Navigation – Plan du site
Études

Des éditions génétiques haïtiennes : pourquoi ? pour qui ? comment ?

Le cas de Dézafi/Les Affres d’un défi de Frankétienne
Jean Jonassaint
p. 79-92

Résumés

Partant des questions de Sartre dans Qu’est-ce que la littérature ?, cet article met en lumière le Pourquoi, le Pour qui, et le Comment d’une entreprise d’édition génétique d’œuvres haïtiennes, plus particulièrement de Dézafi/Les Affres d’un défi de Frankétienne. En effet, pour la période contemporaine, ces œuvres sont fort caractéristiques des productions littéraires haïtiennes avec leur double tension : d’une part, linguistique – langue de la majorité de la population (l’haïtien)/langue principale des productions littéraires (le français) – ; d’autre part spatiale – l’ici de la représentation/l’ailleurs des procès de production et de consécration. Enfin, sur le plan théorique, il montre comment une telle recherche peut contribuer à enrichir la génétique textuelle, notamment sur le plan des traductions auctoriales et de la stylistique comparée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce travail s’inscrit dans le cadre d’un projet plus vaste d’éditions génétiques d’œuvres haïtiennes (...)

1Reprenant les questions de Sartre dans Qu’est-ce que la littérature ? (1948), avant toute entreprise d’édition critique ou génétique d’œuvres haïtiennes, nous devons nous demander : Qu’est-ce qu’une édition génétique ? Pourquoi des éditions génétiques d’œuvres haïtiennes ? Pour qui ? Mais aussi ce qui semble être moins manifeste dans l’essai de Sartre : Comment ? Un comment qui, dans un premier temps, renvoie aux fondements mêmes de la critique génétique : les divers procès de production d’une œuvre, du désir vague ou intense d’écrire ou de faire un livre jusqu’à l’ouvrage imprimé, commenté. Dans un deuxième temps non moins important, mais que nous écartons ici, ce « comment » renvoie également aux moyens matériels (sources de financement) et intellectuels (équipes de chercheurs compétents et motivés) à mobiliser pour reconstituer la genèse d’un texte. Par ailleurs, la tâche première de définir les démarches génétiques sera également écartée. Nous nous concentrerons plutôt sur les tenants et aboutissants d’éventuelles éditions génétiques de Dézafi/Les Affres d’un défi de Frankétienne1, qui sont les textes choisis pour cette exploration du comment écrivent les Haïtiens.

Pourquoi ces textes ?

  • 2 Patrick Chamoiseau et Raphaël Confiant, Lettres créoles. Tracées antillaises et continentales de la (...)
  • 3 Voir Frankétienne, Les Affres d’un défi, Port-au-Prince, Imprimerie Henri Deschamps, 1979 (Paris, J (...)
  • 4 Georges Sylvain, Cric ? Crac ! Les fables de La Fontaine racontées par un montagnard haïtien et tra (...)
  • 5 Sur ce concept emprunté à Abdelkebir Khatibi, voir Jean Jonassaint, Des romans de tradition haïtien (...)
  • 6 Justin Lhérisson, La Famille des Pitite-Caille, Paris, Typographie Firmin-Didot, 1905. Sur ce roman (...)

