Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus d'ouvrages

Multilinguisme et genèse du texte, Actes du symposium international, 3-5 octobre 2007, O. D. Anokhina, T. V. Balachova, et alii, Moscou, IMLI RAN, 2010, 361 p. (Мультилингвизм и генезис текста, Материалы международного симпозиума 3-5 октября 2007 г, Москва, ИМЛИ РАН, 2010, 361 с.) [en russe]

Galina Subbotina
p. 193-194
Référence(s) :

Multilinguisme et genèse du texte, Actes du symposium international, 3-5 octobre 2007, O. D. Anokhina, T. V. Balachova, et alii, Moscou, IMLI RAN, 2010, 361 p. (Мультилингвизм и генезис текста, Материалы международного симпозиума 3-5 октября 2007 г, Москва, ИМЛИ РАН, 2010, 361 с.) [en russe]

Texte intégral

1Le volume réunit, présentés ou traduits en russe, les articles issus du symposium international qui a eu lieu du 3 au 5 octobre 2007 à Moscou, à l’Institut de littérature mondiale, rencontre organisée dans le cadre de la coopération scientifique entre l’ITEM et l’Académie des sciences de Russie. Le recueil est constitué de vingt-huit articles de contributeurs français, russes et italiens, consacrés à l’interaction des cultures et des langues dans la création de textes littéraires et non littéraires. Le volume comporte cinq parties : « Contextes linguistiques de la genèse du texte », « La créativité dans la langue étrangère », « La traduction littéraire : en quête de l’équivalence », « Le plurilinguisme dans les écrits non littéraires », « Une autre langue dans les manuscrits monolingues ».

2Comme l’indiquent Olga Anokhina et Natalia Velikanova dans leur introduction, « Multilinguisme et processus d’écriture », la nouveauté de cet ouvrage réside dans l’étude du multilinguisme et de ses manifestations dans les manuscrits, dans les brouillons et les versions intermédiaires de textes littéraires et non littéraires, loin de l’approche traditionnelle qui s’appuie sur l’analyse de textes publiés. L’introduction précise, dans cette perspective, les notions clés telles que multilinguisme, polylinguisme (individuel et social), bilinguisme et trilinguisme. Est ensuite proposé un bilan des études sur le multilinguisme, ainsi que diverses directions possibles pour les recherches à venir : étude de la façon dont la diversité des langues interagit avec les processus cognitifs ; analyse fonctionnelle du multilinguisme ; examen des divergences, des convergences et des interférences entre les langues dans le travail créateur.

3La première partie du recueil, « Contextes linguistiques de la genèse du texte », contient sept articles. Les deux premiers sont consacrés à des problèmes théoriques. L’étude de Tatiana Nikolaeva dresse un bilan des questions de typologie des influences intertextuelles et de leur vérification. Pierre-Marc de Biasi se concentre sur les enjeux du multilinguisme dans les études génétiques et sur les axes de recherche envisageables. Les autres articles de cette partie analysent les questions plus concrètes du polylinguisme culturel dans la poésie strophique arabo-hispanique (Alexandre Koudeline), le manuscrit Vatican Latin 3 196 de Pétrarque (Maria Teresa Giaveri), des brouillons d’Eugène Onéguine (Maria Virolaïnen), la correspondance d’Alexandre Pouchkine (Ekaterina Dmitrieva), les manuscrits de Guerre et Paix (Natalia Velikanova).

4Les six articles qui constituent la deuxième partie, « La créativité dans la langue étrangère », passent de l’analyse du multilinguisme culturel à des questions sur l’adaptation du processus créateur à un environnement linguistique étranger. Les contributeurs s’intéressent principalement au multilinguisme dans des œuvres littéraires du xxe siècle : Finnegans Wake de James Joyce (Daniel Ferrer), Précis de décomposition de Cioran (Nicolas Cavaillès), Mercier and Camier de Samuel Beckett (Chiara Montini), la poésie de Paul Valéry (Antonietta Sanna), les manuscrits malgaches de J.-J. Rabearivelo (Claire Riffard), l’œuvre de Vladimir Nabokov (Olga Anokhina).

