Navigation – Plan du site
Varia

Un voyage au long cours dans l’écriture de Rousseau

Analyse génétique d’une lettre de Julie, ou La nouvelle Héloïse (IV, 3)
Nathalie Ferrand
p. 165-186

Résumés

La plongée dans les manuscrits de Rousseau est un voyage au long cours. Il faut du temps au chercheur pour parcourir et explorer un continent de plus de sept mille pages manuscrites qui restent à bien des égards mal connues – et là est peut-être la chose la plus étonnante. Voyage dépaysant, tant la forme de textualité à laquelle le lecteur se trouve confronté est différente de celle accoutumée. À partir d’une lettre de La Nouvelle Héloïse (IV, 3) qui a pour sujet le voyage autour du monde de St. Preux, on se propose de faire une lecture génétique – c’est-à-dire comprise dans le flux des états successifs connus – et interprétative de quelques pages de ce roman, dont on dispose de cinq états manuscrits. Cette observation en transparence du texte permet-elle de percevoir des significations qui nous échappaient ? On cherchera à montrer l’intérêt de la démarche génétique en termes d’interprétation, de connaissance et de compréhension d’une œuvre apparemment si bien connue.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Tout est changé entre nous ; il faut nécessairement que votre cœur change. Julie de Wolmar n’est (...)

1J’ai choisi de partir d’une image, celle du voyage, puisque la lettre de La Nouvelle Héloïse dont il sera ici question a pour sujet (peut-être pour sujet apparent) un immense voyage en mer, celui de St. Preux qui parcourt le globe et les deux hémisphères pendant quatre ans et se rend le plus loin possible de Clarens, à son antipode ; un voyage dont l’enjeu est de changer le voyageur, car c’est seulement s’il parvient à devenir un autre qu’il pourra prétendre au droit de revenir auprès d’une Mme de Wolmar qui lui avait intimé avant son départ d’accomplir une « révolution » de ses sentiments pour elle et de « changer » son cœur1. À travers cette lettre, nous avons donc affaire à un thème qui est celui de la navigation, du mouvement et du changement.

  • 2 Les enjeux de ce long travail d’étude des manuscrits du roman de Rousseau sont présentés dans « Rét (...)
  • 3 Jean Starobinski, « Approches de la génétique des textes : introduction pour un débat », dans La Na (...)

2La plongée dans les manuscrits de Rousseau qui fonde le type d’analyse que je conduirai est elle aussi un voyage au long cours2. Il faut du temps au chercheur pour parcourir et explorer un continent de plus de sept mille pages manuscrites qui restent à bien des égards mal connues – et là est peut-être la chose la plus étonnante. Voyage dépaysant, tant la forme de textualité à laquelle le lecteur se trouve confronté est différente de celle accoutumée. L’expérience des brouillons est en effet une expérience déroutante de la textualité. On quitte la terre ferme du texte stabilisé, édité, pour avoir affaire aux états naissants des œuvres. Cette expérience conduit à une réflexion sur la littérature en train de se faire, sur ce qu’est une poétique à l’œuvre. Elle conduit aussi à une réflexion théorique sur la manière dont sont produites les interprétations, presque toujours élaborées depuis un texte dans son état final, fixe. Mais la fixité du texte est-elle la condition sine qua non de l’interprétation ou celle-ci peut-elle se pratiquer sur une textualité en mouvement, évolutive ? Ou même ne doit-elle pas se pratiquer de la sorte quand, par chance, nous disposons d’un dossier génétique aussi riche que celui de La Nouvelle Héloïse ? Jean Starobinski a pour sa part formulé naguère l’impératif critique de connaître les manuscrits de Rousseau en eux-mêmes et dans leurs moindres détails : « Il faut tout connaître, tout révéler » des manuscrits de Jean-Jacques, écrivait-il dans un article de 19893. Dans les pages qui suivent, on cherchera à le prendre au mot, à l’échelle d’une lettre du roman de Rousseau.

  • 4 La génétique des textes ou critique génétique entreprend de « juxtaposer les “états du texte” conte (...)
  • 5 Nathalie Ferrand, « Transparences accrues. La génétique des textes et les Lumières », Dix-Huitième (...)

3Je voudrais souligner le caractère expérimental du travail présenté dans ces pages, qui vise à formuler quelques hypothèses interprétatives. Expérimental car il porte sur un matériau brut, original ou originel, à partir duquel conduire des observations ; expérimental car il engage l’analyse avec une approche critique particulière, la génétique des textes4 laquelle, après s’être beaucoup exercée sur la littérature des xixe et xxe siècles, se met désormais à l’épreuve des textes du siècle des Lumières et de leurs spécificités5. L’exercice qu’on se propose de faire est donc celui, au plus près du texte, d’une lecture génétique – c’est-à-dire comprise dans le flux des états successifs connus – et interprétative d’une lettre de ce roman.

  • 6 Nous adoptons la graphie St. Preux et non pas Saint-Preux (usuellement adoptée par les éditions mod (...)
  • 7 L’édition de la Pléiade que nous reproduisons conserve en général l’orthographe d’époque.

4À propos du « long cours », St. Preux6 utilise une belle formule à la fin du roman, lorsqu’il compare les ondes du lac de Genève aux flots du vaste océan. Le premier « n’a que des ondes vives et courtes dont le perpétuel tranchant agite, emeut, sumerge quelquefois, sans jamais former de long cours. Mais sur la mer, tranquille en apparence, on se sent élevé, porté doucement et loin par un flot lent et presque insensible ; on croit ne pas sortir de la place, et l’on arrive au bout du monde » (VI, 7, édition citée, p. 676)7. L’observation génétique semble au premier abord faire du surplace par l’attention qu’elle concentre sur un texte en gestation mais, embarquée sur les flots d’une écriture, elle nous transporte bientôt là où on ne s’attendait pas à aller, et nous verrons où à l’issue de cette étude.

  • 8 Mais avec la nuance qu’elle conserve l’idée qu’une voix s’exprime : la diction est la « maniere de (...)
  • 9 Rousseau, Les Confessions, dans Œuvres complètes, t. I, Paris, Gallimard, 1959, texte établi et ann (...)
  • 10 Rousseau à Charles Pinot Duclos, lettre du 19 novembre 1760, dans Correspondance complète de Jean J (...)

5La lettre 3 de la IVe partie réunit un ensemble de caractéristiques particulièrement intéressantes. On le sait, Rousseau tenait beaucoup à cette partie, un « chef d’œuvre de diction » – nous dirions aujourd’hui de style8 – affirme-t-il dans Les Confessions9. À Duclos qui est en train de lire La Nouvelle Héloïse, Rousseau va jusqu’à écrire qu’il la juge supérieure aux autres : « À la quatriéme partie vous trouvez que le style n’est pas feuillu. Tant mieux. Je trouve la même chose ; mais celui qui l’a jugé tel [Diderot] n’avoit lu que la premiére partie, et j’ai peur qu’il n’eut raison aussi. Je crois la quatriéme partie la meilleure de tout le recueil, et j’ai été tenté de supprimer les deux suivantes10. » Alors qu’il y avait soixante-cinq lettres dans la première partie, la quatrième partie n’en compte plus que dix-sept et cela correspond au rythme progressivement décroissant du roman même si, tandis que le nombre de lettres dans chaque partie se réduit, les lettres quant à elles s’allongent. Cette partie s’ouvre par le lamento de Julie sur le thème de l’absence (« Que tu tardes longtems à revenir ! »), c’est-à-dire l’absence de sa cousine Claire, mais surtout en filigrane celle de St. Preux, et s’achève sur le magnifique récit de la promenade sur le lac. L’entrelacement des thèmes y est remarquable. Après la voix de Julie à la lettre 1, puis celle de Claire, la lettre 3 fait entendre celle de St. Preux qui annonce avec euphorie son retour en Europe après un périple de quatre ans autour du monde, fictivement embarqué avec l’escadre du commodore anglais George Anson, dont le voyage, fait historique datant de 1740 à 1744, avait eu un grand retentissement européen.

  • 11 Dans Les Confessions (livre IX, p. 438), Rousseau date la première rédaction de certaines lettres d (...)
  • 12 Cette copie qui servira pour l’impression est envoyée à Rey entre avril 1759 et janvier 1760. La IV(...)
  • 13 Il y a eu néanmoins des corrections car certaines pages sont grattées par endroits.
  • 14 Ces copies sont des commandes : Rousseau dit être rétribué pour ce travail. Voir Confessions, livre (...)
  • 15 La copie Houdetot, commencée avant celle destinée à Mme de Luxembourg, est achevée plus tard et son (...)

6À la différence d’autres lettres du roman auxquelles manquent des étapes rédactionnelles majeures – notamment dans les parties I et II, dont la copie personnelle de l’auteur n’est plus localisée depuis la fin des années 1930 –, la lettre IV, 3 présente l’intérêt d’être pourvue d’un dossier génétique remarquable. On en connaît en effet cinq états manuscrits : un état préparatoire11, une version mise au net dans la copie personnelle de l’auteur, une autre dans la copie pour l’éditeur Marc-Michel Rey12 ; deux versions sans ratures13 mais subtilement dissemblables dans les copies élégamment calligraphiées pour Mme de Luxembourg14 et pour Sophie d’Houdetot15. Enfin on dispose d’une version imprimée en 1764 comportant d’ultimes retouches de la main de Rousseau, même si, comme le montre un examen attentif, toutes ne sont pas autographes (édition dite Duchesne-Coindet). Avec la version imprimée originale publiée par Rey en 1761, qu’il faut inclure dans le dossier génétique, nous disposons donc de sept états du texte dont il est possible de faire l’histoire et l’analyse.

  • 16 Jean-Marie Roulin, « De Tinian à Clarens, les enjeux du retour de Saint-Preux », RHLF, 2010/2, vol. (...)

7Une très belle étude de Jean-Marie Roulin a montré en 2010 la place et l’importance de la lettre IV, 3 et de la thématique du retour dans la dynamique du roman entier et dans l’œuvre de Rousseau16. Je chercherai pour ma part à approfondir la dynamique interne de cette lettre à partir de ses états préparatoires pour éclairer le travail auquel s’est livré Rousseau en écrivant son roman : en somme à aller sous la surface lissée, miroitante de l’état final de cette lettre, telle que nous la connaissons sous sa forme publiée, pour l’observer in fieri. Est-ce que cette observation en transparence du texte peut nous permettre de percevoir des significations qui nous échappaient ? Présente-t-elle un intérêt en termes d’interprétation, de connaissance et de compréhension de l’œuvre ? Au fil du commentaire, cinq points seront particulièrement développés : la morphologie évolutive de la page rousseauiste ; la question du langage et de la synonymie ; celle du réglage temporel du récit ; le travail de « littérarisation » de l’œuvre par l’ajout des références à d’autres textes (et plus généralement la question des lectures de Rousseau) ; la question de la présence autocritique de l’auteur dans les notes de régie en marge des brouillons.

La page rousseauiste

  • 17 Les Confessions, éd. citée, Livre IX, p. 431.

8La Nouvelle Héloïse n’a pas toujours été un « ouvrage en règle17 ». D’après Les Confessions, sa rédaction est d’abord, au printemps 1756, buissonnière, décousue et de cela témoignent certains premiers jets encore conservés, papiers hétérogènes, recyclés, collés, qui subsistent et se glissent ici et là dans les brouillons, qui ne ressemblent pas au système rédactionnel structuré qu’adopte ensuite Rousseau au fil de son travail. Ce roman n’est pas le fruit, contrairement à un mythe que Rousseau a lui-même suscité, des improvisations bocagères d’un berger extravagant, mais d’un long processus d’écriture : La Nouvelle Héloïse voit le jour à l’intérieur de l’atelier de travail d’un écrivain des Lumières et l’existence de ses manuscrits permet de le reconstruire.

  • 18 Pour une réflexion générale sur la page écrite comme objet historique et comme support de l’approch (...)
  • 19 Sur la présentation matérielle des manuscrits de Condorcet, voir Nicolas Rieucau, « Comment dater u (...)
  • 20 Reproduit dans le catalogue de l’exposition Alexandre Roslin 1718-1793. Un portraitiste pour l’Euro (...)

