Navigation – Plan du site
Chroniques II
Comptes rendus d'ouvrages

Frédéric Duval, Les Mots de l’édition de textes, Paris, École nationale des chartes, coll. « Magister. Les manuels de l’École des chartes », 2015, 288 p.

Alain Corbellari
p. 193-194

Texte intégral

1Professeur de philologie à l’École des chartes, Frédéric Duval est incontestablement l’un des meilleurs spécialistes actuels de l’édition des textes français médiévaux. On lui doit des éditions qui font référence, et nul n’était mieux placé que lui pour rédiger ce manuel en forme de dictionnaire qui rendra sans nul doute les plus signalés services aux éditeurs de textes tous corpus confondus.

2L’ouvrage ne compte pas moins de sept cent quarante-huit entrées qui, si elles sont toutes mises sur le même plan dans le corps du livre, sont utilement répertoriées en fin de volume dans une « liste des entrées » qui lemmatise les formes enregistrées et systématise les renvois ; on peut aussi y voir d’un coup d’œil le nombre des termes étrangers : c’est sans surprise le latin qui s’y taille la part du lion, avec cinquante entrées, témoignant de ce que jusqu’au xxe siècle la philologie classique s’est éditée dans cette langue. L’anglais ne comptabilise que cinq entrées et l’italien une seule. On peut à cet égard s’étonner qu’aucun terme allemand n’ait été retenu : celui d’Urtext, en particulier, aurait, à notre avis, amplement mérité une entrée. La place modeste de l’italien ne doit cependant pas faire oublier le fait que les philologues transalpins ont joué dans l’histoire moderne de l’édition de texte un rôle essentiel, tout à fait patent au vu du nombre de références italiennes que comprend la bibliographie. Une petite notation est à cet égard tout à fait parlante : l’adjectif « bédiérien » (p. 70) est noté comme un « emprunt à l’it. bedieriano » ! Sans les Italiens, même la réflexion éditoriale des Français n’aurait donc pas été reconnue comme elle le mérite. (Et en passant, « bédiérien » n’est pas simplement synonyme de « bédiériste » : il signifie aussi, pour certains, « qui concerne Bédier en général », en opposition avec « bédiériste » qui désignerait plus spécifiquement ce qui concerne la méthode de Bédier.) De fait, ce manuel apparaît à certains égards comme un plaidoyer ad usum Francigeni en faveur de la reconnaissance de la diversité des réflexions éditoriales étrangères et en particulier italiennes, trop souvent négligées en France, même si Frédéric Duval, désireux de dépasser les clivages nationaux et méthodologiques, déplore avec raison que « les manuels italiens, riches en définitions, s’écartent très rarement de l’obédience néo-lachmannienne » (p. 8). Pour en rester aux étymologies, on doit par ailleurs se demander si Frédéric Duval ne fait pas parfois preuve d’un zèle un peu excessif : Gérard Genette admettrait-il qu’« hypertexte » (p. 162) soit un « emprunt à l’angl. hypertext » ?

3Les étymologies, au demeurant, ne sont pas systématiquement indiquées, mais chaque entrée comprend une définition rigoureuse et, dans la plupart des cas, une série de remarques qui permettent de préciser les différentes acceptions de termes parfois très polysémiques. De fait, un des traits remarquables du travail de Frédéric Duval est qu’il s’interdit le plus possible d’être normatif : il enregistre les différences terminologiques sans accorder de préférence à tel ou tel terme mais en précisant autant que faire se peut les différences d’usage, afin, dit-il, de « sensibilis[er] les éditeurs scientifiques à la nécessaire précision terminologique ainsi qu’aux sous-entendus méthodologiques de bons nombres (sic) de termes » (quatrième de couverture). On pourrait cependant s’interroger sur l’utilité de certains termes peu courants, ainsi de « lacuneux » (p. 175), à côté de « lacunaire » (p. 174). Il est vrai que « lacuneux » a pour lui l’autorité de Jean Irigoin ; mais on ne peut s’empêcher de penser ici au Bon usage de Grévisse qui relâche sa sévérité envers certains barbarismes pour peu qu’ils soient (exemple récurrent)… d’André Gide ! Dans certains cas, on serait aussi heureux d’avoir un peu plus de précisions sur la diversité des usages ; ainsi locus deperditus et locus desperatus sont-ils, sans plus, présentés comme synonymes (p. 184), sans qu’aucune piste ne soit donnée pour retracer l’histoire de leur emploi concurrent.

