Navigation – Plan du site
Inédits

Le cahier août-décembre 1927 de Catherine Pozzi

Françoise Simonet-Tenant
p. 155-176

Texte intégral

  • 1 Seul, le poème Ave sera publié de son vivant (La Nouvelle Revue française, n° 195, 1er décembre 192 (...)
  • 2 Agnès, La Nouvelle Revue française, n° 161, 1er février 1927, p. 155-179.
  • 3 Peau d’Âme, Paris, Corrêa, 1935. Réimpression, avec préface et notes de Lawrence Joseph : La Différ (...)

1Fille de Samuel Pozzi, fondateur de la gynécologie française, Catherine Pozzi est née en 1882. Élevée dans le giron de la haute bourgeoisie et de l’aristocratie parisiennes, Catherine Pozzi est l’auteur de quelques poèmes remarqués1, d’une nouvelle épistolaire et autobiographique, Agnès2, d’un traité resté inachevé, mi-poétique, mi-scientifique, Peau d’Âme3. Elle a tenu pendant son enfance et son adolescence, de 1893 à 1906, un journal qu’elle a interrompu puis repris en 1913, après avoir pris conscience de l’échec de son mariage. Ce journal l’accompagnera jusqu’à la mort en 1934. Elle s’y montre une observatrice ironique et désabusée de la société mondaine dans laquelle elle évolue. Elle est aussi une tuberculeuse qui se débat avec la souffrance et qui vit perpétuellement avec l’idée d’un temps compté ; elle est une autodidacte insatiable également avide de philosophie et de chimie, de mathématiques et de biologie ; elle est enfin l’amante de Paul Valéry avec lequel elle noue, de 1920 à 1928, une liaison amoureuse et intellectuelle, passionnée et conflictuelle, aussi riche que dévastatrice. Dans son journal sont consignées les étapes de cette relation, et une abondante correspondance est échangée entre les deux amants. En janvier 1928, Catherine Pozzi rompt avec Paul Valéry pour s’enfermer dans le silence du journal dépossédé de son destinataire privilégié, prison de l’échec amoureux.

2Le journal d’adulte tel qu’il a été édité par Claire Paulhan en 1987 chez Ramsay recouvre trente-six cahiers, trois carnets de petit format et dix liasses de feuilles non reliées. Les cahiers, carnets et liasses qui vont de janvier 1913 à avril 1929 ont été légués par Catherine Pozzi à la Bibliothèque nationale de France avec une clause de réserve de communication pendant les trente années suivant sa mort. Une partie de son journal était donc théoriquement accessible depuis décembre 1964. Le reste du journal a longtemps été conservé par la famille avant de faire l’objet d’un dépôt récent. En 2000 sont remises en dation à l’État les nombreuses archives que la famille de Catherine Pozzi possédait encore, comprenant, entre autres, des cahiers du journal, des cahiers de travail et un immense massif épistolaire.

3L’édition critique du journal d’adulte établie par Claire Paulhan, texte de plus d’un million cinq cent mille signes, trouva suffisamment de lecteurs – alors que son auteur était encore quasiment une inconnue – pour épuiser un premier tirage de cinq mille exemplaires et pour nécessiter une seconde impression dès 1990. Le texte est réédité en format poche en 2005 aux éditions Phébus avec révision de l’appareil critique. Quand Claire Paulhan s’est attelée à cette tâche d’édition, elle s’est trouvée confrontée à un texte dense, très long, parfois elliptique, parfois hermétique, parsemé d’allusions biographiques et historiques qu’il était nécessaire d’élucider pour le lecteur contemporain. Elle s’est alors fixé un objectif qu’elle résume vingt ans plus tard :

  • 4 Mireille Diaz-Florian, Catherine Pozzi. La vocation à la nuit, Paris, éditions Aden, 2008, p. 11-12

Paradoxalement, l’édition théoriquement idéale qui reproduirait de manière « diplomatique » ou « génétique » la forme du manuscrit originel s’avérait impraticable, dans ce cas comme pour les autres journaux intimes auxquels j’ai eu affaire depuis : trop difficile à lire, trop encombrée de signes typographiques inhabituels, qui parasitent la lecture. Or, il s’agissait bien de rendre lisible au plus grand nombre un texte jusque-là souterrain et donc, par principe, invisible. Chaque texte nécessite une appréhension particulière, une méthodologie originale qui demande réflexion, qui demande également à être clairement décrite, par respect pour l’auteur, mais aussi pour le lecteur. Si j’ai rapidement saisi la difficulté intellectuelle et morale de ces publications d’autobiographies d’auteurs morts, je n’ai pas su rédiger, à l’époque, une « Note sur l’édition4 » [...].

