Navigation – Plan du site
Inédits

« Paperasses »

Un inédit de Valery Larbaud
Françoise Lioure
p. 149-154

Texte intégral

Fig. 1 : Valery Larbaud, « Les Paperasses », f. 1

Fig. 1 : Valery Larbaud, « Les Paperasses », f. 1

Fonds Larbaud de la Médiathèque de Vichy

Médiathèque de Vichy

Transcription du premier feuillet

Transcription du premier feuillet

Fig. 2 : Valery Larbaud, « Les Paperasses », f. 2

Fig. 2 : Valery Larbaud, « Les Paperasses », f. 2

Fonds Larbaud de la Médiathèque de Vichy

Médiathèque de Vichy

Transcription du second feuillet

Transcription du second feuillet

1Les deux feuillets publiés ici, portant le titre : « Les Paperasses » et le sous-titre, vigoureusement raturé, « Lettres et journaux intimes », se trouvent dans le volume SE4 des manuscrits de Larbaud déposés au fonds Larbaud de la Médiathèque de Vichy. Sous une couverture cartonnée, bleue à coins blancs, est relié un épais carnet bordeaux à petits carreaux, qui rassemble divers textes de la main de Larbaud. L’écrivain y a recueilli lui-même, selon l’habitude qu’il revendique, « alla rinfusa » (pêle-mêle), des brouillons de nature et de dates différentes.

2Le contenu de ce carnet illustre cette pratique.

3Tous les autres textes manuscrits sont des brouillons d’articles qui composeront la « somme » de réflexions sur la traduction et la critique, Sous l’invocation de saint Jérôme, projetée par Larbaud fin 1929, début 1930 et qui ne paraîtra qu’en 1946.

4Mis à part les deux derniers manuscrits qui sont peut-être plus tardifs, les brouillons des articles destinés à Saint Jérôme peuvent, avec vraisemblance, être datés des années 1932-1933. Le manuscrit qui nous intéresse, « Les Paperasses », barré au crayon rouge, portant la mention « Da Rifare » (à refaire), succède immédiatement, dans les folios 96-97, au brouillon de « L.Q. » (fos 92 à 95, rappelons-le). Il pourrait avoir été écrit à la même date, moins à cause de sa place (qui ne serait pas déterminante, étant donné le désordre chronologique voulu par Larbaud dans le recueil de ses manuscrits), mais en raison de son contenu. En effet, dans le manuscrit, conforme à l’article publié sous le titre « L.Q. » (entendez, Lege Quaeso, « la vieille formule scolaire », nous dit Larbaud, par laquelle l’élève, en tête de son devoir, priait son professeur de le lire), l’écrivain, quelque peu mortifié de constater qu’un de ses admirateurs et « lecteur assidu » n’a pas lu ses livres, tire la leçon de l’expérience et assigne à lui-même et à tout écrivain le « devoir » d’« être aussi peu encombrants que possible » pour les lecteurs présents et futurs. Et Larbaud ajoute : « il semble aussi malséant de beaucoup publier que de beaucoup parler ou de faire des visites trop longues ». Il est encore plus discourtois et inintéressant de surcharger l’œuvre d’un écrivain par la publication de ses correspondances et de ses journaux intimes qui ne sont pas de la littérature mais livrent des détails biographiques inutiles et indiscrets, ce que Larbaud appelle ailleurs « le pipi au lit des grands hommes ».

5Ce petit texte s’inscrit donc dans l’esprit du brouillon qui le précède. Larbaud voulait-il insérer cette diatribe dans l’article « L.Q. », comme le laisserait penser la première phrase qui suggère une continuité avec un texte précédent (« Il est probable que l’excès même du mal amènera sa guérison… ») ? Mais la présence d’un titre et la substance de ces pages indiqueraient plutôt qu’il songeait à écrire un autre article pour dénoncer plus précisément une pratique qu’il voit se développer dans le monde de l’édition : vendre pour de la littérature des « paperasses » sans intérêt. La loi du commerce et non la vanité ou l’inconséquence des auteurs serait cette fois responsable de la surcharge des bibliothèques… et de l’ennui des lecteurs. Quoi qu’il en soit, Larbaud s’oppose ici avec force à la publication de tout écrit intime, correspondance ou journal intime.