5Les six études regroupées dans la troisième partie, « La traduction littéraire : en quête de l’équivalence », sont axées sur un autre type d’adaptation de la culture étrangère. Lidiïa Sazonova décrit les modes d’assimilation du langage courtois par la littérature russe ; Elena Gretchanaïa retrace la genèse de la traduction, par Vassili Trediakovski, du Voyage de l’île d’Amour ; Andreï Mikhaïlov étudie de quelle manière Prosper Mérimée a traduit La Dame de pique de Pouchkine ; Nina Koroliova présente l’activité de traduction d’Anna Akhmatova ; Caroline Bérenger examine les écrits en français de Marina Tsvetaeva ; Tamara Balachova traite de l’interaction des langues dans la version russe de pièces de Lope de Vega.

6Les auteurs des cinq articles de la quatrième partie, « Le plurilinguisme dans les écrits non littéraires », cherchent à comprendre les processus d’interférence entre les langues dans des textes non fictionnels. Dans le Journal du voyage en Italie de Michel de Montaigne, Kirill Tchekalov analyse l’interaction du latin, du français et de l’italien ; Catherine Viollet observe les pratiques et fonctions du multilinguisme dans des journaux intimes rédigés en français par des Russes ; Sylvie Courtine-Denamy réfléchit sur le plurilinguisme dans le Journal de pensée d’Hannah Arendt ; dans l’article de Nadejda Podzemskaia, il s’agit de saisir à quoi correspond la superposition des langues dans les écrits théoriques de Vassily Kandinsky ; Vadim Polonski se donne pour objet d’analyse les jeux langagiers plurilingues dans la correspondance de Dmitriï Merejkovski.

7La dernière partie, intitulée « Une autre langue dans les manuscrits monolingues », comprend trois articles qui sont consacrés, respectivement, aux éléments linguistiques « étrangers » dans des manuscrits de Vladimir Maïakovski (Vera Tériokhina), d’Igor Severianine (Natalia Choubnikova-Gousseva) et de Romain Gary (Valentina Chepiga).

8Le présent recueil d’articles montre quel vaste champ de recherches ouvrent les études génétiques de textes multilingues, aussi bien du point de vue des généralisations théoriques que des travaux ponctuels sur tel ou tel manuscrit. Différents types de manuscrits peuvent être concernés : ceux qui ont été réalisés dans un milieu social multilingue, en langue étrangère ou avec des fragments de taille variable en langue étrangère, mais aussi les brouillons des traducteurs. Sur le plan des réflexions théoriques, les participants au symposium ont produit un grand nombre d’observations, et ce à partir d’approches diverses (grammaticales, stylistiques, thématiques, fonctionnelles, etc.), même si, comme le remarquent Pierre-Marc de Biasi, Olga Anokhina et Natalia Velikanova, l’étude des problèmes théoriques du multilinguisme dans la genèse du texte ne fait que commencer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Galina Subbotina, « Multilinguisme et genèse du texte, Actes du symposium international, 3-5 octobre 2007, O. D. Anokhina, T. V. Balachova, et alii, Moscou, IMLI RAN, 2010, 361 p. (Мультилингвизм и генезис текста, Материалы международного симпозиума 3-5 октября 2007 г, Москва, ИМЛИ РАН, 2010, 361 с.) [en russe] », Genesis, 33 | 2011, 193-194.

Référence électronique

Galina Subbotina, « Multilinguisme et genèse du texte, Actes du symposium international, 3-5 octobre 2007, O. D. Anokhina, T. V. Balachova, et alii, Moscou, IMLI RAN, 2010, 361 p. (Мультилингвизм и генезис текста, Материалы международного симпозиума 3-5 октября 2007 г, Москва, ИМЛИ РАН, 2010, 361 с.) [en russe] », Genesis [En ligne], 33 | 2011, mis en ligne le 23 octobre 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://genesis.revues.org/658

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org