Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus d'ouvrages

Almuth Grésillon, La Mise en œuvre. Itinéraires génétiques, Paris, CNRS Éditions, 2008, 305 p.

Estanislao Sofía
p. 194-195
Référence(s) :

Almuth Grésillon, La Mise en œuvre. Itinéraires génétiques, Paris, CNRS Éditions, 2008, 305 p.

Texte intégral

1Ce volume réunit, soit abrégés, soit étoffés, treize articles publiés par l’auteur sur une période de presque vingt ans (1988-2007). Frappent, lorsqu’on considère cette ampleur, la cohérence et la systématicité avec lesquelles ont été agencés les contenus. À part une « Ouverture » et une « Coda », la table des matières comporte trois parties. La première, théorique (p. 19-96), retrace les origines et les fondements de la critique génétique, et constitue en ce sens une suite de l’ouvrage (phare) publié par l’auteur en 1994, Éléments de critique génétique (PUF). La deuxième partie (p. 99-241), plutôt pratique, est une mise en œuvre des principes et des méthodes décrits dans la première, d’où le titre de l’ouvrage. Cinq dossiers jalonnent cette démarche, centrée tour à tour sur Flaubert, Zola, Proust, Supervielle et Francis Ponge. En fin de volume, deux études se partagent la troisième partie (p. 245-294), qui explore, en guise de clôture, les « frontières » de la critique génétique.

2L’« ouverture » sert d’introduction aux problématiques et principes mis en relief par la critique génétique. Elle se donne pour objet de revendiquer le caractère autonome de la discipline, tout en soulignant la pluralité de systèmes conceptuels (narratologique, psychanalytique, linguistique, poétique, etc.) susceptibles d’encadrer sa production.

3La première partie, continuant le fil théorique de l’ouverture, insiste sur les méthodes essentielles et nécessaires au décodage des manuscrits modernes. Parmi les développements les plus intéressants, on y trouve une mise en place de la différence (radicale) entre « brouillon », « manuscrit » et « texte » (chap. I et IV), ainsi que l’examen des procédés à suivre pour déchiffrer les premiers (chap. III et V) afin de pouvoir les exploiter dans l’établissement de la genèse du dernier (chap. II). L’auteur inscrit la discipline au nombre des approches « majeures » du phénomène littéraire : c’est ce qui sera exemplifié dans la deuxième partie.

4Le dossier de Hérodias, de Flaubert, permet de souligner (p. 101) que les manuscrits « parlent souvent un langage plus explicite que le texte imprimé » (je souligne), ou qu’ils montrent « plus clairement que le texte imprimé » ce qu’il y a à voir dans ce dernier (p. 127). Les manuscrits offrent ainsi au généticien un terrain supplémentaire pour interpréter l’œuvre analysée, plutôt que pour établir sa genèse. L’objectif de l’analyse génétique est ici de faire voir le « diffus » (p. 101) qui n’est pas dans l’imprimé, afin d’enrichir celui-ci. On suit ainsi l’auteur dans sa quête « d’autres traits », « plus nombreux et plus diversifiés dans l’avant-texte que dans le texte imprimé » (p. 122), qui « confirment », par exemple, « l’aspect irréel et dématérialisé de Salomé ». L’œuvre est ainsi étoffée par le matériau trouvé dans les manuscrits. Le dossier nous semble une lecture critique du texte flaubertien à l’aide des manuscrits plutôt qu’une étude prioritairement génétique.

5Tout autre est le cas du dossier Zola, représentatif en tout point de ce qu’on s’était habitué à attendre des développements de la discipline. Des indices matériels échelonnés sur une pluralité de phases rédactionnelles révèlent les modalités de création propres à cet auteur, attachées ici aux vicissitudes du style avant-textuel, elles-mêmes centrées sur la genèse du dénouement de La Bête humaine. On apprécie l’adresse avec laquelle Almuth Grésillon illustre, en parcourant des documents avant-textuels, les hasards de la gravitation autour de ces trois pôles classiques guidant ensemble la rédaction : inventio, dispositio, elocutio, mêlés chez Zola aux trois pôles ayant fédéré ses sources d’inspiration : expérience vécue, documentation « scientifique », imaginaire romanesque. Au nombre des issues inhérentes à ce parcours, on remarque la mise en relief de cette modalité d’invention « tâtonnante » qu’on avait jadis voulu exclure des habitudes de cet écrivain. Celui qui avait été regardé comme l’écrivain prototypique de « l’écriture à programme » se réservait donc, lui aussi, le droit d’improviser.