2Sans conteste, ces œuvres sont des plus représentatives des littératures haïtiennes en français et en haïtien, comme le prouve entre autres leur exceptionnelle fortune critique universitaire et populaire, tant nationale qu’internationale. À titre d’exemple, rappelons le commentaire de Chamoiseau et Confiant dans leurs Lettres créoles : « […] c’est en 1975 avec la publication du premier roman en créole haïtien, Dézafi, que la littérature créole […] va trouver ses lettres de noblesse. […] C’est la révolution. L’écrit en créole accède d’un coup à ce que la littérature mondiale possédait à l’époque de plus moderne, de plus audacieux et de plus talentueux, à savoir le Nouveau Roman2. » Par ailleurs, avec Dézafi et sa version française Les Affres d’un défi, Frankétienne donne l’ensemble contemporain le plus emblématique de la déchirure langagière qui travaille les productions haïtiennes. D’abord publié à Port-au-Prince, Dézafi (1975) est un récit haïtien, en haïtien, pour les Haïtiens, de la résurrection des zombis par le sel, mais le texte français publié à Port-au-Prince en 1979, puis à Paris en 20003, vise un double lectorat national et transnational, haïtien et francophone. Ce diptyque est aussi symptomatique de l’incessante quête d’un double lectorat dont Cric ? Crac ! de Georges Sylvain (1901)4 offre le modèle le plus complexe (fig. 1). Partant d’un hypotexte archiconnu, les fables de La Fontaine qui sont aussi hypertextes, Sylvain donne sur la même page divisée en deux parties égales une double traduction, en haut celle en haïtien d’une fable (canonique française), en bas une traduction auctoriale, en français, de l’adaptation haïtienne du texte de La Fontaine ; en fin de volume des notes sur ses stratégies de traduction en fonction des poétiques différentes des deux langues. Il s’agit, avant la lettre, d’un exemple ancien d’auto-édition critique dans une perspective génétique. Ce qui est systématique et manifeste dans Cric ? Crac ! n’est pas moins à l’œuvre dans tout un corpus narratif haïtien. En effet, le métadiscours des procès de traduction5, donc des stratégies d’écriture, traverse les textes haïtiens de l’ouverture de La Famille des Pitite-Caille de Justin Lhérisson (1905)6, exposant la pertinence d’une narratique proprement nationale, à la clôture de Éros dans un train chinois : nouvelles, de René Depestre (1990) sur un « glossaire érotique » auquel renvoient des astérisques fourmillant dans les textes. Ces récits, comme d’autres de Depestre, forment un corpus fort révélateur de la tension géopolitique qui traverse les productions haïtiennes, notamment dans leur quête de consécration nationale et transnationale.

3Le lecteur attentif aura compris le pourquoi de ces textes de Frankétienne et de leurs analyses génétiques. Elles actualisent de manière exemplaire deux des traits les plus pertinents des récits haïtiens : l’autotraduction manifeste ou latente imposée par la coprésence de deux langues apparentées sous-tendant des répertoires divers, et les exigences d’un lectorat double, sinon multiple qui détermine, sinon surdétermine, les stratégies d’écriture, notamment l’omniprésence ou la prolifération dans les textes de procès de traduction qui sont d’abord des explications pour l’Autre. Mais une question demeure : qu’est-ce qu’une approche génétique d’œuvres haïtiennes peut apporter à l’analyse de la genèse des textes ?

Fig. 1 : Cric ? Crac !, par Georges Sylvain

Fig. 1 : Cric ? Crac !, par Georges Sylvain

Pourquoi une génétique des œuvres haïtiennes ?

  • 7 Voir entre autres Michaël Oustinoff, Bilinguisme d’écriture et autotraduction : Julien Green, Samue (...)
  • 8 M. Oustinoff, op. cit., p. 35.

4Une première réponse se dégage des esquisses d’analyse du Cric ? Crac ! de Sylvain ou du diptyque Dézafi/Les Affres d’un défi de Frankétienne : l’approche génétique de tels textes éclairerait de manière inédite la traduction auctoriale. La démarche de ces auteurs, contrairement à celles des Beckett, Green, Nabokov généralement étudiées7, n’est pas la résultante de choix individuels, elle est surdéterminée sur le plan d’une littérature nationale, conçue à partir de deux langues distinctes mais proches, pour un double lectorat. Ici s’entrevoit un vaste champ comparatif de choix traductologiques, donc de réécritures de mêmes fragments discursifs, d’un écrivain à un autre, ou même d’un texte à un autre qui est loin d’être soupçonné par une certaine critique européenne, comme le rappellent ces propos d’Antoine Berman dans L’Épreuve de l’étranger (1984) cités par Oustinoff : « Pour nous, les autotraductions sont des exceptions, tout commele fait qu’un écrivain – pensons à Conrad et à Beckett –choisisse une autre langue que la sienne propre8. » Pourtant, c’est bien là une commune condition des écrivains francophones du Sud, et une non moins commune mesure des œuvres haïtiennes particulièrement : quel que soit le texte, il en existe, du moins en fragment, un premier état (auctorial) transcrit ou non, autrement dit travaillé mentalement ou scripturalement dans une autre langue. Si les ouvrages ci-dessus mentionnés sont exemplaires, offrant deux états imprimés dans deux langues, il reste que l’ensemble du corpus narratif haïtien, en français notamment, peut jusqu’à un certain point être lu comme hypertexte des textes des auteurs ou d’un répertoire oral indigène ou indigénisé, comme le récit du pacte fatal avec le diable pour s’enrichir sur lequel se construit Le Crayon de Dieu de Philippe Thoby-Marcelin et Pierre Marcelin (1952).

