Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus d'ouvrages

Modèles linguistiques, « Génétique de la production écrite et linguistique », coordonné par Irène Fenoglio et Jean-Michel Adam, t. XXX, vol. LIX, 2009

Louis Hay
p. 170-171
Référence(s) :

Modèles linguistiques, « Génétique de la production écrite et linguistique », coordonné par Irène Fenoglio et Jean-Michel Adam, t. XXX, vol. LIX, 2009.

Texte intégral

1Le dernier numéro de Modèles linguistiques paraît sous le signe de l’ouverture.

2Ouverture à une recherche internationale, à une diversité de corpus et à une pluralité d’écoles théoriques, qui apportent ensemble un sang neuf à la recherche. De là peut-être l’idée d’en proposer la lecture à un non-spécialiste, aux risques et périls de la linguistique.

3Dans l’introduction du volume, Jean-Louis Lebrave fait le point sur l’état d’une « linguistique de la production écrite » dont l’élaboration est l’un des acquis majeurs de la science génétique. Pour qui a suivi les recherches initiées par l’équipe de Linguistique de l’ITEM, les avancées sont sensibles : les concepts se sont affirmés, simplifiés et clarifiés. Désormais, le champ est nettement délimité : la linguistique ne saurait épuiser les singularités sémiotiques du manuscrit, ni saisir le processus même de l’écriture. Mais une théorie de l’énonciation écrite est possible qui permet de construire une génétique des transitions entre états. La voie est ouverte au travail de modélisation et Lebrave rappelle les quatre concepts qui décrivent classiquement les substitutions orientées dans le temps. Il propose par ailleurs de les compléter par une typologie chronologique de quatre étapes (cinq avec celle de la transmission) des processus d’écriture. Il faut citer sa conclusion qui ouvre, discrètement encore, une perspective qui porte loin : « En montrant ainsi comment le sens advient au texte dans les brouillons, la linguistique apporte une réponse originale à la question souvent débattue, de savoir si la critique génétique est ou non une critique. »

4La question n’est pas étrangère au travail d’Irène Fenoglio qui figure un peu plus loin. On sait sa « découverte » du fonds Benveniste dans les tiroirs du département des Manuscrits orientaux de la BnF. L’analyse qu’elle en propose est à la fois une contribution à l’histoire de la recherche en sciences humaines et un exemple d’application d’une méthode génétique qui va du premier classement des manuscrits à l’analyse documentaire du dossier et à l’interprétation linguistique du texte. Le document étudié est l’essai sur « Le langage et l’expérience humaine », vaste réflexion sur la subjectivité et le temps où se développe notamment le concept fondamental de discours. Irène Fenoglio en fait l’objet d’une véritable leçon d’analyse microgénétique qui montre le surgissement de la pensée dans la langue, grâce à l’étude exhaustive d’une série complète d’échantillons représentatifs des divers niveaux du manuscrit. De ce parcours, elle rapporte aussi des suggestions pour une réflexion, à peine ébauchée jusqu’ici, sur les traits distinctifs d’une écriture fictionnelle et d’une écriture scientifique.

5Entre ces contributions figurent deux études consacrées aux rapports entre la linguistique de la genèse et celle du texte. Issues d’un programme interdisciplinaire de l’université de Lausanne, elles contribuent incontestablement à l’originalité de ce volume.

6Jean-Michel Adam montre que la « transition entre états » relevée par Lebrave dans les manuscrits s’observe aussi bien dans les textes publiés. Il en présente une véritable typologie à travers une palette d’exemples convaincants du xxsiècle et propose, avec l’étude des trois états auctoriaux de La Belle au bois dormant de Perrault une démonstration qui fera chaud au cœur de tout généticien. Je suis un peu plus hésitant à le suivre jusqu’à la Chanson de Roland. Le statut de l’auteur, de l’œuvre, de la transmission me semble trop changé depuis l’époque médiévale pour s’intégrer à une démonstration contemporaine. Mais cela ne porte en rien préjudice à sa description du champ de la variation textuelle (p. 33) ni au schéma (p. 29) qui apporte un véritable changement de paradigme à la notion même de texte. Adam propose de lui substituer le concept englobant de textualité, qui place le texte au cœur d’un ensemble d’interactions qui le constituent : cotextes (d’un même recueil), métatextes (qui le glosent), interdiscursivité constituée par l’ensemble des systèmes de genres et de la langue disponibles à une époque donnée. Ce schéma justifie la double approche du texte par une linguistique de la genèse et une linguistique de la textualité. Il incite les généticiens à garder dans leur pensée une perspective ouverte sur le destin public des Œuvres. Mais sans doute voudront-ils toujours distinguer entre les changements apportés au second Don Quichotte par Cervantès et ceux qu’il subirait sous la plume de Pierre Ménard.

