Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus d'ouvrages

Le Livre dit. Entretiens de « Duras filme », éd. Joëlle Pagès-Pindon, Paris, Gallimard, coll. « Les cahiers de la NRF », 2014, 240 p.

Sandrine Vaudrey-Luigi
p. 224-226
Référence(s) :

Le Livre dit. Entretiens de « Duras filme », éd. Joëlle Pagès-Pindon, Paris, Gallimard, coll. « Les cahiers de la NRF », 2014, 240 p.

Texte intégral

1Tout commence avec la pièce Agatha, publiée le 3 mars 1981 aux Éditions de Minuit. Marguerite Duras entreprend aussitôt d’adapter son texte au cinéma avec une équipe relativement réduite. Dans le même temps, les proches qui l’entourent, Yann Lémée devenu très vite Yann Andréa – entré dans sa vie l’année précédente – son fils Jean Mascolo, surnommé Outa, et un ami, Jerôme Beaujour, la filment en train de réaliser son adaptation d’Agatha en vue de faire eux-mêmes un film intitulé Duras filme, documentaire qui paraît conjointement au film Agatha et les lectures illimitées, en octobre 1981… Le ton est donné : le volume édité par Joëlle Pagès-Pindon est le reflet d’une stratification et d’une mise en abyme jouant sur l’écrit, l’image, l’oral.

2Le Livre dit. Entretiens de « Duras filme » est un volume provenant d’archives personnelles de Jean Mascolo, que ce dernier a confié à une des spécialistes de Marguerite Duras, Joëlle Pagès-Pindon. Ces archives consistaient en trois cassettes audiovisuelles contenant environ six heures d’enregistrement, plus précisément de rushes, c’est-à-dire de l’ensemble des prises de vue filmées en vue du montage de Duras filme : la première partie du volume, « Les entretiens de Duras filme », en propose une transcription. Mais à cette première strate s’en ajoute une autre puisque la seconde partie du volume est issue d’un dossier d’archives portant la mention « écrits à déchiffrer », composé de feuillets dactylographiés transcrivant des passages de Duras filme : il s’agissait pour J. Pagès-Pindon d’établir un texte à partir d’une transcription dactylographiée de Duras filme, transcription abondamment revue par Duras…

3Précédant ces deux sections, la « Préface » et la « Note sur l’édition du texte » apportent plusieurs formes d’informations. La première partie de la préface contextualise les deux sections du volume en mettant en évidence l’importance du livre de chroniques L’Été 80 ainsi que celle de l’entrée dans la vie de l’écrivain de Yann Andréa – « vecteur de son imaginaire et […] centre scriptural de sa création » (J. Pagès-Pindon, p. 17) – à la fin de l’été 1980. C’est également l’occasion de souligner à quel point le tournage d’Agatha et les lectures illimitées a réactivé chez Duras des souvenirs liés au « petit frère » tant aimé. La seconde partie de la préface s’arrête plus précisément sur les conditions de réalisation des Entretiens de Duras filme, sur l’intérêt selon l’éditrice de publier la transcription de ces rushes, dans la mesure où Duras « contribue à nous rendre visible la cohérence de sa création » (p. 25). Quant aux enjeux de la seconde section du volume, ils sont encore plus évidents puisque ces feuillets étaient jusqu’alors restés inédits. La « Note sur l’édition du texte » permet classiquement à J. Pagès-Pindon de s’expliquer sur le travail qu’elle a accompli pour transcrire d’une part les cassettes audiovisuelles, d’autre part pour établir un texte à partir du tapuscrit remanié par Duras de Duras filme, établissement dont la difficulté est bien rendue par la reproduction du folio n° 7 (p. 183). De fait comme le souligne J. Pagès-Pindon (p. 30), « Les vingt-huit feuillets qui composent le manuscrit des “Brouillons du Livre dit” ont des allures de palimpseste ».

4L’intérêt de ce volume dépasse largement celui de présenter des inédits tant ils s’inscrivent dans la production durassienne d’une manière plus globale. Tout d’abord, ils éclairent d’un nouveau jour la période des années 1980-1982 : alors que les chroniques de L’Été 80, Agatha ou encore La Maladie de la mort véhiculent une représentation de Marguerite Duras relativement seule, notamment face à la rencontre fulgurante avec Yann Andréa puis au désenchantement qui a suivi, le lecteur la découvre entourée de ses proches, aimant non seulement partager des moments avec eux, échanger des idées, mais également appréciant répondre à leurs sollicitations, notamment à celles de Yann Andréa, ou prenant simplement du plaisir à parler :

Vous savez, moi, vous me mettez devant une caméra, je peux parler pendant huit heures ! Je ne l’ai jamais fait, mais je peux le faire.
Yann Andréa — Sur quoi par exemple ?
M. D. — Tout, tout, absolument sur tout (p. 42).

5De fait, Duras aborde une grande variété de sujets pendant qu’elle est filmée filmant Agatha ou les lectures illimitées. J. Pagès-Pindon a intitulé les principales séquences afin de guider le lecteur ; ces dernières fournissent un résumé fidèle de l’ensemble du contenu : « Le désir, l’inceste, l’homosexualité », « Filmer Agatha et La jeune fille et l’enfant à Trouville », « Les robes de Bulle Ogier », « En tournage avec Bulle Ogier », « Les bonheurs de l’été 80 », « Prises de vue : la mer, les arbres », « Les livres et les films, la mort, les femmes et les hommes », « En tournage avec Yann Andréa », « Le cinéma, le “gai désespoir”, l’amour maternel ». Ces titres rendent compte également de l’alternance entre des sujets sérieux, graves, et la légèreté qui peut accompagner certains moments du tournage ; en ce sens, c’est également toute la richesse d’une ambiance qui nous est restituée, et c’est certainement l’un des plus grands intérêts de ce volume.

