Skip to navigation – Site map
Chroniques
Comptes rendus d'ouvrages

Roger Chartier, La Main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur, Paris, Gallimard, coll. « Folio histoire », 2015, 406 p.

Stéphane Pétermann
p. 223-224
Bibliographical reference

Roger Chartier, La Main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur, Paris, Gallimard, coll. « Folio histoire », 2015, 406 p.

Full text

1Roger Chartier réunit dans cet ouvrage des études parues entre 2001 et 2014, dans des versions retravaillées, auxquelles il joint un essai inédit intitulé « Textes sans frontières », formant le chapitre IV. En dix chapitres ainsi nouvellement articulés, Chartier dresse un panorama des œuvres littéraires entre le xvie siècle et le xviie siècle, s’attachant à « les replacer dans leur historicité propre » (p. 12), à en restituer les modes de production, de circulation et de lecture, à comprendre les conditions de leur réalisation. Pour ce faire, l’historien s’appuie sur la matérialité des œuvres, ou plutôt sur leurs matérialités, puisque aussi bien il distingue celle du livre, celle du texte et celle de la page, qui toutes entrent dans le processus complexe de fabrication et de publication de l’écrit. Pour Chartier, le texte lui-même n’est pas un objet immatériel, « si l’on entend par là les formes de son inscription manuscrite ou imprimée qui, tout en fixant l’œuvre, lui donnent mobilité et instabilité » (p. 14-15).

2À travers l’étude de grandes œuvres telles que Don Quichotte ou Hamlet, Chartier rappelle quelques réalités trop souvent ignorées, même des spécialistes. La manière dont le lecteur du xxie siècle perçoit et définit le fait littéraire s’est construite au cours de l’histoire, et doit beaucoup à la période étudiée ici, que bornent l’invention de l’imprimerie et l’avènement de l’auteur moderne – à cet égard, le titre retenu est particulièrement heureux, puisqu’il met en évidence les principales instances actives dans la création littéraire : les écrivains et leurs outils affrontant la page manuscrite, les imprimeurs, typographes et éditeurs donnant cadre et forme à leurs écrits.

3Dans son avant-propos, l’auteur affirme sa volonté de « contribuer aux interrogations inspirées par les mutations contemporaines de la culture écrite » (p. 17). Non pas, ce qui serait hasardeux, en convoquant le passé pour prédire le futur, mais en précisant les notions faisant débat aujourd’hui, « qui ont fondé la définition de l’œuvre comme œuvre, la relation entre l’écriture et l’individualité et la propriété intellectuelle » (p. 18). Chartier ne prétend pas répondre à la question « Qu’est-ce que la littérature ? », mais il concourt de manière déterminante à comprendre comment le fait culturel que nous appelons littérature s’est construit, entre manuscrit autographe et presse typographique. Ne croyant pas à la « mort de l’écrit », l’historien avance l’hypothèse que « la coexistence actuelle […] entre différentes modalités de l’écrit, manuscrit, imprimé et électronique » est « sans doute durable » (p. 18).

4La force de cet ouvrage « consacré aux objets et aux pratiques de la culture écrite » (p. 267), c’est de questionner, en en retraçant l’histoire – les délimitations – les définitions des notions qui leur sont liées. Chartier nuance le poncif des « pouvoirs » de l’imprimerie, et discute la question de l’autorité exercée sur l’écrit : dans le chapitre VIII, il montre par exemple qu’aux xvie et xviie siècles, la ponctuation dépend moins des auteurs que des scribes, des compositeurs et surtout des correcteurs. Plus loin, il s’interroge simplement : « Qu’est-ce qu’un livre ? » Faisant l’historique de la constitution des archives littéraires, il souligne leur lien étroit avec la « fétichisation de la main de l’auteur », et leurs effets sur les « contours de l’œuvre ». Il y a, note-t-il, des auteurs « avec ou sans archives », et cette distinction n’est bien sûr pas indifférente à qui est réduit à « écouter les morts avec les yeux » (p. 9), pour reprendre la formule d’ouverture du livre. En outre, « les significations des œuvres changent même lorsque leur texte ne change pas » (p. 201), remarque Chartier, qui cite ailleurs Bourdieu (reprenant un propos de Joseph Levinson) allant dans le même sens : « On oublie qu’un livre change par le fait qu’il ne change pas alors que le monde change » (p. 296). Rien d’étonnant à ce que, parvenu au terme de son parcours, et commentant « Pierre Ménard, auteur du Quichotte » de Jorge Luis Borges, Chartier achève sur des lignes qui évoquent « l’impossible rêve d’une œuvre toujours identique à elle-même » (p. 299). À l’illusion d’un âge d’or où l’écrit littéraire aurait connu un statut et une légitimité incontestables – aujourd’hui mis à mal –, Chartier substitue la vision d’une ère moderne foncièrement complexe et dynamique.

