Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus d'ouvrages

Michel Favriaud, Le Plurisystème ponctuationnel français à l’épreuve de la poésie contemporaine, Limoges, Lambert-Lucas, 2014, 290 p.

Rudolf Mahrer
p. 211-213
Référence(s) :

Michel Favriaud, Le Plurisystème ponctuationnel français à l’épreuve de la poésie contemporaine, Limoges, Lambert-Lucas, 2014, 290 p.

Texte intégral

  • 1 La Ponctuation en français, Paris, Ophrys, 2015.
  • 2 À paraître chez Lambert-Lucas également. L’éditeur est d’ailleurs un acteur important des recherche (...)

1En matière de ponctuation, on doit à Michel Favriaud une thèse (soutenue en 2000 sous la direction de Gérard Dessons), de nombreux articles, ou encore la direction d’un numéro de Langue française en 2011 (« Ponctuation(s) et architecturation du discours à l’écrit »). L’ouvrage paru en décembre dernier chez Lambert-Lucas prolonge donc quinze ans de recherches, inscrites elles-mêmes dans un courant d’études que connaît la linguistique française depuis les années 1980. La vigueur de ce courant, dont l’histoire est désormais assez connue, ne faiblit pas : on en prendra pour preuve, outre bien sûr le livre de Favriaud, la parution récente d’un manuel de Jacques Dürrenmatt1 ou la publication prochaine du très attendu travail de Julie Lefebvre sur la note (de bas de page, de marge, de fin…) envisagée comme marque de ponctuation complexe2.

2Ces travaux attestent d’un reflux de la sémiologie de l’écrit vers la linguistique française barrée longtemps par la réception phonocentriste de Saussure (celle de Martinet par exemple). Jacques Anis ou Michel Arrivé se sont attachés à rappeler qu’une autre réception était possible, celle de Vacheck ou de Uldall, qui ne réduit pas la langue écrite à un pur métasystème voué à représenter – mal – le système linguistique.

3Ces avancées de la linguistique de l’écrit, notons ici que la critique génétique les a stimulées ; décrire la manière dont l’écriture et ses techniques disposent à certains parcours d’élaboration verbale et à certains types de produits verbaux suppose en effet une réflexion sur les modalités spécifiques de l’énonciation écrite. Jean-Louis Lebrave, dans le domaine linguistique, y a largement contribué, et les travaux de Jacques Anis portent les traces de sa collaboration avec l’ITEM. Aujourd’hui encore, les études de Pierre-Yves Testenoire sur le blanc d’écriture dans les manuscrits de Saussure, par exemple, continue à tirer profit de la perspective génétique pour une pensée de la ponctuation.

  • 3 Jacques Anis, avec la collaboration de Jean-Louis Chiss et Christian Puech, L’Écriture. Théories et (...)

4Car, en effet, le blanc appartient à la ponctuation. Déjà présente chez Nina Catach, l’idée a été largement développée dans les premiers travaux de Michel Favriaud. Désormais, celui-ci intègre le blanc ponctuationnel dans un « plurisystème » dont il propose une première présentation d’ensemble. Du modèle de Catach, auquel il emprunte la notion de « plurisystème », Favriaud reprend également ce positionnement théorique général qu’Anis appelait « phonographisme » : il consiste à « traite[r] la langue écrite comme une représentation structurale de la langue parlée intégrant également des caractéristiques spécifiques [de l’espace graphique]3 ». C’est avec raffinement en effet que Favriaud observe l’espace graphique, celui du texte poétique en particulier, qu’il considère, dans le sillage d’Henri Meschonnic ou de Jean-Michel Adam, comme un « observatoire privilégié de la langue en train de s’élaborer entre norme et subjectivité » (p. 259). On trouve ainsi, à travers l’ouvrage, des analyses de poèmes de Nodier, Mallarmé, Saint-John Perse, Michaux, Du Bouchet, Jaccottet, Gaspar ou Sacré. De manière complémentaire, le dernier chapitre est consacré à l’apprentissage de la ponctuation par des jeux d’écriture poétique chez des enfants de 6 à 8 ans. à l’épreuve de ces corpus, et comme y invitaient déjà Claude Tournier et Jacques Anis, Favriaud ouvre la notion de ponctuation à un ensemble de faits bien plus large que l’inventaire traditionnel de « la famille des points ».