5Comprendre comment de manière systémique se conçoit, s’écrit, se fabrique ce texte haïtien en quête d’une certaine lisibilité, mais aussi de légitimité (nationales et transnationales), peut apporter un éclairage unique sur la genèse des textes, plus particulièrement des traductions auctoriales, sans compter un apport au développement d’une génétique textuelle des littératures sans archives au sens strict du terme, comme celles d’Haïti. C’est là une tâche singulière à laquelle la critique (haïtienne ou non) doit s’atteler.

Une génétique textuelle haïtienne, pour qui, comment ?

  • 9 Voir Laurence Ink, Serge Meitinger et Claire Riffard, Sauvegarde et valorisation des manuscrits mal (...)
  • 10 Julien Piat, « Figures et problèmes d’insertion dans la genèse de la trilogie de Samuel Beckett », (...)
  • 11 Voir Patrick Dandrey (dir.), Génétique matérielle, génétique virtuelle : pour une approche génétici (...)

6D’un point de vue pragmatique, une approche génétique des textes haïtiens contribuera à l’enrichissement des études francophones en général, mais plus directement de la critique haïtienne qui bénéficiera de ces nouvelles recherches pour mieux analyser ses objets. Une telle entreprise contribuera également à la formation de chercheurs, tant en Haïti qu’à l’étranger, car il faudra mobiliser des équipes, les préparer à aborder les textes comme un processus, non comme une clôture bordant des messages politiques ou sociologiques à révéler. Sur ce plan, l’expérience de l’équipe de l’édition des œuvres de Rabearivelo trace déjà des voies prometteuses à poursuivre9, mais aussi à réévaluer. En effet, si l’écrivain malgache, comme les Haïtiens, a écrit dans deux langues, et pratiqué l’autotraduction, il reste que contrairement à un Frankétienne, son œuvre nous est parvenue massivement sous forme manuscrite plutôt qu’imprimée ; de plus, entre le malgache et le français, les interférences ou chevauchements sont plutôt rares, sinon inexistants. Ce sont là des différences significatives. Par ailleurs, nous ne disposons pas de manuscrits ou tapuscrits de Frankétienne avant les années 2000. L’auteur, dans la bonne tradition des xviie etxviiie siècles français et des écrivains haïtiens (les rares exceptions sont des écrivains du dehors), se faisait un devoir de les détruire, ou de s’en défaire. Il serait donc impossible d’établir un dossier génétique matériel de Dézafi et des Affres d’un défi ; par contre, il sera possible de reconstituer la méthode de production de ces textes, notamment du second pour lequel nous disposons de deux états imprimés de son hypotexte haïtien (1975, 2002). Travaillant dans une perspective plus ou moins similaire, Piat montre comment, à partir d’une lecture du texte imprimé, on peut reconstituer, du moins partiellement, sa genèse. En effet, soutient-il : « On peut faire l’hypothèse que certains phénomènes génétiques ont laissé des traces lisibles dans le texte imprimé et qu’il est possible, à partir de ces traces, de remonter au cœur du processus d’écriture10. » Il offre également dans son article des pistes d’analyse des traductions auctoriales, notamment sur le plan de la stylistique comparée, fort pertinentes pour une génétique des œuvres haïtiennes. Sa démarche ne serait pas sans rapport avec celle que d’autres appellent « génétique virtuelle », malgré toutes les réserves qu’on peut avoir sur cette appellation et la ou les recherches qui s’y rattachent, nous pouvons tirer profit des réflexions enclenchées entre autres par Patrick Dandrey et ses collaborateurs11.

  • 12 Voir Marie-Michèle Amédée, Les Proverbes en créole et dans le roman Dézafi : étude linguistique, so (...)

