Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus d'ouvrages

Critique génétique et textologie : épistémologie et théorie, dir. T. V. Balachova, E. D. Galtsova, et alii, Moscou, IMLI RAN, 2008, 272 p. (Tekstologija i geneticheskaja kritika : Obwie problemy, teoreticheskie perspektivy – Текстология и генетическая критика : Общие проблемы, теоретические перспективы) [en russe]

Valentina Chepiga
p. 191-193
Référence(s) :

Critique génétique et textologie : épistémologie et théorie, dir. T. V. Balachova, E. D. Galtsova, et alii, Moscou, IMLI RAN, 2008, 272 p. (Tekstologija i geneticheskaja kritika : Obwie problemy, teoreticheskie perspektivy – Текстология и генетическая критика : Общие проблемы, теоретические перспективы) [en russe]

Texte intégral

1Il s’agit d’un recueil d’articles paru à la suite du colloque franco-russe à l’Institut de Littérature mondiale de l’Académie des sciences de Russie qui a eu lieu les 25 et 26 septembre 2000 dans le cadre du programme de coopération entre l’IMLI de l’Académie des sciences de Russie et l’ITEM du CNRS. Il est constitué d’articles de chercheurs français et russes qui se consacrent, pour les domaines de la littérature, de la philologie et de l’histoire de la culture, à l’étude des problèmes théoriques de la textologie et de la critique génétique, à son application pratique ainsi qu’à la méthodologie d’analyse, que ce soit d’œuvres littéraires et philosophiques des xixe et xxsiècles, ou de différentes pratiques de l’écriture autobiographique. Le recueil réunit trois grands volets : « Théorie », « Œuvres des xixe-xxsiècles à la lumière de la textologie et de la critique génétique » et « Autobiographie et genèse ».

  • 1 T. Balachova, E. Dmitrieva, D. Ferrer et A. Mikhailov (dir.), Guenetitcheskaia Kritica Vo Frantsii (...)

