Navigation – Plan du site
Présentation

Proust deux mille treize

Nathalie Mauriac Dyer
p. 9-13

Texte intégral

  • 1 Voir Corr., t. XIII, p. 161, et p. 162 la note 3 de Ph. Kolb.

1Alors que, le 29 mai 1913, le public du tout nouveau théâtre des Champs-Élysées se déchaîne à la première du Sacre du printemps, Proust est probablement chez lui, en train de corriger les placards d’un premier volume qui a failli s’appeler « Le Temps perdu » ou encore « Charles Swann ». L’année suivante, il se flattera, sous couvert d’anonymat, qu’un même critique ait pu distinguer à la fois le Sacre et Du côté de chez Swann, qu’il définit comme faisant partie des « plus curieuses productions de la littérature et de la musique » contemporaines1. Un siècle après sa publication, Swann reste sans conteste le volume le plus lu et le plus célèbre d’À la recherche du temps perdu. Son centenaire, qui coïncide avec un autre anniversaire important – le cinquantenaire du fonds Proust de la Bibliothèque nationale de France – est l’occasion de faire le bilan prospectif d’une recherche génétique proustienne en plein essor, et de revenir sur une année cruciale dans la genèse d’un des romans majeurs du xxe siècle.

*

2Ces manuscrits où s’est jouée l’aventure d’une genèse hors du commun, Bernard de Fallois fut le premier, au tournant des années cinquante, à s’y immerger totalement et avec passion. Pour la première fois il a accepté de revenir sur cette plongée de plusieurs années d’où il ramena deux trésors inédits, Jean Santeuil puis Contre Sainte-Beuve, substituant ainsi à l’image d’un Proust dandy et mondain celle du travailleur infatigable, et établissant les piliers de toute recherche ultérieure sur la genèse de la Recherche.

3En 1962, dix ans après la publication de Jean Santeuil, les manuscrits de Proust entraient à la Bibliothèque nationale. Inventoriés et classés par Florence Callu, restaurés, ils n’étaient alors accessibles qu’à la table de la Réserve du département des Manuscrits, rue de Richelieu, tandis qu’au Centre d’Analyse des Manuscrits de la rue d’Ulm, ancêtre de l’ITEM, quelques pionniers commençaient (sur de simples microfilms en noir et blanc) la cartographie systématique de cet immense continent. Guillaume Fau, aujourd’hui en charge du fonds à la BnF, raconte l’histoire de sa constitution et de sa préservation. La dernière péripétie n’est pas la moins palpitante : c’est celle de la numérisation, suivie de la publication sur Gallica, à partir de 2009, de plus d’une centaine de cahiers et de carnets, sans compter quelques riches reliquats2. L’étape est capitale : sur l’écran de notre ordinateur ou de notre tablette, cette nouvelle salle de consultation virtuelle est ouverte vingt-quatre heures sur vingt-quatre, partout dans le monde, offrant des images couleur en haute définition qu’il est possible d’agrandir et de télécharger. La recherche sur l’œuvre de Proust en est profondément démocratisée et bouleversée.

  • 3 Brepols Publishers et Bibliothèque nationale de France.

4Pourtant il faut un fil d’Ariane dans ce dédale, ou un Virgile dans ces cercles infernaux de pages surchargées d’ajouts et de paperoles. Le manuscrit « brut » doit être rendu lisible (par une transcription) et intelligible (par un commentaire qui le situe dans l’ensemble des autres manuscrits, et qui en élucide les obscurités) – autrement dit il doit être édité : la collection des Cahiers 1 à 75 de la Bibliothèque nationale de France3 est aujourd’hui ce vaste chantier (et ce défi majeur). Dirk Van Hulle revient sur les trois premiers cahiers publiés et situe l’originalité de l’entreprise dans une réconciliation entre tradition philologique et édition génétique : il s’agit de relever le plan d’une création labyrinthique, ramifiée sur près de quinze ans. Deux des volumes parus, le Cahier 71 et le Cahier 54 de 1913 et 1914, donnent l’occasion de nouveaux travaux : Guillaume Perrier se penche sur quelques procédés mnémotechniques forgés par Proust pour baliser ses propres cahiers, tandis que Yuji Murakami identifie dans l’« espionnite » et l’antidreyfusisme l’origine des métaphores xénophobes et antisémites dont fait l’objet Albertine, dès lors qu’elle est soupçonnée par son ami d’être du côté de Gomorrhe.