7D’autre part, notamment pour les textes qui nous intéressent ici au premier chef, le manque d’archives matérielles peut être comblé en partie par deux séries de matériaux linguistiques et discursifs préconstruits. Sur le plan phrastique, depuis les travaux d’Amédée Volcy et de Lucas notamment12, nous savons que le texte haïtien de Frankétienne se construit à partir de proverbes, dictons et autres syntagmes figés aisément repérables au niveau hypertextuel. Un exemple fort révélateur qui, du coup, nous permet de montrer un aspect particulier des livres de Frankétienne : leur « typo/topo/poéthique », dont un exemple est reproduit figure 2. Ici, il reprend graphiquement et scripturalement deux symbolismes haïtiens : l’un emprunté à la tradition vodou (la croix des carrefours et le cercueil de la douleur ou du malheur, sèkèymadoulè, dessinés sur la page) ; l’autre à un rituel profane, celui des bravades ou affrontements d’adolescents dont la formule d’ouverture est : « men kwa manman ou, men kwa papa ou, si ou pa pè vin pile l » (voici la croix de ta mère et de ton père, si tu es brave traverse-la (ou plus littéralement, « viens la piétiner »), à laquelle fait suite un chorus de l’assistance, « Akasan men siro ! » (l’acassan est prêt, voici le sirop ; autrement dit : le vin est tiré, il faut le boire). La mise en page complexe du texte haïtien, associant image, texte et typographie différentielle, n’est pas rendue dans le texte français, Les Affres d’un défi, qui banalise la matérialité de cette page à la fin d’un paragraphe :

  • 13 Les passages soulignés sont ceux qui traduisent plus ou moins le texte haïtien dont nous numérotons (...)
  • 14 Pour Les Affres d’un défi, nous citons toujours l’édition de 1979 ; par contre pour Dézafi nous nou (...)

La violence meurtrière de l’assassin attise notre soif de vengeance. Nos cicatrices bourgeonnent. Les dents du bourreau mordent impunément la chair de nos enfants. Qui aura su compter nos blessures [1] à ce dangereux carrefour de déséquilibre où tant d’infortunes pèsent sur nos épaules13 ? [2] Après avoir sondé les quatre horizons, nous sommes décidés à enjamber le fossé des vieilles malédictions, à briser la croix du malheur. [3] Nous avons pilé du maïs ; [4] immanquablement nous mettrons l’acassan au feu (Les Affres, p. 207-208)14.

Fig. 2 : Frankétienne, Dézafi (1975), p. 281

Fig. 2 : Frankétienne, Dézafi (1975), p. 281

8Le texte haïtien de 2002 publié en France ne reproduit pas non plus la complexité visuelle de la première édition, mais propose une autre typo/topographie différentielle plus apte à faire sens pour un lecteur étranger (aux choses haïtiennes). En effet, sur une double page (fig. 3), nous avons en capitales corps 24 le texte de 1975 encadré de deux ajouts :

  • 15 Les barres obliques ne sont pas dans le texte ; elles ne font qu’indiquer les retours à la ligne. C (...)

(a) Memwa nou / pran danse lwa / lan chak mak / zòtey nou trase / lan pousyè / lan chak twou / patpye nou fouye / lan chak vèvè / nou simen lan kalfou / pou lanmò / pa gen priz sou la vi15 ;

  • 16 Notre traduction : « Qui frappe oublie, qui subit s’en souvient. La dent mord la chair, elle ne com (...)

(b) Baykou bliye, potemak sonje. Zodan konn mòde vyann, li pa konn konte mak16.

Fig. 3 : Frankétienne, Dezafi (2002), p. 270-271

Fig. 3 : Frankétienne, Dezafi (2002), p. 270-271
  • 17 Lire le témoignage de Jenny Leignel sur l’écriture et la production de Totolomannwèl dans nos notes (...)

9Le premier ajout, à une suppression près – « nan labou » qui suivait « pat-pié nou fouyé » (Dézafi, p. 280) –, n’est que la dernière phrase du paragraphe initial précédent découpée en vers composés en italique corps 24 ; le second est emprunté au texte français de 1979 qui explicite le graphisme de 1975 en ces termes : « ce dangereux carrefour de déséquilibre » ; « la croix du malheur ». L’addition tirée des Affres d’un défi montre le va-et-vient de plus en plus important entre les deux langues (haïtien et français) dans la production des textes de Frankétienne, à partir des années quatre-vingt, notamment son théâtre17. Ici, en effet, nous avons sous une forme sentencieuse, calquant la syntaxe du proverbe haïtien qui le précède (« Baykou bliye, potemak sonje »), une phrase énigmatique qui traduit l’esprit de l’ajout du texte français cité intégralement plus haut : « La violence meurtrière de l’assassin attise notre soif de vengeance. […] Qui aura su compter nos blessures […] ? » (Les Affres, p. 208).