  • 1 M. Duras, Les Yeux verts, Paris, Les Cahiers du cinéma, coll. « Petite Bibliothèque des Cahiers du (...)
  • 2 Marguerite Duras à Montréal, dir. S. Lamy et A. Roy, Montréal, Spirale-Solin, 1984, p. 57.
  • 3  M. Duras, C’est tout, Paris, P.O.L, 1995, p. 15.

6Ensuite, ces inédits rappellent une fois de plus la porosité qui existe dans l’œuvre durassienne non seulement entre l’écrit et l’oral, mais également entre l’écriture et le cinéma. Ainsi ce volume est-il une formidable illustration de ce que Duras a déclaré dans Les Yeux verts, recueil de textes publiés en juin 1980 dans Les Cahiers du cinéma (« Je parle aussi de l’écrit même quand j’ai l’air de parler du cinéma. Je ne sais pas parler d’autre chose. Quand je fais du cinéma, j’écris1 »), ou encore précisément à l’époque d’Agatha (« Je voudrais parler de l’écrit et de ma voix. Ma voix, tu dois l’entendre quand tu lis2 »), mais également plus tard, lorsqu’elle livre ses textes testamentaires (« Écrire, c’est très près du rythme de la parole3 »). Or cette porosité a une conséquence fondamentale : les grandes constantes de l’idiolecte durassien sont également observables dans ce volume, notamment dans la seconde section. Déjà présente dans la première section (« l’infini de la mer et l’infini de l’enfant », p. 65), on observe notamment cette configuration de la substantivation de l’adjectif avec inversion du caractérisé et du caractérisant, qui en tant que signal de la langue littéraire en général baroquise la prose chez Duras : « cet appauvrissement nouveau du sentiment » (p. 185) ; « l’immensité de cette relation » (p. 191) ; « la crapulerie essentielle de l’État soviétique » (p. 193-194).

7Enfin, la seconde section du volume présente un double intérêt spécifique : d’une part, ces feuillets dactylographiés largement corrigés, biffés et annotés par Duras permettent non seulement de mesurer ce que la retranscription initiale a conservé de l’ensemble des heures de tournage pour Duras filme, mais surtout ils offrent un exemple du travail de l’auteur à partir d’une version initiale. Et si J. Pagès-Pindon utilise le terme de « palimpseste », c’est que le travail d’établissement du texte est souvent rendu difficile par les multiples campagnes de corrections voire de réécritures menées sur un même feuillet, sans qu’elles soient toutes précisément datables – ainsi J. Pagès-Pindon réussit-elle à situer l’une d’entre elles par une allusion de Duras à l’attentat de la rue des Rosiers. L’autre intérêt manifeste de cette seconde section du volume réside, pourrait-on dire, dans le gain stylistique obtenu à partir des séquences de tournage de Duras filme. Dans la mesure où ces feuillets étaient destinés à une publication – même si cette dernière n’a jamais vu le jour – les paroles se trouvent condensées, les formules retravaillées deviennent plus lapidaires, les jugements se font aussi souvent plus sentencieux, comme ces propos sur l’homosexualité :

L’homosexualité n’existe pas sans l’hétérosexualité. L’hétérosexualité existe sans modèle, seule. L’homosexualité est une façon de remplacement de l’hétérosexualité, c’en est une parodie affaiblie et un plagiat aussi très codé, faute d’avoir la force d’affronter la tragédie de l’hétérosexualité (p. 190).

8Mais ces feuillets laissent également affleurer des propos plus légers, ancrés dans le temps du tournage et qui pourtant laissent percevoir par exemple l’aplomb de l’écrivain qui amuse ses proches :

Nous allons tourner très peu, vingt plans (rire général), vingt-cinq plans et puis nous savons déjà que le film fera le tour de l’intelligence du cinéma (p. 192).
C’est parce que je ne sais pas jouer que ma musique est tellement belle (p. 192).

9Ce volume est donc plus qu’un document sur la vie quotidienne d’un tournage. Il est tout d’abord, un complément à l’édition d’Agatha dans la collection de la « Bibliothèque de la Pléiade », texte édité également par J. Pagès-Pindon sous la direction de Gilles Philippe et paru en 2014. Il constitue une somme passionnante pour le cinéphile qui regarde un film en train de se faire, pour le généticien découvrant le travail de l’écrivain sur des brouillons inédits, pour tout spécialiste ou tout lecteur de Duras qui peut une fois de plus mesurer la proximité de l’oral et de l’écrit chez Marguerite Duras, ou à quel point l’écrit s’inscrit dans l’oral tout en s’affranchissant.

Haut de page

Notes

1 M. Duras, Les Yeux verts, Paris, Les Cahiers du cinéma, coll. « Petite Bibliothèque des Cahiers du cinéma », 1996, p. 76.

2 Marguerite Duras à Montréal, dir. S. Lamy et A. Roy, Montréal, Spirale-Solin, 1984, p. 57.

3  M. Duras, C’est tout, Paris, P.O.L, 1995, p. 15.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Vaudrey-Luigi, « Le Livre dit. Entretiens de « Duras filme », éd. Joëlle Pagès-Pindon, Paris, Gallimard, coll. « Les cahiers de la NRF », 2014, 240 p. », Genesis, 44 | 2017, 224-226.

Référence électronique

Sandrine Vaudrey-Luigi, « Le Livre dit. Entretiens de « Duras filme », éd. Joëlle Pagès-Pindon, Paris, Gallimard, coll. « Les cahiers de la NRF », 2014, 240 p. », Genesis [En ligne], 44 | 2017, mis en ligne le 05 juin 2017, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://genesis.revues.org/1609

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org