  • 5 Françoise Simonet-Tenant, « Catherine Pozzi, le Journal comme laboratoire de l’œuvre », Genesis, (...)
  • 6 Ce cahier figure donc dans le fonds Pozzi de la BnF, fonds encore en cours de classement.

4Ce repentir d’éditrice suggère, s’il est besoin de le rappeler, la transformation inéluctable subie par un journal manuscrit lors de son édition. Sans doute la stratégie éditoriale de Claire Paulhan était-elle alors pertinente : exhumant par son édition un texte invisible, elle le ressuscitait et le rendait accessible à un assez large public, séduit par un livre qui unit inextricablement le texte et la vie jusqu’à l’épuisement de l’un et de l’autre. La voie était également ouverte pour que chercheurs et universitaires, ces lecteurs de l’ombre, pussent aller voir de plus près comment s’articulaient les différentes pratiques graphiques et scripturaires dans les manuscrits. C’est ce que nous avons essayé de faire dans un précédent article de Genesis consacré au « journal comme laboratoire5 » ; c’est ce que nous tenterons de faire également ici, donnant à voir des pages du cahier illustré tenu à deux mains par Catherine Pozzi et Paul Valéry, absentes de l’édition publiée du journal de Catherine Pozzi. Nous remercions Catherine Bourdet et Martine Boivin-Champeaux, ayants droit de Catherine Pozzi et de Paul Valéry, d’avoir autorisé la reproduction de quelques pages de cet étonnant cahier6.

Polymorphisme d’un espace d’écriture à deux plumes

5Lorsque l’on considère la liste des cahiers qui composent le journal de Catherine Pozzi, on constate l’existence de cahiers parallèles pour une même période : ainsi le cahier numéroté XX qui va de juillet 1927 au 12 janvier 1928 coexiste avec le cahier qui va d’août à Noël 1927. Ce dernier cahier, à la couverture cartonnée bleu-vert, 19 × 29,5 cm, comporte soixante-dix feuillets lignés, légèrement jaunis, et quatre pages de garde, sur papier rose buvard. Sur le verso de la page de couverture bleu-vert figurent les inscriptions suivantes à l’encre noire :

6Entre les initiales CK et le prénom Karin, on devine quelques mots à l’encre noire qui ont été grattés et dont il reste des traces peu nettes, au déchiffrement conjectural : « à qui je donne ce cahier in memoriam ». C. et K. sont les initiales de Catherine et Karin – surnom donné par Paul Valéry et que Catherine Pozzi adopta à plusieurs reprises comme pseudonyme. Sur la couverture bleu-vert s’inscrivent d’ailleurs également à l’encre les initiales CK sous lesquelles sont dessinés un polygone et une présentation en miroir des lettres du prénom Karin :

7Les soixante-dix feuillets que comporte le cahier sont tous occupés : quarante-six pages présentent des aquarelles de diverses couleurs ; trente et une pages, des dessins ou griffonnages faits à la mine de plomb, à la plume et au lavis ; soixante-deux pages sont entièrement dévolues au texte ; sur une page (f° 25 v°) est collée la photographie d’un bouddha. Dans le cahier sont glissées (non collées) treize pièces diverses : deux cartes postales, une carte de visite, un article de presse et des feuillets divers et hétéroclites (des notes sur « Platon-dualisme », des notes scientifiques, une copie tapuscrite du poème « Vale », un feuillet où figurent des plans de table, une carte où sont copiés des titres d’ouvrages scientifiques, un feuillet à l’en-tête de « l’Université de Paris/Faculté des Sciences/Évolution des êtres organisés 105 Boulevard Raspail VI » où figurent de la main de Catherine Pozzi deux dessins de préparation et l’appréciation chiffrée du correcteur : « De sérieuses qualités d’observateur. Faites un effort pour dessiner un plus grand nombre de préparations – 12 »…). Cinquante dates sont présentes dans le cahier du 19 août 1927 au 25 décembre 1927. Ces dates peuvent être d’une grande précision : « 26.8.27 after dinner » (f° 10 r°), « 26 Nov. Morning » (f° 54 r°), « 10 Déc. 3h. » (f° 62 r°)… On a l’impression, à certaines pages, que les dates ont été apposées par Catherine Pozzi légèrement après coup, comme s’il s’agissait de certifier par la date l’authenticité d’un dessin réalisé de la main de Valéry (au folio 34 recto où est peinte une aquarelle : « Par P.V. le 29.10.27 à 6-7 heures du soir »), l’existence d’une conversation ou un propos dicté par Paul Valéry à Catherine Pozzi. Le temps s’invite sans cesse dans ce cahier, que ce soit la date des moments partagés, concrétisés par un dessin ou une idée jetée sur le papier, ou la mention prospective, à la manière de l’agenda, des occupations d’un des deux scripteurs (voir fig. 7, f° 16 r°).