9Dans sa disposition, la page18 d’un manuscrit de Rousseau nous indique souvent à quelle phase rédactionnelle se trouve l’auteur. Ainsi la présentation en deux colonnes égales, l’une pour la rédaction à droite, l’autre pour la réserve à gauche, avec écriture recto verso est-elle typique de ce qu’on appelle dans la critique rousseauiste le « Brouillon » de La Nouvelle Héloïse. Au xviiie siècle, il s’agit d’une disposition usuelle pour les versions préparatoires des textes, qu’on trouve par exemple chez Condorcet19 ou chez d’autres auteurs. C’est ainsi que le peintre Alexandre Roslin a représenté le manuscrit de travail que tient en main Marmontel dans un portrait de cet auteur peint en 1767 (Paris, musée du Louvre20).

10Chez Rousseau l’étape suivante, celle de la mise au net dans la copie qu’il conservera pour lui-même (dite « Copie personnelle »), se caractérise par une disposition différente où la marge à gauche a été très réduite. Cette étape obéit à un principe de plus grande lisibilité. L’écriture est soignée, sauf dans les retouches qui transforment la mise au net en un nouveau brouillon. Seul le recto est initialement destiné à la rédaction, le verso étant réservé aux éventuelles retouches. Le verso resté blanc au départ peut se remplir parfois complètement de corrections, notamment celui qui se trouve en vis-à-vis du début de chaque lettre : Rousseau y a dressé des listes de corrections, en mettant des numéros qui correspondent à la page où elles apparaissent. La Copie personnelle est donc à la fois un espace de mise au net, de création par transformation ou ajout d’éléments nouveaux, enfin de report de corrections apparues au moment de la dernière mise au propre destinée à l’éditeur.

11Quant à cette copie au net qu’il établit à l’intention de son éditeur d’Amsterdam (dite « Copie Rey »), elle se présente de la même manière, sauf que le recto et le verso sont utilisés. Le flux de l’écriture y est continu, car des retouches majeures ne sont pas prévues. Il y en a pourtant. Il est important de préciser que la Copie Rey ne contient pas toujours la dernière version. Car Rousseau fait encore des modifications sur épreuves, qu’il reporte sur sa Copie Personnelle, mais qui ne se trouvent pas sur la Copie Rey. La succession entre ces copies manuscrites n’est donc pas strictement linéaire.

12Enfin les deux copies calligraphiées, l’une pour Sophie d’Houdetot (« Copie Houdetot ») et l’autre pour la Maréchale de Luxembourg (« Copie Luxembourg »), obéissent à une autre disposition de la page qui vise à magnifier le texte tout en le rendant unique. On a quitté l’espace de l’atelier de l’écrivain pour entrer dans l’espace d’une communication – voire d’une publication – manuscrite restreinte, où le manuscrit n’est pas une forme transitoire, qui porte en soi le principe de son éphémérité comme peut l’être un brouillon ou une copie pour l’imprimeur, mais une forme « définitive » du texte, exhibée dans une matérialité (et une textualité) personnalisée pour son destinataire.

  • 21 Ces pages ont une dimension de 25 × 18 cm. À ce stade de la rédaction, la lettre ne porte pas de nu (...)
  • 22 MA 6711 (2), p. 25, Pierpont Morgan Library, New York.

13À l’intérieur de ce cadre général, c’est d’abord de l’évolution morphologique des espaces d’écriture de la lettre IV, 3 dans les différentes phases de la rédaction, qu’il sera question, car il importe de comprendre comment Rousseau utilise l’espace graphique et façonne sa page en l’orientant vers sa forme typographique. Le plus ancien état manuscrit connu de cette lettre est un ensemble de trois pages (fig. 1, 2 et 3)21, présenté selon la disposition typique en deux colonnes du Brouillon. On y est surpris par un usage peu économe du papier sur la première page où un grand espace a été laissé vide et est resté inutilisé, alors que la deuxième page est au contraire saturée d’ajouts et de réécritures. Cette distribution inégale du texte étonne d’abord, mais par l’examen de son contenu, il devient vite clair que cela correspond aux mouvements du texte que Rousseau, dans cette phase, a souhaité bien isoler pour les retravailler spécifiquement. La première page du brouillon contient le préambule enthousiaste de St. Preux portant la nouvelle de son retour en Europe et esquissant les thèmes qui seront développés : l’épreuve du voyage et la manière dont chacun a changé pendant la séparation. Rousseau laisse beaucoup de blanc et passe à la page suivante pour traiter le second mouvement de la lettre. Mais s’il laisse ce vide, c’est aussi pour se ménager la possibilité d’un ajout. C’est une habitude chez lui, quand il ne sait pas encore s’il va développer ou non un passage, indice que nous avons bien affaire ici à un état primitif de cette lettre. Ce blanc est un espace d’attente qui, comme on le voit ailleurs, peut se trouver ensuite rempli à l’encre ou par un papier collé. Ça n’a pas été le cas ici. À la page suivante, au contraire, le texte s’est amplifié au point de produire une page complexe et par endroits presque illisible. Ce second mouvement correspond au récit du voyage, récit résumé et dense qui frôle le roman d’aventure. Ce passage est scandé par l’anaphore « J’ai vu » répétée dix-sept fois, déroulant la liste des lieux ou des personnes qui ont marqué le héros. On ne distingue pas encore cette anaphore dans ces colonnes très serrées du brouillon, mais on la verra peu à peu émerger au fil des versions (fig. 422), car Rousseau va l’utiliser pour ouvrir des alinéas et sculpter visuellement la page grâce au regard témoin du voyageur. L’efficacité rhétorique du texte sera servie par une mise en page déterminée graphiquement par l’auteur. Le résultat de ce processus apparaîtra dans la disposition typographique de l’édition Rey. Rousseau donne ainsi à cette formule une importance structurelle, qui est en proportion inverse de son efficience, car malgré sa répétition, ce « j’ai vu » ne fait pas voir grand-chose.

Fig. 1 à 3 : Jean-Jacques Rousseau, feuillets manuscrits de La Nouvelle Héloïse, lettre IV, 3 (MS1494, Bibliothèque de l’Assemblée nationale, Paris)

Fig. 4

Fig. 4

Fig. 4 : Jean-Jacques Rousseau, feuillet manuscrit de La Nouvelle Héloïse, lettre IV, 3 (MA 6711 (2), p. 25, Pierpont Morgan Library, New York)

14Enfin la troisième page du brouillon correspond exactement au dernier mouvement de la lettre, où St. Preux recentre son discours sur lui-même et en vient au portrait de son âme. La page s’ouvre par la question : « Comment vous parler de l’état de mon âme ? », une âme qu’il décrit comme purifiée par la séparation. Le changement intérieur accompli devrait légitimer son désir de revoir Julie. Il formule alors la requête qui est l’horizon de toute cette lettre : « Laissez moi voir Julie ».

« Tout un dictionnaire de synonymes » pour dire l’espace

15Comment Rousseau retravaille-t-il cette première version du texte ? Dans les premières lignes du brouillon, on note que toutes les retouches de Rousseau, et en particulier les corrections au fil de la plume (c’est-à-dire les corrections immédiates, non pas les repentirs après coup), vont dans une direction convergente : perfectionner l’expression de l’espace. L’auteur modifie et varie son lexique pour exprimer les lieux, les déplacements, les distances, cherchant la précision et l’amplification sans répéter les mêmes mots : dès la seconde ligne, il modifie « j’arrive des extrémités du monde » en remplaçant « du monde » par un synonyme, « de la terre », afin de pouvoir utiliser le mot un peu plus bas dans : « les 4 parties du monde ». Trois lignes plus loin, il corrige, là encore au fil de la plume, « j’ai fait le tour du globe » par « j’ai parcouru passé quatre fois la ligne, j’ai parcouru les deux hémisphères ». Mais il recycle l’expression supprimée avec plus d’intensité plus loin : « j’ai fait le tour entier du globe ». Rien ne se perd, tout se transforme.

  • 23 Il s’agit de « variantes liées », c’est-à-dire de réécritures appelées par le contexte, ici le prin (...)

16Dans la rédaction successive qu’on trouve dans la Copie personnelle, le travail sur l’espace se poursuit. Rousseau allonge encore cette évocation, ajoutant cette fois des termes plus géométriques que géographiques : « j’ai vu les 4 parties du monde, j’en ai mis le diamètre entre nous », ce qui signifie exactement, je suis allé aux antipodes. St. Preux est allé loin, très loin, le plus loin possible – et longtemps : il a parcouru l’univers dans tous les sens possibles puisqu’il a aussi passé plusieurs fois la ligne de l’équateur. Il a besoin de le dire et de le répéter à sa destinataire, Claire, mais en variant la manière de le dire. Plus bas, il hésite entre les termes « monde » et « univers » : « on a beau fuir ce qui nous fut cher, son image […] nous suit au bout de l’univers ». Le monde remplace l’univers, puis l’univers est rétabli. Rousseau fait des essais, pour retenir finalement le mot qui n’a pas déjà été employé dans la page23 : le mot « monde » était déjà pris, et puis l’univers, c’est quand même plus vaste que le monde.

  • 24 La « Profession de foi du vicaire savoyard » de Jean-Jacques Rousseau, édition critique d’après les (...)

17Le grand rousseauiste Pierre-Maurice Masson, qui a travaillé sur les manuscrits de l’Émile au début du siècle dernier, écrivait : « on pourrait [avec les manuscrits de Rousseau] composer tout un dictionnaire de synonymes24 ». Il avait parfaitement raison. Le travail sur le vocabulaire bien visible dans ces remaniements nous met face à toute une gamme de synonymes à l’intérieur de ce lexique spatial, qu’il s’agisse de substantifs – les lieux : le monde, la terre, le globe, l’univers… ; les déplacements : trajet, voyage… –, ou bien de verbes de mouvement : parcourir, traverser, passer, faire le tour, partir, arriver, échapper, fuir, revenir. Mais P.-M. Masson considérait ces variations synonymiques comme des « retouches d’art ». La formule est ambiguë, suggérant qu’elles sont accessoires, ne touchant qu’à la forme.

  • 25 Même Clarens, où St. Preux s’apprête à rentrer, en sera définitivement modifié par ricochets, puisq (...)

18Or ce ne sont pas seulement des retouches d’art : elles engagent le sens profond du passage. En effet par cette lettre, s’opère un changement d’échelle radical de l’idylle. On se souviendra que dans son titre, le roman s’assignait un lieu focal précis et limité : « lettres de deux amans habitans d’une petite ville aux pieds des Alpes ». Désormais, les personnages et le lecteur ne sont plus seulement aux pieds des Alpes, mais dans le monde entier, dans l’univers, partout : « Partout où l’on se porte on porte avec soi ce qui nous fait vivre. » L’histoire d’amour intimiste prend maintenant une dimension qui est celle de la carte des Voyages de George Anson, elle s’universalise25. Cet élargissement du cadre a été progressivement travaillé par Rousseau, pour arriver à l’expression de la plus grande distance. Pour ce qui concerne le personnage, l’éloignement n’a pas affaibli son amour, il lui a donné une ubiquité qui ne lui permet plus d’y échapper, sinon en affrontant l’épreuve du retour. Ce voyage en forme de boucle se referme sur lui-même, c’est une prison : « J’ai fait le tour entier du globe et n’ai pu vous échapper un moment. » Il est temps pour St. Preux de revenir au point de départ pour affronter le présent et ne plus vivre avec les images du passé.

