Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus d'ouvrages

Julie LeBlanc, Genèses de soi. L’écriture du sujet féminin dans quelques journaux d’écrivaines, 2008

Catherine Viollet
p. 230-232
Référence(s) :

Julie LeBlanc, Genèses de soi. L’écriture du sujet féminin dans quelques journaux d’écrivaines, Montréal, Éditions du remue-ménage, 2008, 238 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il suffit, pour s’en convaincre, de feuilleter la « Bibliographie : études génétiques, éditions, ma (...)

1Genèses de soi, de Julie LeBlanc (professeur à l’université de Toronto, Canada), relève, de manière stimulante et novatrice, un double défi : appliquer la génétique textuelle à l’écriture diaristique – démarche qui peut sembler paradoxale au premier abord ; et l’appliquer à un corpus d’auteurs francophones de sexe féminin – fait suffisamment exceptionnel, dans la critique génétique de langue française1, pour qu’il mérite d’être souligné.

2Si le titre choisi évoque l’entreprise, commune aux différents auteurs, d’auto-engendrement, de construction du sujet dans et par l’écriture, les cas étudiés abordent des configurations fort diverses : journal de voyage, journal de genèse, journal palimpseste, roman-journal… S’ils présentent des écarts par rapport au genre canonique, tous possèdent une dimension génétique – des phases de réécriture et de métamorphose ; ils ont aussi en commun des préoccupations esthétiques, et le souci d’exprimer un point de vue féminin, voire féministe.

3Une première partie, intitulée « Genèse d’un journal », réunit deux études qui ont pour même objet la transformation d’un journal dont une version a été diffusée oralement sur Radio-Canada, puis remaniée pour être publiée.

4Journal intime, de Madeleine Ouellette-Michalska, radiodiffusé à partir de l’été 1982, se compose de nombreux cahiers (déposés à la Bibliothèque nationale du Québec à Montréal) ; La Tentation de dire. Journal (Québec Amérique, 1985) est une version remaniée et augmentée du texte initialement diffusé. Les écarts entre les deux versions de ce journal sont étroitement liés à une pratique intensive d’intertextualité, d’entrelacement et de tissage, incluant notamment des extraits du journal de la grand-mère de l’auteur (déjà largement enchâssés dans Journal intime), d’un roman en cours de rédaction (La Maison Trestler), de récits de voyage… Il importe à Julie LeBlanc de montrer les enjeux textuels de cette évolution, vers cette archi-texture hybride où différentes voix se « chevauchent », contestant une « vision restreinte et univoque du sujet », et correspondant au souci de mettre en valeur l’importance des composantes intersubjectives et interdiscursives de l’identité féminine.

5Tout à fait contemporains, les deux journaux de Nicole Brossard dont il est ensuite question – l’un radiodiffusé en août 1983, l’autre publié un an plus tard sous le titre Journal intime ou Voilà donc un manuscrit (Herbes Rouges, 1984) se situent à peu près dans la même relation, le premier constituant l’avant-texte du second. Outre les remaniements stylistiques ponctuels du journal radiodiffusé, s’ajoutent alors de nouvelles strates énonciatives, tels que poèmes « accueillant l’expression du vécu » (Nicole Brossard), « postures », récits et clausules. Mettant en scène une situation interlocutive, l’écriture diaristique affirme sa vocation dialogique : elle cherche à « créer un nouvel espace littéraire », démystifiant les aspects androcentriques du genre, repensant les relations entre vie et écriture, et légitimant « la subjectivité singulière et collective des femmes » (N. Brossard).

6Très riche sur le plan de l’analyse génétique, la deuxième partie est centrée sur les journaux accompagnant la genèse d’une œuvre : les carnets d’écriture de Marie-Claire Blais, un journal d’écriture d’Annie Ernaux.

  • 2 Sur les carnets de genèse du « Testament de Jean-le-Maigre », voir aussi Julie LeBlanc, « Marie-Cla (...)

