Navigation – Plan du site
In Memoriam

In memoriam Édouard Glissant

p. 203-208

Entrées d’index

Mots-clés :

Glissant Édouard, hommage
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Édouard Glissant, « Je ne suis pas un bon archiviste ! », entretien avec Philippe Artières, Genesis(...)

C’est au moment où nous mettions la dernière main à ce numéro « Afrique-Caraïbe » que nous avons appris la disparition d’Édouard Glissant. Genesis tient à s’associer aux hommages qui ont été rendus au grand écrivain. Il nous a paru que la meilleure façon de le faire était de reproduire quelques extraits de l’entretien qu’il avait accordé à Philippe Artières avec les manuscrits qu’il nous avait confiés pour illustrer cet entretien, paru en 2004 dans le numéro 231.

1« […] l’écriture est liée […] à l’endroit où je suis, et l’endroit où je suis je ne le considère jamais comme éphémère, comme temporaire ; j’ai une espèce de fixité des lieux en moi qui fait que quand je suis dans un lieu, c’est le lieu, par conséquent il n’y a – en tout cas consciente – aucune nostalgie de l’éphémère du lieu. […] Je crois que la multiplicité des lieux constitue le lieu, et pour moi c’est ça qui est important, c’est pour cela que je peux écrire n’importe où, je peux écrire au milieu d’un bal du 14 juillet, dans le bruit, et je peux écrire dans le silence le plus total et le plus absolu, et souvent j’écris la nuit. Le travail d’écriture se fait dans le silence de la nuit, mais l’arrangement, la correction, la mise en place, etc. se font dans la journée, et ça je peux le faire n’importe où. »

Fig. 1 : Manuscrit de Mahagony

Fig. 1 : Manuscrit de Mahagony

© coll. privée

Fig. 2 : Manuscrit de Malemort

Fig. 2 : Manuscrit de Malemort

© coll. privée

2« […] je n’ai jamais repris un de mes romans pour le regarder, tandis que les poèmes, ça m’est arrivé. Il y a dans le poème une exigence de retour et de refaçonnement qu’il n’y a pas dans le roman : on se dit que si cette page n’est pas bonne, elle s’inscrit quand même dans le contexte, tandis que si une page n’est pas bonne dans un poème, il faut revoir la question. »

3« […] en général, j’écris les premières pages d’un livre, d’un roman, et j’écris la dernière ligne. Je sais déjà comment le roman va se terminer. La dernière phrase ou les deux dernières, ou les trois dernières, peu importe, mais la fin littérale, textuelle. Et je poursuis cette fin jusqu’à ce que je l’aie rejointe. Quand je l’ai rejointe, le livre est fini. Donc, il n’y a jamais la possibilité d’abandonner, puisqu’il s’agit d’aller là, à cette dernière phrase. C’est un travail qui implique tout à fait continûment la recherche d’un point de fixation, qui est la dernière phrase. En général c’est comme ça que je travaille. Il se peut que dans le cours du livre cette dernière phrase change, mais elle change en fonction de ce qu’elle a été, elle ne change pas en fonction de ce que j’ai écrit. »

Fig. 3 : Page de titre du manuscrit de Malemort

Fig. 3 : Page de titre du manuscrit de Malemort

© coll. privée

4« […] ce qu’il y a d’intéressant, dans le texte, c’est que la chronologie doit disparaître, du point de vue de cet improbable dont je parle, mais pour qu’elle disparaisse, il faut qu’elle soit là. En marge, à gauche du texte, il y a toujours ces listes ou des notations qui disent ce qui manque dans le texte, la réaction d’un tel, et là je sais qu’à cet endroit il faut que je mette ça, mais c’est en marge du texte et ça vient compléter le chemin du texte. C’est un travail passionnant, parce que c’est le travail disons de confection, c’est la couture du texte qui se fait là. »