10Il importe de noter que le texte français a recours à l’interrogatif pour marquer la question, le doute, alors que le texte haïtien emploie une forme affirmative proverbiale pour susciter l’énigme : « zodan konn mòde vyann, li pa konn konte mak ». De plus, cette forme sentencieuse haïtienne exige du lecteur un savoir extralinguistique (partagé avec l’écrivain ou le locuteur) pour être comprise, alors que le texte français ne le demande pas puisqu’il est explicite. Aussi, ne pourrait-on pas se demander si les rhétoriques fort différentes des textes haïtien et français ne sont pas liées aux spécificités des deux langues ?

11En effet, sur le plan strictement textuel, le texte français ne rend pas la concision presque « sentencieuse » de l’haïtien. La réécriture en français tend plutôt vers l’explication, comme le montre, entre autres, une comparaison du deuxième paragraphe des Affres (1979) avec celui de Dézafi (1975). D’un premier ensemble de quinze phrases totalisant cinquante-trois mots, nous passons à un second de cent quarante mots regroupés en vingt-sept phrases, dont douze générées à partir de la liste de verbes formant la phrase initiale : « Dòmi lévé gadé maché manjé lanbé taté souflé tonbé kouri ralé jounin grangou. » Plutôt que de traduire littéralement (« Dormir se lever regarder marcher manger lécher tâter souffler tomber courir endurer une journée de faim »), Frankétienne transforme chaque verbe en générateur de récit d’une phrase, sauf « maché » qui en génère deux :

Dormir avec l’espoir que la lumière drainera nos angoisses nocturnes. Se réveiller loin des songes désentravés, le corps enlépré de solitude. Regarder l’immensité des déserts inarpentés. Errer à travers la meublerie des désirs. Remuer le ciel et la terre jusqu’au saignement des étoiles et des pierres. S’empiffrer de nourriture. Lécher d’appétit. Palper avec prudence. Souffler sur des morceaux brûlants. Choir/déchoir. Fuir à toutes jambes. Crever de faim des jours entiers (Dézafi, p. 11 ; Les Affres, p. 2).

12Un autre exemple qui nous porte à soutenir l’hypothèse d’une spécificité des deux langues induisant des stratégies d’écriture différentes est le passage du français à l’haïtien analysé plus haut (Les Affres, p. 207-208 ; Dezafi, p. 271). De quatre phrases françaises plutôt explicatives de trente mots, Frankétienne aboutit à deux dictons haïtiens, ou pris comme tels, le deuxième n’étant qu’une invention d’auteur, qui font treize mots. Cette concision de l’expression haïtienne est tout à fait conforme au génie de cette langue dite andaki, qui tend plus vers l’énigmatique ou le ludique que l’explicatif ou la clarté, contrairement au français, du moins dans l’usage qu’en font Frankétienne ou d’autres écrivains haïtiens.

  • 18 Un autre exemple est donné et commenté en annexe, à propos de la réécriture de « palé dépalé » (197 (...)

13La dimension typo/topo/graphique marginale dans Dézafi et Les Affres d’un défi deviendra de plus en plus importante à partir de L’Oiseau schizophone (1993) pour atteindre un sommet avec H’Éros-Chimères (2002). Le travail d’écriture ne relève plus du manuscrit ni même du tapuscrit, car il y a fusion entre ce qui serait de l’ordre du manuscrit/tapuscrit/montage et du domaine du livre imprimé. En ce sens, même dans les cas d’ouvrages pour lesquels nous disposons de manuscrits, l’écart entre ces derniers et les livres imprimés est si grand, qu’il est probablement vain de chercher des traces matérielles de typo/topo/graphie antérieures à la page imprimée. Celle-ci relève d’un astucieux bricolage manuel et informatique, travail de collaboration étroite de l’auteur notamment avec sa femme typographe, dont seul le résultat compte. C’est ce que semble montrer la double page analysée plus haut. Aussi, nous pouvons avancer l’hypothèse que la suppression du syntagme « nan labou » a plus à voir avec des contraintes typographiques que langagières. En effet, si nous ajoutons ce syntagme nous créons une ligne supplémentaire qui ne permet plus d’avoir le blanc entre la phrase versifiée et ce qui suit. De plus, on risque de détruire la composition presque en pavé de la double page. L’alignement des vers à pleine hauteur sur les deux pages ne serait plus possible, et l’on aurait immanquablement un vers perdu sur une troisième page. Réduire le corps des caractères pourrait être une solution, mais on perdrait le sentiment de plein, sinon de trop-plein, d’affrontement angoissant que tente de signifier le dispositif typo/topo/graphique qui redouble et renforce l’énoncé linguistique. Plus que pour tout autre écrivain francophone, la typographie est signifiante pour Frankétienne. Elle participe à la production du sens même dans l’œuvre, et joue incontestablement un rôle important dans la genèse18.