  • 4 Proust et l’art pictural, Paris, Champion, 2010.

5Cette dernière étude, qui se situe, comme la grande somme récente de Kazuyoshi Yoshikawa sur Proust et la peinture4, au carrefour de la génétique textuelle et de l’histoire culturelle, n’aurait sans doute pas été possible sans la numérisation d’autres fonds essentiels à la recherche, les fonds d’imprimés et de périodiques. Gallica et archive.org nous donnent aujourd’hui accès en quelques clics à toutes, ou presque toutes, les lectures de Proust. Cette imposante mémoire de la culture, mémoire quasi absolue, est aussi celle du roman, rappelle Antoine Compagnon : et le chercheur n’y trouve son chemin que grâce à son « flair » et à son intuition. Dans l’« épaisseur mémorielle » de la Recherche, ce ne sont d’ailleurs pas les traits les plus saillants mais des détails infimes, des angles perdus, que nos interprétations recueillent, à rebours vraisemblablement des attentes de l’écrivain.

6Sans doute sommes-nous attentifs aux lapsus, aux silences, aux aveux qui échappent au narrateur (comme, nous rappelle Antoine Compagnon, M. de Norpois l’était, cruellement, aux gaffes du jeune héros). Beaucoup, qu’ils l’admettent ou non, sont quant à eux happés, fascinés par la « vie » de l’écrivain, victimes à des degrés divers de cette condition post-beuvienne que Barthes avait baptisée « Marcellisme ». Même du côté des manuscrits, nous n’échapperons pas tout à fait au « biographique », en particulier dans sa variante épistolaire, car la genèse du roman s’écrit là aussi : depuis l’édition de référence en vingt et un volumes procurée par Philip Kolb, la correspondance est l’autre massif manuscrit incontournable des études génétiques sur l’œuvre de Proust. Françoise Leriche, « continuatrice » des travaux fondamentaux de Kolb, le rappelle, l’édition numérique est la seule solution satisfaisante pour un corpus de ce type, en constante expansion et reconfiguration (l’apparition d’une seule lettre inédite pouvant provoquer des redatations en cascade). Or ces documents, moins surchargés que les manuscrits de travail – car destinés à une communication immédiate – peuvent, sans trop de difficultés, faire l’objet des encodages qui les rendront explorables en tous sens (par correspondant, par date, par domaine thématique…). La numérisation des quelques milliers de lettres de Proust serait ainsi, nous dit Françoise Leriche, la première « brique » d’un futur hypertexte électronique proustien qui pourrait absorber tous les matériaux et documents d’une « œuvre » dont les frontières sont elles-mêmes en constante redéfinition, mais dont les manuscrits de travail restent le cœur.

7Quant à la numérisation de ces derniers – non pas en mode image, puisqu’elle est acquise, on l’a vu, mais en mode texte, de façon à en structurer et donc pouvoir en exploiter les contenus – elle est le préalable de toute édition électronique authentique et fait l’objet de recherches actives. Elena Pierazzo présente avec Julie André un prototype innovant d’encodage de quelques folios du Cahier 46, qui a été réalisé selon les principes de la Text Encoding Initiative (TEI). L’encodage est associé à un visualiseur diplomatique qui permet de suggérer le mouvement de l’écriture. L’édition électronique serait également le support le plus approprié à la diffusion du manuscrit morcelé d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs, que Pyra Wise travaille patiemment à reconstituer depuis une dizaine d’années. Car les manuscrits de Proust sont dispersés, non seulement du fait des aléas de leur histoire, mais aussi en raison des nombreux découpages (suivis de collages) auxquels l’écrivain les soumettait au cours de la genèse. En témoigne le placard de Du côté de chez Swann que nous reconstituons ici virtuellement (fig. 1), placard dont la partie gauche se trouve aujourd’hui à la Fondation Martin Bodmer, en Suisse, et la partie droite au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Il faut se projeter dans l’avenir, espérons-le proche, où sur une « table de la Réserve » virtuelle, un chercheur pourra appeler toutes les richesses proustiennes de bibliothèques réunies en réseau.