8Il est manifeste que ce cahier parallèle est plus particulièrement dévolu à la notation des conversations avec Paul Valéry, espace d’échange entre deux plumes. Il s’agit sans doute de ce que Catherine Pozzi appelle le « cahier à dessins » :

  • 7 Catherine Pozzi, Journal 1913-1934, Paris, Phébus, coll. « Libretto », 2005, p. 425-426 (7 décembre (...)

P.V. était ici comme tous les matins, hier, et la page du cahier à dessins porte témoignage d’une heure bien vivante. Mais l’extraordinaire, – non pas l’extraordinaire, l’étonnant qui est ordinaire –, c’est qu’à peine je suis, à peine je vais dans une région de pensée, que, lui, il y va de même et ceci sans être prévenu. Nous en sommes à un synchronisme tel que l’esprit de l’un donne le même son que l’esprit de l’autre, tous renseignements de langage inutiles : au point que nous ne pouvons pas, du point de vue de l’esprit, essayer d’être à part. Lui va plus loin que je ne vais, sauf d’un côté, mais c’est moi qui pars cependant la première. J’apporte la faim et prends l’élan7.

9Si l’on ne peut parler ici de journal épistolaire, le cahier à dessins semble remplir le rôle d’un journal conversationnel aux divers visages. Rappelons leurs adresses respectives : Paul Valéry habitait rue de Villejust et Catherine Pozzi, rue de Longchamp, deux rues du XVIe arrondissement fort proches l’une de l’autre. Valéry venait fréquemment chez Catherine Pozzi, le matin, pour converser à bâtons rompus sur des sujets intellectuels variés (la politique, les mathématiques, le langage, la mémoire, le temps…) : peut-être y a-t-il là pour Valéry, avec une interlocutrice à sa mesure, un prolongement dialogique du travail de réflexion qu’il mène dès l’aube dans ses propres Cahiers. De cette venue de Paul Valéry au domicile pozzien témoigne l’aquarelle présente au folio 1 verso du cahier, accompagnée d’un commentaire pour le moins acide de Catherine Pozzi (fig. 2, f° 1 v°). Plusieurs passages écrits de la main de Catherine Pozzi portent le commentaire marginal « Dicté » (fig. 5, f° 5 r°). D’autres portent la trace allusive et elliptique des conversations ou des échanges à bâtons rompus. Ainsi une double page est couverte de notes en tous sens dont trois sont précédées par les lettres a, b, c, et la diariste précise avec minutie : « Les 3 lettres au-dessus de ces bouts de conversation ne concernent pas leur liaison logique mais leur ordre dans le temps. CK » (fig. 13 et 14, f° 66 v° et 67 r°) ; quelques pages sont consacrées à la copie de notes puisées dans les « Cahiers de V 1922 » (du folio 17 au folio 20), ce qui témoigne d’une étonnante circulation entre les cahiers valéryens et les cahiers pozziens. Ces pages donnent une idée des sujets privilégiés par les deux interlocuteurs : les conversations sont avant tout scientifiques ou philosophiques, bien plus que littéraires. Néanmoins l’esprit de sérieux ne règne pas tout-puissant sur ce cahier : les écritures et dessins ludiques et grinçants ne sont pas en reste. Le cahier s’ouvre sur un texte mi-hermétique, mi-sarcastique comme les affectionnait Catherine Pozzi, suivi d’une citation de vers de Robert Browning (fig. 1, f° 1 r°) ; les vers de mirliton apparaissent, ici et là, ainsi que des dessins ironiques (fig. 8, f° 39 r°).

  • 8 Sans doute le dessin peut-il revêtir plusieurs significations : dessins de circonstances où sont br (...)