« Suis-je le maître du passé ? » : la question de la temporalité

19Dans la première page du brouillon, le préambule de la lettre s’achève sur une formule conclusive : « j’ai mis près de quatre ans au trajet immense dont je viens de vous parler et suis revenu dans le vaisseau sur lequel je partis, le seul que le Commandant ait ramené de son Escadre ». On remarque à peine à l’interligne un modeste ajout : alors qu’il n’était pas nécessaire pour le sens, Rousseau décide d’ajouter l’adjectif « même » au mot « vaisseau ». St. Preux est revenu dans le même vaisseau. Il est vrai qu’un seul navire est revenu sur les six de l’escadre d’Anson, mais pourquoi fallait-il que Rousseau nous dise que St. Preux est parti et revenu sur le même bateau ? Et pourquoi fallait-il qu’il insiste sur ce détail, en glissant un adjectif superflu pour le sens ? On le verra, ce n’est pas une question de rythme ou d’harmonie dans la phrase. Avec St. Preux, il faut toujours se méfier du retour du même.

  • 26 Voir Paul Ricœur, Temps et récit, t. II, Paris, Éditions du Seuil, 1984.

20À l’immense trajet accompli par le personnage correspond donc une durée non moins considérable à l’échelle des existences des hommes et des femmes au xviiie siècle : quatre ans. Curieuse information qu’il donne là : Claire et Julie savent bien que quatre années ont passé puisque St. Preux a envoyé une lettre pour marquer la date exacte de son départ (III, 26). Mais si St. Preux a besoin de le rappeler, c’est que la durée est une donnée capitale. Les quatre années que St. Preux vient déposer en offrande aux pieds de Julie seront-elles suffisantes ? Cette durée ne vaut que par ce qu’elle a accompli dans les personnages, elle n’est pas une question de jours, de mois, d’années, d’horloge ni de calendrier26.

  • 27 J’ai commenté cet aspect dans « Un manuscrit retrouvé de La Nouvelle Héloïse », LIAS. Journal of Ea (...)

21Je voudrais m’arrêter sur cette question de la temporalité, et plus précisément sur la question du réglage temporel dans la rédaction de La Nouvelle Héloïse. Dans la rédaction d’un roman, il faut souvent à l’auteur effectuer des réglages « techniques » pour ajuster la chronologie des événements qui a pu évoluer selon le développement qu’ils ont reçu : à l’intérieur d’un récit qui s’étend sur treize années environ, on en voit d’assez nombreux dans les brouillons. Il n’y a rien d’étonnant à cela. Mais il y a aussi des réglages d’un autre ordre, plus subtils, subjectifs pourrait-on dire parce qu’ils sont liés à l’état affectif des personnages. Dans La Nouvelle Héloïse, la relation de Julie et St. Preux à ce qu’ils ont été au début de leur histoire est un aspect capital de l’œuvre : qu’étions-nous et que sommes-nous devenus ? se demandent-ils souvent. Plusieurs lettres jouent ainsi un rôle important d’articulation du passé avec le présent, notamment la lettre 18 de la troisième partie27. Le roman épistolaire, roman du présent de l’écriture, devient alors roman mémoire, remémoration et ressassement de ce qu’on a été en rapport avec ce qu’on est ou doit être. C’est le cas dans cette lettre.

22Ce que je suis devenu me permettra-t-il de revoir Julie ? se demande St. Preux. Aller loin, partir, c’est pour lui essayer de devenir autre que ce qu’il est. En allant aux antipodes, par le jeu de la plus grande distance, il cherche à accélérer le travail du temps, la distance ayant un effet de multiplicateur qui doit permettre l’oubli ou l’atténuation des sentiments. En allant au bout du monde, suis-je devenu suffisamment un autre pour avoir le droit de revenir ? St. Preux a une très belle formule à la fin de cette lettre qui lui permet d’esquiver la réponse : « Suis-je le maître du passé ? » Puis-je faire que ce qui a eu lieu ne se soit pas produit ? Non, bien sûr. Il plaide sa cause en affirmant qu’il ne peut effacer le passé et que par conséquent il y a des limites à ce que peut accomplir la métamorphose du voyage.

  • 28 Nous soulignons.

23En modulant le temps des verbes au cours de sa rédaction, Rousseau va approfondir cette question et créer des effets de conscience chez son personnage. D’une certaine manière, par les reformulations de l’auteur, on verra le personnage sonder l’intérieur de son âme et acquérir une plus grande lucidité face à la possibilité ou l’impossibilité de sa guérison par l’expérience des lointains. Il y a dans cette rédaction préparatoire un indice qui semble révéler d’emblée que le voyage a accompli son œuvre : un passé simple. « On a beau fuir ce qui nous fut cher, son image plus vite que la mer et les vents nous suit au bout de l’univers. » Certes, une image persiste, mais le sentiment est au passé simple (« ce qui nous fut cher »), donc révolu : l’attachement n’est donc plus. Les choses se brouillent dans la séquence des rédactions de cette phrase essentielle : dans le Brouillon et la Copie personnelle, nous retrouvons un passé simple, qui se trouve aussi dans la Copie Luxembourg. Mais dans la Copie pour Sophie d’Houdetot, dans la version envoyée à l’éditeur et dans la version ensuite imprimée, la relative est finalement passée au présent : « On a beau fuir ce qui nous est cher, son image plus vite que la mer et les vents nous suit au bout de l’univers28. »

24Rien n’a changé alors dans les sentiments de St. Preux… En lisant en série le façonnement progressif de cette lettre dans les manuscrits et l’option temporelle que Rousseau a fini par choisir, on comprend tout le poids expressif de ce présent de l’indicatif. Ce que les manuscrits permettent de comprendre ici, c’est la force des choix opérés par Rousseau. Cela donne relief, mouvement et intensité à cette écriture.

  • 29 Sur la dialectique du même et de l’autre dans le rapport de St. Preux à Julie, voir la dernière let (...)

25Un présent s’est imposé : l’éloignement n’a donc pas suffi, l’amour est intact. Et l’on peut maintenant revenir à cet adjectif « même » évoqué plus haut. St. Preux n’est pas revenu autre, il est revenu le même. Il n’est pas revenu sur un autre vaisseau, il est revenu sur le même vaisseau. Une correspondance et un transfert commandent l’ajout apparemment insignifiant de l’adjectif « même » au sujet du vaisseau du retour. Il s’agit d’une hypallage, d’un transfert syntaxique : Rousseau a déplacé sur un objet un qualificatif qui concerne son personnage, ce qui permet d’annoncer en sourdine ce qu’on comprendra par la suite29. Ce qu’on observe ainsi dans le manuscrit est la manière dont l’écrivain tisse la trame cohérente de son texte et nous prend discrètement dans sa toile. J’appellerai cela le travail de la cohérence, parfaitement invisible dans le texte final mais à l’œuvre dans les brouillons. Il est révélé par une microlecture des manuscrits, pratiquée sous la surface du texte achevé.

La citation italienne : St. Preux baptisé par le Tasse

  • 30 La réalité géographique souffre un peu dans le parcours de St. Preux tel que Rousseau le décrit. Le (...)

26À la deuxième page du brouillon, nous sommes en plein dans le montage du récit du tour du monde. Ses vicissitudes, incidents, incendies, semi-naufrages, combats en mer, se trouvent condensés dans cette unique page, elle-même très mouvementée, où St. Preux se rend d’Europe en Amérique du Sud, suit les côtes du Brésil, traverse les mers du cercle arctique, longe la Patagonie, passe dans le Pacifique, remonte vers le Pérou puis le Mexique, passe ensuite en Chine, puis se rend en Afrique, et rentre en Europe30, itinéraire impressionnant que l’aumônier de George Anson racontera en plusieurs centaines de pages.

27Que voit-on apparaître au milieu de tant de réécritures ? Des suppressions et des substitutions dans le corps du texte, des additions en marge, introduites par des becquets d’insertion divers – Rousseau en utilise toute une gamme. Ces ajouts sont parfois des blocs considérables. Des lignes serpentent pour lier les blocs les uns aux autres, au sein d’un espace de travail intense. Tout un passage a été cancellé sous un quadrillage, type de rature qui correspond souvent chez Rousseau à une élimination – éliminations assez rares, Rousseau pratiquant l’ajout plutôt que la suppression. On aperçoit aussi en marge un îlot que je commenterai ensuite. Quant à l’écriture, elle est par endroits vraiment minuscule. Rousseau écrit pour lui-même et emploie ici et là des abréviations (pour les mots : « compagnons », « hommes », « même »…). On a vu jusqu’à présent Rousseau travailler sur les coordonnées fondamentales de toute fiction, l’espace et le temps. Les points suivants concerneront la manière par laquelle Rousseau raccorde son texte au déjà-écrit, que ce soit les textes des autres ou bien les siens, la façon par laquelle il élabore son roman à partir d’un donné, qui l’inspire ou qui le contraint.

  • 31 Parmi une riche bibliographie, on mentionnera notamment Jean Starobinski, « L’imitation du Tasse », (...)
  • 32 Cette traduction daterait de l’époque de la rédaction des Dialogues, voir J. Starobinski, « L’imita (...)
  • 33 Il Goffredo, overo Gierusalemme liberata, poema heroico del signor Torquato Tasso, con l’allegoria (...)
  • 34 J. Starobinski, « L’imitation du Tasse », art. cité, p. 265.

28Ce qui saute d’abord aux yeux sur cette page, c’est l’apparition en haut dans la marge d’une citation en italien : « # e in mar dubbioso sotto ignoto polo / Provai l’onde fallaci, e’l vento infido. Tas : 3.4. », citation extraite de La Jérusalem délivrée du Tasse (1581). De nombreuses études, certaines anciennes, certaines récentes ont montré l’importance du Tasse pour Rousseau, en particulier de La Jérusalem délivrée31. C’est un livre que Rousseau connaît par cœur, qu’il a lu et relu, dont il a traduit vers la fin de sa vie certains chants32. L’exemplaire personnel de Rousseau existe encore aujourd’hui et se trouve dans une collection privée en Angleterre, où j’ai pu le consulter : ce volume, qui comporte la signature de Rousseau sur la page de titre, est si petit qu’il pouvait aisément être glissé dans une poche. Il ne comporte pas d’annotations en marge33. Poète préféré de Rousseau, le Tasse est pour lui celui « qui a porté à leur plus haut degré les ressources musicales de la langue italienne34 ». Il le considère comme un modèle d’expressivité et de lyrisme et s’identifie aux héros de cette grande épopée chrétienne où l’amour et la foi se mêlent. Il s’identifie également au poète lui-même et à son existence malheureuse.

  • 35 Cette traduction est habituellement attribuée à Rousseau lui-même. Or un examen attentif de la call (...)
  • 36 Torquato Tasso, Gerusalemme liberata, a cura di Franco Tomasi, Milano, Rizzoli, BUR Classici, 2011, (...)

29Si dans la marge du manuscrit on lit le nom du Tasse abrégé, le numéro du chant (IIIe) et de la stance (4), cette mention sera effacée lors de la première mise au net de la Copie personnelle. Une trace érudite sentirait le pédant et au contraire, il faut que cela soit un cri du cœur, ce qui amène Rousseau à effacer l’origine de la citation. Le processus est clair : la citation apparaît en marge dans le Brouillon et vient s’accrocher à la phrase : « j’ai trouvé dans la mer pacifique les plus effroyables tempêtes # ». Puis, elle s’incorpore au texte dans la Copie personnelle. Plus tard, elle se trouvera traduite35 dans une marge de l’édition Duchesne-Coindet de 1764 de la manière suivante : « Et sur des mers suspectes, sous un pôle inconnu, j’éprouvai la trahison de l’onde et l’infidélité des vents », traduction littérale où le terme « pôle » a été conservé, équivalent de « ciel » dans l’italien de la Renaissance36.

  • 37 J. Domenech écrit : « le vers métaphorique traduit à merveille l’état d’âme de l’amant malheureux d (...)

30Comme la critique a eu l’occasion de le relever, il y a plus d’une vingtaine de citations en italien dans La Nouvelle Héloïse. Dans les échanges de lettres entre St. Preux et Julie, la poésie du Tasse joue selon Jacques Domenech le rôle d’un code amoureux. Analysant cette citation en particulier, le critique y voit l’expression d’un état d’âme malheureux de l’amant qui, de retour, se prépare à une rencontre qu’il sait vaine par avance. Il se demande d’ailleurs si cette citation, dont les adjectifs insistent sur l’idée de trahison (infido, dubbioso, fallaci), ne cache pas un reproche secret mais amer adressé à Julie37.