Fig. 1

Fig. 1

Marcel Proust, Du côté de chez Swann, 1913. Reconstitution du placard Grasset numéro 50, 13 mai 1913 (date cachée par le papier collé). Les quatre colonnes de gauche appartiennent au jeu conservé à la Fondation Bodmer (Cologny, Genève) ; les quatre colonnes de droite se trouvent au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France (NAF 16753, f° 7). Cf. À la recherche du temps perdu, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1987, t. I, p. 343-352. Dimension du placard d’origine : 380 x 555 mm.
[Le lecteur de Genesis 36 au format papier trouvera, glissé entre les pages, ce placard reconstitué.]

*

8On peut dire de 1913, à mi-chemin ou presque d’une longue genèse inachevée, qu’elle fut une année « capitalissime ». Proust, refusé par Fasquelle, la Nouvelle Revue Française et Ollendorff, se résout à la publication à compte d’auteur de la dactylographie du « Temps perdu » (sept cent douze pages), reçoit et corrige d’abondance les placards que lui envoie Grasset au printemps – ces grandes planches regroupant huit pages imprimées consécutives – et publie finalement, en novembre, Du côté de chez Swann, premier volume d’une trilogie, et non plus d’un diptyque comme il l’avait d’abord prévu. C’est le début d’une longue expansion que seule la mort interrompra, et que Gaston Gallimard, selon ses propres mots, « rationalisera » dans les sept tomes canoniques que nous connaissons, dont trois publiés à titre posthume.

  • 5 Si l’on compte les deux placards qu’il a « rapportés » après le placard 59 pour créer sa nouvelle f (...)
  • 6 Corr., t. xii, p. 132.
  • 7 Ibid., t. XIII, p. 407.
  • 8 Voir Anthony Pugh, The Growth of À la recherche du temps perdu. A Chronological Examination of Prou (...)
  • 9 Voir K. Yoshikawa, « Vinteuil ou la genèse du Septuor », Cahiers Marcel Proust 9, Études proustienn (...)

