Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus d'ouvrages

Brian Stimpson, Paul Valéry, L’écriture en devenir, Frankfurt am Main, Éditions Peter Lang, 2009, 432 p.

Jean-Michel Maulpoix
p. 189-190
Référence(s) :

Brian Stimpson, Paul Valéry, L’écriture en devenir, Frankfurt am Main, Éditions Peter Lang, 2009, 432 p.

Texte intégral

1Davantage que ses œuvres, si accomplies soient-elles, il se pourrait que ce soit le travail d’un écrivain qui le garde vivant, longtemps après sa disparition. Ainsi ne donne-t-il pas seulement à lire des textes, mais à interroger encore un geste de plume qui paraît se poursuivre sous nos yeux. Il en va ainsi pour Paul Valéry, tel que Brian Stimpson nous invite à le redécouvrir en rouvrant dans un volumineux essai intitulé L’Écriture en devenir le chantier de La Jeune Parque et de « La Pythie », à la lumière de documents manuscrits inédits parmi lesquels des lettres que Valéry a adressées à sa femme entre 1908 et 1918.

2Brian Stimpson a suivi d’une façon très attentive (l’on est tenté d’écrire « très attentionnée ») Paul Valéry au travail, en cheminant à travers les brouillons de ses poèmes et sa correspondance, en jetant un double regard sur la poussée génétique manifeste dans les manuscrits qui permet d’appréhender l’évolution de l’écriture, et sur le processus de composition qui conduit à interroger plus globalement les moyens et la pratique de l’écrivain. Ainsi éclaire-t-il non seulement les textes, mais également la sensibilité artistique de Valéry avant 1912 et se trouve-t-il conduit à accorder une place décisive à « la musique intime du moi », étrange énergie jusqu’ici peu observée semble-t-il dans les études valéryennes.

3C’est alors un passionnant portrait d’écrivain à l’ouvrage qui se dessine, largement « autoanalysé » par Valéry lui-même, où sensibilité et intelligence sont aux prises et forment un thyrse complexe. Brian Stimpson met en lumière les rythmes de la création valéryenne où se succèdent un « temps de latence créatrice » durant lequel « l’ignorance même est dynamique », et un temps de « découverte réfléchie » où la question du « faire » se trouve posée à la fois sous l’angle du quoi et du comment. Il apparaît que l’essentiel du travail consiste en rapprochements et en combinaisons. L’écriture de Valéry présente un caractère singulièrement évolutif et tâtonnant. Brian Stimpson montre comment le poème sort de sa gangue, se dégage de ses ratures, la manière dont la pensée se clarifie : le travail de la langue est travail de l’esprit.

4Au commencement est un potentiel dont il faudra débrouiller une forme, des possibles d’où extraire des nécessités, une matière germinale pareille à quelque « soupe primordiale ». Paul Valéry, à maints égards, est un explorateur et, avant la lettre, son propre généticien : il ne quitte pas des yeux le mûrissement de son travail et en développe l’analyse. N’est-ce pas là, après tout, ce qui dans l’écriture l’intéresse le plus : y voir l’esprit fonctionner ? Comme l’observe Brian Stimpson, « l’écrire des Cahiers et la pratique des manuscrits de la poésie sont intimement imbriqués ».

5Pour emboîter le pas sans faillir à un pareil explorateur, il fallait un soin et un souffle de spéléologue : c’est avec autant de prudence que de qualité d’attention et de méticulosité critique que Brian Stimpson offre ces nouvelles entrées dans le temps de l’écriture et dans le faire du poète, ce faire vorace qui lui-même interroge, brasse et assimile les matériaux les plus divers. Il a su ne pas figer Valéry à partir du texte connu et maintes fois déjà commenté ; il est revenu aux sources au lieu de procéder à rebours et d’effacer du même coup ces hésitations et ces glissements imperceptibles qui sont la vie même de l’écrit.

6Ainsi ce livre aussi riche que sérieux autorise-t-il de troublantes retrouvailles. Émouvante en effet est la réalité prise par la voix de Valéry dans cette étude : par le poème, la pensée et les détours complexes de l’écrit, mais aussi par des lettres intimes (telles celles écrites à sa femme depuis Perros-Guirec en juillet 1913)… Le tout confère à Valéry une présence rare dans un livre de cette espèce. Valéry au travail, ciselant le son et le sens, et Valéry sensible, sensoriel, frissonnant parfois, n’y font qu’un.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Maulpoix, « Brian Stimpson, Paul Valéry, L’écriture en devenir, Frankfurt am Main, Éditions Peter Lang, 2009, 432 p. », Genesis, 33 | 2011, 189-190.

Référence électronique

Jean-Michel Maulpoix, « Brian Stimpson, Paul Valéry, L’écriture en devenir, Frankfurt am Main, Éditions Peter Lang, 2009, 432 p. », Genesis [En ligne], 33 | 2011, mis en ligne le 23 octobre 2013, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://genesis.revues.org/648

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org