2Dans l’introduction, « Le canon insaisissable », T. V. Balachova ouvre ce recueil par une réflexion sur la complémentarité et la divergence des méthodes respectives de la textologie et de la critique génétique. Ainsi, en présentant brièvement l’histoire des deux écoles, elle aborde les problèmes de définition de l’avant-texte, elle met en relief les oppositions des deux approches sur le statut du texte édité dans l’œuvre de l’écrivain et met l’accent sur le fait que les deux écoles sont en dialogue permanent. S’ensuit logiquement le premier article, « La critique génétique française pour la textologie russe », par A. L. Grichounine, qui ouvre le volet théorique du recueil et apporte une importante contribution à l’histoire de la critique génétique russe, celle-ci pouvant être considérée comme faisant partie de la textologie : les noms de Potebnia, Vinokur, Pixanov et d’autres philologues russes qui ont eu le mérite de fonder les bases théoriques de l’approche génétique russe apparaissent à côté des noms des théoriciens français en génétique du texte. Cet article va de pair avec la contribution de E. E. Dmitrieva, « Glossaire croisé : critique génétique et textologie », qui s’appuie sur le glossaire de la critique génétique pour mesurer les différences et les similitudes de la méthodologie génétique et de la textologie russe. Elle parvient à la conclusion que les deux écoles présentent deux approches archétypiques différentes : le texte comme processus (pour la critique génétique) et le texte comme finalité (pour la textologie), chaque approche utilisant la méthodologie de l’autre à certaines étapes de l’étude textuelle. J.-L. Lebrave, dans son article « La production littéraire entre l’écrit et la voix », réfléchit sur le processus de changements diachroniques de l’écriture en tant que trace de la voix : passage de la voix d’un dictant vers un scribe, à l’origine de la production écrite occidentale, devenant, dans l’écriture moderne, passage d’une voix intérieure à sa trace manuscrite. Ce problème théorique pointu trouve son écho dans la contribution de N. V. Kornienko qui, dans « La réhabilitation de l’auteur par la critique génétique », met en cause la faiblesse théorique de la philologie qui exploite la notion de texte sans pouvoir en définir tout à fait les limites. L. D. Gromova se penche sur la même problématique, en proposant une lecture critique de l’Anthologie de la critique génétique en France1. Ainsi, elle redéfinit les frontières matérielles de l’avant-texte et du texte, propose le terme de « texte critiquement défini » pour le texte final, canonique, et s’oppose à l’équivalence entre textes manuscrits et textes édités. La contribution de G. I. Zvereva, « Concepts de la critique génétique dans l’historiographie moderne : directions de la recherche intellectuelle », termine le volet théorique. Tout en admettant l’opposition établie plus haut entre les deux approches, G. I. Zvereva souligne la nécessité d’utiliser les acquis de la critique génétique française pour les études textologiques, plus précisément en ouvrant le champ textologique au lecteur (interprète et coauteur du texte en train de se faire). Les neuf articles suivants constituent le volet « Œuvres des xixe-xxe siècles à la lumière de la textologie et de la critique génétique » et proposent des études de différentes œuvres littéraires, soit par la critique génétique, soit par la textologie. N. P. Velikanova propose une étude sur l’avant-texte de La Guerre et la Paix de Tolstoï. L’intérêt de cette étude réside dans l’apport de l’analyse critique à l’histoire du texte édité et à la conception du roman : la méthodologie de la critique génétique française trouve ici un champ d’application fructueux. A. Grésillon, dans son article « Voir, lire, écrire : genèse de Salomé », revisite la construction de l’image de Salomé chez Flaubert, son étude faisant émerger à la surface du texte les nuances méconnues de cette image qui devient complexe et polymorphe grâce à l’étude des manuscrits. E. D. Galtsova, dans « L’histoire du manuscrit en tant que procédé d’adaptation : L’Esprit souterrain (1886), de Halpérine-Kaminsky et Morice, d’après les œuvres de F. M. Dostoïevski », consacre son article au cas très particulier de l’histoire de la première édition de la traduction de Dostoïevski en français. Cette étude met en valeur les phénomènes et les mécanismes de la traduction, voire l’adaptation des œuvres littéraires aux autres langues et cultures, et ouvre la difficile problématique du rapport entre traduction et adaptation. T. V. Balachova, dans « Poétique et approche génétique (Zola, Céline, Breton) », se penche sur le problème des rapports entre la poétique et la pratique génétique pour souligner les singularités du processus de la création littéraire et en améliorer la compréhension. Elle remet en question la notion de texte canonique et soutient l’idée de l’interactivité textuelle, un des thèmes clés de la critique génétique. L’état actuel des recherches textologiques russes aurait satisfait, selon T. V. Balachova, le théoricien de la textologie russe D. S. Likhatchev, qui insistait sur le fait que la textologie ne doit pas se limiter à une finalité éditoriale. R. Pickering fixe les notions de temporalité et d’inachèvement dans un manuscrit en nous proposant l’exemple de La Jeune Parque de Valéry. Il en vient à la conclusion que la création est un espace ouvert où les catégories et les séquences temporelles peuvent être mélangées. Ainsi, il inclut le texte édité dans cette vision du processus de création et introduit, après N. Abraham et M. Torok, la notion de temporéité pour ouvrir sa contribution sur la problématique complexe du fonctionnement du texte. I. N. Lagoutina propose une étude des Mémoires d’É. Mettner sur Goethe, dans « Un texte qui devient avant-texte (Mémoires d’Émile Mettner sur Goethe) ». Tout en analysant l’histoire de ce texte même, elle se focalise sur l’analyse synchronique de l’histoire de la pénétration de la philosophie naturelle de Goethe en Russie via les ouvrages de A. Biély et de E. Mettner et redonne à ce texte sa place dans l’histoire de la culture russe. La contribution « La critique génétique comme base de recherche : approche de l’œuvre de Marina Tsvetaeva » de I. M. Romanova porte sur la question brûlante de l’ouverture des archives personnelles de Marina Tsvetaeva. Elle considère, comme Tsvetaeva elle-même, toute l’œuvre manuscrite de la poétesse comme un seul et unique texte. De là, la chercheuse voit la critique génétique comme une approche synthétique et ouverte destinée a priori à ce type de patrimoine poétique. I. L. Popova, dans « Philosophie du rire dans l’écriture à programme : l’étude de Bakhtine sur Rabelais », démontre que la personnalité de l’auteur influence le travail sur les matériaux archivés, et retrace l’histoire énigmatique et parcellaire du manuscrit de Bakhtine. La contribution de S. D. Chamchinov, « Du graphisme du manuscrit au graphisme du livre (l’expérience d’Henri Michaux) », porte sur les liens entre le graphisme du manuscrit et celui du texte publié du Misérable miracle d’Henri Michaux, qu’il prend comme modèle d’un livre idéal où trois champs sémiotiques hétérogènes se croisent : le texte typographique, le manuscrit et le dessin. Les trois articles qui constituent le troisième et dernier volet du recueil portent sur la problématique de l’autobiographie et de sa genèse. Ph. Lejeune nous présente la genèse des Mémoires de Marie d’Agoult – cas particulier de production d’un brouillon à partir de cahiers de travail – et nous propose une possible généralisation de la manière de travailler le réel avec les contraintes propres à une écriture autobiographique. C. Viollet, dans « L’écriture autobiographique à la lumière des manuscrits : Violette Leduc », nous offre une réflexion sur le rôle de la génétique pour l’étude de l’écriture autobiographique et son caractère non fictionnel. Elle démontre la coexistence dans ces manuscrits du jeu littéraire et du jeu autobiographique dont témoigne le processus de création qui mène du récit d’une vie vers une œuvre littéraire. E. P. Gretchanaïa, avec « Le destinataire des journaux intimes féminins de la fin du xviiie siècle au début du xixe et les pratiques d’écriture », clôt ce recueil par une contribution qui porte sur l’identité et le statut du destinataire des journaux intimes féminins du début du xixe siècle et de pratiques d’écriture similaires de cette époque. Le journal intime a, selon la chercheuse, un lecteur virtuel qui devient réel si le journal aboutit à une publication. Le pouvoir du journal intime est tel qu’il est de fait l’unique destinataire de l’écriture, ce qui approfondit la solitude spirituelle et stimule l’énergie morale.