  • 38 « Non la connobbe il mondo mentre l’ebbe : Connobill’io ch’a pianger qui rimasi » (« Le monde la po (...)
  • 39 Rousseau, Julie, ou La nouvelle Héloïse, dans Œuvres complètes, t. II, éd citée, p. 1365 (note 1 de (...)

31Il ne fait pas de doute que les citations des poètes italiens jouent un rôle éminent dans La Nouvelle Héloïse, à commencer par la première d’entre elles, la citation de Pétrarque qui sur la page de titre du roman dévoile déjà le destin de l’héroïne et le malheur de qui lui survivra38. En soulignant la manière dont elles imprègnent l’œuvre et leur caractère consubstantiel au projet de Rousseau dans ses commentaires de l’édition de la Pléiade, Bernard Guyon est allé jusqu’à parler du « caractère spontané de ces citations » chez un Rousseau qui les emploie comme une « technique d’incantation », mais qui est indifférent à leur contexte d’origine39. Ces points sont à discuter.

  • 40 Ibid., p. 1340.
  • 41 Étrangement, les éditeurs de la Pléiade sont eux aussi conscients de la manière dont se présentent (...)

32Tout d’abord, ces citations ont-elles besoin d’être le fruit d’« un élan spontané de la sensibilité40 » de Rousseau pour être essentielles ? Heureusement que non, car l’une des premières leçons que livrent les manuscrits en la matière est que ces citations n’ont rien de spontané. C’est le cas dans ce brouillon comme presque partout ailleurs : les vers du Tasse n’étaient pas là dès le départ, mais ont surgi dans un second temps, lors du travail de l’auteur sur son texte41. Sauf rares exceptions (par exemple lettre II, 15 de Julie), les citations italiennes sont ajoutées après coup, dans les marges du Brouillon, comme ici, ou plus tard dans la Copie personnelle (par exemple lettre IV, 2 de Claire), voire au dernier moment, dans la copie pour l’imprimeur (par exemple lettre I, 21 de St. Preux).

  • 42 J’ai étudié ce phénomène dans l’exemplaire personnel de la Lettre à D’Alembert (édition de 1758) qu (...)

33L’ajout tardif des citations italiennes montre qu’elles procèdent pleinement du travail sur le texte, qu’elles sont un enrichissement et un approfondissement de l’œuvre. Leur statut dans l’invention littéraire rousseauiste change du fait de leur position dans le processus de l’écriture. La tendance de Rousseau à nourrir progressivement ses textes de références lettrées se manifeste ailleurs, comme dans la Lettre à D’Alembert42 : remaniant son texte dans les marges de la première édition de 1758 en vue d’une nouvelle publication, il ajoute en bas de page des mentions à des auteurs comme Lillo (Le Marchand de Londres), Richardson (Paméla), Euripide (Iphigénie à Aulis). Dans le cas de La Nouvelle Héloïse, l’auteur conscient de son art donne une amplification poétique et épique à son texte, en le nourrissant de ces citations littéraires. Car le Tasse comme Pétrarque sont un intertexte prestigieux, un code culturel partagé avec un lectorat cultivé qui n’a pas besoin de notes en bas de page pour en reconnaître la provenance. Par ces références choisies, dans une langue étrangère mais comprise par le public qu’il vise, Rousseau construit une connivence, déprovincialise habilement le style de son roman et donne aux lettres échangées par ses personnages une qualité musicale dont selon lui seule cette langue était dotée. Du point de vue du résultat, on ne peut qu’admirer la manière dont il a si bien fondu la poésie italienne à sa prose romanesque qu’il peut faire croire qu’elle est parfaitement spontanée et qu’elle se trouvait dans le texte dès son premier mouvement.

  • 43 Jean-Jacques Rousseau, La Nouvelle Héloïse. Nouvelle édition publiée d’après les manuscrits et les (...)

34Cependant, j’aimerais aller un peu plus loin pour aborder la question du contexte et du sens de cette citation : la présence de ces deux vers n’est-elle que musicale ou suggestive ? À ce sujet, Daniel Mornet exprimait en 1925 un avis très tranché. Selon lui, il est exclu que Rousseau puisse devoir autre chose aux poètes italiens : « Rousseau ne leur doit point d’idées, ni de situations, ni même exactement de sentiments. […] Presque toujours les situations sont différentes, ou même elles s’opposent, les états d’âme sont éloignés ou contradictoires. […] Ce n’est qu’une phrase mélodique qui vibre dans son cœur sans que la réflexion cherche à en préciser la signification chez Pétrarque, le Tasse ou Métastase. [Leurs vers] ne sont qu’un écho lyrique qui s’éveille quand [Rousseau] chante et où il aime à prolonger le frémissement de son cœur43. » Cela est joliment dit, mais sans appel : les vers italiens ne sont rien de plus qu’un écho lyrique sans signification particulière. Cette affirmation péremptoire laissera des traces dans la critique. Ainsi en va-t-il du commentaire de Bernard Guyon au sujet de cette citation dans l’édition de la Pléiade : « ces vers empruntés à la Jérusalem délivrée (III, 4) se réfèrent à une situation sans rapport avec celle où se trouve Saint-Preux (les croisés aperçoivent les rivages de la Terre sainte). Témoignage sensible du mécanisme de la mémoire esthétique chez Rousseau : seules l’intéressent la musique et la poésie pures. Mais cette musique et cette poésie sont pour lui d’abord italiennes. »

  • 44 J. Domenech, art. cité, p. 122.

35En plus de contenir une erreur factuelle – dans La Jérusalem délivrée, les croisés n’aperçoivent pas les rivages de la Terre sainte, ils se trouvent devant les murs de Jérusalem, la mer dont il est question dans la citation étant purement métaphorique –, ce commentaire est aveugle à la richesse du texte du Tasse et à l’intelligence de Rousseau comme lecteur et écrivain. L’idée que ces citations ne sont que lyriques et qu’elles sont déconnectées du texte d’origine se perpétue encore aujourd’hui. L’article de 2002 de Jacques Domenech n’en est pas indemne : « Ainsi les passages de la Jérusalem délivrée et même L’Aminthe paraissent cités hors de propos, hors du contexte de l’œuvre ; les situations diffèrent et parfois ne correspondent en rien littéralement. Pourquoi Rousseau tronque-t-il parfois la citation ? Pourquoi l’utilise-t-il selon ses convenances, sans paraître se rappeler ou respecter vraiment l’action, la situation, l’esprit du passage ? Rousseau continuera à agir de la sorte. L’exemple de la Jérusalem délivrée est caractéristique44. »

36En va-t-il vraiment ainsi ? Pour le savoir, il faut se tourner vers le poème du Tasse et relire l’extrait dans son contexte original afin de pouvoir se forger une idée précise de ce qui est en jeu. Rousseau est-il un lecteur si superficiel qu’il ne tienne pas compte du sens de l’œuvre qu’il cite, alors même qu’il lui voue une admiration totale et qu’il dit vivre dans l’univers imaginaire du Tasse ? Sur le plan du contenu, n’a-t-il rien emprunté à La Jérusalem délivrée qui puisse concerner le sens profond de son roman ? Le « mécanisme de sa mémoire esthétique » – pour reprendre l’expression de B. Guyon – s’arrête-t-il au prélèvement un peu machinal de deux vers qui vont enjoliver sa prose musicalement (Mornet) ou seulement suggérer un état d’âme du héros et, par des insinuations, un reproche amer à Julie (Domenech) ?

  • 45 Tasso, Gerusalemme liberata, a cura di Franco Tomasi, édition moderne citée, p. 933.

37Suivons un instant Rousseau qui, par ces deux vers, nous fait brusquement quitter les côtes américaines où se trouve St. Preux, pour nous transporter en Terre sainte avec les croisés. À première vue, cela semble presque absurde. Ça ne l’est pas du tout. Car la mémoire esthétique de Rousseau ne fonctionne pas comme le pense B. Guyon : elle n’est pas une mémoire locale mais une mémoire globale du texte qu’il cite. Si lorsque St. Preux navigue au large de l’Amérique, Rousseau peut songer à La Jérusalem délivrée, c’est d’abord parce que l’un des chants de La Jérusalem délivrée, au prix d’une distorsion spatiale et temporelle inattendue, conduit en sens inverse certains héros de son épopée de la Terre sainte à l’Amérique – qui n’a pas encore été découverte au temps des Croisades. Un lecteur de La Jérusalem Délivrée tel que Rousseau sait parfaitement en effet qu’au chant XV (30-32) se trouve une prophétie annonçant la découverte des Amériques par Christophe Colomb, où est célébrée la figure de ce navigateur d’exception qui saura affronter « l’inospito mar […] il dubbio clima » sous « un novo polo45 ». Ainsi avant de s’interpénétrer par le travail de la citation, les espaces fictionnels de La Jérusalem délivrée et de La Nouvelle Héloïse se trouvent-ils communicants, sous le même « pôle » du nouveau et de l’inconnu. Quant au travail de la citation lui-même, il nous renvoie à un passage très précis du chant III.

38Au début du chant III de la Jérusalem délivrée, le jour se lève sur la troupe des croisés en Terre sainte, conduits par le valeureux Godefroy de Bouillon lors de la première croisade. Soudain les murs de Jérusalem apparaissent et mille voix retentissent pour saluer la ville. La stance de huit vers dont est tirée la citation vient immédiatement après le retentissement de ce cri de joie :

  • 46 Nous soulignons.

Così di naviganti audace stuolo,
che mova a ricercar estranio lido,
e in mar dubbioso e sotto ignoto polo
provi l’onde fallaci e ‘l vento infido,
s’al fin discopre il desiato suolo,
il saluta da lunge in lieto grido,
e l’uno a l’altro il mostra, e intanto oblia
la noia e ’l mal de la passata via46.

  • 47 Ou plus exactement, elle est le comparant dont le comparé implicite est l’armée des croisés qui exu (...)
  • 48 Cette traduction est la nôtre : elle est volontairement sans recherche d’effet poétique.

39Cette stance est dans son intégralité une comparaison où le cri de joie des croisés est comparé à celui de navigateurs qui après une longue traversée aperçoivent enfin le rivage47. Sa traduction littérale est : « Ainsi d’une troupe audacieuse de navigateurs qui part à la recherche d’un rivage étranger, et sur une mer incertaine et sous un pôle inconnu, affronte les vagues traîtresses et le vent infidèle, finit par découvrir la terre désirée, la salue de loin dans un cri joyeux, chacun la montrant à l’autre, et oublie alors les angoisses et les maux du voyage48. »

40Que fait Rousseau ? Tout d’abord il prélève deux vers qui correspondent au moment le plus sombre, celui du désarroi des navigateurs égarés. Il ne garde pas l’évocation de la joie d’arriver enfin au rivage tant désiré, puisque son personnage, exilé de Clarens, est d’une certaine manière encore en pleine mer. À la différence des navigateurs, il n’a pas encore vu le rivage, il n’a pas encore vu Jérusalem comme les croisés, son désir secret étant de revenir à Clarens, qui est sa Jérusalem. Ensuite il personnalise le passage : la troisième personne du singulier (la troupe des navigateurs) est devenue un je. C’est St. Preux qui parle. Désarticulée, la comparaison ne fonctionne plus de la même manière. Les croisés étaient comparés à des navigateurs ; maintenant c’est le navigateur St. Preux qui implicitement est comparé à un croisé.

  • 49 La Hierusalem du seigneur Torquato Tasso. Renduë françoise par Blaise de Vigenère, bourbonnois, A P (...)
  • 50 Les neuf preux correspondent à une liste de personnages réels ou non qui sont des modèles d’héroïsm (...)
  • 51 Tasso, Gerusalemme liberata, édition moderne citée, p. 220.