4Si l’on compare l’ouvrage de Frédéric Duval au bref « Glossaire de critique génétique » qui conclut les classiques Éléments de critique génétique d’Almuth Grésillon, on constate qu’il en reprend soixante-douze termes sur quatre-vingt-quinze, les vingt-trois restants appartenant presque tous (« carnet », « ductus », « instrument d’écriture », « marge », « papier », « papyrus », « tracé », etc.) au vocabulaire de la codicologie, volontairement écarté ici. « Alternative non résolue », « béquet » ou « signifiant graphique » n’auraient cependant peut-être pas déparé le manuel de Frédéric Duval.

5Effet peut-être inattendu d’une documentation bibliographique très dense, la richesse des commentaires dont sont nanties nombre d’entrées de l’ouvrage dessine en creux un deuxième dictionnaire dont on se prend presque à regretter l’absence, et qui serait un répertoire des grands éditeurs : à cet égard, certains articles de Gilles Roques absents de la bibliographie (voir par exemple « L’édition des textes français entre les deux guerres », dans Gérald Antoine et Robert Martin (dir.), Histoire de la langue française 1914-1945, Paris, Éditions du CNRS, 1995, p. 993-1000) pourraient ouvrir d’intéressantes perspectives. En attendant, on ne saurait reprocher à Frédéric Duval, qui s’avoue peu désireux de « faire l’apologie d’un nominalisme débridé » (p. 7), d’avoir résisté à la tentation d’enregistrer des néologismes osés par quelques historiens modernes de l’édition des textes médiévaux, comme « quentinisme » ou « cerquiglinisme », car il n’en oublie pas pour autant de rendre un hommage discret à nombre de grandes figures dont le travail a considérablement enrichi l’opposition trop simple du « lachmannisme » et du « bédiérisme ». Regrettons cependant ici l’absence d’allusions à un éditeur qui a beaucoup fait pour perfectionner la méthode de Dom Henri Froger : Anthonij Dees, dont les travaux auraient au moins mérité une rapide mention (même si la question de savoir s’ils ont mené à des avancées significatives de la science éditoriale peut se poser…). Et dans le même ordre d’idées, on peut déplorer en passant que l’article « stemma » soit un peu bref : un développement sur les « stemmas non orientés » et sur les tentatives modernes de calquer la recherche stemmatique sur l’évolution des procédures de recherche phylogénétiques en biologie aurait été intéressant.

6En dépit de quelques manques bénins (mais c’est le sort d’un dictionnaire d’être inachevable), nous voici désormais nantis d’un manuel d’une utilité incontestable, et, ce qui ne gâche rien, d’un maniement aussi aisé qu’agréable. Qui plus est, c’est un ouvrage œcuménique, car il fait le pont non seulement entre les philologues de toutes obédiences, mais aussi entre ceux-ci et les généticiens. Bien qu’incontestablement construit du point de vue de la philologie, il permet, par sa richesse et l’exceptionnelle densité des commentaires qu’il rassemble, de dresser un panorama très complet des pratiques éditoriales dont les chercheurs de tous bords pourront faire leur miel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Corbellari, « Frédéric Duval, Les Mots de l’édition de textes, Paris, École nationale des chartes, coll. « Magister. Les manuels de l’École des chartes », 2015, 288 p. », Genesis, 42 | 2016, 193-194.

Référence électronique

Alain Corbellari, « Frédéric Duval, Les Mots de l’édition de textes, Paris, École nationale des chartes, coll. « Magister. Les manuels de l’École des chartes », 2015, 288 p. », Genesis [En ligne], 42 | 2016, mis en ligne le 12 mai 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://genesis.revues.org/1591

Haut de page

Auteur

Alain Corbellari

Universités de Lausanne et de Neuchâtel.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org