5En effet, le plurisystème de Favriaud se compose de quatre volets. Il y a premièrement, on l’a dit, la ponctuation blanche qui correspond à ce qu’on peut entendre parfois par la notion de disposition (chap. II). L’auteur intègre le blanc au système de la ponctuation en vertu des analogies fonctionnelles qu’il présente avec les signes noirs, notamment sa capacité à délimiter des unités du discours non syntaxiques au sens strict (la période, le vers, la laisse, le paragraphe…). Le mot ou la séquence isolé par le blanc (« blanchi sur plusieurs faces », comme dit Favriaud) acquiert, par cette « surexposition », « un tour quasi métalinguistique » (p. 54), et s’inscrit potentiellement dans des relations de contiguïté non linéaires dans l’espace de la page. Cette dernière observation, que Favriaud appuie sur les études d’Anne-Marie Christin et qu’on pourrait également étayer de celles de Roy Harris, me paraît indiquer la nécessité de dépasser le cadre phonographique auquel l’auteur se tient. En effet, quelles instructions de diction, quels modes d’accentuation induisent les mises en relation spatiales déployées par l’écrit sur sa surface ?

6La ponctuation noire, celle des traditionnelles marques ponctuelles, fait l’objet d’un réexamen à l’intérieur du plurisystème proposé (chap. III). Favriaud prône une à mon sens très judicieuse dé-syntaxisation de la ponctuation, inféodant cette dernière à l’énonciation et s’inspirant en cela des analyses de Jacqueline Authier-Revuz sur les guillemets et de Sabine Pétillon sur les parenthèses et les tirets doubles. Revisitant la définition des signes conclusifs et médians, il s’attache notamment à proposer une définition de la virgule valant pour les différents sous-types régulièrement distingués.

La virgule n’est pas syntaxique en elle-même, au contraire elle actualise des bifurcations énonciatives ; mais en les montrant et les balisant justement, sans les accentuer au point de défaire la phrase, elle montre aussi comment se fait le retour à l’ordre de la syntaxe standard ; elle fait le départ entre les chemins plus ou moins objectifs de l’énonciation foisonnante et la grand-route de la syntaxe standard, qui est une énonciation balisée, régularisée, qui n’a plus besoin du balisage ponctuationnel (p. 156).

7Introducteur d’une hétérogénéité à la fois faible en intensité et de nature variable, la virgule présente pour Favriaud une « ambiguïté […] garante de création et de communication littéraire » (p. 150).

8En affirmant par exemple : « Les exemples de Jude Stéfan ont bien montré que le deux-points était une ponctuation de phrase-période, qu’il était même souvent une ponctuation de texte » (p. 109), Favriaud illustre un de ses leitmotivs : les valeurs de base des marques de ponctuation varient en fonction du type d’unité où elles travaillent (le chapitre V tourne autour de cet aspect). En poussant cette logique jusqu’au bout, on admettra que les signes de ponctuation ne sont pas attachés à des plans d’organisation du discours (la virgule n’est pas syntaxique, le blanc alinéaire n’est pas mésotextuel ou macrosyntaxique…) : autonomes relativement à ces niveaux, les ponctuants peuvent intervenir à chacun d’eux.

9Fort convaincantes sont les descriptions (inspirées des travaux de Véronique Dahlet) du point comme neutre sur le plan modal (plutôt qu’assertif) ou du point d’exclamation comme « modal dans la mesure où il pose la question de la modalité, sans y répondre par lui-même. C’est le contexte qui fera la lumière sur l’admiration, la révélation existentielle, ou l’humour, ou l’ironie. C’est cette incertitude modale, cette suspension dialogique qui crée un effet d’intensité » (p. 95).

10Sous le titre de ponctuation grise, Favriaud aborde (chap. IV), de manière encore exploratoire, ce que le sens commun appelle typographie et ce que Tournier puis surtout Anis avaient envisagé comme des variations significatives des signes noirs (italiques, graisses, capitales, soulignement…).

La ponctuation grise fait ainsi le lien entre l’écriture au sens graphique et l’iconographie, elle apparaît bien comme une zone intermédiaire entre code conventionnel et expression subjective et esthétique, avec toutes les gradations possibles des usages normalisés aux usages subjectifs. Paradoxalement cette ponctuation grise très visuelle a une potentialité phonique très importante – restât-elle purement silencieuse – de rythme, de débit, de volume, de courbe mélodique, de polyphonie, qui laisse toutefois beaucoup de liberté au lecteur-spectateur (p. 188).

  • 4 Voir L’Image écrite ou la déraison graphique, Paris, Flammarion, 1995.