14Il est donc évident que l’édition génétique de ces ouvrages (Dézafi (1975)/Les Affres d’un défi (1979)/Dezafi (2002) dans un tout raisonné et cohérent demande un dispositif typo/topo/graphique particulier dont nous donnons en annexe une première ébauche qui permet du même coup au lecteur intéressé de mieux saisir le travail de réécriture de l’auteur, qui est d’abord une amplification-explication. Mais, étrangement, les ajouts les plus massifs sont dans le texte haïtien de 2002, qui tente d’atteindre un public étranger, donc obligé d’intégrer tout en respectant la rhétorique énigmatique haïtienne, des exigences explicatives du texte français de 1979 dédié spécifiquement à un public transnational.

  • 19 Voir Henri Mitterand, « Sur le “scénarique” », Genesis, n° 30, « Théorie : état des lieux », 2010, (...)

15Enfin, sur le plan narratologique ou discursif, une génétique haïtienne tirera profit des récits oraux ou écrits populaires, littéraires ou « savants », sur lesquels se construisent en tout ou en partie les spirales de l’écrivain. Par exemple, la résurrection des zombis par le sel est non seulement un récit populaire fort répandu en Haïti, mais il est entré depuis les années vingt et trente dans le discours anthropologique et artistique international, notamment avec le livre de William Seabrook, Magic Island (1929), l’une des sources du film White Zombie de Victor Halperin (1932). Ce récit mythique est aussi repris par Alfred Métraux avec une certaine distance critique, dans Le Vaudou haïtien (1958). Plus qu’une source d’inspiration mythique, il est une compétence narrative que l’écrivain peut actualiser avec des variations idiosyncratiques. Mais il a une syntaxe propre, comme un passage obligé avec ses grandes étapes : avant la zombification (du sujet) / sa traversée vers l’autre monde / l’univers du ou des zombis / leur libération (par le sel) / après la libération. Plus concrètement, ce récit dans sa double relation architextuelle et hypertextuelle avec le texte de l’écrivain (ou avec toute autre énonciation, dont celle du conteur haïtien), se décompose invariablement comme suit : (1) mort apparente d’un jeune homme prétentieux ou d’une jeune fille hautaine ; (2) traversée du défunt déterré de sa ville pour effrayer la population et réaffirmer la toute-puissance du hougan empoisonneur ; (3) arrivée sur la plantation du maître pour le rituel de zombification ; (4) rappel du régime alimentaire strict et des règles draconiennes de travail et de soumission ; (5) trahison ou erreur d’une femme qui donne le sel au(x) zombi(s) ; (6) libération du ou des zombis de l’emprise du maître, la révolte vengeresse ou la disparition. C’est ce scénario archiconnu que Frankétienne monte (comme un film) parallèlement à d’autres microrécits populaires : de l’exode rural incarné par Gaston et Rita jusqu’à l’exil intérieur de Jérôme à la campagne en passant par l’épisode rocambolesque du pasteur Pinechrist. Il constitue un état premier ou élémentaire, spéculatif certes, du « scénarique19 » de Dézafi, qui pourrait être complété en puisant notamment dans l’imposant corpus d’entrevues auctoriales sur ces œuvres, en plus des nombreux passages métadiscursifs ou poéthiques de Mûr à crever (1968) et Ultravocal (1972), qui peuvent nous éclairer sur la méthode créative de l’écrivain, qui rappelait dans une entrevue avec Ulrich Fleischmann :

  • 20 Ulrich Fleischmann, « Entrevue avec Frankétienne sur son roman Dézafi », Dérives, n° 7, 1977, p. 18

Je crois qu’il y a des liens très étroits au niveau linguistique d’abord, entre Ultravocal et Dézafi. J’ai pu bénéficier des apports linguistiques de l’écriture d’Ultravocal en rédigeant Dézafi. Sur ce point, je n’ai pas senti de barrières entre les deux langues20.

  • 21 Voir entre autres : Chantal Zabus, The African Palimpsest : Indigenization of Language dans the Wes (...)