9Sur les placards, le travail de révision est spectaculaire : non seulement parce que, sous la pression de Grasset, Proust a dû en réduire le nombre de quatre-vingt-quinze à soixante et un5, mais parce qu’il s’y livre à d’amples réécritures, presque comme s’il s’agissait d’un nouveau manuscrit. Il barre, déplace, raboute des fragments en utilisant les trois jeux qu’il a reçus ; il ajoute, colle des béquets – de nombreux béquets, qui sont, dans l’histoire génétique du roman, les toutes premières « paperoles » après celles de la dactylographie du « Temps perdu ». Non seulement le titre du volume, mais le titre général se fixe : « Les Intermittences du cœur » deviennent À la recherche du temps perdu, « Le Temps perdu » laisse place à Du côté de chez Swann. Selon les propres mots de Proust, « Il ne reste pas une ligne sur 20 du texte primitif (remplacé du reste par un autre). C’est rayé, corrigé dans toutes les parties blanches que je peux trouver, et je colle des papiers en haut, en bas, à droite, à gauche, etc.6 ». Les ouvriers typographes doivent recomposer et réimposer le livre « presque trois fois7 », travail considérable, et fort coûteux pour l’auteur. Ces placards corrigés, conservés depuis 2001 à la Fondation Bodmer – et qui, à l’initiative de Jean-Yves Tadié, font chez Gallimard à l’occasion du centenaire de Swann l’objet d’une édition en fac-similé transcrite par Charles Méla – avaient encore été peu exploités8. Dans la première partie, « Combray », Isabelle Serça examine un bouquet de corrections convergentes qui révèlent un Proust nouvellement soucieux d’incarner, à travers la particularité de personnages ou de situations, les « grandes lois » qui font de la Recherche une œuvre dogmatique : le travail est méticuleux, systématique. Du côté d’« Un amour de Swann », Françoise Leriche revient sur la soirée chez la marquise de Saint-Euverte au cours de laquelle Swann réentend la « petite phrase », désormais attribuée à Vinteuil – Vinteuil, précisément né en 1913 sur ces placards de la fusion de deux personnages secondaires, le naturaliste de Combray, Vington, et le compositeur Berget9. Françoise Leriche présente les additions qui saturent les grandes marges des placards : sous l’influence de certains concerts auxquels il a assisté au printemps de 1913, Proust y infléchit le discours du roman sur la musique, accusant d’autant plus l’esthétisme fin de siècle de Swann qu’il sait devoir ménager la découverte, par le héros seul, de la modernité de Vinteuil. Mais Proust fut-il si sensible au modernisme esthétique de l’immédiate avant-guerre, en tout cas à celui des Ballets russes ? Pour ma part, je doute même qu’il ait assisté à l’autre pièce scandaleuse de la troupe de Diaghilev, L’Après-midi d’un faune, en 1913 ou lors de sa création l’année précédente, et cela même si le « tableau chorégraphique » de Nijinsky a laissé des traces sur un des placards du premier volume (ceux qui sont conservés à la BnF, cette fois) : comme dans un cahier de 1915, c’est à travers le filtre d’une critique du journaliste Henry Bidou que Proust s’y intéresse.

  • 10 Cahier XII, paperole au folio 121 ro ; AD, IV, p. 82.

10C’est une œuvre en pleine métamorphose dont la Guerre interrompt la publication, même si, au début de 1913, Proust pouvait penser que les deux volumes des « Intermittences du cœur », « Le Temps perdu » et « Le Temps retrouvé », auraient fini de paraître l’année suivante. Mais dès le mois d’août, quand il revient en catastrophe de Cabourg avec son chauffeur-secrétaire Alfred Agostinelli (qui le quittera en décembre et se noiera à la suite d’un accident d’avion le 30 mai 1914), le roman bascule. Proust jette dans un cahier qu’il intitule Dux les linéaments d’un drame de la jalousie et de la possession, relate à l’automne dans un autre cahier, Vénusté, les affres de M. de Charlus amoureux d’un jeune aviateur, revient à Dux pour raconter la fuite d’Albertine, à Vénusté l’année suivante pour le récit de sa mort accidentelle et du chagrin du protagoniste. C’est, en quelques mois, la cristallisation de ce qu’il appellera désormais, comme dans une tragédie, « l’Épisode », et dont l’impact sur la structure la plus profonde du roman se fera sentir jusqu’à sa mort, en 1922. Dès novembre 1913, à peine publié, le plan en trois volumes qui accompagne Du côté de chez Swann est caduc. Mais on aurait tort de croire que le roman imite la vie – c’est bien plutôt la vie qui adopte déjà la forme romanesque d’un scénario, ou plutôt, comme le formule exemplairement le narrateur dans un cahier de la Guerre, qui mélange les « genres » : « […] telle vie est comme un essai de psychologie subjective spontanément poursuivi, mais qui fournit à quelque distance son “action” au roman purement réaliste d’une autre réalité, d’une autre existence, et [dont] à leur tour les péripéties viennent infléchir la courbe et changer la direction de l’essai psychologique10 ». Les études de Yuji Murakami et Guillaume Perrier sur Dux et Vénusté explorent sous des angles inattendus ce jeu de masques et de soupçons où la cruauté et la mauvaise foi de l’amoureux rivalisent avec celles des antisémites et des antidreyfusards, où des codages intimes transforment secrètement les pages d’un cahier en « tombeau ».