10Ce cahier n’est pas le seul à abriter des dessins de Valéry qui manifeste ainsi sa présence dans l’intimité pozzienne. On observe en particulier, dans plusieurs cahiers de 1926 et 1927, un assez grand nombre de dessins et, parmi eux, plusieurs représentations de Catherine Pozzi (au piano, allongée sur un lit, en train de lire…). On connaît par ailleurs l’importance que joue le dessin dans les cahiers de Valéry8 et sa propension à s’autoportraiturer et à dessiner ses mains (la droite en train d’écrire, la gauche tenant une cigarette). Valéry acclimate donc dans le journal pozzien la pratique qui est la sienne dans ses Cahiers.

Micro-lecture d’une page (f° 55 r°)

11Sur cette page (fig. 11), figurent une réflexion programmatique sur le langage (« La 1re quest. serait de redéfinir ce que les grammairiens appellent les parties du discours »), des vers de mirliton dédiés à la princesse de Bassiano, un schéma, un dessin légendé (encre et aquarelle) qui représente une main et des notes proches de celles d’un agenda.

  • 9 Catherine Pozzi, Journal 1913-1934, op. cit., p. 192 (12 mai 1921).
  • 10 Voir P. Valéry, Cahiers I, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1973, p. 427 : « (...)

12En face de la réflexion sur le langage est inscrite la mention : « V Langage ». L’initiale renvoie à Valéry et l’on peut imaginer qu’il s’agit là d’un propos de Valéry, noté par Catherine Pozzi. La diariste et le poète s’exercent constamment à la définition des termes employés. Refondant perpétuellement le dictionnaire qu’ils composent à leur usage, ils sont toujours à la recherche du terme le plus exact, de la formulation la plus dense et la plus précise possible : « Vous trouvez une question à demander aux choses, et je la finis, et nous la répétons en plus juste formule9. » Réunis par un même goût du dialogue et de la définition où l’on savoure la volupté de l’intelligence, ils sont passionnés par la question du « Langage ». Valéry en fera une des rubriques de ses Cahiers, lors du second classement de ses notes à partir de 1921, quand il est repris par le désir d’y mettre de l’ordre et d’en dégager les idées essentielles, et l’on sait que Catherine Pozzi a participé à la mise en œuvre de ce second classement. L’édition réalisée en 1973 par Judith Robinson pour la collection de la Pléiade des Cahiers de Valéry donne une idée de ce qu’aurait pu être un ordonnancement thématique des fragments et notes de Valéry. La section « Langage » livre maintes réflexions qui mettent en évidence les relations privilégiées entre main et langage10, une main que Valéry dessine sur la page même où il réfléchit sur le langage.

13Les échanges intellectuels intenses entre Paul Valéry et Catherine Pozzi laissent parfois la place, comme autant de respirations nécessaires, à des plaisanteries et pochades où l’imagination débridée se laisse aller à toutes les fantaisies. C’est sans doute l’un des rôles remplis par les vers consacrés par Catherine Pozzi à l’« infusoire », protozoaire nageur à cils vibratiles. Autodidacte acharnée, elle a obtenu, en octobre 1927, la deuxième partie du baccalauréat et, forte de ce succès, elle suit des cours à la Sorbonne ainsi qu’à l’Institut Pasteur et au Collège de France. Son journal mentionne souvent à cette époque ses réactions après qu’elle a assisté aux cours de biologie de Picard et Caullery. Dans ce contexte, les vers sur « l’infusoire » semblent moins étonnants ! Que ces vers soient dédiés à Marguerite de Bassiano, dédicace fantaisiste et ironique, méritent quelque explication. En février 1927, Catherine Pozzi a publié, dans la revue de La NRF, Agnès, une nouvelle autobiographique et épistolaire. La nouvelle, dont Catherine Pozzi voulait la publication anonyme, avait d’abord été proposée par Paul Valéry à la princesse de Bassiano, commanditaire de la revue Commerce (1924-1932), cahiers trimestriels dirigés par Paul Valéry, Léon-Paul Fargue et Valery Larbaud. Marguerite de Bassiano, peu désireuse de publier une nouvelle anonyme dans sa revue et peu séduite par le texte, l’avait cédée à Jean Paulhan, prêt à la publier dans La NRF. Si ce lieu de publication convenait à Catherine Pozzi, elle n’en gardait pas moins un certain ressentiment vis-à-vis de la princesse, qui s’exprime par le biais d’une dédicace loufoque.