6C’est à Proust qu’est consacrée la troisième étude, également illustrative de la force analytique de la démarche génétique. C’est la découverte de ces mouvements d’écriture propres à chaque écrivain qui fait de la critique génétique une discipline digne d’attention. On apprend que dans le « vaste processus scriptural », chez Proust, jamais rien ne se perd, dans cette sorte de « transformation ininterrompue » qui devait donner à l’œuvre proustienne l’unité que l’on sait. L’élément choisi pour le montrer ? Le thème de « la matinée », dont on suit la genèse depuis les premières ébauches du Contre Sainte-Beuve, à travers les manuscrits des différentes parties de la Recherche, jusqu’à La Prisonnière. Exemple d’étude génétique « verticale », axée ici sur la genèse d’un thème et son évolution à travers une œuvre en devenir.

7Les deux dernières études, consacrées à la genèse d’un poème, étaient par cela même marquées du sceau du risque : peut-on « expliquer » la genèse d’un poème ? Ce n’est pas la question que se pose l’auteur, mais plutôt : « Que nous apprend la genèse de ce [type de] texte sur les rapports complexes entre sens, sons et formes poétiques ? » (p. 179). Le parcours à travers les différentes étapes de la constitution de Vivre encore de Supervielle débouche sur une conclusion intéressante : le poème, dont on pourra éventuellement retrouver les traces des sources d’inspiration, n’est finalement qu’un produit dû aux alternatives bifurquées (on a envie de dire aux caprices) de la plume et de l’esprit, aux fourvoiements, dirait-on même, de la raison. Souligner ces aspects erratiques inhérents à la genèse poétique préserve en même temps du « péché téléologique » qui n’est qu’une sorte de « marche inexorable du poème vers sa forme parfaite ». La forme finale du poème, parfaite ou imparfaite, serait elle aussi traversée, paradoxalement, par des chemins qui n’y convergent pas.

8L’analyse de L’Ardoise de Francis Ponge confirme ce résultat, en y ajoutant cependant des précisions sur les modes de documentation propres au travail de ce poète. Parmi les plus remarquables : l’utilisation récurrente des dictionnaires, dont les définitions servent de déclencheurs de « l’association la plus libre » donnant lieu à une « rêverie lexicale » qui ne fait que contraster avec la genèse de la syntaxe, qui serait, elle, « étonnamment monotone ». Que toute référence intertextuelle soit effacée au profit d’un simulacre de clôture, de « discrétion », de forme « épurée et elliptique », ne montre que mieux la valeur de l’analyse génétique, visant à dévoiler, sous ce masque de pureté, l’aspect laborieux, instable et bien souvent furtif du travail de création. D’où la conclusion, valable pour les cinq dossiers étudiés, selon laquelle « il n’y a[urait] donc plus une seule forme définitivement arrêtée ; par essence, elle est toujours amendable, révisable, multipliable, cumulable, transformable » (p. 238).

9Avait-on besoin de la critique génétique pour s’en persuader ? Peut-être pas. Mais cette discipline le montre mieux que d’autres méthodes : c’est ce qui fait toute la valeur du volume présenté par Almuth Grésillon.

10Les deux études exploratoires qui se partagent la troisième partie soumettent bel et bien la discipline à l’épreuve. La première, consacrée aux spécificités de la genèse théâtrale, dévoile l’hétérogénéité fondamentale de cette dernière par rapport aux genèses des genres traditionnellement étudiés par les généticiens. La définition et le statut de l’œuvre s’avèrent problématiques dans la mesure où son écriture, régie par des principes parfois discordants du texte et de la scène, et bien des fois confiée à deux ou plusieurs « mains », fait éclater la notion d’auteur en une pluralité qui trouve partout à se répercuter. L’absence de « bon à tirer », les remaniements continuels à chaque nouvelle mise en scène obligent entre autres à une réélaboration des notions traditionnelles de « texte », « auteur », « fin ». La dernière étude (« Une critique génétique sans brouillons ? ») problématise, elle, les notions de « brouillon » et de « manuscrit ». C’est donc finalement la totalité des concepts génétiques (ou presque) qui sont mis en question. Conclusion : si la critique génétique est vouée à perdurer, elle devra s’atteler à un travail de redéfinition des concepts qui ont constitué ses fondements. Travail que l’ouvrage d’Almuth Grésillon aborde, via la mise en œuvre et à l’épreuve de sa discipline, de manière exemplaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Estanislao Sofía, « Almuth Grésillon, La Mise en œuvre. Itinéraires génétiques, Paris, CNRS Éditions, 2008, 305 p. », Genesis, 33 | 2011, 194-195.

Référence électronique

Estanislao Sofía, « Almuth Grésillon, La Mise en œuvre. Itinéraires génétiques, Paris, CNRS Éditions, 2008, 305 p. », Genesis [En ligne], 33 | 2011, mis en ligne le 23 octobre 2013, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://genesis.revues.org/664

Haut de page

Auteur

Estanislao Sofía

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org