7Les carnets de Marie-Claire Blais, qu’elle appelle notebooks, concernent les phases préparatoires de la rédaction d’un roman, Une saison dans la vie d’Emmanuel (Éditions du Jour, 1965 ; prix Médicis 1966), et d’une nouvelle, « Testament de Jean-le-Maigre à ses frères » (Liberté, vol. XIV, n° 3, 1972)2. Spectaculaires sur le plan graphique en raison de nombreux dessins au crayon et à l’aquarelle qui « participent de la genèse », ces carnets sont riches de notes de lecture préparatoires, et de réflexions métatextuelles soigneusement datées sur l’œuvre à venir : profil diégétique, schéma narratif, cadre spatio-temporel, caractéristiques des personnages, conditions d’intelligibilité, présupposés de l’organisation narrative, stratégies textuelles, fragments de scénarios auxquels se mêlent des notations tirées du vécu de l’auteur et de ses diverses activités contemporaines de la rédaction. Ces carnets, « espaces d’invention » au contenu hétérogène et multidimensionnel, permettent au généticien de retracer la diachronie de l’activité créatrice à travers ses hésitations, ses virtualités et ses choix.

  • 3 Journal inédit de Passion simple, cité par Julie LeBlanc, p. 114.
  • 4 Voir Philippe Gasparini, « Annie Ernaux. De Se perdre à Passion simple », Genèse et autofiction, di (...)
  • 5 Annie Ernaux, L’Écriture comme un couteau. Entretien avec Frédéric-Yves Jeannet, Paris, Stock, 2003

8L’étude génétique de Passion simple (Gallimard, 1991) d’Annie Ernaux s’appuie sur un matériau aussi riche que complexe : d’une part, un autre texte publié, Se perdre (Gallimard, 2001) ; d’autre part, un journal d’écriture inédit et des centaines de feuillets qui composent le dossier de genèse de ce récit (fin 1989-début 1991). Les deux textes publiés se font écho dans une relation spéculaire : si Passion simple est le court récit d’une passion amoureuse et charnelle vécue par l’auteur-narratrice avec un diplomate russe – une « passion qui ressemblait à l’écriture d’un livre3 » –, Se perdre est le journal intime qu’a tenu Annie Ernaux durant la période relatée (et sur lequel s’est appuyée la genèse de Passion simple)4 ; il a vis-à-vis de ce récit, précise Annie Ernaux, le statut d’« auto-dossier5 », de document endogénétique.

9Quant au journal d’écriture qui précède et accompagne la rédaction de Passion simple, rédigé sur des feuilles volantes, il comporte diverses étapes de l’élaboration du récit, des listes de mots aux notes de régie, des scénarios ordonnant les événements à la recherche de la juste distance énonciative… Il abrite ce « dialogue interne à l’écriture », ses virtualités, ses incertitudes, ses stratégies, ses évaluations, ses réflexions quant à la censure sociale du discours érotique féminin. Les fonctions exploratoires du journal d’écriture portent aussi, comme le souligne Julie LeBlanc, sur les choix esthétiques : s’agira-t-il d’un témoignage, de confidences, d’un manifeste, d’un procès-verbal ? Quelle distance instaurer entre le moi acteur et le moi narrateur ? L’analyse de cinq feuillets extraits de l’abondant dossier manuscrit de Passion simple met en lumière le processus de dépersonnalisation, d’objectivation et d’universalisation (p. 131) caractéristique de l’œuvre d’Ernaux.

10Ce dossier exceptionnel est l’occasion, pour Julie LeBlanc, de montrer comment, entre « complexité et complicité », se complètent et se démultiplient trois pratiques d’écriture de nature différente : spéculative (journal d’écriture), descriptive (Passion simple), et diaristique (Se perdre).

11La dernière partie de l’ouvrage comprend un chapitre de réflexions théoriques sur la relation entre fiction et non-fiction, et sur les critères susceptibles – ou non – de les différencier (intention illocutoire, situation d’énonciation et valeur référentielle des déictiques, onomastique, statut diégétique de l’auteur et du narrateur, ancrage référentiel, informations para- et extratextuelles…).