6Mais alors, les publications des deux tomes du Journal inédit de Larbaud en 1955 (Gallimard, t. IX et X des Œuvres complètes), et surtout celle de l’« édition définitive » de ce Journal parue récemment grâce au travail de Paule Moron (Gallimard, coll. « Blanche », 2009, un gros volume de mille six cents pages !) apparaissent tout à fait paradoxales et en contradiction avec la position de Larbaud exprimée avec verve dans ce brouillon. Larbaud – à l’exception des années 1917-1920, pendant son séjour hors de la France en guerre, à Alicante – a tenu très irrégulièrement un journal. Dans celui-ci, il n’a pas consigné ou a soigneusement occulté (pages déchirées, phrases et mots barrés) tout ce qui pouvait évoquer des événements ou des sentiments trop intimes. En tête des pages de son journal de 1912, qu’il publie dans la revue Intentions le 9 novembre 1922 sous le titre « Une journée » (repris dans Jaune Bleu Blanc, édition des Œuvres de Larbaud dans la Pléiade, p. 839), il précise que son journal n’est pas « un journal confidentiel, sentimental, introspectif et “psychologique” », semblable à la forme qu’il avait employée dans le Journal intime de Barnabooth pour « décrire d’aussi près que possible la vie intime, les crises et le développement d’un personnage imaginaire ». Il est un « aide-mémoire », dépositaire des instants vécus, grâce auquel il peut ressusciter le passé. Les quelques fragments de journal que Larbaud a publiés sont en effet le souvenir d’« une journée » passée au bord du lac de Côme qui fait revivre les paysages et surtout les rues et les personnages pittoresques qui les animent, ou bien, dans « Douze villes ou paysages » (recueilli également dans Jaune Bleu Blanc), des sortes de vignettes destinées à évoquer les aspects caractéristiques de villes ou villages, souvenirs d’images enregistrées dans ses voyages. Ces publications font partie de son œuvre – les petits tableaux de villes ou paysages sont très élaborés – et ne relèvent pas de la catégorie des « paperasses » qu’il condamne.

7Il semble par ailleurs que Larbaud n’ait pas eu l’intention de publier l’ensemble de son journal, si l’on en croit le témoignage de Marcel Thiébaut qui se dit « surpris », dans un article de La Revue de Paris de décembre 1955, par l’édition du Journal inédit. En se fondant sur ses fréquentes conversations avec Larbaud, il peut affirmer que celui-ci, avant sa maladie, « semblait résolu à ne pas publier » ces notes personnelles. Mais Larbaud, avant son attaque cérébrale de 1935, avait confié son journal et d’autres manuscrits à G. Jean-Aubry qui avait entrepris d’écrire une biographie de l’écrivain. La publication du Journal est donc une initiative du biographe et des éditeurs qui semblent avoir voulu « couronner » la parution des huit tomes des Œuvres de Larbaud par deux tomes du Journal (très amputé, sans doute à cause de son volume). Larbaud, aphasique, mais lucide et coopérant, dans une certaine mesure, à l’édition de ses œuvres, a-t-il vraiment consenti à cette publication ? Un sort tragique a voulu que ses notes personnelles aient été l’occasion d’une pratique qu’il dénonce dans ces lignes.

8La lecture de ce Journal invite à nuancer le jugement sévère de Larbaud. Sans doute, la notation minutieuse et répétée des petits événements de la journée, des malaises fréquents, peut apparaître insignifiante et fastidieuse, mais ces détails domestiques découvrent la personnalité d’un écrivain, peut-être trop attentif à soi, mais qui sait regarder le monde extérieur. De belles pages évoquent avec sensibilité les paysages et les villes fréquentés par ce voyageur qui a parcouru l’Europe. Surtout, ces notes réservées à son usage sont, de son propre aveu, le « laboratoire » de l’œuvre. Pour le lecteur, elles éclairent la genèse lente et complexe des ouvrages achevés, expliquent l’abandon des projets avortés. Les abondantes lectures, les réflexions sur la vie littéraire et sur son propre travail consignées par Larbaud dans ce gros volume élaborent, en écho à son œuvre critique, sa conception de la littérature et du travail de l’écrivain. Tout ceci méritait peut-être d’être « vendu au public ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Valery Larbaud, « Les Paperasses », f. 1
Légende Fonds Larbaud de la Médiathèque de Vichy
Crédits Médiathèque de Vichy
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/521/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Transcription du premier feuillet
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/521/img-2.png
Fichier image/png, 38k
Titre Fig. 2 : Valery Larbaud, « Les Paperasses », f. 2
Légende Fonds Larbaud de la Médiathèque de Vichy
Crédits Médiathèque de Vichy
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/521/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Transcription du second feuillet
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/521/img-4.png
Fichier image/png, 44k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Lioure, « « Paperasses » », Genesis, 32 | 2011, 149-154.

Référence électronique

Françoise Lioure, « « Paperasses » », Genesis [En ligne], 32 | 2011, mis en ligne le 19 septembre 2012, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://genesis.revues.org/521 ; DOI : 10.4000/genesis.521

Haut de page

Auteur

Françoise Lioure

Françoise Lioure, maître de conférences honoraire à l’université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand, enseigna surtout la littérature française du xxsiècle. Elle a publié de nombreux articles sur l’œuvre de Valery Larbaud et plusieurs correspondances de cet auteur, en particulier avec des membres de La NRF (Gide, Claudel, Jacques Rivière). Elle est responsable de la publication des Cahiers annuels de l’Association internationale des amis de Valery Larbaud.
f.lioure[arobase]aliceadsl.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org