Navigation – Plan du site
Inédits

Albert Memmi : Portrait du colonisé, précédé d’un Portrait du colonisateur

Note sur une postface autographe inédite
Guy Dugas
p. 119-126

Texte intégral

1Il a souvent été souligné – et par Albert Memmi lui-même – combien La Statue de sel (Corréa, 1953), son premier roman, puis Agar (Corréa, 1955) qui en est le prolongement autobiographique, constituent la matrice de toute son œuvre ultérieure, ouvrages de fiction et essais confondus. Des essais qui prennent d’abord la forme de portraits – un genre littéraire qui eut son heure de gloire aux xviie et xviiisiècles avec les moralistes, mais actuellement fort peu utilisé.

2Réinstallé en Tunisie à la fin de ses études supérieures, Memmi enseigne, au moment où il a l’idée de ces portraits, au lycée Carnot, le lycée français de Tunis, avant d’être nommé directeur d’un centre de psychopédagogie. Il vit alors du dedans la décolonisation au Maghreb, en intellectuel militant, mais avec cette différence majeure qu’il n’est pas un intellectuel ou un militant comme les autres, parce qu’il est un juif arabe – ce dont il ne tardera pas à se rendre compte et qui justifiera au printemps 1956 son nouveau et définitif départ en France.

  • 1 Voir notamment « La psychologie du colonisé », conférence du 9 mars 1956 au lycée Carnot.
  • 2 Journal intime, dimanche 8 avril [1956].

3Pour comprendre les difficultés de l’itinéraire du colonisé acculturé, celles du « colonisateur de bonne volonté », « il me fallait, dit Memmi, comprendre le colonisateur et le colonisé, et peut-être toute la relation et la situation coloniales ». C’est ainsi qu’il est amené à faire une série de conférences ou de chroniques dans les journaux locaux sur la psychologie de l’un et de l’autre, et sur l’analyse de la relation qui les unit en les opposant. Le premier portrait à avoir vu le jour dans l’esprit de l’auteur, et à partir de l’analyse de sa condition même, est celui du colonisé – lequel, après quelques touches et retouches1, paraîtra dans Esprit en mai 1957. Pourtant, avant même que celui-ci ne soit publié, Memmi s’est déjà rendu compte que chaque trait, chaque détail qu’il dépeint de cette figure de l’opprimé ne donne « qu’un aspect partiel de ce qu’[il] voudrai[t] dire, qui [le] laisse insatisfait, pressé de dire la suite, sans laquelle [s]a pensée est mutilée, presque fausse2 ». Il se met donc presque simultanément à la rédaction d’un « Portrait du colonisateur de bonne volonté » (Les Temps modernes, avril 1957), venant prolonger, corriger, compléter le premier.

  • 3 On pense généralement que c’est cette édition originale qui bénéficia de la célèbre préface de Sart (...)

4Les deux essais (le « Portrait du colonisé » restant tel quel, celui du colonisateur étant légèrement augmenté), seront ensuite très rapidement réunis par Corréa, éditeur de ses deux romans antérieurs, pour paraître en volume dès juin 19573.

  • 4 C’est à quoi nous nous sommes attelés, en collaboration avec l’auteur, dans le cadre du projet Manu (...)

5L’étude des manuscrits de ces deux textes, conservés par l’auteur, fait apparaître nombre de modifications significatives que seule une édition génétique complète permettra d’analyser en profondeur4. On y suit parfaitement la réflexion de l’auteur, qui brosse, touche après touche, une série de portraits du colonisé comme du colonisateur, selon un effet de miroir d’une catégorie à l’autre : au colonisateur qui se refuse correspond un colonisé honteux, désireux de disparaître dans l’assimilation ; le colonisateur qui s’accepte (le colonialiste) appelle le colonisé qui se revendique et le montre dans sa révolte.

  • 5 Albert Memmi, postface inédite à l’édition originale.

6Cet ensemble de portraits s’inscrivant au sein d’une seule et même dynamique, « celle de la relation coloniale, qui transforme le colonial en C[olonisateu]r ou en C[olonial]iste, et fait souhaiter l’assimilation au C[olonis]é, puis le pousse à la révolte5 ».

  • 6 S’il n’est pas rare qu’un essai soit dès le titre « suivi de… », Ce Portrait du colonisé, précédé d (...)

7Le plan du volume est nettement organisé en deux parties (colonisateur/colonisé) séparées dès le titre, qui marque la prévalence accordée au Portrait du colonisé6. Chaque portrait est ensuite divisé en trois chapitres, selon une architecture très scolaire. Celui du « Portrait du colonisé » est établi très tôt dans sa forme définitive ; alors que le « Portrait du colonisateur » – avant d’évoluer en parallèle rigoureux avec celui-ci – est plus variable et d’abord fondé sur une variation sur les termes colonial/colonisateur/colonialiste.