14Sous les vers apparaît la main de Catherine Pozzi dessinée par Valéry. Le dessin est daté (« Morning 29.11.27 ») et légendé : « My hand by Testis ». Testis est l’un des surnoms que Catherine Pozzi donne à Valéry par allusion à La Soirée avec Monsieur Teste. Les surnoms imaginés par Catherine Pozzi pour Valéry sont très nombreux et accompagnent l’évolution de leur relation : des surnoms de l’amour (Lionardo et Tristan) et de ceux révélateurs de son admiration intellectuelle (Testis) à l’onomastique de la vengeance pratiquée par la diariste qui ne tolère ni les concessions du poète à la comédie sociale (« Bonheur-des-oies », « 30-ans-de-thés »), ni ce qu’elle juge être son absence de conscience morale (« le Monstre », « Hell », « Enfer », « le Diable »).

15Au bas de la page figurent quelques notes qui ont tout de l’agenda :

Jeudi académie
Vendredi – conférence 3h
à 5h prix Moréas
Samedi Sorbonne 10h matin
déjeuner Bogart et Monod
dîner France-Amérique

16Selon toute vraisemblance, on a là l’emploi du temps de Paul Valéry, entré à l’Académie française en juin 1927. Le vendredi 2 décembre 1927, Valéry a effectivement donné une conférence aux Annales. Quant à « Bogart et Monod » avec lesquels Valéry déjeune le samedi, ce sont Julien-Pierre Monod, ami et admirateur de Valéry, qui constituera une importante collection de manuscrits, documents et éditions originales de Valéry (actuellement conservés à la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet) et, très probablement, Ludo van Bogaert, neurologue belge, auquel Valéry fait allusion dans les Cahiers.

  • 11 Catherine Pozzi, op. cit., p. 412 (5 août 1927).

17On observera seulement que la main dessinée sur cette page ne tient rien, et qu’il n’existe pas dans ce cahier de représentation de Catherine Pozzi écrivant comme si s’inscrivait obliquement, par le biais du dessin, ce qui sera le motif d’une douleur bientôt insupportable pour la diariste : la non-reconnaissance par Valéry de son statut d’écrivain. « Je sens seulement, glacée, isolée, que j’ai probablement du talent, qu’il faut écrire, et que Valéry ne me l’a jamais dit11. » On ne manquera pas de se souvenir que cet étonnant cahier, qui fourmille d’échanges et de portraits de Catherine Pozzi, couvre les six derniers mois de leur liaison, dont la rupture sera effective en janvier 1928.

Fig. 1 : Folio 1 r°

Fig. 1 : Folio 1 r°

Fig. 2 : Folio 1 v°

Fig. 2 : Folio 1 v°

Fig. 3 : Folio 4 r°

Fig. 3 : Folio 4 r°

Fig. 3 bis : Transcription du folio 4 r°

Fig. 3 bis : Transcription du folio 4 r°

Fig. 4 : Folio 4 v°

Fig. 4 : Folio 4 v°

Fig. 4 bis : Transcription du folio 4 v°

Fig. 4 bis : Transcription du folio 4 v°

Fig. 5 : Folio 5 r°

Fig. 5 : Folio 5 r°

Fig. 6 : Folio 15 v°

Fig. 6 : Folio 15 v°

Fig. 7 : Folio 16 r°

Fig. 7 : Folio 16 r°

Fig. 8 : Folio 39 r°

Fig. 8 : Folio 39 r°

Fig.9  : Folio 43 r°

Fig.9  : Folio 43 r°

Fig. 10  : Folio 52 r°

Fig. 10  : Folio 52 r°

Fig. 11  : Folio 55 r°

Fig. 11  : Folio 55 r°

Fig. 12  : Folio 63 v°

Fig. 12  : Folio 63 v°

Fig. 13  : Folio 66 v°

Fig. 13  : Folio 66 v°

Fig. 13 bis : Transcription du folio 66 v°

Fig. 13 bis : Transcription du folio 66 v°

Fig. 14  : Folio 67 r°

Fig. 14  : Folio 67 r°
Haut de page

Notes

1 Seul, le poème Ave sera publié de son vivant (La Nouvelle Revue française, n° 195, 1er décembre 1929, p. 757-758).

2 Agnès, La Nouvelle Revue française, n° 161, 1er février 1927, p. 155-179.

3 Peau d’Âme, Paris, Corrêa, 1935. Réimpression, avec préface et notes de Lawrence Joseph : La Différence, coll. « Philosophia Perennis », 1990.