16La démonstration ici faite à partir des œuvres de Frankétienne pourrait être reprise presque terme à terme pour les récits de Depestre, notamment Hadriana dans tous mes rêves (1988) qui peut être lu comme un clin d’œil au diptyque Dézafi/Les Affres d’un défi. En effet, ce roman reprend non seulement le récit de la résurrection du zombi, mais aussi celui du hougan tout puissant jaloux, qui échoue dans sa vengeance. En fait, fort probablement, sur le plan des principes, si l’on accepte l’hypothèse, ailleurs diversement exprimée, du texte francophone comme hypertexte allogène d’un hypotexte indigène, autrement dit, jusqu’à un certain point traduction d’un texte indigène21, une telle analyse s’appliquerait à l’ensemble du corpus narratif haïtien et poserait les bases de toute étude génétique de ce corpus.

Haut de page

Notes

1 Ce travail s’inscrit dans le cadre d’un projet plus vaste d’éditions génétiques d’œuvres haïtiennes au sein de l’équipe « Manuscrit francophone » de l’ITEM. Dans un premier temps, il devait inclure les récits de René Depestre, écrivain du dehors dont les principaux titres – Alléluia pour une femme-jardin : récits (1981) ; Hadriana dans tous mes rêves (1988) ; Éros dans un train chinois : nouvelles (1990) – ont été publiés dans la « collection blanche » de Gallimard. Des contraintes diverses n’ont malheureusement pas permis que ces textes soient vraiment abordés ici.

2 Patrick Chamoiseau et Raphaël Confiant, Lettres créoles. Tracées antillaises et continentales de la littérature, 1655-1975, Paris, Hatier, 1991, p. 173.

3 Voir Frankétienne, Les Affres d’un défi, Port-au-Prince, Imprimerie Henri Deschamps, 1979 (Paris, Jean-Michel Place, 2000 ; La Roque-d’Anthéron, Vents d’ailleurs, 2010) ; Dézafi, Port-au-Prince, Éditions Fardin, 1975 (Châteauneuf-le-Rouge, Vents d’ailleurs, 2002). Pour une bio-bibliographie détaillée, voir : <www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/franketienne.html>.

4 Georges Sylvain, Cric ? Crac ! Les fables de La Fontaine racontées par un montagnard haïtien et transcrites en vers créoles, Paris, Ateliers haïtiens, 1901.

5 Sur ce concept emprunté à Abdelkebir Khatibi, voir Jean Jonassaint, Des romans de tradition haïtienne : sur un récit tragique, Paris et Montréal, L’Harmattan et Cidihca, 2002, p. 114-130.

6 Justin Lhérisson, La Famille des Pitite-Caille, Paris, Typographie Firmin-Didot, 1905. Sur ce romancier, voir J. Jonassaint, Des romans de tradition haïtienne, op. cit.

7 Voir entre autres Michaël Oustinoff, Bilinguisme d’écriture et autotraduction : Julien Green, Samuel Beckett, Vladimir Nabokov (Paris, L’Harmattan, 2001), ouvrage qui ouvre des voies fort pertinentes pour la génétique des traductions auctoriales.

8 M. Oustinoff, op. cit., p. 35.

9 Voir Laurence Ink, Serge Meitinger et Claire Riffard, Sauvegarde et valorisation des manuscrits malgaches : le cas de Jean-Joseph Rabearivelo. Un exemple de valorisation des manuscrits francophones, Paris, ITEM/EAC, 2010.

10 Julien Piat, « Figures et problèmes d’insertion dans la genèse de la trilogie de Samuel Beckett », Genesis, n° 29, 2008, p. 44.

11 Voir Patrick Dandrey (dir.), Génétique matérielle, génétique virtuelle : pour une approche généticienne des textes sans archives, Québec, Presses de l’université Laval, 2009.

12 Voir Marie-Michèle Amédée, Les Proverbes en créole et dans le roman Dézafi : étude linguistique, sociologique et stylistique , Université de Montréal, Mémoire de maîtrise, 1982 ; Marie-Michèle Amédée Volcy, « Des Proverbes haïtiens dans Dézafi », Dérives, n° 53-54, 1986/1987, p. 115-124 ; Rafael Lucas, « La littérarisation de la langue haïtienne », dans Jean Jonassaint, Typo/Topo/Poéthique sur Frankétienne, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 123-146.