  • 7 Portrait du colonisé, Alger, Éditions ANEP, coll « Voix de l’anticolonialisme », 2006.

8Toujours inquiet de la cohérence de son propos, de la logique d’une démarche partant d’une expérience strictement personnelle, l’auteur rédige alors une postface qui ne sera pas retenue par les éditeurs successifs, dans laquelle il justifie « la perspective choisie, celle du portrait », ainsi que ce qu’il appelle « la nécessité du diptyque ». Memmi semble avoir toujours apprécié ce type de discours d’escorte – manière à ses yeux de dialoguer avec différentes générations de lecteurs et de tenir compte de l’évolution du monde et des idées. Une analyse en diachronie des différentes préfaces des Portraits s’avérerait du reste très instructive – qu’elles soient autographes, comme celle de la réédition de 1966 (constamment reprise depuis) ou celles de plusieurs rééditions ou traductions de l’essai à l’étranger, ou allographes, comme celles de Jean-Paul Sartre ou, beaucoup plus tard, du président Bouteflika à une réédition algérienne7.

  • 8 L’auteur remercie chaleureusement Albert Memmi, qui, en trente ans de collaboration, lui a toujours (...)

9Mais c’est à une postface autographe inédite que nous avons choisi de consacrer cette étude8. Ce texte de trois pages, qui figure parmi les manuscrits (fos 200 à 202), n’apparaît plus dans les tapuscrits et les épreuves de l’essai. Il est organisé en cinq remarques d’ordre méthodologique, qui traduisent un double souci de l’auteur :

  • 9 Voir le discours de réception d’Albert Memmi à l’Académie des Sciences d’Outremer : « De l’expérien (...)
  • 10 Jacques Derrida, « né à Alger dans un environnement dont il sera toujours difficile d’affirmer qu’i (...)

10– montrer qu’à partir d’un cas personnel (Memmi a toujours soutenu que sa démarche, embrassant œuvres de fiction et ouvrages de réflexion, le portrait d’une expérience vécue de la domination à la théorisation des mécanismes de celle-ci9) et d’une situation régionale, celle du Maghreb des années cinquante porté vers les indépendances, on pouvait déboucher, en excluant toute forme d’anecdotique et de pittoresque, sur une « large universalité de ces deux portraits ». En conclusion, l’auteur, s’appuyant cette fois sur sa condition personnelle, définit clairement comme « point de départ de tout [son] itinéraire » et comme « une référence toujours sous-jacente » le rôle d’entre-deux qui ressortit à sa condition ambivalente de juif arabe qui le fait tout à la fois percevoir comme colonisant par les indigènes et comme indigène par le colonisateur10 ;

11– légitimer le genre retenu, celui du portrait (on notera l’importance d’un lexique emprunté au champ pictural : tracé, modèles, pittoresque, dessin, traits…), puis la réunion des deux essais en un seul diptyque cohérent : partant d’un autoportrait, cet essai brosse en fin de compte deux portraits se faisant écho dans un contexte historique et sociologique « en mouvement constant ».

  • 11 « Colonialism, psychoanalysis ans cultural criticism : the problem of interiorization in the work o (...)

12Entre les approches politique (Césaire), psychanalytique (Fanon) ou socio-économique (Sartre) de la relation coloniale, Memmi inscrit ainsi ses Portraits dans ce que Suzanne Gearhart nomme « une approche psychoculturelle11 » laquelle, en unissant colonisateur et colonisé en un duo indissociable et pourtant culturellement a-normal, en fait toute l’originalité.

Fig. 1 : Albert Memmi, « Post-face » au Portrait du colonisé, précédé d’un Portrait du colonisateur, Manuscrit, f° 200

Fig. 1 : Albert Memmi, « Post-face » au Portrait du colonisé, précédé d’un Portrait du colonisateur, Manuscrit, f° 200

20,5 × 20 cm

Coll. privée © Albert Memmi

Transcription du folio 200

Transcription du folio 200

Fig. 2 : « Post-face » au Portrait du colonisé, précédé d’un Portrait du colonisateur, Manuscrit, f° 201

Fig. 2 : « Post-face » au Portrait du colonisé, précédé d’un Portrait du colonisateur, Manuscrit, f° 201

20,5 × 20 cm

Coll. privée © Albert Memmi

Transcription du folio 201

Transcription du folio 201

Fig. 3 : « Post-face » au Portrait du colonisé, précédé d’un Portrait du colonisateur, Manuscrit, f° 202

Fig. 3 : « Post-face » au Portrait du colonisé, précédé d’un Portrait du colonisateur, Manuscrit, f° 202

20,5 × 20 cm

Coll. privée © Albert Memmi

Transcription du folio 202

Transcription du folio 202
Haut de page

Notes

1 Voir notamment « La psychologie du colonisé », conférence du 9 mars 1956 au lycée Carnot.

2 Journal intime, dimanche 8 avril [1956].

3 On pense généralement que c’est cette édition originale qui bénéficia de la célèbre préface de Sartre, mais il n’en fut rien. Cette préface, reprenant au mot près un compte rendu de l’ouvrage fait par le philosophe dans Les Temps modernes, n° 137-138, juillet-août 1957, ne figurera qu’à partir de la réédition Pauvert, postérieure aux indépendances.