11En trois traits, la position de Favriaud est (i) ancrée dans une réflexion sémiologique fondamentale, puisqu’elle reprend les considérations nécessaires d’Anne-Marie Christin sur la manière dont l’écriture alphabétique tend à chasser l’image du langage écrit4 ; (ii) se lie étroitement à la perspective phonographique, qui conduit à explorer la ponctuation dans la stricte perspective fonctionnelle du marquage prosodique (ce qui conduit l’auteur à exclure de la ponctuation grise les émoticons) ; (iii) reste à dégrossir encore, puisqu’elle est située dans un entre-deux paradoxal entre forme et substance. La réflexion sémiologique aboutie consistera à décrire quand et pour quels effets le continu de la substance typographique se fait signe de ponctuation, discret et différentiel, et opère sur le discours comme facteur de segmentation/liage et de focalisation.

  • 5 Il n’est donc pas étonnant que Favriaud prenne pour principale caution, en matière de prosodie, les (...)

12L’auteur ajoute à son système une quatrième « couleur », invisible. En fait, le linguiste commence par là, dans un chapitre inaugural où il envisage la pertinence de la proposition suivante (sous forme d’hypothèse au début du livre, de manière plus catégorique à la fin) : là où une proéminence accentuelle viendrait frapper une syllabe dans la réalisation phonologique et prosodique de l’énoncé écrit, alors qu’aucune marque graphique spécifique ne vient le signaler, il y a « ponctuant à visibilité zéro ». L’orientation phonographiste est ici très manifeste5. L’approche autonomiste chercherait ici à décrire comment, à côté de cette fonction « intonographique » possible, le signe de ponctuation développe une signification propre, qui ne présuppose pas son actualisation par diction.

13L’ouvrage de Michel Favriaud regorge d’une somme d’observations et de suggestions théoriques à même d’alimenter généreusement le débat linguistique et sémiologique sur la ponctuation. L’auteur y provoque d’heureuses rencontres : on a mentionné celle de Catach, Anis, Meschonnic et Christin, on signalera encore la discussion bienvenue qu’il engage avec la macrosyntaxe fribourgeoise (qu’il croit lausannoise, p. 138), dont le modèle, lumineux, écarte pourtant la ponctuation d’un revers de main. On objectera sans doute que la théorie reste souvent chez l’auteur à l’état de suggestions et que la somme de ses références n’intègre pas un modèle théorique global. Il y manque en effet une explicitation épurée mais robuste des notions utilisées ainsi que des divers plans de l’organisation textuelle mobilisés. Par sa force de proposition, le livre n’en constitue pas moins un jalon important dans l’histoire de la réflexion francophone sur la ponctuation. Le généticien y trouvera des ressources pour penser les spécificités du verbal-scriptural, en particulier dans ses relations (de préparation ou de représentation) avec le verbal-vocal.

Haut de page

Notes

1 La Ponctuation en français, Paris, Ophrys, 2015.

2 À paraître chez Lambert-Lucas également. L’éditeur est d’ailleurs un acteur important des recherches actuelles sur la matière et la forme graphiques du langage.

3 Jacques Anis, avec la collaboration de Jean-Louis Chiss et Christian Puech, L’Écriture. Théories et descriptions, Bruxelles, De Boeck, 1988, p. 77.

4 Voir L’Image écrite ou la déraison graphique, Paris, Flammarion, 1995.

5 Il n’est donc pas étonnant que Favriaud prenne pour principale caution, en matière de prosodie, les travaux de Philippe Martin dont la position est radicalement phonographiste : « Lorsque nous parlons, lorsque nous lisons, même en lecture silencieuse, nous percevons une sorte de hauteur musicale, rythmée et aux notes fluctuantes, attachées à chaque syllabe, à chaque énoncé, à chaque phrase » (L’Intonation du français, Paris, Armand Colin, 2009, p. 13 ; je souligne).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rudolf Mahrer, « Michel Favriaud, Le Plurisystème ponctuationnel français à l’épreuve de la poésie contemporaine, Limoges, Lambert-Lucas, 2014, 290 p. », Genesis, 41 | 2015, 211-213.

Référence électronique

Rudolf Mahrer, « Michel Favriaud, Le Plurisystème ponctuationnel français à l’épreuve de la poésie contemporaine, Limoges, Lambert-Lucas, 2014, 290 p. », Genesis [En ligne], 41 | 2015, mis en ligne le 05 mai 2017, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://genesis.revues.org/1575

Haut de page

Auteur

Rudolf Mahrer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org