11Dans une étude qui revient sur la genèse précoce, dans le projet Contre Sainte-Beuve de 1909, d’un des lieux les plus fascinants de la Recherche – le long incipit de Swann, tourbillonnant dans les « mondes désorbités » du demi-sommeil –, Maya Lavault s’interroge, après bien d’autres, sur la naissance de l’écriture ou plutôt sur ce qu’on pourrait appeler la mise en scène de cette naissance : à travers des micro-récits qui apparaissent, s’apparient, disparaissent, insistent, la fiction esquisse quelques figures de son avenir et, déjà, travaille à effacer ses propres traces. Un nouveau mouvement est lancé, un mouvement dont les manuscrits, « gardiens fidèles », conservent toutes les promesses, tous les possibles qu’il ne tient qu’à nous de déplier. Gageons que, dans moins de dix ans, à l’occasion d’un autre centenaire, celui de la disparition de l’écrivain, ce sera un autre continent manuscrit proustien, encore, que nous célébrerons.

Haut de page

Notes

1 Voir Corr., t. XIII, p. 161, et p. 162 la note 3 de Ph. Kolb.

2 Voir l’ensemble : <www.item.ens.fr/index.php ?id =578147>.

3 Brepols Publishers et Bibliothèque nationale de France.

4 Proust et l’art pictural, Paris, Champion, 2010.

5 Si l’on compte les deux placards qu’il a « rapportés » après le placard 59 pour créer sa nouvelle fin.

6 Corr., t. xii, p. 132.

7 Ibid., t. XIII, p. 407.

8 Voir Anthony Pugh, The Growth of À la recherche du temps perdu. A Chronological Examination of Proust’s Manuscripts from 1909 to 1914, Toronto, University of Toronto Press, 2004 ; Jo Yoshida, « Ce que nous apprennent les épreuves de Du côté de chez Swann dans la collection Bodmer », BIP, n35, 2005.

9 Voir K. Yoshikawa, « Vinteuil ou la genèse du Septuor », Cahiers Marcel Proust 9, Études proustiennes, n° III, 1979.

10 Cahier XII, paperole au folio 121 ro ; AD, IV, p. 82.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Marcel Proust, Du côté de chez Swann, 1913. Reconstitution du placard Grasset numéro 50, 13 mai 1913 (date cachée par le papier collé). Les quatre colonnes de gauche appartiennent au jeu conservé à la Fondation Bodmer (Cologny, Genève) ; les quatre colonnes de droite se trouvent au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France (NAF 16753, f° 7). Cf. À la recherche du temps perdu, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1987, t. I, p. 343-352. Dimension du placard d’origine : 380 x 555 mm.[Le lecteur de Genesis 36 au format papier trouvera, glissé entre les pages, ce placard reconstitué.]
URL http://genesis.revues.org/docannexe/image/869/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Mauriac Dyer, « Proust deux mille treize », Genesis, 36 | 2013, 9-13.

Référence électronique

Nathalie Mauriac Dyer, « Proust deux mille treize », Genesis [En ligne], 36 | 2013, mis en ligne le 23 septembre 2015, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://genesis.revues.org/869

Haut de page

Auteur

Nathalie Mauriac Dyer

Nathalie Mauriac Dyer, directeur de recherche au CNRS (ITEM-ENS), s’est d’abord intéressée à la genèse et à l’histoire des tomes posthumes d’À la recherche du temps perdu (Proust inachevé. Le dossier « Albertine disparue », Champion, 2005). Actuellement responsable du Bulletin d’Informations proustiennes (Éditions Rue d’Ulm), elle pilote l’édition des Cahiers 1 à 75 de la Bibliothèque nationale de France (Brepols/BnF) où elle a notamment coédité les Cahier 54 (2008), 71 (2009) et 53 (2012). Derniers ouvrages codirigés : Proust aux brouillons (Brepols, 2011), Proust face à l’héritage du xixsiècle. Tradition et métamorphose (PSN, 2012).
nathalie.mauriac[arobase]ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org