41Or ce n’est pas par hasard si Rousseau mobilise ce passage très particulier de La Jérusalem délivrée, où le protagoniste n’est pas Renaud dans ses amours voluptueuses avec la magicienne Armide, ni Tancrède fou d’amour pour la guerrière sarrazine, s’il puise donc non pas à la dimension sentimentale et passionnelle de cette œuvre, mais à sa dimension héroïque et chrétienne, dont le protagoniste est Godefroy de Bouillon, « il saggio capitan » (chant III, stance 2). Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que Rousseau associe St. Preux à la figure de Godefroy de Bouillon, qui est du reste le véritable héros de La Jérusalem délivrée – Rousseau le sait bien, son exemplaire personnel s’intitulant d’ailleurs : Il Goffredo, overo Gierusalemme liberata. Déjà dans une lettre de la première partie (I, 57), Julie avait cité un passage de La Jérusalem délivrée (chant II, stance 60) vantant la vraie valeur de Godefroy et invitant St. Preux à l’imiter. Désormais les choses se précisent. Dans ce je du « J’éprouvai/provai », St. Preux parle maintenant en chevalier chrétien. S’éloignant du modèle de Renaud séduit par Armide, auquel il était comparé au tout début de ses amours avec Julie (I, 46), il se rapproche en cette quatrième partie, et à l’occasion de cette ultime citation du Tasse utilisée par Rousseau dans La Nouvelle Héloïse, de la figure du capitaine vaillant et chaste, de celui que le premier traducteur français de La Jérusalem délivrée, Blaise de Vigenère, appelait le « preux et invicible Godeffroy49 », l’adjectif « preux » relevant d’une tradition qui, depuis le xive siècle, fait de Godefroy de Bouillon, le dernier des neuf Preux50. De son identification avec Godefroy, le héros rousseauiste ne gagnerait-il pas une partie de son nom ? Et l’autre partie ? Ce que La Jérusalem délivrée nous dit aussi, toujours au chant III, est que si le croisé peut être un preux, il peut aussi être un saint : ce terme se trouve textuellement dans le poème du Tasse où l’exploit sacrificiel des croisés est qualifié de saint dans l’épisode de la mort de Dudon (« Vivesti qual guerrier cristiano e santo », littéralement : « Tu vécus en guerrier chrétien et saint », chant III, 6851).

42Il ne faut pas s’étonner si la lettre de réponse que le héros rousseauiste reçoit de Claire ne contient pas seulement un message de bienvenue et une invitation à Clarens. Elle commence ainsi : « Bien arrivé, cent fois bien arrivé cher St. Preux, car j’entends que ce nom vous demeure, au moins dans notre société » (fig. 5). Elle contient aussi ce nom symbolique, offert à celui qui a bravé les épreuves, survécu aux dangers et démontré sa valeur. La réponse de Claire est l’acte de baptême de St. Preux, qui reçoit ici son pseudonyme. Dans les manuscrits de La Nouvelle Héloïse, il s’agit de la première apparition de ce nom qui, comme on le voit, a été ajouté à la lettre de Claire après une première phase de mise au net. Notre analyse nous amène à conclure que le syntagme « Saint Preux » qui était en puissance dans La Jérusalem délivrée cristallise dans La Nouvelle Héloïse, à la faveur de ce croisement des deux œuvres par la citation.

Fig. 5

Fig. 5

Fig. 5 : Jean-Jacques Rousseau, feuillet manuscrit de La Nouvelle Héloïse, lettre IV, 3 (MS 1495, f° 26 r°, Bibliothèque de l’Assemblée nationale, Paris)

43Un processus d’écriture rétroactif s’engage alors dans la Copie personnelle, puis dans la Copie pour l’éditeur Rey : Rousseau ajoute des notes qui n’existaient pas auparavant pour fabriquer le mystère du nom de St. Preux. Par exemple, il ajoute en marge de la première mention de ce nom (voir fig. 5) une note qui évoque un épisode de la troisième partie (lettre 14) où Claire avait appelé devant les domestiques le personnage par un nom qui n’était pas le sien : « * C’est celui qu’elle lui avoit donné devant ses gens à son précédent voyage à Vevai. voyez 3e partie, lettre XIV. » Par la suite et dans le dernier état manuscrit du roman (Copie Rey), il modifiera aussi rétroactivement cette lettre III, 14, pour y ajouter dans un mouvement de va-et-vient une note contenant une anticipation du nom du héros : « * On voit dans la quatrième partie que ce nom substitué étoit celui de St. Preux ». C’est encore au dernier moment, dans la Copie Rey, qu’il ajoutera une note au bas de la lettre VI, 7 que St. Preux reçoit de Julie après sept ans sans lettres de sa part et où il s’émeut que Julie ait su tracer son nom : « On a dit que St. Preux étoit un nom controuvé. Apparemment que Peut-être le véritable étoit-il sur l’addresse. » Tout le travail sur le nom du héros est donc accompli à rebours dans l’œuvre, après l’apparition de cette désignation jaillie au seuil de la lettre de Claire.

  • 52 Voir l’article « Barcarolles » du Dictionnaire de musique, dans Œuvres complètes, t. V, Paris, Gall (...)
  • 53 Signe de la divergence des représentations entre Diderot et Rousseau, le « croisé » souffre chez le (...)

44Par conséquent, la citation de La Jérusalem délivrée greffée dans La Nouvelle Héloïse en marge d’un brouillon est loin d’être une pure musique. C’est au contraire une qualification déterminante pour le personnage, comme pour le récit. Rousseau n’est pas un gondolier vénitien qui chante des barcarolles52 tirées du Tasse : il est un écrivain qui médite ses lectures (« peu lire et beaucoup méditer nos lectures », conseillait St. Preux en I, 12), qui les cite à propos, en pleine connaissance de cause et subtilement. Le croisement de ces deux œuvres est fécond et riche de conséquences : le nom de St. Preux en est, c’est notre hypothèse, l’un des fruits. À ce nom est attaché un espace et un temps idéal et lointain, le Moyen Âge de la première croisade. Or cet âge-là est aussi celui de la jeunesse de la véritable Héloïse, l’authentique compagne d’Abélard née exactement à cette époque. Par ce pseudonyme, St. Preux (ou le nouveau croisé53) rejoint donc Julie (ou la nouvelle Héloïse) dans un lieu symbolique qui leur est propre.

45Ce que nous rencontrons donc chemin faisant, à travers l’examen des manuscrits de travail du romancier, est donc bien le « mécanisme de la mémoire esthétique » de Rousseau : en cheminant dans les brouillons mais aussi à travers la bibliothèque personnelle de l’auteur, on comprend que cette mémoire esthétique n’est pas prédatrice et superficielle (Rousseau prendrait sans vraiment réfléchir aux implications) mais fondamentalement méditée et créatrice. Elle engendre ici rien moins qu’un des noms de personnage les plus énigmatiques de la littérature française, ainsi qu’un programme, difficile et inatteignable peut-être, pour les personnages du roman, qui engage toute la suite du déroulement de La Nouvelle Héloïse.

Une note de régie : « Transporter l’isle deserte avant le Galion »

46Ce brouillon est remarquable par une autre notation marginale qui, entourée d’un cercle tracé à l’encre, se présente comme une sorte d’îlot sur la page. Cette fois il ne s’agit pas d’une citation mais d’une note de régie, en l’occurrence une consigne autocritique que l’auteur se donne à lui-même.

  • 54 Claire Bustarret, « Mobilité des supports, dynamique de l’écriture : l’apport des indices matériels (...)
  • 55 Michel Delon, Jean-Christophe Abramovici et Éric Le Grandic, « Sade au travail, dans ses manuscrits (...)
  • 56 « Casanova n’est ni Sade ni Stendhal, il n’introduit pas de dialogues, avec lui-même ou avec son te (...)
  • 57 Les Confessions, livre IX, éd. citée, p. 431.
  • 58 La lettre C pourrait être l’abréviation du mot « changement », terme que Rousseau utilise par aille (...)

47Tous les écrivains ne pratiquent pas la note de régie. Par exemple y ont recours Montesquieu sous la forme de papillons épinglés dans ses manuscrits54 ou Sade sous la forme d’un dialogue autoritaire avec soi dans les marges55, mais Casanova quasiment pas56. Dans La Nouvelle Héloïse, les notes de régie sont assez nombreuses. Une métaphore, celle de la couture, que Rousseau utilise dans le récit de genèse qu’il a donné plus tard dans Les Confessions, peut éclairer leur emploi. Pour faire un roman des lettres d’abord éparses que son imagination lui a fait jeter sur du papier, il lui faudra les « coudre57 ». D’une certaine manière, les notes de régie sont des fils qui témoignent du bâtissage de la structure, de ce processus qui permettra de faire tenir ensemble le tout et de donner au roman sa cohésion. Les consignes que Rousseau se donne à lui-même relèvent de différentes catégories : de la réécriture pure et simple, sans précision (« à refaire », « à retoucher ») ; d’une révision du style ou de tonalité de la lettre (« NB plus simplement sans exclamation ») ; d’amélioration de l’efficacité narrative (« ne pas couper la narration ») ; de l’ajout d’informations (« C58 dire quelque ch : de Milord Édouard ») ; du déplacement de blocs de récit déjà écrits (« NB. à placer ailleurs »).

48Appartient à cette dernière catégorie la consigne que l’on trouve à la deuxième page de notre brouillon (fig. 2) : « Transporter l’île déserte avant le galion ». La formule fait rêver et nous transporte d’abord dans le monde imaginaire de la fable, là où tout est possible et où l’écrivain tout puissant peut déplacer îles et galions à son gré, d’un simple tracé de la plume. Et pourtant, en réalité, ce n’est pas du tout ce qui est à l’œuvre dans cette page. Car Rousseau a moins affaire au romanesque débridé qu’à l’Histoire avec une majuscule, qui lui dicte ses lois. L’Histoire, c’est le voyage d’Anson.

  • 59 Voyage autour du monde, fait dans les années MDCCXL, I, II, III, IV. Par George Anson, présentement (...)
  • 60 Prévost, Histoire générale des voyages, Paris, Didot, 1746-1761. Le voyage de George Anson est raco (...)
  • 61 Rousseau demande le Voyage d’Anson à Mme d’Epinay en mars 1757 : « Ce Vendredi au soir J’envoie, Ma (...)

49En effet, St. Preux ne voyage pas tout seul, il est embarqué avec deux mille hommes sur l’escadre de l’amiral anglais. Il suit donc un itinéraire précis, dont Rousseau sélectionne certes les étapes, mais qui doivent quand même se dérouler selon un certain ordre. D’autant que ce tour du monde authentique est connu dans toute l’Europe et que la relation de voyage rédigée par l’aumônier de bord Richard Walter en a été publiée dès le retour en Angleterre, et traduite en français en 174959. Prévost en donne un résumé dans son Histoire générale des voyages60. D’après la correspondance de Rousseau, il lit ou relit cette relation de voyage en mars 175761, ce qui pourrait permettre de dater approximativement la rédaction de cette lettre ou bien celle de la note de régie corrective.

50Si l’on considère la lettre depuis son état final publié, on a du mal à comprendre le sens de cette note de régie, puisqu’il n’y a pas une île déserte, mais deux. Il faut donc observer dans le brouillon la façon dont Rousseau a progressivement construit l’itinéraire de son héros. Dans l’état initial de ce passage, la mention de la première île, située au large de l’Amérique, intervient rapidement, dès le premier paragraphe de la colonne de droite : « j’ai séjourné trois mois dans un [sic] Isle deserte et délicieuse, douce et touchante image de l’antique beauté de la nature. Mais l’avide et far et qui semble être confinée au bout du monde pour y servir d’asile à l’innocence et à l’amour persécutés : […] ». Plus bas dans la même colonne est évoquée une bataille en mer entre deux vaisseaux à laquelle correspond le mot « galion » : « j’ai vu dans le vaste ocean où il devroit être si doux à des h : d’en rencontrer d’autres, deux grands vaisseaux se chercher, se trouver, s’attaquer, se battre, comme si cet espace immense eut été trop petit pour chacun d’eux […] » (paragraphe 3 dans la page 2 du brouillon). C’est juste après cette scène de bataille qu’apparaît la mention de la seconde île déserte grâce à un ajout développé en marge : « J’ai vu bientôt de plus riantes images dans # » « # une seconde Isle déserte, plus inconnuë et plus charmante encore que la première […] ». C’est cette successivité (île 1, bataille, île 2 ajoutée) qui pose problème et que Rousseau s’impose de réviser par sa note de régie. Pourquoi ?

