dans Nouveaux Essais critiques en 1972 (Seuil, « Points essai (...)
  • 3 Voir « La phrase herméneutique », dans S/Z, Œuvres complètes, Paris, Éditions du Seuil, 2002, t. II (...)

2Roland Barthes, bien entendu, s’est intéressé à la question de la phrase dès avant cette période, comme en témoigne un texte aussi célèbre que « Flaubert et la phrase » (19672) ou telle considération sur la phrase de Balzac dans S/Z3 (1970), mais il ne faut pas confondre la phrase en tant qu’objet auquel Barthes a toujours prêté une attention particulière et la catégorie que, sous le mot de « phrase », il tente de construire pendant la séquence que nous avons indiquée et dont le point saillant se trouve sans aucun doute dans Le Plaisir du texte (1973).

  • 4 Le Plaisir du texte, Œuvres complètes, op. cit., t. IV, p. 249.
  • 5 Mais le bar que Barthes décrit dans ce fragment semble bien lui aussi se situer à Tanger, comme en (...)
  • 6 Le Plaisir du texte, op. cit., p. 249. C’est Barthes qui souligne.

3Il est sans cesse question de la phrase dans Le Plaisir du texte, mais plus singulièrement dans un des fragments les plus importants où Barthes se décrit dans une sorte d’état de « perte », dans une sorte de « sommeil » où précisément plus aucune phrase ne peut se former, et qui commence par ces mots : « Un soir, à moitié endormi sur une banquette de bar4… » Étrange état qui prend à témoin l’espace de chaos sonore d’une place de Tanger décrite par Severo Sarduy5, ainsi que la polyphonie verbale intérieure qu’il ressent : en lui « passaient les mots, les menus syntagmes, les bouts de formules, et aucune phrase ne se formait, comme si c’eût été la loi de ce langage-là6 ». Barthes va jusqu’à parler de « non-phrase », de « quelque chose qui n’aurait pas eu la puissance d’accéder à la phrase, qui aurait été avant la phrase ; c’était ce qui est éternellement, superbement, hors de la phrase ».

  • 7 Sade, Fourier, Loyola, Œuvres complètes, op. cit., t. III, p. 728.
  • 8 Fragments d’un discours amoureux, Œuvres complètes, op. cit., t. V, p. 31.

4Cette aspiration à la non-phrase, dont on voit bien qu’elle est aux antipodes de l’époque où il s’intéressait à la phrase de Flaubert (à l’hyperphrase flaubertienne), n’est pas isolée, puisque Barthes a ouvert cette séquence par l’expression d’une fascination tout aussi forte à l’égard de la dissémination extrême de la phrase sadienne : ainsi, à propos d’une conjonction singulièrement folle de coïts chez Sade, Barthes écrit : « C’est la phrase (ses raccourcis, ses corrélations internes, ses figures, son cheminement souverain) qui libère les surprises de la combinatoire érotique et convertit le réseau du crime en arbre merveilleux7. » Pour confirmer la prégnance de ce modèle, rappelons que « l’amoureux » des Fragments d’un discours amoureux trace le même sillon, celui de la phrase éclatée, inachevée, bégayante, la non-phrase : « N’est-ce pas au niveau de la phrase que le sujet cherche sa place – et ne la trouve pas – ou trouve une place fausse qui lui est imposée par la langue ? Au fond de la figure, il y a quelque chose de l’“hallucination verbale” (Freud, Lacan) : phrase tronquée qui se limite le plus souvent à sa partie syntaxique (“Bien que tu sois…”, “Si tu devais encore…”)8. »

5Qu’en est-il alors de notre texte ? Tout d’abord, notons qu’il s’agit d’une conférence destinée apparemment à un public de non-spécialistes et que Barthes n’a pas lieu d’innover, voire de réunir et de synthétiser les parts les plus radicales de sa pensée d’alors. On remarque ainsi que Barthes préfère même, sur un mode quasi professoral, condenser tel ou tel point de vue (celui de Julia Kristeva par exemple) plutôt que le sien propre.

6La conférence est un genre auquel Barthes ne prêtait pas véritablement une grande importance et on le sent ici dans une situation un peu ingrate de devoir « synthétiser » la vulgate de « l’avant-garde » pour un public sans doute considéré par lui comme un peu béotien. Néanmoins, on retrouve dans le propos l’exigence propre à Barthes de fonder son discours et notamment en associant deux notions l’une à l’autre (la modernité et la phrase) et en les définissant en réciprocité. Il y a une pédagogie toute barthésienne et qui lui permet d’articuler l’une à l’autre la structure et l’histoire, une histoire plurielle, puisque ici par « modernité » Barthes envisage une catégorie extrêmement large et non une simple notion littéraire.