12Dans le prolongement de ces réflexions, Julie LeBlanc examine le dossier génétique (documents préparatoires, différents états manuscrits) d’un roman autobiographique de Madeleine Monette, intitulé Le Double suspect (Quinze, 1988). Imitant le discours autobiographique, cette fiction entrecroise dans une structure d’emboîtement trois journaux fictifs, créés de toutes pièces (le second réécrivant le premier, le troisième commentant cette opération et ses implications), et met en scène un personnage-écrivain « exhibant le dispositif de production » de son œuvre et les différentes phases de la genèse. Ce montage d’un triple simulacre d’écriture diaristique met en lumière le travail d’interaction, d’assimilation et de transformation textuelle, tandis que la construction interdiscursive et discontinue rend compte – dans une perspective féministe – de l’incessante interaction entre image de soi et image de l’Autre.

13Au fil de ce parcours se confirme une double démonstration : de ce que le journal, « au cœur de la poeisis littéraire », peut apporter à la critique génétique ; et de ce en quoi cette dernière enrichit l’étude des journaux.

14L’ouvrage s’appuie sur une bibliographie solide, la description des fonds d’archives et la reproduction de certains manuscrits. On regrette cependant l’inconfort de lecture dû au fait que l’appareil de notes est renvoyé en fin de volume, et que les transcriptions de manuscrits ne respectent pas les normes en vigueur ; et surtout, on regrette que l’auteur ait dû renoncer, faute de place, à l’analyse détaillée des réécritures.

Haut de page

Notes

1 Il suffit, pour s’en convaincre, de feuilleter la « Bibliographie : études génétiques, éditions, manuscrits » de l’un des derniers numéros de la revue Genesis, recensant les publications dans ce domaine de janvier 2008 à janvier 2010 : moins de 4 % des publications citées concernent des auteurs de sexe féminin. Voir Genesis, n° 30, « Théorie : état des lieux », p. 285-295.

2 Sur les carnets de genèse du « Testament de Jean-le-Maigre », voir aussi Julie LeBlanc, « Marie-Claire Blais et ses journaux d’écriture », Métamorphoses du Journal. De Rétif de la Bretonne à Sophie Calle, dir. C. Viollet et M.-F. Lemonnier-Delpy, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 2006, p. 149-169.

3 Journal inédit de Passion simple, cité par Julie LeBlanc, p. 114.

4 Voir Philippe Gasparini, « Annie Ernaux. De Se perdre à Passion simple », Genèse et autofiction, dir. J.-L. Jeannelle et C. Viollet, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 2007, p. 149-174.

5 Annie Ernaux, L’Écriture comme un couteau. Entretien avec Frédéric-Yves Jeannet, Paris, Stock, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Viollet, « Julie LeBlanc, Genèses de soi. L’écriture du sujet féminin dans quelques journaux d’écrivaines, 2008 », Genesis, 32 | 2011, 230-232.

Référence électronique

Catherine Viollet, « Julie LeBlanc, Genèses de soi. L’écriture du sujet féminin dans quelques journaux d’écrivaines, 2008 », Genesis [En ligne], 32 | 2011, mis en ligne le 17 juin 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://genesis.revues.org/571

Haut de page

Auteur

Catherine Viollet

Catherine Viollet est chargée de recherche à l’Institut des Textes et Manuscrits modernes (CNRS-ENS), responsable de l’équipe « Genèse & Autobiographie ». Dernières publications : Métamorphoses du journal personnel. De Rétif de la Bretonne à Sophie Calle (avec M.-F. Lemonnier-Delpy, Academia-Bruylant, 2006) ; Genèse et autofiction (avec J.-L. Jeannelle, Academia-Bruylant, 2007) ; Si tu lis jamais ce journal… Diaristes russes francophones 1780-1854 (avec E. Gretchanaia, CNRS Éditions, 2008) ; Cahiers du Monde russe, n° 50/1, « Écrits personnels » (avec V. Garros, EHESS, 2010).
cviollet[arobase]wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org