Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus d'ouvrages

Martine Sagaert, Peter Schnyder, André Gide. L’Écriture vive, 2008

Catherine Viollet
p. 168
Référence(s) :

Martine Sagaert, Peter Schnyder, André Gide. L’Écriture vive, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, coll. « Horizons génétiques », 2008, 168 p., avec DVD-Rom.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Premier maillon d’une collection prometteuse, intitulée « Horizons génétiques », aux Presses universitaires de Bordeaux, le volume André Gide. L’Écriture vive est à la fois séduisant et convaincant. Les deux spécialistes d’André Gide que sont Martine Sagaert (éditrice notamment du tome II du Journal, 1926-1950 dans la « Bibliothèque de la Pléiade ») et Peter Schnyder (éditeur d’une récente anthologie des Journaux de Maria van Rysselberghe, la « petite dame » proche de Gide, sous le titre Je ne sais si nous avons dit d’impérissables choses, Gallimard, coll. « Folio », 2006) proposent un parcours riche et original des manuscrits et de l’œuvre de Gide. Et ce, sous deux formes : à la fois sérieuse (le livre) et ludique (le DVD), qui se complètent à merveille, mais que l’on peut aussi bien apprécier indépendamment l’un de l’autre.

2Commençons par le sérieux. Un volume à deux voix, d’environ cent soixante pages, qui regroupe plusieurs champs de recherche, et propose des sondages au plus près des manuscrits de l’écrivain :

3– l’écriture du Journal, la mystérieuse genèse d’Ainsi soit-il, et la rédaction non moins complexe du Retour de l’URSS et de ses Retouches (Martine Sagaert) ;

4– et un André Gide moins connu des lecteurs, correcteur d’épreuves et traducteur de Shakespeare ou de Friedrich Hebbel (Peter Schnyder) – analyses s’appuyant sur des documents inédits.

5Le tout précédé d’une introduction, qui explique à quel point l’approche génétique sied particulièrement bien à l’auteur du Journal des Faux-Monnayeurs, plus intéressé par la fabrique du texte que par le texte lui-même, et fasciné par les manuscrits d’autres écrivains.

6Après une présentation synthétique des différents modes d’édition de l’œuvre (critique ou génétique, par exemple pour Les Caves du Vatican), chacun des chapitres montre un aspect spécifique du travail de Gide – qu’il s’agisse des modalités pratiques de la tenue du Journal, des phases de rédaction de l’œuvre ultime Ainsi soit-il, ou de la dialectique des corrections apportées au récit du voyage en URSS. Les chapitres portant sur l’activité de Gide traducteur mettent en perspective les choix théoriques et pratiques de l’écrivain, et reproduit des documents inédits avec les variantes des traductions.

7« Une œuvre qui déborde largement l’espace des livres publiés », affirment les auteurs. Et plus encore que cet ouvrage, c’est le DVD-Rom qui l’accompagne qui en fournit la preuve éclatante. Conçu de manière ludique, ce support propose plusieurs espaces où flâner à son gré :

8– les manuscrits des autres (ceux auxquels Gide s’est particulièrement intéressé : Montaigne, Rilke et Charles-Louis Philippe) ;

9– les documents présentant les travaux de Gide lui-même (soit quatre carnets du journal intégralement reproduits en fac-similé, les cent quarante-six feuillets correspondant à la rédaction d’Ainsi soit-il, des manuscrits inédits de la première traduction d’Hamlet ainsi que de celle des lettres de Hebbel sur la France) ;

10– le « laboratoire de la création » porte sur les lieux, supports et instruments d’écriture, aspects matériels et concrets du processus scriptural, représentés sous forme de photos ou de témoignages de l’écrivain ;

11– La section « L’œuvre à son estuaire » diffère et surprend par sa conception. Il s’agit d’une présentation commentée et vivante des « espaces papier du Journal », de l’« espace cahier » d’Ainsi soit-il et des modalités de sa rédaction, de lectures d’extraits ; et enfin de l’analyse détaillée, sur le motif, du dernier et énigmatique feuillet de cette œuvre, rédigé quelques jours avant la mort de l’écrivain – démonstration rigoureuse et fort concluante de ce que peut apporter l’analyse d’un document manuscrit.

12Une vaste documentation bibliographique et iconographique s’ajoute à l’ensemble, sous le titre « médiathèque ». Chaque section est présentée par un commentaire clair et synthétique, guidant le parcours du lecteur. D’autres agréables surprises l’attendent, qui traduisent l’admiration que portent à Gide les deux chercheurs, et transmettent leur enthousiasme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Viollet, « Martine Sagaert, Peter Schnyder, André Gide. L’Écriture vive, 2008 », Genesis, 31 | 2010, 168.

Référence électronique

Catherine Viollet, « Martine Sagaert, Peter Schnyder, André Gide. L’Écriture vive, 2008 », Genesis [En ligne], 31 | 2010, mis en ligne le 18 juin 2013, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://genesis.revues.org/415

Haut de page

Auteur

Catherine Viollet

Catherine Viollet est chargée de recherche à l’Institut des Textes et Manuscrits modernes (CNRS-ENS), responsable de l’équipe « Genèse & Autobiographie ». Dernières publications : Métamorphoses du journal personnel. De Rétif de la Bretonne à Sophie Calle (avec M.-F. Lemonnier-Delpy, Academia-Bruylant, 2006) ; Genèse et autofiction (avec J.-L. Jeannelle, Academia-Bruylant, 2007) ; Si tu lis jamais ce journal… Diaristes russes francophones 1780-1854 (avec E. Gretchanaia, CNRS Éditions, 2008) ; Cahiers du Monde russe, n° 50/1, « Écrits personnels » (avec V. Garros, EHESS, 2010).
cviollet[arobase]wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org