  • 2 Lire le compte rendu des Actes ci-dessous.

3La richesse du recueil, par les problèmes théoriques et les exemples pratiques qu’il propose, ouvre des perspectives de recherche intéressantes qui seront par ailleurs tout à fait abouties sept ans plus tard dans le même cadre (Mul’tilingvizm i genezis teksta — Multilinguisme et genèse du texte, symposium international, Moscou, 3-5 octobre 20072). Les deux approches, génétique et textologique, se distinguent et se rapprochent pour nous donner un large éventail de réflexions et d’analyse sur le texte tant dans son processus de création que dans sa finalité éditoriale.

Haut de page

Notes

1 T. Balachova, E. Dmitrieva, D. Ferrer et A. Mikhailov (dir.), Guenetitcheskaia Kritica Vo Frantsii – Antologuia (La Critique génétique en France – Anthologie), Moscou, OGI, 1999.

2 Lire le compte rendu des Actes ci-dessous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentina Chepiga, « Critique génétique et textologie : épistémologie et théorie, dir. T. V. Balachova, E. D. Galtsova, et alii, Moscou, IMLI RAN, 2008, 272 p. (Tekstologija i geneticheskaja kritika : Obwie problemy, teoreticheskie perspektivy – Текстология и генетическая критика : Общие проблемы, теоретические перспективы) [en russe] », Genesis, 33 | 2011, 191-193.

Référence électronique

Valentina Chepiga, « Critique génétique et textologie : épistémologie et théorie, dir. T. V. Balachova, E. D. Galtsova, et alii, Moscou, IMLI RAN, 2008, 272 p. (Tekstologija i geneticheskaja kritika : Obwie problemy, teoreticheskie perspektivy – Текстология и генетическая критика : Общие проблемы, теоретические перспективы) [en russe] », Genesis [En ligne], 33 | 2011, mis en ligne le 23 octobre 2013, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://genesis.revues.org/654

Haut de page

Auteur

Valentina Chepiga

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org