7À son tour, Rudolf Mahrer met en cause l’opposition du texte au brouillon, en révisant les critères classiques de la textualité. Le critère de cohérence peut s’appliquer au brouillon dès lors que son unité énonciative est reconnue par une « appréhension interprétative ». Celui de sa fonction communicationnelle est relativisé par « la nature intrinsèquement dialogale de l’énonciation » dont témoigne le caractère autodialogique (Bakhtine) de l’écriture. De même, les substitutions (Lebrave) s’apparentent à des reformulations énonciatives. De là, pour Mahrer, la pertinence d’une construction théorique qui permet d’analyser les faits de production (ou d’énonciation) indépendamment des sémiotiques qui les supportent. Cette thèse est illustrée par des exemples empruntés aux manuscrits de Ramuz et qui sont, en effet, démonstratifs, même s’ils prêtent parfois à surinterprétation : la rature d’une seule lettre suffit-elle pour établir que la « difficulté à nommer est ainsi portée sur la scène énonciative […] », ou bien, des reformulations (textuelles) comme « je la fis s’asseoir » en « Ou plutôt elle s’assit d’elle-même » montrent-elles vraiment « un monde qui résiste au mot » (p. 61-62) ?

8En fait, ces détails n’ont d’intérêt que pour témoigner, peut-être, d’une différence de sensibilité. Pour le généticien, la complexité du manuscrit, sabré parfois de centaines de ratures, éclaté dans le temps et l’espace, pris dans le réseau enchevêtré d’un dossier, déborde les modèles d’un énoncé textuel (peut-être est-ce un sentiment de « littéraire » ?). Mais inversement, Mahrer a certainement raison d’inviter à une réflexion sur la notion de trace et, de façon plus générale, sur l’intérêt, pour la génétique, à réfléchir « sur l’horizon d’interprétabilité de [son] objet – ce qui constituerait un complément épistémologiquement bienvenu à une définition trop “choisiste” de la discipline ». Entre textualité et genèse, le départ est en tout cas donné à un débat neuf.

9Les trois contributions suivantes offrent un panorama des nouveaux outils de la recherche génétique. Valentina Chepiga conjugue trois méthodes pour traiter, en bonne épistémologie, d’un problème dont la solution est connue d’avance : celle de l’identité des auteurs Romain Gary et Émile Ajar. Entre une confrontation statistique des paramètres syntaxiques qui caractérisent les deux corpus et une étude des variantes génétiques, dont le logiciel MEDITE permet la comparaison automatisée, elle place une description comparative des éléments matériels des deux dossiers. Une analyse des écritures fournirait sans doute un élément d’identification plus décisif encore que celle des documents. Mais l’association de l’analyse matérielle à l’analyse textuelle constitue en soi une prometteuse première méthodologique.

10Avec Claire Doquet-Lacoste et Christophe Leblay, le rideau se lève sur le champ tout neuf d’une linguistique de la genèse numérique. Dans ce royaume enchanté, des enregistrements online nous révèlent tout ce que nous avions toujours voulu savoir sur la temporalité de l’écrit. Il est vrai que ce n’est plus tout à fait le même : l’environnement sémiotique (et sans doute pour une part cognitif) de l’écriture a changé. Doquet-Lacoste se demande en quoi ce changement influence les catégories classiques de la génétique (ajout/suppression, variante immédiate/variante tardive, etc.). Mais elle s’intéresse surtout à ce que l’information temporelle dit désormais sur le comportement et donc sur la subjectivité du sujet écrivant. Cette étude, qu’elle conduit avec beaucoup de finesse dans le cadre de « l’énonciation au sens restreint » (Cullioli), illustre la contribution originale de la recherche online à l’intelligence des faits d’écriture. L’enjeu affirmé est de « […] construire, à partir de la mise en évidence des logiques d’écriture singulières, les traits distinctifs de l’énonciation scripturale ».

11Christophe Leblay propose également (p. 166) une classification spécifique des opérations enregistrées par l’ordinateur, mais ceci dans une visée pédagogique : en revoyant les enregistrements de leurs propres rédactions, les étudiants peuvent progresser dans la pratique de la langue et de l’écriture. Il faut insister sur l’intérêt de ces nouveaux apports à l’étude de la production écrite – d’autant, peut-être, que nous ignorons si le clavier, à son tour, restera toujours à notre disposition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Hay, « Modèles linguistiques, « Génétique de la production écrite et linguistique », coordonné par Irène Fenoglio et Jean-Michel Adam, t. XXX, vol. LIX, 2009 », Genesis, 31 | 2010, 170-171.

Référence électronique

Louis Hay, « Modèles linguistiques, « Génétique de la production écrite et linguistique », coordonné par Irène Fenoglio et Jean-Michel Adam, t. XXX, vol. LIX, 2009 », Genesis [En ligne], 31 | 2010, mis en ligne le 18 juin 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://genesis.revues.org/422

Haut de page

Auteur

Louis Hay

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org