4 Mireille Diaz-Florian, Catherine Pozzi. La vocation à la nuit, Paris, éditions Aden, 2008, p. 11-12.

5 Françoise Simonet-Tenant, « Catherine Pozzi, le Journal comme laboratoire de l’œuvre », Genesis, n° 16, « Autobiographies », 2001, p. 75-96.

6 Ce cahier figure donc dans le fonds Pozzi de la BnF, fonds encore en cours de classement.

7 Catherine Pozzi, Journal 1913-1934, Paris, Phébus, coll. « Libretto », 2005, p. 425-426 (7 décembre 1927).

8 Sans doute le dessin peut-il revêtir plusieurs significations : dessins de circonstances où sont brossés les lieux de l’écriture, dessins où est mis en scène l’acte d’écriture, dessins qui participent au processus génétique, constituant une étape dans le développement de l’idée et accompagnant les flux et reflux de la pensée, dessins qui suggèrent ce qui ne saurait se figer dans les mots. Voir S. Bourjea, « Écriture et Dessin dans les premiers “Cahiers” de Valéry », Forschungen zu Paul Valéry/Recherches valéryennes, n° 14, Autobiographie und autoportrait bei Valéry, 2002, p. 100 et p. 114 : « la coprésence du langage verbal et du dessin, sur la page des écritures du cahier, est bien entendu fondamentale… » « Il faudrait en fait étudier, au sein même de l’élaboration des cahiers, toute une stratégie de dérives, à la fois que de démultiplication, des langages utilisés et, corollairement, leur contamination, leur “déconstruction” réciproques, les écritures qui en naissent qualifiant la poïesis selon Valéry, si Poésie est pour lui, fondamentalement, ce qui échappe – ou doit échapper – à la rationalité discursive. »

9 Catherine Pozzi, Journal 1913-1934, op. cit., p. 192 (12 mai 1921).

10 Voir P. Valéry, Cahiers I, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1973, p. 427 : « La main et le langage articulé sont profondément liés. L’animal manque des deux ensemble. Le geste – la communication par la vue. »

11 Catherine Pozzi, op. cit., p. 412 (5 août 1927).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/524/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/524/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 1 : Folio 1 r°
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/524/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre Fig. 2 : Folio 1 v°
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/524/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Fig. 3 : Folio 4 r°
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/524/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Fig. 3 bis : Transcription du folio 4 r°
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/524/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Fig. 4 : Folio 4 v°
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/524/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 4 bis : Transcription du folio 4 v°
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/524/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Fig. 5 : Folio 5 r°
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/524/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 6 : Folio 15 v°
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/524/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Fig. 7 : Folio 16 r°
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/524/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 8 : Folio 39 r°
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/524/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Fig.9  : Folio 43 r°
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/524/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Fig. 10  : Folio 52 r°
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/524/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Fig. 11  : Folio 55 r°
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/524/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Fig. 12  : Folio 63 v°
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/524/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Fig. 13  : Folio 66 v°
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/524/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Fig. 13 bis : Transcription du folio 66 v°
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/524/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Fig. 14  : Folio 67 r°
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/524/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Simonet-Tenant, « Le cahier août-décembre 1927 de Catherine Pozzi », Genesis, 32 | 2011, 155-176.

Référence électronique

Françoise Simonet-Tenant, « Le cahier août-décembre 1927 de Catherine Pozzi », Genesis [En ligne], 32 | 2011, mis en ligne le 25 septembre 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://genesis.revues.org/524 ; DOI : 10.4000/genesis.524

Haut de page

Auteur

Françoise Simonet-Tenant

Françoise Simonet-Tenant, agrégée de Lettres modernes, est maître de conférences à l’université Paris XIII depuis 2000. Ses travaux portent sur le journal personnel et sur la correspondance (Catherine Pozzi et Jean Paulhan, Correspondance 1926-1934, Paris, éditions Claire Paulhan, 1999 ; Le Journal intime, Paris, Nathan, 2001 ; Journal personnel et correspondance (1785-1939) ou les affinités électives, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 2009). Ses études de génétique ont porté en particulier sur Annie Ernaux, André Gide et Catherine Pozzi.
francoise.simonet-tenant[arobase]orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org