Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus d'ouvrages

Le Signe et la consigne. Essai sur la genèse de l’œuvre en régime naturaliste. Zola, dir. Philippe Hamon, Genève, Droz, 2009, 320 p.

Céline Grenaud
p. 190-191
Référence(s) :

Le Signe et la consigne. Essai sur la genèse de l’œuvre en régime naturaliste. Zola, dir. Philippe Hamon, Genève, Droz, 2009, 320 p.

Texte intégral

1« Nos œuvres en gestation échappent absolument à notre volonté », écrivait Zola à Huysmans, dans une lettre du 20 mai 1884. De fait, la question se pose de savoir si la création coïncide avec la mise en œuvre de processus parfaitement maîtrisés, facilement repérables et systématiquement appliqués ou bien si elle échappe à la conscience et reste placée, en définitive, sous le signe du mystère et de la géniale improvisation. L’ouvrage collectif réalisé sous la direction de Philippe Hamon permet de nuancer la réponse. Il fait émerger, d’une manière remarquablement synthétique, les principes structurants de la méthode zolienne, tels qu’ils se donnent à lire dans l’ensemble des dossiers préparatoires. Mais il encourage aussi à décrypter le métadiscours d’un écrivain qui mêle constamment l’interrogation à l’invention et ne cesse, à la faveur d’un « soliloque programmatif » extrêmement dense, de dialoguer avec lui-même, d’ancrer son propos dans les problématiques contemporaines, en somme de poser l’écriture comme un acte complexe, impossible à circonscrire dans les limites du prévisible.

2L’ouvrage invite à confronter les avant-textes zoliens aux catégories de la rhétorique classique : inventio, dispositio, elocutio, memoria et actio. La création ne se réduisant pas à la succession rectiligne de séquences fixes et exclusives les unes des autres, ce cadrage est rendu opérationnel par la reconnaissance d’un enchevêtrement permanent des opérations. Une telle démarche permet de mesurer l’efficacité des protocoles activés par l’auteur dans la phase prérédactionnelle, enrichis de dossier préparatoire en dossier préparatoire et nourris par une série de consignes plus ou moins récurrentes. L’un des principaux mérites de cet essai est d’aboutir ainsi à la compréhension globale des mécanismes impliqués dans la genèse des romans naturalistes. Il parvient à mêler une approche macroscopique destinée à éclairer la totalité d’une œuvre et une étude microscopique tenant compte des infimes détails grâce auxquels l’écriture zolienne signe sa différence.

3Dans un premier chapitre, Alain Pagès s’attarde sur les différents niveaux de l’inventio : la question initiale, d’abord – Nana envisagé comme le « poème des désirs du mâle » ou Au Bonheur des dames comme celui « de l’activité moderne » –, puis surtout la recherche documentaire, essentielle dans une vision du monde où la logique doit prévaloir sur l’imagination. Les avant-textes témoignent de ce que la collecte des informations débouche sur l’obsession du classement et induit fréquemment le recours à des experts (Pol Lefèvre pour La Bête humaine, Alfred Roll pour Germinal, etc.) ou à des amis et correspondants avisés (Paul Alexis, Henry Céard). Alain Pagès envisage aussi la mise en scène du dilemme et la crainte lancinante de mal faire, telle qu’elle est trahie par les structures de l’alternative ou de l’épanorthose.

4Olivier Lumbroso met ensuite en évidence les modèles qui permettent de caractériser la composition des romans zoliens. Leur « mise en ordre syntagmatique », d’une part, suppose la distribution du scénario dans l’Ébauche (avec parfois une programmation précoce des chapitres), puis dans les Plans détaillés. Leur « mise en ordre hiérarchique », d’autre part, correspond à la distinction des plans principaux et secondaires, à la distribution des valeurs positives ou négatives et à la désignation des centralités actantielles (la figure centrale doit « rayonner »), spatiales et narratives. Ce système, doté d’une relative souplesse, autorise la polyhiérarchisation et se combine régulièrement avec des jeux d’ombre et de lumière.

5Dans un troisième chapitre, Philippe Hamon s’attache à décoder les principes de l’elocutio et, malgré la circonspection de Zola en la matière, à mettre en relief les consignes associées à la caractérisation de son style. Les dossiers préparatoires attestent, ne serait-ce que d’un point de vue graphique (guillemets, soulignement…), du soin avec lequel l’écrivain choisit ses mots. Ceux-ci, tour à tour, sont investis d’une fonction narrative particulière (le choix d’un terme populaire n’est pas anodin), apparaissent plus ou moins ostensiblement motivés (c’est le cas de nombreux noms propres) ou encore résultent d’un parti pris déterminant en terme d’oralité (la parole présente souvent un aspect ethnographique et sociologique).

6Le quatrième chapitre est consacré au métadiscours mémoriel. Chantal Pierre-Gnassounou analyse les traces de l’intratextualité (les dossiers sont émaillés de souvenirs procédant de l’œuvre déjà réalisée) et celles de l’intertextualité (l’auteur alterne entre la tentation de l’imitation et le désir de dissociation). Elle étudie aussi la cohérence des données citationnelles et du système actantiel, puis éclaire le jeu des variations, visiblement ajusté à la volonté d’éviter les répétitions. Les références autobiographiques, quoique relativement rares dans les dossiers, conduisent enfin à sonder la mémoire de soi.

7Philippe Hamon envisage dans le cinquième chapitre l’ultime séquence du paradigme rhétorique. L’actio se manifeste par le souci des rythmes : rythme quasi biologique de l’auteur en plein acte d’écriture, rythme de la série cadencée par des romans forts et faibles, ou encore rythme stylistique, tel qu’il est programmé dans le dossier de L’Assommoir (Zola prévoit un « style à toute volée »). Il importe aussi de prendre en considération les gesticulations graphiques (biffures, ratures, soulignements…) et celles, plus subtiles, qui impliquent la mise en œuvre des fonctions conative et émotive.

8En guise de conclusion, Henri Mitterand propose une réflexion sur « le modèle et la liberté ». Ce faisant, il soulève plusieurs des questions essentielles afférentes à l’écriture en acte. Quelles places respectives faut-il accorder à la topique et à la spontanéité ? Selon quelles modalités s’effectue le passage d’un discours programmatif infaillible sur le plan méthodologique à une fiction narrative beaucoup plus libre, placée sous le signe de la mythographie et parfois même du lyrisme ? Ou encore, comment évaluer les poids de l’ethos et du pathos, c’est-à-dire les qualités morales de l’auteur et les émotions suscitées chez un lecteur potentiel, auquel aujourd’hui nous pouvons d’ailleurs nous identifier ? Autant d’interrogations qui confirment la pertinence d’une approche génétique de l’œuvre zolienne et, au-delà, de la production naturaliste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Grenaud, « Le Signe et la consigne. Essai sur la genèse de l’œuvre en régime naturaliste. Zola, dir. Philippe Hamon, Genève, Droz, 2009, 320 p. », Genesis, 33 | 2011, 190-191.

Référence électronique

Céline Grenaud, « Le Signe et la consigne. Essai sur la genèse de l’œuvre en régime naturaliste. Zola, dir. Philippe Hamon, Genève, Droz, 2009, 320 p. », Genesis [En ligne], 33 | 2011, mis en ligne le 23 octobre 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://genesis.revues.org/651

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org