4 C’est à quoi nous nous sommes attelés, en collaboration avec l’auteur, dans le cadre du projet Manuscrit Francophone Méditerranée (ITEM CNRS-IRIEC Montpellier III).

5 Albert Memmi, postface inédite à l’édition originale.

6 S’il n’est pas rare qu’un essai soit dès le titre « suivi de… », Ce Portrait du colonisé, précédé d’un Portrait du colonisateur ne me paraît guère d’usage en titraison. Du reste, dans de nombreuses rééditions, seul demeure comme titre Portrait du colonisé.

7 Portrait du colonisé, Alger, Éditions ANEP, coll « Voix de l’anticolonialisme », 2006.

8 L’auteur remercie chaleureusement Albert Memmi, qui, en trente ans de collaboration, lui a toujours permis l’accès à ses archives.

9 Voir le discours de réception d’Albert Memmi à l’Académie des Sciences d’Outremer : « De l’expérience vécue à la théorisation ».

10 Jacques Derrida, « né à Alger dans un environnement dont il sera toujours difficile d’affirmer qu’il était colonisateur ou colonisé », exprime la même ambivalence de sa condition dans « The crisis in the teaching of Philosophy », dans Who’s afraid of Philosophy ? Right to Philosophy, I, Stanford, Stanford University Press, 2002, p. 103.

11 « Colonialism, psychoanalysis ans cultural criticism : the problem of interiorization in the work of Albert Memmi », dans John Carlos Rowe, Culture ans the problem of the disciplines, New York, Columbia University Press, 1998.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Albert Memmi, « Post-face » au Portrait du colonisé, précédé d’un Portrait du colonisateur, Manuscrit, f° 200
Légende 20,5 × 20 cm
Crédits Coll. privée © Albert Memmi
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/621/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Transcription du folio 200
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/621/img-2.png
Fichier image/png, 24k
Titre Fig. 2 : « Post-face » au Portrait du colonisé, précédé d’un Portrait du colonisateur, Manuscrit, f° 201
Légende 20,5 × 20 cm
Crédits Coll. privée © Albert Memmi
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/621/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Transcription du folio 201
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/621/img-4.png
Fichier image/png, 24k
Titre Fig. 3 : « Post-face » au Portrait du colonisé, précédé d’un Portrait du colonisateur, Manuscrit, f° 202
Légende 20,5 × 20 cm
Crédits Coll. privée © Albert Memmi
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/621/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Transcription du folio 202
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/621/img-6.png
Fichier image/png, 20k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Dugas, « Albert Memmi : Portrait du colonisé, précédé d’un Portrait du colonisateur », Genesis, 33 | 2011, 119-126.

Référence électronique

Guy Dugas, « Albert Memmi : Portrait du colonisé, précédé d’un Portrait du colonisateur », Genesis [En ligne], 33 | 2011, mis en ligne le 23 octobre 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://genesis.revues.org/621 ; DOI : 10.4000/genesis.621

Haut de page

Auteur

Guy Dugas

Guy Dugas, né à Uzès en 1950, est actuellement professeur de Littérature générale et comparée (domaine méditerranéen) à l’université Montpellier III, après avoir enseigné plus de quinze ans dans le monde arabe (Tunisie, Maroc et Yémen). Spécialiste du voyage en Orient (xixe-xxe) et des expressions minoritaires dans le monde arabo-musulman, il est l’auteur d’une thèse pionnière sur La Littérature judéo-maghrébine d’expression française (L’Harmattan, 1990). On lui doit également une somme anthologique sur les francophonies maghrébines (Maroc, Algérie. Un rêve de fraternité ; Algérie. Les romans de la guerre et Tunisie. Rêve de partages) aux éditions Omnibus. Au sein de l’équipe qu’il dirige à l’université Montpellier III (IRIEC-EA 740), il a pris en charge la partie « Manuscrit francophone Méditerranée » du projet Manuscrit francophone et a entrepris à ce titre l’édition génétique des Portraits et autres essais d’Albert Memmi.
guydugas2002[arobase]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org