7Plus important, on retrouve dans ce texte les deux idées fondamentales de Barthes à cette époque précise : d’une part une « critique » de la phrase comme relevant de l’idéologie de la norme, en référence à l’épisode du Plaisir du texte, d’autre part une aspiration à « sauver » malgré tout la phrase du risque du néant où sa critique pourrait la porter, en lui offrant comme perspective celle du salut par la « perversion ». À ce propos, Barthes émet même une hypothèse audacieuse, selon laquelle en « fétichisant » la phrase (et l’on pense à la phrase sadienne), en la déconnectant de son contexte, on fait passer la phrase du régime paranoïaque (celui du discours raisonneur) au régime pervers : « L’Amateur de Phrases passe d’une paranoïa à une perversion ».

8Au-delà donc du travail pédagogique auquel Roland Barthes se prête ici de manière ponctuelle, il laisse entendre un souci sans aucun doute peu perceptible, voire peu compréhensible par l’auditoire qui n’en connaît ni le contexte, ni la genèse. Ce souci est un souci pleinement « moderne » ou plus exactement pleinement barthésien. Il prend une dimension politique par le lien que Barthes établit ici entre la phrase pleine et le pouvoir ; ce lien est établi par la catégorie de la « paranoïa », qui semble constituer l’infrastructure de la phrase sans faille, sans tremblement ou sans fêlure. Suivant un véritable tic théorique, Barthes alors construit un nouveau paradigme, celui où le régime pervers vient s’opposer de l’intérieur au régime paranoïaque. Il ne s’agit plus d’agiter la « non-phrase » comme l’utopie par laquelle l’écriture permettrait de construire un univers où le pur rythme, le fragment, la stéréophonie intérieure seraient la scansion de l’être, il s’agit de déplacer, de neutraliser, de désamorcer ce qui, dans toute phrase « bien faite », est comme l’ombre du pouvoir, de la censure, de l’ordre et cela par une opération de lecture : la fétichisation.

9Ainsi retrouve-t-on, perdu au milieu de résumés un peu forcés ou convenus, des thèses en vogue sur la phrase (Chomsky et les autres), le style propre à Barthes au travers de cette incidente personnelle, la manière de produire le pli de sa pensée, quand bien même la parole n’aspire à rien d’autre qu’à la répétition.

Haut de page

Notes

1 L’indice de cette date le plus probant est la référence de Barthes (feuillet 4) au « livre récent » de Severo Sarduy qui ne peut être, selon le contexte, que Barroco, paru en traduction française aux Éditions du Seuil en février 1975.

2 Datant de 1967, ce texte a été repris dans Nouveaux Essais critiques en 1972 (Seuil, « Points essais »).

3 Voir « La phrase herméneutique », dans S/Z, Œuvres complètes, Paris, Éditions du Seuil, 2002, t. III, p. 188-189.

4 Le Plaisir du texte, Œuvres complètes, op. cit., t. IV, p. 249.

5 Mais le bar que Barthes décrit dans ce fragment semble bien lui aussi se situer à Tanger, comme en témoigne cette allusion présente dans le Roland Barthes par Roland Barthes : « Voilà donc ce que je faisais dans cette “boîte” de Tanger : j’y dormais un peu », écrit-il dans ce livre en référence à l’extrait du Plaisir du texte que nous avons cité. Tanger est donc l’espace réel et l’espace-livre (induit par Sarduy) de cette réflexion sur la phrase.

6 Le Plaisir du texte, op. cit., p. 249. C’est Barthes qui souligne.

7 Sade, Fourier, Loyola, Œuvres complètes, op. cit., t. III, p. 728.

8 Fragments d’un discours amoureux, Œuvres complètes, op. cit., t. V, p. 31.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Marty, « Roland Barthes : une conférence sur la phrase », Genesis, 30 | 2010, 241.

Référence électronique

Éric Marty, « Roland Barthes : une conférence sur la phrase », Genesis [En ligne], 30 | 2010, mis en ligne le 30 mai 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://genesis.revues.org/150 ; DOI : 10.4000/genesis.150

Haut de page

Auteur

Éric Marty

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org