Fig. 4 : Manuscrit de Malemort

Fig. 4 : Manuscrit de Malemort

© coll. privée

5« […] depuis un ou deux siècles, en tout cas depuis que le monde s’est élargi et que ce qu’on appelle “la pensée moderne” a commencé de se faire jour, les œuvres entretiennent entre elles des rapports qui sont beaucoup plus imperceptibles, mais beaucoup plus forts qu’avant, par exemple, en ce qui me concerne, l’œuvre d’un Segalen ou d’un Perse, ou l’œuvre d’un Faulkner, ces œuvres-là entretiennent avec ce que je veux faire une sorte de connivence souterraine, ce qui constitue pour moi la vraie structure, la vraie trame de la littérature, et dans cette mesure les renseignements biographiques, politiques, techniques… sont précieux et nécessaires, mais pas au premier chef ; ces renseignements et précisions doivent contribuer à compliquer la chose au lieu de l’éclaircir… »

6« Pour moi l’écriture est un inextricable, dans lequel il faut essayer de trouver sans les désigner, sans les montrer et sans les définir les trames à partir desquelles on peut établir la nécessité même de l’écriture, or il me semble que les représentations disons personnelles, prises de position politiques, événements autobiographiques et considérations sur le travail d’écriture, sont de nature à préciser la trame, à lui enlever ce qu’elle a d’inextricable, ce qu’elle a, non de mystérieux, mais de suspensif, d’improbable, et à contribuer en quelque sorte à la dessécher. »

Fig. 5 : Manuscrit de Mahagony

Fig. 5 : Manuscrit de Mahagony

© coll. privée

7« Le manuscrit est complètement cadré, mais en marge il y a des renvois dans tous les sens et, par exemple, la page de droite, c’est le texte, et la page de gauche est bourrée d’ajouts. Et le suprême plaisir du travail, c’est une fois qu’on a achevé de recommencer et de reconstituer la totalité en quelque sorte immaculée de la page, en se servant de tous les ajouts pour reconstituer une chose. »

Fig. 6 : Manuscrit de Mahagony

Fig. 6 : Manuscrit de Mahagony

© coll. privée

Fig. 6 bis : Manuscrit de Mahagony

Fig. 6 bis : Manuscrit de Mahagony

© coll. privée

8« […] je crois à la grâce, c’est-à-dire que je crois qu’en fait les manuscrits ne se perdent pas, qu’un jour ou l’autre ils se retrouvent. Et donc je n’ai pas le souci de la préservation du manuscrit. Si un manuscrit se perd, c’est qu’il le méritait. Finalement, c’est ce que je crois, donc je n’ai pas d’angoisse sur ce plan-là. »

Fig. 7 : Manuscrit de Malemort

Fig. 7 : Manuscrit de Malemort

© coll. privée

Haut de page

Notes

1 Édouard Glissant, « Je ne suis pas un bon archiviste ! », entretien avec Philippe Artières, Genesis, n° 23, 2004, p. 129-147.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Manuscrit de Mahagony
Crédits © coll. privée
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/667/img-1.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Fig. 2 : Manuscrit de Malemort
Crédits © coll. privée
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/667/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Fig. 3 : Page de titre du manuscrit de Malemort
Crédits © coll. privée
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/667/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 4 : Manuscrit de Malemort
Crédits © coll. privée
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/667/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 5 : Manuscrit de Mahagony
Crédits © coll. privée
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/667/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 6 : Manuscrit de Mahagony
Crédits © coll. privée
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/667/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 6 bis : Manuscrit de Mahagony
Crédits © coll. privée
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/667/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 7 : Manuscrit de Malemort
Crédits © coll. privée
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/667/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« In memoriam Édouard Glissant », Genesis, 33 | 2011, 203-208.

Référence électronique

« In memoriam Édouard Glissant », Genesis [En ligne], 33 | 2011, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://genesis.revues.org/667 ; DOI : 10.4000/genesis.667

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org