  • 62 Voir la page 471 du roman.

51Dans son récit, St. Preux ne nomme pas ces îles pourtant si mémorables, d’ailleurs il n’en dit presque rien, car sa lettre n’est pas une relation de voyage, mais plutôt comme l’écrit avec justesse Jean-Marie Roulin, « un voyage initiatique ». Voyage initiatique à l’issue duquel, comme on l’a vu, il gagnera un titre bien plus sublime que le titre de noblesse qui lui manquait pour épouser Julie (Saint Preux). En revanche, le voyageur les nommera toutes deux dans la lettre sur l’Élisée (IV, 11) : « Ô Tinian ! ô Juan-Fernandez ! Julie, le bout du monde est à votre porte ! » Pour rendre l’allusion plus claire, Rousseau se sentira obligé de glisser une note de bas de page : « * Isles désertes de la mer du Sud, célebres dans le voyage de l’Amiral Anson62 ». La lettre IV, 3 du roman n’est même pas évoquée en note, signe qu’elle n’est pas assez informative pour que Rousseau y fasse un renvoi interne.

  • 63 Mais dans son roman, Defoe déplace l’île de Selkirk : du large du Chili, elle est (elle aussi) « tr (...)

52Ce que l’on comprend d’après le Voyage d’Anson est que la première île sur laquelle St. Preux fait escale est Juan Fernandez, située au large du Chili (voir Voyage d’Anson, livre second, chapitres I à IV). Mais Juan Fernandez n’est pas tout à fait une île comme les autres. C’est l’île, ou plutôt l’archipel, sur lequel a été débarqué un personnage célèbre : Alexandre Selkirk, c’est-à-dire le modèle de Robinson Crusoé63. En bon lecteur du Voyage d’Anson, Rousseau ne peut l’ignorer, car Richard Walter (ainsi que l’abbé Prévost dans son résumé) mentionne cet épisode de l’abandon de Selkirk et évoque sa survie sur l’île (p. 99). C’est en connaissance de cause que Rousseau choisit de faire s’arrêter St. Preux dans l’espace d’une « robinsonnade » authentique et avant la lettre, inspiratrice d’une œuvre cardinale pour lui et pour l’expérience pédagogique de l’Émile. Ainsi découvre-t-on que dans La Nouvelle Héloïse, St. Preux fait déjà cette expérience de la survie insulaire et qu’il y prend même goût.

  • 64 Jean-Louis Lecercle, Rousseau et l’art du roman, Paris, Armand Colin, 1969, p. 88.

53Quant à l’île de Tinian, elle se trouve aux larges des Philippines et est mentionnée longuement à la fin du Voyage d’Anson (au livre III, chapitres II à V) comme un lieu enchanteur, mais sur lequel les marins risquent d’être confinés pour avoir amarré leur vaisseau dans un endroit où le mouillage n’était pas sûr. Mais pourquoi deux îles ? Comme l’a remarqué Jean-Louis Lecercle au sujet de l’espace romanesque dans La Nouvelle Héloïse, Rousseau aime les lieux en double : par deux fois, les personnages passent par Meillerie, par Villeneuve64. Les mêmes lieux revisités permettent de construire des gradations et de mettre les personnages face à leur évolution. Dans le cas présent, ce n’est pas la même île mais c’est par deux fois une île déserte, où St. Preux trouve presque le paradis sur terre, ou du moins son avant-goût. Car, le paradis sera plutôt dans l’Élisée, chez Julie. En attendant, il lui faut passer par l’enfer et c’est là qu’intervient le galion.

54Un galion n’est pas un bateau comme les autres. Le mot est d’autant plus important qu’il disparaît au cours de la rédaction et ne se trouve plus dans le texte final. Le manuscrit porte donc la trace d’un processus de l’invention ensuite effacée. Il y a dans le voyage d’Anson de nombreuses batailles sur mer entre des vaisseaux ennemis. L’Angleterre et l’Espagne sont en guerre et les occasions de s’affronter sur mer sont multiples. Ce qui se joue notamment dans ce voyage est la domination britannique sur les mers du globe, qui sera acquise à l’issue du périple. Et il y a du génie de la part du futur auteur du Contrat social d’avoir placé son personnage en première ligne, au moment où l’ordre mondial bascule, et de lui en avoir fait prononcer les premières critiques. Mais s’il y a de nombreux affrontements dans le récit, il n’y a qu’une seule bataille qui concerne un galion et c’est pourquoi il faut la mettre à la bonne place : l’île déserte n° 1 (Juan Fernandez), l’île déserte n° 2 (Tinian), puis le galion. Dans le brouillon, le galion était placé par erreur entre Juan Fernandez et Tinian.

  • 65 Pierre Chaunu, « Le galion de Manille », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 6e année, n°  (...)

55Un galion est un immense bateau commercial espagnol. Très précisément, celui dont il est question est le « Galion de Manille », qui était chargé de richesses, de métaux précieux, de porcelaines, de riches étoffes damassées et de soie de Chine en route vers l’Espagne65. L’ambition de l’expédition d’Anson était d’achever son périple en le capturant et de lui prendre sa cargaison. Attendu avec anxiété par Anson, cet épisode survient vers la fin du voyage et devient le moment culminant de l’expédition des Anglais qui attaquent victorieusement le vaisseau espagnol, confisquent ses richesses et rentrent triomphalement en Angleterre. Or l’attaque du Galion de Manille a eu lieu après l’escale à Tinian, en juillet 1743. Donc Rousseau s’est trompé et il doit rectifier. Il y est contraint par sa source historique.

  • 66 « Supposons un Montesquieu, un Buffon, un Diderot voyageant pour instruire leur compatriotes… », Di (...)

56Mais une fois qu’il s’est acquitté de ce qu’il doit à la chronologie, il se livre à une totale réécriture qui vise à donner au voyage et à cet épisode en particulier une portée symbolique et philosophique. C’est l’ensemble du texte qui devient symbolique par l’effacement d’un ensemble de détails concrets qui se trouvaient dans la première rédaction et sont couverts de ratures – par exemple les noms de villes Manille ou Panama, biffés. Rousseau rectifie aussi des incohérences, comme la coexistence dans le premier état du texte d’un éloge des Espagnols avec celui de leurs ennemis, les Anglais, couvrant le premier d’un quadrillage qui l’annule. Il fait également entendre sa propre voix de philosophe, quitte à pratiquer presque l’autocitation en condamnant les travers des peuples trop sophistiqués, tels que les Chinois, ce qui rappelle le Discours sur les Sciences et les Arts (critique qui se trouve aussi chez Anson). Dans l’ensemble des jugements de valeur moraux formulés par le personnage au fil de son compte rendu de voyage, on entend aussi l’écho de l’ambition du Discours sur l’origine de l’inégalité : faire produire par des voyageurs philosophes « l’histoire naturelle morale et politique de ce qu’ils auroient vu66 ». Ailleurs, il rectifie lui-même une expression qui n’est pas conforme à son propre corps de doctrine : la formule « le naturel barbare » (des Européens) est remplacée par « le naturel farouche », sans doute parce que la première est oxymorique et que sa conception du « naturel » empêche Rousseau de le qualifier de barbare. Le roman prolonge une partie du programme philosophique des deux Discours. Mais Rousseau n’est pas dans l’écriture d’un traité et doit adapter les termes qui jaillissent sous sa plume à la situation du roman sentimental : Juan Fernandez sera-t-elle un asile à « la liberté et à l’amour » ou bien à « l’innocence et à l’amour » persécutés ? Dans les délibérations que traduisent les ratures, le mot « liberté » est jugé ici hors sujet au profit de l’innocence.

57Le ton du personnage devient véhément et emprunte celui de l’indignation, surtout dans la scène de bataille entre Anglais et Espagnols. L’épisode du galion passe d’une tonalité majeure dans la relation de voyage de G. Anson – c’est un moment triomphal – à une tonalité mineure chez Rousseau : la prise du Galion de Manille devient le moment d’une condamnation morale de la guerre et de l’esprit de conquête, où Rousseau ajoute dans la Copie personnelle, à la faveur d’une dernière addition : « # dans un combat assés court j’ai vu l’image de l’enfer » (fig. 6).

Fig. 6

Fig. 6

Fig. 6 : Jean-Jacques Rousseau, feuillet manuscrit de La Nouvelle Héloïse, lettre IV, 3 (MS 1495, f° 20 v°, Bibliothèque de l’Assemblée nationale, Paris)

58La lecture morale du voyage est la condition pour qu’il soit assimilé à un itinéraire spirituel qui sublimera le personnage. Dans le rapport à la source textuelle qui a fourni la référence de départ, la dynamique de l’écriture va donc exactement dans le sens inverse par rapport au cas précédent des vers du Tasse. La citation italienne était posée là, telle quelle, dans sa langue d’origine qui résonnait de tout son éclat, comme une brèche permettant l’interpénétration des espaces littéraires de Rousseau et du Tasse. Au contraire, dans le rapport de Rousseau au Voyage d’Anson, le travail d’écriture se fonde sur une mise à distance de la source textuelle transformée en expérience vécue. L’intertexte est masqué, digéré, modifié dans sa signification et dans la leçon à en tirer.

Dernière page du brouillon : l’art de la reprise et l’entrelacs des voix

59Par rapport à la précédente, fort peu de remaniements apparaissent sur cette troisième page (fig. 3), dernière séquence de la lettre qu’il nous reste à analyser. Apparemment elle était assez claire dans l’esprit de Rousseau. Elle est maintenant recentrée sur le personnage qui doit parler de lui, de ce nouvel individu qui a été façonné par quatre années d’absence. Qui est-il au juste ? L’amorce de cette page est donc décisive. Chaque mot compte, St. Preux y joue la possibilité de son retour. C’est là qu’a porté surtout l’effort de l’écrivain. Rousseau écrit d’abord : « Que vous dirai-je sur l’état de mon ame, reviens-je plus sage et plus libre que je ne suis parti […]. » Cela devient – en passant sur les phases intermédiaires : « Comment vous parler de ma guérison ? C’est de vous que je dois apprendre à la connaître. Reviens-je plus sage et plus libre que je ne suis parti […]. »

60Le mot de « guérison » qui apparaît dans la nouvelle rédaction oriente bien sûr vers tout autre chose par rapport à la première formulation et fait ressurgir le thème des maladies de l’âme maintes fois évoqué dans le recueil. Mais surtout, ce mot-là a pour le lecteur une saveur bien particulière quand il le voit apparaître ici sous la plume de St. Preux. Car deux lettres plus tôt, c’est un mot qu’il vient de lire sous la plume de Julie écrivant à sa cousine Claire, dans la première lettre de la quatrième partie : « Ce n’est pas, tu le sais, que mon cœur se ressente encore de ses anciennes blessures ; non, il est guéri, je le sens, j’en suis très sûre » (IV, 1). Là où St. Preux hésite quant à savoir s’il est guéri, Julie est sûre de l’être. Sa dernière lettre à la fin du roman (VI, 12) sera plus lucide à ce sujet. Rousseau utilise ici une technique qui est celle de l’entrelacs des voix des personnages. À son insu, un personnage emploie les mêmes paroles que celles employées par un autre, dans une lettre antérieure à la sienne, lettre qu’il ne peut pas avoir lue mais que le lecteur lui connaît. Alors que Julie et St. Preux ne s’écrivent plus depuis des années, ils parlent encore le même langage. Dans le cas présent, cet art de la reprise révèle au lecteur la profonde affinité et même la proximité, malgré un si long éloignement, des âmes des épistoliers.