5Intitulée « Textes sans frontières » (chapitre IV), l’étude jusque-là inédite illustre bien ce parti qui attribue au texte un destin et des vies. Chartier y analyse en détail les traductions et éditions successives de la Brevísima relación de la destruyción de las Indias de Bartolomé de Las Casas (1552), ouvrage qui a joué un rôle de premier plan dans la propagation de la « légende noire » anti espagnole. D’abord imprimé à Séville, le texte date de dix ans plus tôt, et une copie manuscrite en a été conservée. De retour d’Amérique, Las Casas dénonce dans ces lignes les atrocités de la colonisation telle qu’elle est organisée depuis les lois de Burgos de 1513. Dans un « Argument du présent sommaire » de l’édition de 1552, Las Casas précise que sa « relation » a été d’abord orale, et que la mise par écrit devait servir à alerter le roi Très Catholique de la situation dans ses colonies américaines. Chartier indique que le document a dû faire effet, puisque des réformes sont ordonnées à la fin de l’année 1542 déjà. Pourquoi alors le faire imprimer ? Parce qu’en 1552, Las Casas est déçu de l’évolution des choses, et qu’il veut en appeler une nouvelle fois au roi, sous une forme « que Son Altesse […] pût lire plus aisément » (p. 115). Pour donner plus de poids à son argumentaire, Las Casas fait imprimer en tout huit traités – dont la Brevísima relación – qui sont publiés sous une seule et même reliure. Chartier montre qu’ensuite, les trois traductions du texte publiées en terres protestantes (aux Pays-Bas espagnols et en Angleterre, entre 1578 et 1583) obéissent à des intentions de dénonciation politique, dans le contexte de la lutte des Pays-Bas contre leur souverain catholique, et dans celui de la rivalité anglo-espagnole de la fin du xvie siècle. Autre usage et nouvelle interprétation, dans l’édition du texte parue à Francfort en 1598, dans le contexte des guerres religieuses : les cruautés espagnoles illustrées par Théodore de Bry servent à montrer ce dont les catholiques sont capables de commettre envers les peuples et les nations ayant adopté la Réforme. À Venise en 1626, à Barcelone en 1646 puis à Londres en 1656, de nouvelles éditions font écho aux préoccupations et aux intérêts politiques contemporains. Puis, à la fin du xviie siècle, le texte ressurgit dans plusieurs éditions en français, publiées à Paris, Amsterdam et Londres, qui présentent curieusement la Brevísima relación comme un « intéressant récit de voyage » (p. 136), à ranger aux côtés d’autres souvenirs pittoresques. Les descriptions des atrocités sont adoucies, quoique bien présentes, et des avertissements tentent d’en amoindrir la portée. Dernier avatar enfin, le texte paraît à nouveau en espagnol, à plusieurs reprises, dans les années 1810-1820 où les nations d’Amérique du Sud se soulèvent contre leurs maîtres européens.

6Chartier clôt cet inventaire éclairant en remarquant : « La signification d’un texte ne dépend pas seulement de sa lettre. Elle est toujours construite par un double contexte : celui, historique, défini par les attentes de ses lecteurs, celui, matériel, donné par la présence dans le livre qui le publie de textes qui ne sont pas l’œuvre elle-même » (p. 143). En proposant d’associer histoire culturelle et critique textuelle, La Main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur offre d’innombrables pistes invitant à redécouvrir des œuvres de la tradition qui peuvent sembler figées dans leur interprétation.

Top of page

References

Bibliographical reference

Stéphane Pétermann, « Roger Chartier, La Main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur, Paris, Gallimard, coll. « Folio histoire », 2015, 406 p. », Genesis, 44 | 2017, 223-224.

Electronic reference

Stéphane Pétermann, « Roger Chartier, La Main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur, Paris, Gallimard, coll. « Folio histoire », 2015, 406 p. », Genesis [Online], 44 | 2017, Online since 05 June 2017, connection on 24 September 2017. URL : http://genesis.revues.org/1613

Top of page

About the author

Stéphane Pétermann

Université de Lausanne.

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org