13 Les passages soulignés sont ceux qui traduisent plus ou moins le texte haïtien dont nous numérotons les segments pour faciliter le repérage de leur traduction : « [1] Kalfou-tinginding miromiba ! Pil madichon simin dèyè timounn ki déréspékté granmounn. [2] Nou gadé anro… Nou gadé anba… N-ap janbé kanminn. / [3] Mayi pilé l/[4] Akasan siro !… » (Dézafi, p. 281).

14 Pour Les Affres d’un défi, nous citons toujours l’édition de 1979 ; par contre pour Dézafi nous nous référons soit au texte de 1975, orthographié, Dézafi, avec un accent aigu sur le « e », soit à celui de 2002 (fort différent d’abord par l’orthographe, mais surtout les nombreux ajouts et une nouvelle typo/topographie), orthographié Dezafi, sans accent, en conformité avec la graphie officielle de 1979.

15 Les barres obliques ne sont pas dans le texte ; elles ne font qu’indiquer les retours à la ligne. Ce passage a été traduit assez fidèlement comme suit par Frankétienne : « […] notre mémoire, chevauché par un loa sauvage, danse l’hystérie. Empreintes de nos orteils dans la poussière, trous creusés […], vêvês tracés à la croisée des chemins, pour que la mort ne l’emporte jamais sur la vie » (Les Affres, p. 207).

16 Notre traduction : « Qui frappe oublie, qui subit s’en souvient. La dent mord la chair, elle ne compte pas les marques. »

17 Lire le témoignage de Jenny Leignel sur l’écriture et la production de Totolomannwèl dans nos notes sur cette pièce de Frankétienne, dans Typo/Topo/Poéthique, op. cit., p. 336-338.

18 Un autre exemple est donné et commenté en annexe, à propos de la réécriture de « palé dépalé » (1975) en « Pale/depale » (italique corps 24), voir la note 5 (de cette annexe).

19 Voir Henri Mitterand, « Sur le “scénarique” », Genesis, n° 30, « Théorie : état des lieux », 2010, p. 69-84.

20 Ulrich Fleischmann, « Entrevue avec Frankétienne sur son roman Dézafi », Dérives, n° 7, 1977, p. 18.

21 Voir entre autres : Chantal Zabus, The African Palimpsest : Indigenization of Language dans the West African Novel, New York et Amsterdam, Rodopi, 1991, 2nd enlarged edition, 2007) ; Nora-Alexandra Kazi-Tani, Roman africain de langue française au carrefour de l’écrit et de l’oral : Afrique noire et Maghreb, Paris, L’Harmattan, 1995 ; Jean Jonassaint, Des romans de tradition haïtienne, op. cit. (2002).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Cric ? Crac !, par Georges Sylvain
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/607/img-1.png
Fichier image/png, 20k
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/607/img-2.png
Fichier image/png, 40k
Titre Fig. 2 : Frankétienne, Dézafi (1975), p. 281
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/607/img-3.png
Fichier image/png, 28k
Titre Fig. 3 : Frankétienne, Dezafi (2002), p. 270-271
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/607/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/607/img-5.png
Fichier image/png, 2,2M
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/607/img-6.png
Fichier image/png, 3,7M
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/607/img-7.png
Fichier image/png, 3,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Jonassaint, « Des éditions génétiques haïtiennes : pourquoi ? pour qui ? comment ? », Genesis, 33 | 2011, 79-92.

Référence électronique

Jean Jonassaint, « Des éditions génétiques haïtiennes : pourquoi ? pour qui ? comment ? », Genesis [En ligne], 33 | 2011, mis en ligne le 23 octobre 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://genesis.revues.org/607 ; DOI : 10.4000/genesis.607

Haut de page

Auteur

Jean Jonassaint

Jean Jonassaint, Professeur de littératures francophones à Syracuse University, coresponsable avec Yolaine Parisot du projet d’édition génétique d’œuvres haïtiennes au sein de l’équipe « Manuscrit francophone » de l’ITEM, est auteur de plusieurs travaux sur la production et la réception des textes, notamment La Déchirure du (corps)texte et autres brèches (Dérives/Nouvelle optique, 1984) ; Le Pouvoir des mots, les maux du pouvoir. Des romanciers haïtiens de l’exil (PUM/L’Arcantère, 1986) ; Typo/Topo/Poéthique sur Frankétienne (L’Harmattan, 2008). Il complète actuellement une édition critique de La Tragédie du Roi Christophe, à paraître dans Césaire, Œuvres complètes, Paris, CNRS Éditions, coll. « Planète Libre », 2013.
jjonassa[arobase]syr.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org