61Rousseau en introduisant sous la plume de St. Preux les mots de Julie donne à l’enchaînement des lettres une densité toute particulière. Il récidive un peu plus bas avec un second thème, celui de l’empire de Julie et de l’adoration qu’elle suscite : « La même image règne toujours dans mon cœur ; vous savez s’il est possible qu’elle s’en efface ; mais son empire est plus digne d’elle et, si je ne me fais pas illusion, elle règne dans ce cœur infortuné comme dans le vôtre. Oui, ma cousine, il me semble que sa vertu m’a subjugué. » Cette fois, St. Preux cite involontairement non pas Julie, mais Claire dans sa lettre précédente à sa cousine, où elle développe ce thème dans un long passage : « Julie tu es faite pour régner, etc. » (IV, 2). St. Preux aussi parle de règne, d’empire, de subjugation et d’adoration, qui sont des mots de Claire (en marge : « je ne sais plus que l’adorer comme vous », quand Claire écrivait à Julie qu’elle « l’avait toujours adorée »). Sans le savoir St. Preux cite donc la correspondance intime des deux cousines.

62Ces effets d’écho, de reprise de lettre à lettre sont recherchés par l’auteur et très travaillés. Le romancier amorce ainsi le nouveau chapitre de la vie des personnages par une ouverture à trois voix qu’il a rendue fusionnelle. Cela contribue à l’impression d’harmonie et d’unité de cette quatrième partie dont Rousseau, écrivant à son ami Duclos, était si fier.

*

  • 67 N. Ferrand, « Dans l’atelier de La Nouvelle Héloïse. Rassembler, transcrire, interpréter les manusc (...)

63Le voyage a été un peu long, sur des mers incertaines et sous des ciels inconnus. On touche terre. Et pourtant nul cri de joie, parce que le périple est loin d’être terminé. Cette étude a cherché à donner un aperçu de ce que peuvent être la richesse et la complexité de l’atelier d’écriture de La Nouvelle Héloïse67. Les processus de déplacement, de réorganisation, de pondération parfois subtils auxquels se livre Rousseau à l’intérieur de ses manuscrits sont très nombreux. Que ce soit à l’intérieur d’une lettre, à l’échelle du mot qui varie, de la phrase qui se déploie ; ou de lettre à lettre par des reprises qui font entrer en résonance plusieurs endroits différents du roman ; ou par des phénomènes d’intertextualité qui font pénétrer dans La Nouvelle Héloïse toutes sortes d’œuvres (La Jérusalem délivrée, le Voyage d’Anson, les œuvres philosophiques de Rousseau lui-même…). Des dynamiques fortes sont donc à l’œuvre : le travail de la cohérence, les mécanismes de la mémoire esthétique, l’entrelacs des voix… Les étudier, c’est redonner à cette œuvre une vitalité remarquable. En nous laissant ses manuscrits, Rousseau nous a donné la possibilité de le faire. C’est une chance à saisir.

Haut de page

Notes

1 « Tout est changé entre nous ; il faut nécessairement que votre cœur change. Julie de Wolmar n’est plus votre ancienne Julie ; la révolution de vos sentiments pour elle est inévitable », Rousseau, Julie, ou La nouvelle Héloïse, dans Œuvres complètes, t. II, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1964, texte établi par Henri Coulet et annoté par Bernard Guyon, lettre 18 de la IIIe partie, p. 363.

2 Les enjeux de ce long travail d’étude des manuscrits du roman de Rousseau sont présentés dans « Rétrograder avec Jean-Jacques. Une édition des manuscrits de La Nouvelle Héloïse », Annales Jean-Jacques Rousseau, t. LI, 2014, p. 381-405.

3 Jean Starobinski, « Approches de la génétique des textes : introduction pour un débat », dans La Naissance du texte, dir. Louis Hay, Paris, Corti, 1989, p. 207-212. La citation est aux pages 210-211.

4 La génétique des textes ou critique génétique entreprend de « juxtaposer les “états du texte” contenus dans ces manuscrits [de travail], d’analyser les différences de l’un à l’autre et d’en déduire les processus de transformation qui aboutissent à la version finale », dans Daniel Ferrer, Logiques du brouillon, Paris, Éditions du Seuil, 2011, p. 12.

5 Nathalie Ferrand, « Transparences accrues. La génétique des textes et les Lumières », Dix-Huitième Siècle, n° 46, 2014, p. 139-152 et les diverses contributions à « Brouillons des Lumières », numéro 34 de la revue Genesis, 2012.

6 Nous adoptons la graphie St. Preux et non pas Saint-Preux (usuellement adoptée par les éditions modernes et la critique), conformément aux manuscrits de Rousseau et suite aux remarques de Philip Stewart dans Éditer Rousseau. Enjeux d’un corpus (1750-2012), Lyon, ENS Éditions/Institut d’histoire du livre, 2012, p. 212-213. Saint-Preux est un nom de lieu, St. Preux est un nom de saint. On verra plus loin l’importance de cette distinction.

7 L’édition de la Pléiade que nous reproduisons conserve en général l’orthographe d’époque.

8 Mais avec la nuance qu’elle conserve l’idée qu’une voix s’exprime : la diction est la « maniere de s’exprimer d’un écrivain ou d’un auteur : c’est ce qu’on nomme autrement élocution & style » (Encyclopédie, article « Diction »).

9 Rousseau, Les Confessions, dans Œuvres complètes, t. I, Paris, Gallimard, 1959, texte établi et annoté par Bernard Gagnebin et Marcel Raymond, Livre IX, p. 461.

10 Rousseau à Charles Pinot Duclos, lettre du 19 novembre 1760, dans Correspondance complète de Jean Jacques Rousseau, édition de R. A. Leigh, année 1760, Genève, Institut et Musée Voltaire, 1965-1998, vol. VII, p. 318–319 (Lettre 1166).

11 Dans Les Confessions (livre IX, p. 438), Rousseau date la première rédaction de certaines lettres de la IVe partie du printemps 1757 (entre autres, la lettre 10 sur l’Élisée et la lettre 17 de la promenade sur le lac). Il ne précise pas si celle-ci est commencée à ce moment.

12 Cette copie qui servira pour l’impression est envoyée à Rey entre avril 1759 et janvier 1760. La IVe partie est reçue par Rey à la fin d’octobre 1759.

13 Il y a eu néanmoins des corrections car certaines pages sont grattées par endroits.

14 Ces copies sont des commandes : Rousseau dit être rétribué pour ce travail. Voir Confessions, livre X, éd. citée, p. 523. La copie Luxembourg est commencée entre novembre et décembre 1759 et achevée en octobre 1760. La IVe partie est envoyée à Mme de Luxembourg le 18 juin 1760, ce qui permet de déduire que Rousseau a établi cet état manuscrit lorsqu’il n’avait plus sous les yeux la version pour Rey.

15 La copie Houdetot, commencée avant celle destinée à Mme de Luxembourg, est achevée plus tard et son élaboration est difficile à dater avec précision.

16 Jean-Marie Roulin, « De Tinian à Clarens, les enjeux du retour de Saint-Preux », RHLF, 2010/2, vol. 110, p. 259-274.

17 Les Confessions, éd. citée, Livre IX, p. 431.

18 Pour une réflexion générale sur la page écrite comme objet historique et comme support de l’approche génétique, voir l’étude stimulante de Louis Hay, « Défense et illustration de la page », Genesis, n° 37, « Verbal-Non verbal », 2013, p. 33-53.

19 Sur la présentation matérielle des manuscrits de Condorcet, voir Nicolas Rieucau, « Comment dater un manuscrit sans le comprendre ? Le cas des archives Condorcet », Dix-Huitième Siècle, n° 45, 2013, p. 681-718.

20 Reproduit dans le catalogue de l’exposition Alexandre Roslin 1718-1793. Un portraitiste pour l’Europe, Paris, RMN, 2007, notice 25, p. 123-124. Un détail de ce tableau est en couverture du numéro 34 de la revue Genesis sur les manuscrits des Lumières.

21 Ces pages ont une dimension de 25 × 18 cm. À ce stade de la rédaction, la lettre ne porte pas de numéro. Les chiffres 275 et 277 qui apparaissent aux pages 1 et 3 du brouillon ne sont pas de la main de Rousseau. Il s’agit d’une pagination (et non pas d’une foliotation) faite tardivement suivant l’ordre, parfois erroné, dans lequel ont été classées et reliées les pages du Brouillon MS1494 conservé à la Bibliothèque de l’Assemblée nationale.

22 MA 6711 (2), p. 25, Pierpont Morgan Library, New York.

23 Il s’agit de « variantes liées », c’est-à-dire de réécritures appelées par le contexte, ici le principe de la non-répétition du même mot (monde), qui impose son remplacement par un quasi-synonyme (terre). Voir Almuth Grésillon, « Les variantes de manuscrits : critères et degrés de pertinence », dans La Publication des manuscrits inédits, dir. Louis Hay et Winfried Woesler, Bern, Peter Lang Verlag, coll. « Jahrbuch für internationale Germanistik », Reihe A, Bd. 4, 1979, p. 179-189. La variante sera dite liée quand elle est due à des contraintes de langue (morphologiques, lexicales, syntaxiques ou de règles d’enchaînement textuel) ou si elle n’est que l’effet grammaticalement nécessaire d’une variante première. Les variantes non liées sont dites libres.

24 La « Profession de foi du vicaire savoyard » de Jean-Jacques Rousseau, édition critique d’après les manuscrits de Genève, Neuchâtel et Paris, avec une introduction et un commentaire historique, par Pierre-Maurice Masson, Fribourg/Paris, Librairie de l’Université/Librairie Hachette, 1914, « Introduction », p. CIII.

25 Même Clarens, où St. Preux s’apprête à rentrer, en sera définitivement modifié par ricochets, puisque le voyageur y apportera son regard et qu’il pourra y reconnaître par analogie certains des lieux enchantés qu’il a connus, voir citation correspondant à la note 62.

26 Voir Paul Ricœur, Temps et récit, t. II, Paris, Éditions du Seuil, 1984.

27 J’ai commenté cet aspect dans « Un manuscrit retrouvé de La Nouvelle Héloïse », LIAS. Journal of Early Modern Intellectual Culture and its Sources, 38/02, december 2011, p. 357-389.

28 Nous soulignons.

29 Sur la dialectique du même et de l’autre dans le rapport de St. Preux à Julie, voir la dernière lettre de St. Preux avant la mort de l’héroïne (VI, 7) où il refuse de devenir un autre en épousant Claire, et celle de Julie agonisante (VI, 12) : « Tout est changé mon bon ami », dit-elle (p. 740), mais elle avoue être demeurée, elle aussi, la même.

30 La réalité géographique souffre un peu dans le parcours de St. Preux tel que Rousseau le décrit. Le Mexique est par exemple placé plus bas que le Pérou.

31 Parmi une riche bibliographie, on mentionnera notamment Jean Starobinski, « L’imitation du Tasse », Annales de la société Jean-Jacques Rousseau, n° 40, 1992, p. 265-288 ; Jacques Domenech, « Saint-Preux et Julie lecteurs du Tasse : connivence érotique et spiritualité amoureuse dans La Nouvelle Héloïse », Annales Jean-Jacques Rousseau, t. XLIV, 2002, p. 119-147, p. 119 ; Christine Hammann, « Rousseau citant le Tasse, ou les séductions de l’artifice », Dix-Huitième Siècle, 2006/1, n° 38, p. 511-528, et du même auteur, « La vie de Jean-Jacques Rousseau ou l’éternel retour du Tasse », Revue d’histoire littéraire de la France, 2006/4, vol. 106, p. 859-883.

32 Cette traduction daterait de l’époque de la rédaction des Dialogues, voir J. Starobinski, « L’imitation du Tasse », art. cité, p. 285.

33 Il Goffredo, overo Gierusalemme liberata, poema heroico del signor Torquato Tasso, con l’allegoria verbale del istesso : Con gli argomenti del signor Horatio Ariosti, aggiantovi i cinque canti del Camillo Camilli, In Amsterdam, per gli Combi e La Noue, 1652, in 16 (dimensions : 11,5/6,5 cm). Nous remercions les descendants de George Simon Harcourt de nous avoir donné la possibilité de consulter ce volume.

