Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus d'ouvrages

Patrick Dandrey (dir.), Génétique matérielle, génétique virtuelle. Pour une approche généticienne des textes sans archives, 2009

Robert Melançon
p. 167-168
Référence(s) :

Génétique matérielle, génétique virtuelle. Pour une approche généticienne des textes sans archives, coordonné et édité par Patrick Dandrey, Québec, Presses de l’université Laval, 2009, 340 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage réunit dix-sept études présentées dans le cadre d’un séminaire en Sorbonne en 2002-2003. En vue de la publication, elles ont été « reprises et unifiées en jeu d’échos et de réciprocité pour que le volume […] offre […] l’unité formelle d’un livre véritable ». On ignore quelle a été l’étendue de cette unification, mais elle a dû être assez forte pour que les signatures des auteurs ne figurent qu’entre crochets droits à la fin de leurs articles. On ne sait donc pas toujours si ce qu’on lit est de l’auteur ou de l’éditeur ; on se défend mal du soupçon que la convergence des contributions est un peu artificielle et que la pluralité des points de vue a été estompée pour faire place à un plaidoyer en faveur d’une génétique « virtuelle » des textes sans archives.

2Dans la présentation de l’ouvrage, Patrick Dandrey soutient que la génétique doit « accomplir sa révolution copernicienne […] en dégageant la notion d’acte génétique de son support exclusivement matériel », sans quoi elle restera confinée à un moment historique étroit : en amont du xixe siècle, la destruction des brouillons la prive de son matériau tandis que se profile, depuis que nous sommes entrés dans une civilisation de l’informatique, un nouvel âge sans manuscrits. Un renversement des perspectives s’impose donc : en l’absence de manuscrits, « le but […] n’est plus de déduire le texte de l’examen de son avant-texte, mais d’inférer l’avant-texte hypothétique à partir d’une spectrographie du texte […], dans la perspective d’identifier les couches géologiques qui le composent » ; l’objet du généticien consiste désormais en « la reconstitution du dossier des manuscrits disparus à partir des traces conservées par l’impression ». Arguant de la longue durée, des civilisations de l’oral à celle de l’écran de part et d’autre de l’âge du papier, Patrick Dandrey pose que « la génétique virtuelle constitue l’avenir de la génétique actuelle, limitée à une définition matérielle, objective et figée du texte et de l’avant-texte ».

3Almuth Grésillon (« Qu’est-ce que la génétique ? Aide-mémoire et propositions théoriques ») et Bernard Beugnot (« Perspective et prospective. Pour une génétique de l’invention classique ») tempèrent ces thèses. Après avoir rappelé que « les œuvres dont n’a subsisté aucune trace du processus d’élaboration échappent à l’investigation génétique », Almuth Grésillon s’interroge sur la portée du recours à des documents imprimés et à des archives indirectes (métadiscours d’auteur, témoignage des contemporains, sources, corrections, réécritures, additions) pour remédier à l’absence de manuscrits. Bernard Beugnot, après avoir évoqué les limites matérielles, conceptuelles et historiques d’une génétique de l’invention classique, esquisse un programme de travail (compléter les enquêtes dans les fonds manuscrits, établir un corpus de témoignages sur le travail de l’écrivain, mettre au point « un lexique critique propre aux textes approchés par une méthode génétique “virtuelle” ») et propose de distinguer genèse et génétique, celle-ci étant définie comme « l’ensemble des aspects proprement textuels de la genèse ».

4Le corps de l’ouvrage se déploie en quatre parties. Les deux premières s’intéressent aux archives matérielles, manuscrits puis éditions, les deux dernières aux archives virtuelles, réécritures puis reconstitutions. De l’une à l’autre, on s’éloigne de la génétique telle qu’elle s’est définie depuis un demi-siècle : des manuscrits aux éditions, puis des réécritures aux textes dont on ne connaît qu’un seul état, la notion d’archive se fait de plus en plus métaphorique.

5Les deux parties relatives aux archives matérielles invitent le généticien à prendre acte des traits particuliers de chaque époque et à ne pas ériger en norme les usages des xixe et xxe siècles. Jean-Marie Chatelain (« Sur le statut du manuscrit littéraire au xviie siècle ») et Anne-Marie Garcia (« Les recueils de poésie au début du xviisiècle ») appellent à des typologies fines des manuscrits et des imprimés à l’âge classique. Comme l’a montré Michel Jeanneret, il n’est pas possible alors d’opposer « comme deux états radicalement hétérogènes le stade de la production et le produit imprimé ». L’état des archives classiques n’interdit donc pas toujours de constituer des avant-textes : ainsi Bérengère Parmentier (« Genèse du livre, naissance de l’auteur. La Bruyère et ses Caractères ») esquisse-t-elle une étude génétique sur la base des éditions successives des Caractères. Ce n’est pas toujours possible : Catherine Costentin (« La Rochefoucauld : d’une œuvre modulaire ») conclut que le dossier des Maximes « ne suffit pas à constituer une approche génétique au sens strict ».

6On en dira autant, a fortiori, des études fondées sur des archives « virtuelles ». La notion d’archive y prend une telle extension qu’elle perd ses contours : tenter de remonter au texte authentique des lettres de Madame de Sévigné à partir de « l’après-texte » que constitue la version éditée par ses descendants (Roger Duchêne) ou de dégager les procédés de réinvention du texte de Marie de l’Incarnation par son fils Dom Caude Martin (Isabelle Landy), si intéressant que cela soit, relève-t-il encore de la génétique ? La reconstitution hypothétique de la première version perdue de Tartuffe (Robert McBride) ou « l’esquisse, tout en hypothèses, de ce qu’a pu être la genèse » du Moyse sauvé de Saint-Amant en l’absence de toute trace manuscrite de brouillons (Guillaume Peureux) sont-ils plus que des exercices de génétique imaginaire ? L’étude de Patrick Dandrey sur Francion, Adonis et Le Malade imaginaire, plaidoyer passionné pour une génétique virtuelle qui serait un « inventaire du possible », se révèle une étude de genèse au sens lansonien du terme, entreprise légitime et féconde mais qu’il n’y a pas lieu d’assimiler à la génétique. L’archive virtuelle aboutit à une génétique qui n’est, en effet, que virtuelle dans toutes les acceptions du terme.

7On distinguera donc dans cet ouvrage les études fondées sur des archives matérielles, manuscrites et imprimées, de celles qui reposent sur des archives virtuelles, entendons sur l’absence d’archives. Les secondes revivifient, à la lumière de la génétique, les études de genèse qui figurent depuis Lanson au programme de l’histoire littéraire. Les premières, dans une démarche qui peut être authentiquement génétique, invitent à tenir compte de différences historiques cruciales : Érasme écrivait dans les ateliers d’imprimerie d’Alde Manuce et de Froben, La Bruyère dans celui de Michallet. Cela porte à conséquence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Melançon, « Patrick Dandrey (dir.), Génétique matérielle, génétique virtuelle. Pour une approche généticienne des textes sans archives, 2009 », Genesis, 31 | 2010, 167-168.

Référence électronique

Robert Melançon, « Patrick Dandrey (dir.), Génétique matérielle, génétique virtuelle. Pour une approche généticienne des textes sans archives, 2009 », Genesis [En ligne], 31 | 2010, mis en ligne le 18 juin 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://genesis.revues.org/411

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org