34 J. Starobinski, « L’imitation du Tasse », art. cité, p. 265.

35 Cette traduction est habituellement attribuée à Rousseau lui-même. Or un examen attentif de la calligraphie montre que les traductions de l’italien ajoutées dans les marges de l’édition Duchesne-Coindet ne sont pas autographes. Nous avons identifié la main qui a inséré ces traductions, voir N. Ferrand, Dans l’atelier de « La Nouvelle Héloïse », ouvrage à paraître.

36 Torquato Tasso, Gerusalemme liberata, a cura di Franco Tomasi, Milano, Rizzoli, BUR Classici, 2011, p. 179. Dans sa traduction en français, Michel Orcel a choisi le mot « cieux » pour « polo », Le Tasse, Jérusalem libérée, traduction nouvelle de M. Orcel, Paris, Gallimard, 2002, p. 104.

37 J. Domenech écrit : « le vers métaphorique traduit à merveille l’état d’âme de l’amant malheureux de retour, préparé à une rencontre qu’il sait vaine par avance, évoque son malheur et sa solitude séparé de Julie. Mais n’y a-t-il pas, contenus dans la citation du Tasse, toute l’amertume et le dépit : “suspectes” qu’a-t-il gagné à partir ? “Infidélité” de Julie qu’il considérait comme son épouse ? “trahison” de la nature, alors qu’il a agi selon elle ? », voir art. cité, p. 41.

38 « Non la connobbe il mondo mentre l’ebbe : Connobill’io ch’a pianger qui rimasi » (« Le monde la posséda sans la connaître, et moi je l’ai connue, je reste ici-bas à la pleurer »), traduction non autographe qui figure dans l’édition Duchesne-Coindet.

39 Rousseau, Julie, ou La nouvelle Héloïse, dans Œuvres complètes, t. II, éd citée, p. 1365 (note 1 de la page 35).

40 Ibid., p. 1340.

41 Étrangement, les éditeurs de la Pléiade sont eux aussi conscients de la manière dont se présentent les citations dans les manuscrits (p. 1340, point 5), et malgré cela ils persistent à parler par deux fois de spontanéité à leur sujet.

42 J’ai étudié ce phénomène dans l’exemplaire personnel de la Lettre à D’Alembert (édition de 1758) que Rousseau a conservé et qu’il a retouché en plusieurs endroits, ouvrage aujourd’hui à la Bodleian Library d’Oxford, voir N. Ferrand, « Jean-Jacques Rousseau : le dernier état de la Lettre à D’Alembert sur les spectacles (1758) », Genesis, n° 34, « Brouillons des Lumières », 2012, p. 135-157, ou en ligne à cette adresse : <http://genesis.revues.org/951>.

43 Jean-Jacques Rousseau, La Nouvelle Héloïse. Nouvelle édition publiée d’après les manuscrits et les éditions originales avec des variantes, une introduction, des notices et des notes par Daniel Mornet, Paris, Hachette, 1925, 4 vol. , t. I, p. 110-111.

44 J. Domenech, art. cité, p. 122.

45 Tasso, Gerusalemme liberata, a cura di Franco Tomasi, édition moderne citée, p. 933.

46 Nous soulignons.

47 Ou plus exactement, elle est le comparant dont le comparé implicite est l’armée des croisés qui exulte devant les murs de Jérusalem évoqués juste au-dessus.

48 Cette traduction est la nôtre : elle est volontairement sans recherche d’effet poétique.

49 La Hierusalem du seigneur Torquato Tasso. Renduë françoise par Blaise de Vigenère, bourbonnois, A Paris, Abel l’Angelier, 1595, chant XX, stance 137.

50 Les neuf preux correspondent à une liste de personnages réels ou non qui sont des modèles d’héroïsme, dont trois héros antiques, trois bibliques et trois chrétiens. Paul Meyer, « Les neuf preux », Bulletin de la Société des anciens textes français, n° 9, 1883, p. 45-54 ; Jacqueline Cerquiglini-Toulet, « Fama et les preux : nom et renom à la fin du Moyen Âge », Médiévales, n° 24, 1993, p. 35-44. Ce dernier article tisse un lien entre les listes des preux et les listes des amants malheureux comme créatrices du renom.

51 Tasso, Gerusalemme liberata, édition moderne citée, p. 220.

52 Voir l’article « Barcarolles » du Dictionnaire de musique, dans Œuvres complètes, t. V, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1995, texte établi et présenté par J.-J. Eigeldinger, p. 650-651.

53 Signe de la divergence des représentations entre Diderot et Rousseau, le « croisé » souffre chez le premier d’une réputation exécrable, comme on peut le constater d’après l’article qu’il consacre aux « croisades » dans l’Encyclopédie.

54 Claire Bustarret, « Mobilité des supports, dynamique de l’écriture : l’apport des indices matériels », Cahiers Montesquieu, n° 9, « Montesquieu, œuvre ouverte ? (1748-1755) », dir. C. Larrère, 2005, p. 229-252.

55 Michel Delon, Jean-Christophe Abramovici et Éric Le Grandic, « Sade au travail, dans ses manuscrits », dans Écrire aux xviie et xviiiesiècles, dir. Jean-Louis Lebrave et Almuth Grésillon, Paris, CNRS Éditions, 2000, p. 137-168 ; Jean-Christophe Abramovici, Encre de sang. Sade écrivain, Paris, Classiques Garnier, 2013.

56 « Casanova n’est ni Sade ni Stendhal, il n’introduit pas de dialogues, avec lui-même ou avec son texte, extérieurs au récit ; il ne commente pas, en marge du texte, son travail d’écrivain », Gérard Lahouati, « Le long travail (le manuscrit de l’Histoire de ma vie) », Genesis, n° 34, 2012, p. 115.

57 Les Confessions, livre IX, éd. citée, p. 431.

58 La lettre C pourrait être l’abréviation du mot « changement », terme que Rousseau utilise par ailleurs quand il doit signaler certaines retouches à son éditeur.

59 Voyage autour du monde, fait dans les années MDCCXL, I, II, III, IV. Par George Anson, présentement Lord Anson, commandant en chef d’une escadre envoyée par sa majesté britannique dans la Mer du Sud. Tiré des Journaux & autres Papiers de ce Seigneur, & publié par Richard Walter, Maître ès arts & Chapelain du Centurion dans cette Expédition. Orné de Cartes & de Figures en Taille douce. Traduit de anglois, A Amsterdam et à Leipzig, Chez Arkstée & Merkus, 1749.

60 Prévost, Histoire générale des voyages, Paris, Didot, 1746-1761. Le voyage de George Anson est raconté au tome XI, 1753, seconde partie, livre VI, p. 115-198.

61 Rousseau demande le Voyage d’Anson à Mme d’Epinay en mars 1757 : « Ce Vendredi au soir J’envoie, Madame, savoir de vos nouvelles et de celles de madame Des Clavelles, par d’Amour le fils qui va à Paris. Pour moi j’ai été incommodé ces deux jours et j’y ai beaucoup gagné ; car j’ai toujours remarqué que les maux du corps calment les agitations de l’ame. J’aurois besoin du Voyage de l’amiral Anson : si vous saviez où trouver ce livre, vous me feriez grand plaisir de l’emprunter pour une quinzaine de jours et de me l’envoyer. Je crois que M. d’Holback l’a, et il se fera surement un plaisir de me le prêter. Si vous pouviez me l’envoyer par le retour de d’Amour, j’en serois fort aise ; cependant cela ne presse pas absolument. Bonjour, ma bonne Amie, je suis touché de vos soins pour me rendre le repos, le malheur est que personne n’en dira à Diderot autant que vous m’en avez dit, et qu’en verité il est bien dur de porter en toute occasion les torts de nos amis et les nôtres. Si vous ne trouvez pas aisement le livre, ne vous en tourmentez pas, Je le ferai demander à la Bibliotheque du Roi » (Rousseau à Louise d’Épinay, lettre du 18 mars 1757, dans Correspondance complète de Jean Jacques Rousseau, éd. citée, vol. IV, p. 189-190, lettre 489). Le 26 mars, il l’a reçu : « Je vous remercie du Voyage d’Anson ; je vous le renverrai la semaine prochaine » (p. 197-201, lettre 494).

62 Voir la page 471 du roman.

63 Mais dans son roman, Defoe déplace l’île de Selkirk : du large du Chili, elle est (elle aussi) « transportée » au large du Venezuela, au nord-ouest de l’Amérique du Sud.

64 Jean-Louis Lecercle, Rousseau et l’art du roman, Paris, Armand Colin, 1969, p. 88.

65 Pierre Chaunu, « Le galion de Manille », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 6e année, n° 4, 1951, p. 447-462, et notamment p. 454.

66 « Supposons un Montesquieu, un Buffon, un Diderot voyageant pour instruire leur compatriotes… », Discours sur l’origine et les fondemens de l’inégalité parmi les hommes, dans Œuvres complètes, t. III, Paris, Gallimard, 1964, texte établi et annoté par Jean Starobinski, p. 213.

67 N. Ferrand, « Dans l’atelier de La Nouvelle Héloïse. Rassembler, transcrire, interpréter les manuscrits de J.-J. Rousseau », dans Sources et postérités de “La Nouvelle Héloïse”. Le modèle de Julie, dir. G. Goubier et S. Lojkine, Paris, Desjonquères, 2012, p. 55-63.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 à 3
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1560/img-1.png
Fichier image/png, 629k
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1560/img-2.png
Fichier image/png, 802k
Légende Fig. 1 à 3 : Jean-Jacques Rousseau, feuillets manuscrits de La Nouvelle Héloïse, lettre IV, 3 (MS1494, Bibliothèque de l’Assemblée nationale, Paris)
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1560/img-3.png
Fichier image/png, 645k
Titre Fig. 4
Légende Fig. 4 : Jean-Jacques Rousseau, feuillet manuscrit de La Nouvelle Héloïse, lettre IV, 3 (MA 6711 (2), p. 25, Pierpont Morgan Library, New York)
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1560/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Fig. 5
Légende Fig. 5 : Jean-Jacques Rousseau, feuillet manuscrit de La Nouvelle Héloïse, lettre IV, 3 (MS 1495, f° 26 r°, Bibliothèque de l’Assemblée nationale, Paris)
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1560/img-5.png
Fichier image/png, 642k
Titre Fig. 6
Légende Fig. 6 : Jean-Jacques Rousseau, feuillet manuscrit de La Nouvelle Héloïse, lettre IV, 3 (MS 1495, f° 20 v°, Bibliothèque de l’Assemblée nationale, Paris)
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/1560/img-6.png
Fichier image/png, 582k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Ferrand, « Un voyage au long cours dans l’écriture de Rousseau », Genesis, 41 | 2015, 165-186.

Référence électronique

Nathalie Ferrand, « Un voyage au long cours dans l’écriture de Rousseau », Genesis [En ligne], 41 | 2015, mis en ligne le 03 mai 2017, consulté le 19 août 2017. URL : http://genesis.revues.org/1560 ; DOI : 10.4000/genesis.1560

Haut de page

Auteur

Nathalie Ferrand

Nathalie Ferrand est directrice de recherche à l’ITEM (CNRS-ENS), où elle dirige l’équipe consacrée aux manuscrits du xviiie siècle. Spécialiste de la littérature française des Lumières, elle a publié plusieurs ouvrages et de nombreux articles sur la poétique, la réception et l’illustration du roman au xviiie siècle. Elle a édité le volume du Corpus des notes marginales de Voltaire (Oxford, 2012) consacré aux annotations de Voltaire sur les livres de Rousseau. Actuellement, elle prépare un ouvrage sur « L’atelier de La Nouvelle Héloïse » ainsi que l’édition génétique des manuscrits de ce roman de Jean-Jacques Rousseau.
nathalie.ferrand[arobase]ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org